Pensée du jour

La fin de la société politique, comme celle de toute société humaine, implique une certaine oeuvre à faire en commun.

Jacques Maritain

« Les évêques, hors de la mêlée ? »

C’est la réaction de Gérard Leclerc au texte de la Conférence des Evêques de France, Retrouver le sens du politique :

J’avoue, pour ma part, que j’attendais le texte annoncé du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France avec une certaine perplexité, sinon une certaine crainte. Mais lecture faite, ce petit essai sur le sens du politique m’a plutôt intéressé par son habileté supérieure, c’est-à-dire son art d’éviter les chausses-trappes. Ce qui nous est proposé, c’est une réflexion pour nous tirer vers le haut, en évitant les polémiques inutiles et en mettant l’accent sur un essentiel où tous peuvent se retrouver, non pas pour réaliser des consensus improbables mais pour établir un champ de questionnement commun.

La non-pensée du jour

Le problème, c’est qu’à chaque fois que les évêques prennent la plume, c’est pour laisser parler leur hémisphère gauche.

 

(Yves de Kerdrel, directeur de Valeurs Actuelles, magazine connu pour son sens de la pondération et de l’équilibre politique, 12 octobre 2016)

Pensée du jour

Entre fort et faible, entre riche et pauvre, entre maître et serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit.

Henri-Dominique Lacordaire, op.

Les œuvres de miséricorde contre le virus de l’indifférence

Lors de sa catéchèse de ce mercredi, le Pape François a invité les baptisés à aller plus loin dans la mise en oeuvre de la miséricorde :

Frères et sœurs, par sa parole et par ses gestes, Jésus est l’incarnation de la miséricorde du Père envers nous. Mais il ne suffit pas de faire l’expérience de cette miséricorde dans notre vie, nous devons en être les signes et les instruments pour les autres.

Véritable remède contre le virus de l’indifférence, les œuvres de miséricorde réveillent en nous l’exigence et la capacité de rendre vive et opérante notre foi par la charité.

Via Zenit.org.

« Avant d’être ailleurs, les solutions sont en nous. » (Homélie de Mgr Vingt-Trois)

23A l’occasion de la messe de rentrée des parlementaires, Mgr Vingt-Trois a délivré une homélie empreinte de la responsabilité qu’exige cette année électorale, dans une forme de méditation filée sur la parole du Christ rappelée ce jour : c’est non seulement la recherche intérieure personnelle de la vérité qui doit guider les politiques et non le paraître et l’activité médiatique, mais également une nécessité de chercher au sein même de notre pays les racines de nos difficultés plutôt que d’incriminer l’extérieur.

Extraits subjectifs de l’homélie :

Comment toucher l’intelligence et la raison des électeurs ? Il est de la responsabilité de tous les électeurs de ne pas se contenter de l’effervescence médiatique mais d’encourager et de répondre à l’effort de pédagogie des candidats.

À force de se laisser séduire par le buzz, on pourrait ne plus accepter l’écart entre l’apparence et les convictions et nourrir une réaction de rejet des discours politiques et, surtout, de celles et de ceux qui les proposent.

Lire la suite

Pensée du jour

Personne ne commet une faute plus grande que celui qui ne fait rien parce qu’il ne peut pas faire beaucoup.

Edmund Burke

Les migrants peuvent défendre leur terre d’accueil

« Je suis tellement reconnaissant à l’Allemagne de nous avoir accueillis, a raconté l’un d’eux au quotidien Bild. Il était clair pour nous que nous devions aller à la police ». La leçon est humaine : plus une société héberge décemment ses migrants, plus elle leur donne de vraies chances de commencer une seconde vie, plus ceux-ci auront envie de la défendre. Pour la France aussi, l’histoire est à méditer.

Ces salauds de libéraux de L’Opinion tirent les leçons de l’attentat déjoué de Chemnitz.

Fête de saint Jean XXIII – Tous les jours, rien qu’aujourd’hui

capture

1. Rien qu’aujourd’hui, j’essaierai de vivre exclusivement la journée sans tenter de résoudre le problème de toute ma vie.

2. Rien qu’aujourd’hui, je porterai mon plus grand soin à mon apparence courtoise et à mes manières. Je ne critiquerai personne et ne prétendrai redresser ou discipliner personne si ce n’est moi-même.

3. Je serai heureux, rien qu’aujourd’hui, dans la certitude d’avoir été créé pour le bonheur, non seulement dans l’autre monde mais également dans celui-ci.

4. Rien qu’aujourd’hui, je m’adapterai aux circonstances, sans prétendre que celles-ci se plient à tous mes désirs.

Lire la suite

Les sources du bien-être des prêtres

pretres_0_730_409La Croix évoque les résultats d’une étude sur les raisons du mal-être des prêtres… et sur les sources de leur bien-être. Arrêtons-nous aussi sur elles.

Les différentes formes de ressourcement spirituel (retraites, vie de prière, accompagnement spirituel) arrivent en tête des sources de bien-être, à égalité avec la vie affective : relations avec les fidèles, avec l’entourage… Le sentiment d’être utile à la communauté et la possibilité de prendre du temps pour soi figurent également dans la partie positive du classement, à égalité avec le sentiment d’être « respecté, reconnu et apprécié » par les autres. Œuvrer à l’évangélisation de la société contribue aussi à la bonne santé morale des prêtres.

Pensée du jour

La chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à changer le monde.

Anne Frank

Dieu a préféré compter sur toi…

Dieu seul peut créer, mais tu peux valoriser ce qu’Il a créé.

Dieu seul peut donner la vie, mais tu peux la transmettre et la respecter.

Dieu seul peut donner la santé, mais tu peux orienter, guider, soigner.

Dieu seul peut donner la Foi, mais tu peux donner ton témoignage.

Dieu seul peut infuser l’Espérance, mais tu peux rendre la confiance ton frère.

Dieu seul peut donner l’Amour, mais toi, tu peux apprendre l’autre à aimer.

Dieu seul peut donner la joie, mais tu peux sourire à tous.Lire la suite

Cette vie fut belle

Malgré tout je vous dis que cette vie fut telle

Qu’à qui voudra m’entendre à qui je parle ici

N’ayant plus sur la lèvre un seul mot que merci

Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

Louis Aragon

Pensée du jour

Avec tout l’argent du monde, on ne fait pas des hommes, mais avec des hommes et qui aiment, on fait tout.

Abbé Pierre

Pensée du jour

Il ne suffit pas de refuser l’erreur pour penser juste.

Mgr Jean Honoré

Te goure pas

Ceux qui se réclament de la foi sont bénis avec Abraham, le croyant. Quant à ceux qui se réclament de la pratique de la Loi, ils sont tous sous la menace d’une malédiction, car il est écrit : ‘Maudit soit celui qui ne s’attache pas à mettre en pratique tout ce qui est écrit dans le livre de la Loi.’

Saint Paul

Pensée du jour

 À mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation.

Aldous Huxley

Message du Pape François pour l’Assemblée plénière du CCEE

À l’occasion de la prochaine Assemblée plénière qui se tiendra dans la principauté de Monaco [ndlr. du 6 au 9 octobre 2016], je suis heureux d’adresser mes salutations les plus cordiales aux Présidents des Conférences épiscopales d’Europe, en leur assurant ma proximité spirituelle. Je tiens à exprimer ma profonde appréciation à l’égard de la grande contribution que le CCEE offre dans la promotion des relations fraternelles et ecclésiales, qui reflètent l’importance de la communion et la joie de la foi. Je vous encourage à poursuivre avec confiance le chemin que vous avez entrepris et qui vise à rendre un service aux peuples du Continent, tout en mettant en valeur ses «deux poumons» : le poumon oriental et le poumon occidental. Veillez à éclairer les consciences des croyants, en leur offrant des critères de jugement et de discernement, pour qu’ils ne se laissent pas distraire par une culture mondaine.

Lire la suite

Les pauvres seront nos juges

Quatre pauvres seront les juges de première instance de l’humanité : l’enfant, le malade, le vieillard et l’étranger.

Saint Jean Chrysostome

Pensée du jour

Si j’aime les êtres avec autant d’ardeur, c’est qu’en chacun d’eux j’aime une parcelle de toi, mon Dieu.

Etty Hillesum

Mgr Barbarin : « il n’est pas possible de laisser une seule personne mourir à nos portes »

saintfrancoisdassise  Le cardinal Barbarin a publié ce mardi un communiqué dans lequel il estime impossible « de laisser mourir une seule personne à nos portes », dans un communiqué sonnant comme une réponse à certaines déclarations politiques sur les migrants. « Il ne s’agit pas d’un débat politique, mais d’une urgence humanitaire vitale: nécessité fait loi. Aux responsables politiques, il revient de faire un juste usage des frontières et de veiller au respect de la dignité humaine », a-t-il ajouté.

 

Saint-François d’Assise, 4 octobre 2016

Voyant autour de lui les dérives de l’argent, François d’Assise a décidé d’épouser « Dame pauvreté ». II a trouvé dans cette radicalité une joie nouvelle, une lumière qui rayonne encore huit siècles plus tard, comme l’a montré le récent rassemblement d’Assise, le 20 septembre, autour du pape François et de la communauté Sant’Egidio.

Beaucoup de nos contemporains n’ont pas choisi cette pauvreté, je pense aux millions de chômeurs qui vivent une des grandes souffrances de notre pays, à tous ceux qui connaissent une très grande précarité, un logement indigne… Ils sont véritablement devenus prisonniers de la misère. Comment ne pas penser, en particulier, aux migrants du Moyen-Orient, du Sud et de l’Est, qui arrivent dans nos pays occidentaux ?

Lire la suite

Fête de saint François d’Assise et prière pour la Création

La fête de saint François d’Assise, le 4 octobre, marque la fin du mois de la Création, qui commence le 1er septembre. De nombreux chrétiens se sont retrouvés aujourd’hui pour des prières œcuméniques. Voici une prière lue aujourd’hui pendant l’une d’elles à Lyon.

 

Seigneur, nous te louons pour la diversité et la profusion que tu as mises dans ta Création. Donne-nous la grâce de la contemplation et de l’émerveillement devant tes œuvres. Montre-nous, à l’image de saint Bonaventure, les vestiges de la Trinité dans chacune de tes créatures. Ainsi nous apprendrons à mieux les connaître et les protéger, et nous serons à la hauteur de notre tâche d’intendants fidèles de ta Création.

« Je crois aux petites renaissances »

Votre livre s’ouvre avec Clovis et se referme avec de Gaulle. Une certaine idée de la France a-t-elle disparu avec ce dernier ?

Oui et avec Mitterrand qui est le dernier président à avoir eu conscience de s’inscrire dans une histoire qui a commencé avec l’aventure capétienne. Qu’elle se termine avec François Hollande est le cauchemar absolu de toute personne qui aime la France. Mais je pense profondément que la France n’est pas morte. Elle agonise, certes. Mais je crois aux petites renaissances, modestes et qui font boule de neige: recréer des solidarités, transformer nos modes de consommation, revitaliser l’amour simple de la patrie, en préférant ce qui nous unit à ce qui nous divise… les champs du possible sont infinis. Il faut avoir conscience du fait que la plupart de nos actes et de nos décisions ont un sens politique. La France se guérira avec la multiplication de ses initiatives d’en-bas. Les catholiques doivent occuper le terrain, non pour l’accaparer, mais pour y apporter leur contribution, si possible dans la joie.

François Huguenin : « le catholicisme est inséparable de notre histoire » (Figaro Vox)

Contre la « doctrine du genre », pour l’accompagnement

Le pape est intervenu dans l’avion qui le raccompagnait à Rome depuis le Caucase et s’est exprimé notamment sur le genre et l’accompagnement des personnes homosexuelles. La déclaration fait grand bruit, on trouvera l’extrait ci-dessous, isolé par Kto – et retranscrit en français par La Croix – et la conférence de presse dans son intégralité en italien sur le site du Vatican.

Ce que j’ai critiqué, c’est le mal qu’il y a dans le fait de constituer la théorie du genre en doctrine. (…) C’est une chose que cette personne ait cette tendance, cette « option » et même de changer de sexe, c’est une autre chose de faire l’enseignement dans les écoles sur cette ligne pour changer les mentalités. C’est cela que j’appelle la colonisation idéologique.

Lire la suite

Évangile du jour : la parabole du bon Samaritain ;)

Extrait :

Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.” Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? »     Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. » (Lc 10, 33-37)

Les lectures du jour en entier, c’est par là.

Pensée du jour

L’engagement politique en faveur d’un aspect isolé de la doctrine sociale de l’Église ne suffit pas à répondre totalement à la responsabilité pour le bien commun.

Cardinal Joseph Ratzinger
Note doctrinale du 24 novembre 2002 sur l’engagement des catholiques en politique

Que faisons-nous de nos talents ?

Car ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération.

(Deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée, lecture du jour)

Communiqué Pax Christi

Nous sommes indignés. Après un temps trop court de trêve qui laissait espérer un répit à la population, la barbarie se déchaîne de nouveau sur Alep. Certains disent qu’il ne suffit pas de s’indigner, qu’il faut agir. Mais lorsqu’on a en soi l’indignation, l’action gagne en densité, en force et en dignité.

Lire la suite

A Hayange : le Secours Populaire expulsé par le maire

Réaction de Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire français :

Honte au maire d’Hayange qui a décidé d’expulser le Secours populaire français. Jamais un élu de la République n’avait pris une telle décision. […] C’est un crime contre la solidarité : que vont devenir les 770 personnes aidées et accueillies par le Secours populaire dans cette commune ? Des dizaines de familles monoparentales, des enfants, des personnes âgées, victimes de la pauvreté et de l’exclusion et parmi elles, plusieurs familles de réfugiés-migrants chassés de leur pays par la guerre et la misère.

N’acceptons pas cette mesure scélérate. Le Secours populaire francais doit pouvoir continuer, à Hayange comme partout ailleurs, d’aider en toute indépendance toute personne qui a besoin d’aide, d’accueil, d’écoute, d’une solidarité au quotidien. La haine ne passera pas.

Pensée du jour

Il ne faut point compromettre la sainteté de la cause par la violence des moyens.

Bienheureux Frédéric Ozanam
Les devoirs littéraires des chrétiens

Se préparer au martyre, mais pas seulement

Mgr Lebrun affirme aussi, pour Famille Chrétienne, que « chacun d’entre nous qui laisse prise à Satan devient persécuteur, par exemple par la colère ou le mensonge. » Il ajoute encore :

De tout cœur, je souhaite que le dialogue avec les musulmans devienne plus intense et plus intérieur. Beaucoup souhaitent et vivent le climat d’amitié qui en est la base. Je demande au Père Hamel de nous aider à résister à tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à des généralisations ou des soupçons a priori. La tentation des boucs émissaires demeure. Jésus, par son sacrifice unique, a aboli tout autre sacrifice qui, en définitive, ne soulageait pas vraiment l’humanité de son péché.

Audience générale : le Salut de Dieu est pour tous

«Le Salut de Dieu est pour tous, personne n’est exclu». Le Pape François, lors de l’audience générale, ce mercredi 28 septembre 2016, a poursuivi son cycle de catéchèses sur la miséricorde rappelant que « face au mystère de la mort (…) seul Dieu peut être la réponse libératrice ». Le Saint-Père, a invité les fidèles, à l’image du bon larron « qui est un merveilleux exemple de repentir », à invoquer le Christ miséricordieux.

[…]

Comme l’a fait le bon larron qui a appelé Jésus par son nom, qui s’est repenti, non pas par peur mais par crainte de Dieu, nous sommes tous appelés à confesser nos fautes. Et le Pape cite en exemple «le condamné à mort» qui en appelant Jésus à l’aide devient un modèle. « L’Église n’est pas seulement pour les bons ou pour ceux qui semblent bons ou se croient bons : elles est pour tous et de préférence pour les mauvais, parce que l’Église est miséricordieuse ».

Source : Radio Vatican.