Prier à genoux

« Adorer, proskynein en grec, évoque l’agenouillement et le prosternement. Ployer les genoux devant Dieu, c’est reconnaître humblement que nous attendons tout de lui. C’était la prière du prophète Daniel : ‘Trois fois par jour, il se mettait à genoux, s’adonnant à l’intercession et à la louange en présence de son Dieu, comme il l’avait toujours fait’ (Dn 6, 11).

L’agenouillement est une attitude de prière si humaine qu’elle s’impose instinctivement lorsqu’on est en présence du mystère. Bernadette Soubirous se mit spontanément à genoux lorsqu’elle vit la Dame à Lourdes. La jeune juive Etty Hillesum a vécu aussi une sorte de visitation divine qui la mit à genoux dans sa maison alors qu’elle n’avait reçu aucune éducation religieuse. ‘Histoire de la fille qui ne savait pas s’agenouiller’ écrit-elle dans son Journal, où elle parle de l’agenouillement comme d’un geste intime de l’amour ».

Lire plus sur le blogue de Jacques Gauthier