Il fallait peut-être que je passe par le chaos pour trouver la lumière

« Discrets sur leurs parcours, tous ont connu l’enfer de la dépendance. Cannabis, cocaïne, héroïne ou alcool, lorsqu’ils viennent à Saint Jean Espérance, c’est parce qu’ils ont touché le fond. Car pour tenir le rythme et accepter toutes les contraintes – pas de téléphone, d’Internet ni de sortie –, il faut avoir conscience que c’est la dernière chance. ‘Il fallait peut-être que je passe par le chaos pour trouver la lumière’, confirme Damien. Aujourd’hui, il a non seulement arrêté la drogue, mais aussi retrouvé la foi. ‘Quand j’étais plus jeune, nous allions en pèlerinage avec mes parents. J’avais tout laissé tomber, mais la Vierge Marie m’a rattrapé ! raconte-t-il. Je me suis laissé toucher par le chapelet et la prière devant le Saint-Sacrement, et j’ai fini par véritablement ouvrir mon cœur à Jésus’. Passionné de musique, il compose désormais des chants religieux, et prépare sa confirmation ».

Pellevoisin, de la drogue à la vie’, dans Famille Chrétienne