La dissuasion nucléaire, c’est mal !

On le sait déjà, ça fait un peu redite, mais tout de même. Après tout, la pédagogie, c’est aussi la répétition : «La paix, dit le Pape François, ne peut être fondée sur la menace ». Dans un message adressé aux Nations Unies, le Pape François rappelle donc que la menace d’une destruction réciproque est contraire aux principes constituants des Nations Unies dont la mission primaire est la préservation de la paix. « Nous devons nous engager pour un monde sans armes nucléaires » assène-t-il dans un message aux Nations Unis, alors qu’une centaine de pays ont lancé lundi à l’ONU les discussions en vue d’un futur traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Sans surprise, le Saint Siège soutient donc, et avec ferveur, ce projet d’interdiction.

Radio Vatican précise néanmoins qu’au premier jour des négociations, on pouvait remarquer l’absence des principales puissances nucléaires, pas particulièrement favorables à la perspective d’un nouveau traité. Sans surprise, là aussi (sic). Mais – positivons – cela nous donne une excellente occasion d’invoquer dans la prière les anges gardiens des nations en question.

Ajoutons, à la suite du Pape François, une dernière évidence : le développement de l’armement nucléaire demande d’énormes investissements, alors que ces ressources pourraient largement être utilisées pour d’autres priorités plus significatives comme la promotion de la paix et le développement humain intégral.