W-e prolongé… et petite soirée ? N’oubliez pas !

Affiche pour présenter la bière de Saint-Wandrille

Si vous avez l’occasion d’une petite soirée ce week-end, ,n’oubliez pas qu’il existe une prière de la bière, écrite par le pape Paul V lui-même. En voici le contenu :

Benedic, Domine, creaturam istam cerevisiae, quam ex adipe frumenti producere dignatus es : ut sit remedium salutare humano generi, et praesta per invocationem nominis tui sancti ; ut, quicumque ex ea biberint, sanitatem corpus et animae tutelam percipiant. Per Christum Dominum nostrum. Amen.

Divine Box

Article en partenariat avec nos amis de Divine Box >>

Un carnaval qui emmène jusqu’à Lourdes

L’association Le Train Blanc, affiliée au diocèse de Lille, aide les personnes souffrant d’une maladie ou d’un handicap qui le souhaitent à aller à Lourdes avec le pèlerinage diocésain du mois de juin.

Lors d’un carnaval à Dunkerque qui dure toute la nuit, l’association tient des bars qui vont permettre de récolter des dons pour aider ceux qui ne peuvent pas payer seul leur voyage. Cette jolie initiative est à découvrir dans cette vidéo de l’association Le Souffle du Nord.

Des pouvoir d’un ballon

« Cela ne prend qu’une fraction de seconde pour sourire et oublier, mais pour quelqu’un qui en avait besoin, cela peut durer toute une vie. »

C’est peut-être un détail pour vous…

…mais pour certains, c’était attendu depuis des années : la nouvelle traduction du missel romain (depuis le latin) va arriver dans les paroisses, l’an prochain, pour l’Avent 2020 (on espère), sinon de toute façon en mai 2021.

Le missel est le livre liturgique qui contient les textes et prières que prononce celui qui préside la messe (évêque ou prêtre), ainsi que les paroles du diacre, mais aussi les dialogues entre eux et l’assemblée.

Depuis des années, on parlait de cette nouvelle traduction qui allait arriver « très bientôt », « sûrement l’an prochain », puis brutalement on apprenait le report à une « date ultérieure », voire très ultérieure…

Dans un an, il est là !

« Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre »

Marie de Hennezel explique « en quoi un texte du père Maurice Zundel, L’expérience de la mort, lui a permis de mieux appréhender ce passage. «L’essence de mon être ne va pas mourir avec la mort de mon corps», affirme Marie de Hennezel. «L’après reste un mystère mais quelque chose de moi, de mon essence, ressuscitera». La mort envisagée non pas comme un mur, mais comme une porte s’ouvrant sur la vie éternelle: telle est la certitude qui habite les chrétiens. Le 2 novembre est aussi une journée pour laisser place à cette espérance, qui trouve son fondement dans la mort et la résurrection du Christ. » Un très bel entretien à découvrir sur Vatican News >>

La sainteté, c’est…

« La sainteté, c’est la vie de celui qui porte le poids du jour avec joie et constance, sans râler, sans rendre les autres responsables de ses problèmes, de ses difficultés, voire de ses échecs.

Car un saint peut aussi échouer. La sainteté ne veut pas dire succès, réussite garantie. C’est aussi une capacité d’encaisser des difficultés sans être perturbé.

La sainteté, ce n’est pas non plus de faire des sourires artificiels alentour et d’avoir l’air toujours content. »

Lire la totalité de la belle homélie du p. Pierre de Charentenay sur le site des jésuites >>

Des seniors à l’Abord’âge !

Un bien beau défi raconté par le journal La Vie : « Quatre seniors, âgés de 60 à 71 ans, vont s’élancer des îles Canaries pour traverser l’Atlantique à la rame sans assistance, direction la Martinique. Ce défi baptisé « À l’Abord’âge » entend promouvoir le sport pour bien vieillir !« 

Les plumes, des appels de Dieu ?

« Le synode sur l’Amazonie se termine ces jours-ci. L’Eglise s’interroge à partir d’une région particulière, mais c’est dans l’idée que ce qui se vit là-bas nous concerne tous, quel que soit le lieu où nous habitons. De fait, ce synode n’est pas mené selon une logique purement locale, sa visée est aussi de mettre à jour des questions qui, en réalité, concernent toute l’Eglise… » un billet court mais efficace du p. Étienne Grieu à lire ! >>

L’humble élevé (Questions pour le 30° dimanche du temps ordinaire C)

En ce 30° dimanche du temps ordinaire C, Jésus nous invite à prier en nous situant de façon juste sous le regard de Dieu et dans nos relations avec les autres (Luc 18, 9-14).


Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Que m’est-il arrivé de comprendre sur moi-même grâce à une histoire que l’on m’avait racontée?
– Dans quelle attitude suis-je, quels sont mes sentiments par rapport aux autres, croyants ou non, lorsque je prie, que je vais à la messe?
Lire la suite

Vous avez dit Ecojesuit ?

C’est un jésuite sans e final passionné par l’écologie ? C’est surtout une belle production des jésuites : 24 fiches pour mieux découvrir comment vivre l’esprit de Laudato si, si important pour notre planète et nous tous ! On peut retrouver ces fiches par ici >>

Hors normes

« Huit ans après le succès d’Intouchables, Eric Toledano et Olivier Nakache reviennent avec Hors Normes, à l’affiche le 23 octobre. Un film engagé sur la situation des jeunes autistes « hypercomplexes » et d’associations qui les accueillent. » Comment parler de ceux qui sont souvent rejetés ? Un entretien à lire dans Ombres et Lumières >>

Quand les enfants maraudent

Des écoliers marseillais viennent après les cours en aide aux sans-abris, en collectant et distribuant de la nourriture. Ces enfants témoignent qu’ils sont marqués par ces personnes à la rue qu’ils croisent tous les jours. Leur engagement, ainsi que celui d’étudiants qui aident des sans-bris via une application de service, est à découvrir dans ce beau reportage de France Télévisions >>

Person Sitting Behind Wall Grayscale Photo

Pourquoi la foule chante toujours juste ?

Vous avez déjà remarqué que les foules chantaient toujours bien, alors même qu’individuellement, on ne chante pas forcément très juste ? C’est valable dans une manif, un concert… et même certainement dans une église, à condition qu’il y ait suffisamment de monde !
Bref, vous n’avez aucune raison de ne plus chanter à la messe, même si vous avez une voix de casserole !

« Un chrétien est plus un prophète qu’un militant »

– Avons-nous le droit de perdre l’espérance ?

Martin Steffens – L’espérance est une vertu. Elle s’exerce donc chez nous au moment où nous sommes sur le point de la perdre. Nous ne sommes pas courageux si nous n’avons pas d’abord peur. Cela signifie qu’il y a un combat. Un combat, ici, contre le désespoir. L’espérance alors est de se dire que, de la même façon que Jésus a bien voulu « tomber » dans une crèche, Dieu « tombera » dans cette plaie-là, dans cette société-là, dans cette réalité-là. Il nous faut chercher la vie dans les démarches de mort. Peut-être en s’inspirant de la posture du prêtre confesseur qui apporte la lumière de la miséricorde de Dieu et vit quelque chose de la Passion. En acceptant de souffrir de ce dont notre monde souffre. » Une très belle interview à découvrir dans Paris Notre-Dame >>

Un pacte dans les catacombes !

Glauque ? Que nenni ! Plein d’espérance en réalité ! « A l’image du serment fait en 1965 par une quarantaine de participants au Concile Vatican II de mettre les pauvres au cœur de leur action pastorale, des participants au synode pour l’Amazonie ont, ce dimanche, signé un texte similaire en quinze points afin de « protéger la Maison Commune ». » En lire davantage sur ce très beau geste dans Vatican News >>

Le juge et la veuve (Questions pour l’Evangile du 29° dimanche du Temps ordinaire C)

En ce 29° dimanche du temps ordinaire C, Jésus invite à persévérer dans la prière (Luc 18, 1-18).


Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– En persévérant dans la prière, quand m’est-il arrivé d’avoir été exaucé(e) par Dieu?
– Dans quelle(s) circonstance(s) ai-je été obligé(e) de ne pas fuir ma mission, ma vocation, ce qui est de ma responsabilité?

Lire la suite

Un nouveau restaurant Le Reflet à Paris

Le Reflet, restaurant nantais employant majoritairement des personnes porteuses de Trisomie 21, ouvre un établissement à Paris. Cette nouvelle avait été anticipée par Télérama début septembre et Ouest France dès le mois de juin.

Une partie de l’équipe du Reflet Paris qui pose pour l’ouverture

Ce nouveau restaurant, ouvert depuis le 9 octobre, est installé 11 rue de Braque, au cœur du Marais. Il a été notamment financé grâce à une campagne de financement participatif sur la plateforme KissKissBankBank qui a récolté environ 76 000 €, soit plus de triple de l’objectif initial.

La vocation initiale du projet (dont Le Samaritain vous avait déjà parlé en 2016, en 2017 et en 2018) est d’offrir aux personnes ayant une trisomie 21 une alternative professionnelle aux ESAT tout en « ouvrant le monde du travail à la différence » d’après les mots de Flore Lelièvre, la fondatrice du projet. Le but est également que la cuisine y soit de qualité et le modèle économiquement viable, comme c’est déjà le cas du grand frère nantais. Mais ce n’est pas tout : si la carte est simple, elle change régulièrement et les produits, locaux, viennent en majorité de circuits courts.

Les retours des clients nantais sont excellents, l’établissement atteignant une note moyenne de 4,8/5 par les utilisateurs de Google Maps. Et si vous voulez essayer à votre tour, il vous faudra sans doute réserver sur le site du restaurant : https://paris.restaurantlereflet.fr/