L’évêque de Pamiers demande pardon pour le massacre des cathares

Eychenne Montségur

Ce dimanche à Montségur en Ariège, un demi-millier de personnes étaient réunies autour de Mgr Jean-Marc Eychenne. Dans le cadre de l’année de la Miséricorde, l’évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix y célébrait une messe de pardon pour le sort extrêmement cruel réservé aux cathares, il y a bientôt huit siècles. En 1244 eut lieu à Montségur le plus important massacre de la croisade contre les Cathares, avec la mise au bûcher de plus de 200 personnes.

« En lien avec les blessures qui marquent notre temps, nous voudrions réaffirmer aussi que le pouvoir religieux et le pouvoir politique (le spirituel et le temporel) doivent impérativement être séparés si l’on veut respecter la liberté, l’intégrité et la conscience de chacun. »

Après avoir imploré la miséricorde du Seigneur à genoux devant l’autel, Mgr Eychenne a également rappelé que l’utilisation de « moyens ne respectant pas la dignité des personnes humaines », même pour « atteindre une fin juste », n’était pas acceptable.

Rien de grand ne se fait sans la Croix

21-fevrier-2015-francois-rencontre-vatican-fideles-diocese-cassano-jonio-calabre-region-infiltree-mafia-locale-ndrangheta_0_730_485Le pape dérange idéologiquement, il se fait également des ennemis économiques. Nello Scavo, qui publie Les ennemis du pape répond à Nicolas Senèze pour La Croix. Incidemment, on note qu’il considèrerait « intéressant de voir les liens entre l’industrie d’armement et les groupes d’Église opposés au pape ». Il pointe aussi la désinformation qui serait utilisée par des groupes divers. Ainsi, dit-il, « en 2014, Unilever et Vodafone ont annoncé leur intention de financer, en lien avec l’Église catholique, une série de congrès à la City de Londres sur la doctrine sociale catholique. Un mois plus tard, la banque J.P. Morgan, qui avait été très critique contre la vision économique du pape, annonçait une « évaluation négative » de la santé financière des deux entreprises. »

On se souvient que la première demande du pape à peine élu était que le peuple de Dieu prie pour lui. Elle est toujours autant d’actualité.

C’est un grand jour pour les chrétiens d’Irak

Libération de la plaine de Ninive : “Un grand jour pour les chrétiens d’Irak“A lire sur La Vie : les témoignages de joie des réfugiés d’Irak, depuis le début de la bataille de Mossoul ce matin, et de la libération des premiers villages de la plaine de Ninive.

Ils sont entre Karamless et Bartella, au niveau de l’usine sur la route ! Ah non, attendez, on me dit qu’ils viennent d’entrer dans Bartella, ça y est notre village est libéré !

17 octobre 1987, première Journée du Refus de la Misère

capture

Jésus-Christ s’est identifié aux plus pauvres de son temps, il s’identifie encore et toujours aux plus pauvres en tous les temps. C’est donc leur vie qui est aussi la sienne, qui est source de notre spiritualité. Nous est-il possible d’élaborer une théologie de l’homme, sans partir de l’homme le plus usé par la misère ?

Père Joseph Wresinski, initiateur de la Journée du Refus de la Misère

15 jours avant la Toussaint, 7 nouveaux saints !

capture

Les sept nouveaux saints viennent de cinq pays: France, Argentine, Italie, Espagne, Mexique. Trois sont prêtres, un évêque, un frère, un adolescent laïc de 15 ans, et Elisabeth de la Trinité, carmélite de Dijon, la seule femme.

Sainte Élisabeth (le silence de la contemplation trinitaire), saint Salomon (martyr de la Révolution française), saint Manuel (l’évêque de l’Eucharistie), saint Ludovic (les Fils de Marie), saint Alfonso (le saint Jean Bosco de sud de l’Italie), saint José Gabriel (le pionnier des périphéries) et saint José Luis (martyr à 14 ans), priez pour nous !

 

17 octobre 1849…

capture

Il s’oppose à toute publication posthume des musiques inachevées, demande à ce qu’on les brûle après sa mort. Il lègue le début d’une méthode de piano à Alkan et à Reger pour qu’ils en tirent utilité.

Après les avoir avoir refusés, il reçoit les derniers sacrements de son ami l’abbé Jelowicki. Il reçoit la visite de Delfina Potocka le 15 octobre. Il lui demande de chanter.

Et le soir du 17 octobre 1849, au 12 place Vendôme, Frédéric Chopin s’éteint.

J’ai quitté ma loge pour le Christ

76920_essentiels-flipoIl n’était pas concierge, mais franc-maçon. L’article est réservé aux abonnés mais il serait dommage de ne pas bénéficier d’un extrait supplémentaire.

Ma rencontre avec Dieu est venue tout chambouler. En m’affirmant chrétien, j’ai compris que je n’avais plus de raison de m’incliner devant des objets ou de faire des prières à un dieu générique sans consistance, de suivre ces rites qui ressemblent à une messe mais sans la Présence… La franc-maçonnerie ne dit pas de mal de l’Église – je parle de la loge déiste que je fréquentais – et les rituels sont d’origine biblique, mais elle y ajoute des traditions païennes qui nivellent toute conviction.

La Vie

Scandale dans le monde judiciaire

Scandale dans le monde judiciaire. Dans un extrait d’une biographie du Christ, dont l’Eglise catholique s’est procuré les bonnes feuilles, Jésus affirme qu’il existe :

un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes.

Ce texte qui crée la polémique a été dévoilé ce matin, dans toutes les églises du monde. Dans ce même texte, celui qui prétend être le Messie affirme avoir été témoin du mépris de ce juge pour les citoyens. Ce magistrat dit en effet :

Je ne crains pas Dieu et ne respecte personne […] cette veuve commence à m’ennuyer.

Qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer

Jésus, aussi appelé « le Christ », n’hésite pas à attaquer durement ce juge, le traitant de

juge dépourvu de justice !

A peine révélées par les médias, ces formules ont provoqué un tollé dans les palais de justice. Les deux plus hauts magistrats du pays, le premier président de la Cour de cassation et le procureur général, ont obtenu d’être reçus par Dieu le Père dès dimanche soir. Les syndicats des magistrats ont fortement réagi en diffusant un communiqué dans lequel ils se disent consternés, et demandent que cessent ces attaques contre le monde judiciaire, quelques jours après les propos du président Hollande.

Pour lire les lectures de la messe du jour, c’est par ici !

Climat et agriculture: pour le Pape François, il est urgent d’agir

Climat et agriculture: le principe de précaution ne suffit pas, il faut de la sagesse !A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation ce dimanche 16 octobre, le Pape François a adressé un message au directeur de l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Face à la détresse des migrants climatiques, le pape souligne l’urgence d’agir: « Il ne suffit plus d’être impressionné et de s’émouvoir devant qui, sur toutes les latitudes, demande son pain quotidien. Des choix et des actions sont nécessaires. »

Pas de précaution, par conséquent, mais de la sagesse ! Celle que les paysans, les pêcheurs et les éleveurs conservent dans la mémoire de générations en générations, et qui est aujourd’hui raillée et oubliée par un modèle de production qui est à l’avantage de groupes restreints et d’une portion exiguë de la population mondiale. Souvenons-nous qu’il s’agit d’un modèle qui, avec toute la science, permet qu’environ huit-cent millions de personnes souffrent encore de la faim.

Lire l’intégralité du message, traduit en français, sur Zenit.org.

Marion Maréchal Le Pen « sert » à faire basculer les catholiques.

Dans Le Parisien

Marion Maréchal-Le Pen défilera à nouveau demain aux côtés des anti-mariage gay à Paris. En quatre ans, la députée FN du Vaucluse de 27 ans est devenue la madone de la Manif pour tous. De quoi marquer sa différence avec sa tante, Marine Le Pen, ou encore Florian Philippot, le numéro deux du Front, qui, eux, bouderont l’événement.

Catholique pratiquante revendiquée — tendance traditionaliste —, Marion Maréchal-Le Pen est celle qui au sein du FN a su trouver les mots justes pour murmurer à l’oreille des cathos.

« Elle a libéré un certain nombre de personnes. Et c’est vrai que le vote FN a fortement progressé chez les catholiques pratiquants lors des dernières régionales », martèle un de ses proches. De quoi donner des idées à sa tante, pourtant peu passionnée par le sujet : « Marine Le Pen a pris conscience qu’il y avait un basculement des catholiques. Et c’est à ça que sert Marion », décrypte un soutien de la présidente du FN.

 

Harry Potter face aux chrétiens

Plusieurs années après le dernier tome de la saga fantasy, Harry Potter est de retour en librairie, sous la forme d’une pièce de théâtre intitulée « Harry Potter et l’enfant maudit » (Gallimard Jeunesse).

Harry Potter s’attirera-t-il de nouveau les foudres de certains milieux chrétiens ? Il y a une quinzaine d’années, au moment où la saga devenait un succès mondial, la question de savoir s’il fallait laisser les enfants lire ces romans avait en effet agité certains.

Alors, lecture saine ou infiltration insidieuse de la sorcellerie dans les jeunes esprits ? La Vie fait le point sur les arguments des uns et des autres.

Retour sur la session Juifs et Cathos à Paray

Sur son site, la communauté de l’Emmanuel revient sur la session « #Juifs et Cathos 2016 ; Découvrir le judaïsme : les chrétiens à l’écoute » qui a eu lieu à Paray-le-Monial du 12 au 17 juillet dernier :

Pour fêter Yom Kippour, fête du grand Pardon, avec nos “frères aînés dans la Foi”, nous sommes heureux de publier ci-dessous, en exclusivité, un extrait du documentaire “Ta Torah pour éclairer ma Foi“. Cet extrait est un petit reportage qui revient sur la rencontre qui avait lieu cet été au cours de la session des 25-35 ans. La plupart des jeunes chrétiens présents n’avaient jamais eu de contacts avec le judaïsme vivant. Pourtant, “avec les juifs, nous avons une seule alliance. La Torah est la Parole de Dieu pour les juifs comme pour nous. Les psaumes sont la prière de Jésus, et donc des juifs et des chrétiens. rappelait le Cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, à cette occasion.

Extrait du documentaire réalisé par Guillaume Dutey-Harrispe, qui sera diffusé en intégralité sur KTO à la Pentecôte 2017. Retrouvez ici la présentation de ce projet, et n’hésitez pas à le soutenir par un don.

« Désormais, les écologistes perçoivent l’Église comme une alliée »

14570676_10210200036215575_1263103504872960464_oA découvrir dans la revue Limite, l’interview de Fabien Revol, philosophe et théologien, responsable de la chaire Jean Bastaire à l’Université Catholique de Lyon auteur de Le Temps de la Création (éd. Cerf, 2015). Extrait :

Hormis quelques réactions critiques très isolées, Laudato Si’ a rencontré un accueil très favorable à la fois chez les écologistes mais aussi du côté des populations et des gouvernements. En 2015 et 2016, le texte occupe la 9ème place des ventes au niveau mondial.

Concernant les gouvernements, il ne faut pas sous-estimer la parole de l’Eglise. Beaucoup de dirigeants sont croyants, de telle ou telle religion, et sont particulièrement attentifs à la parole du Vatican. On ne peut nier le lien entre le succès de la COP 21 – qui a débouché sur la ratification de l’Accord de Paris sur le climat – et l’écho mondial de Laudato Si’ publiée quelques mois auparavant.

A titre d’anecdote sur l’influence considérable de Laudato Si’, une amie m’a rapporté qu’il avait vu l’expression « tout est lié » – leitmotiv de l’encyclique – sur un document officiel de la DDT (Direction Départementale des Territoires, entité présente au sein de chaque préfecture NDLR). Même les documents les plus administratifs sont influencés par le message de l’Eglise !

L’Eglise répond à Robert Ménard

Interrogés par La Vie, l’archevêque de Montpellier et le recteur de la cathédrale de Béziers réagissent à l’utilisation par le maire de l’image de la cathédrale pour sa campagne xénophobe.

Bien évidemment nous n’avons pas eu notre mot à dire sur l’utilisation de l’image de la cathédrale sur les affiches de Robert Ménard et les gens qui me connaissent savent que je ne soutiens pas ce dénigrement des étrangers. (le père Bernard Boissezon, recteur de la cathédrale)

C’est une affiche que je trouve regrettable et déplorable. Contrairement au message qu’elle véhicule, je ne me sens pas encerclé. Mais le but d’une telle campagne d’affichage est de susciter la polémique et nous ne voulons pas tomber dans un tel piège. En même temps, il faut être clair, cette affiche ne correspond ni à l’Évangile, ni aux paroles du pape François  en termes d’accueil de l’autre. (Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier)

Lire l’intégralité de l’article sur La Vie.

Hauts de Seine : Festival de la fraternité le 16/10

Festival de la FraternitéC’est un festival qui se déroulera dans quatre lieux des Hauts-de-Seine : le collège Jeanne-d’Arc de Colombes, l’Espace Chevreul de Nanterre, l’Institut Notre-Dame de Meudon et l’Espace Léo-Ferré de Bagneux. Entre 300 et 500 personnes sont attendues dans chaque lieu.(…) Ce festival réunira des personnes en situation de fragilité et d’autres Alto-Séquanais autour de différents ateliers et de diverses animations.

Source : La Croix

 

Les « Charitables » de Béthune

Les "Charitables" de Béthune, ces hommes qui enterrent les morts bénévolementPar l’AFP, à lire en intégralité sur l’Union :

Depuis le XIIe siècle, d’énigmatiques hommes habillés de noir, bicorne et gants blancs, défilent dans les rues de Béthune: la confrérie des « Charitables » enterre hommes et femmes, qu’ils soient riches ou pauvres, avec des gestes séculaires.

L’une des plus anciennes confréries de France puise son origine dans une terrible épidémie de peste noire qui endeuilla la région en 1188. Selon la légende, Gauthier de Béthune et Germon de Beuvry, deux maréchaux-ferrants, se rencontrèrent devant une source entre les deux villes voisines et obéirent à l’injonction de Saint-Eloi, patron des forgerons, « leur demandant de fonder une confrérie afin d’enterrer tous les morts ». […] Bénévolement, ingénieurs, commerçants, retraités ou encore avocats revêtent le « grand noir », un mantelet à large col plissé dans le dos ainsi qu’une petite cravate, et participent au transport des défunts lors de la quasi-totalité des funérailles, les pompes funèbres prenant en charge le cercueil et la fosse.

 

Les églises ne sont pas des forteresses mais des refuges

robert-menard-nos-eglises-ne-sont-pas-des-forteressesJean-Pierre Denis (directeur de la rédaction de La Vie) et Erwan Le Morhedec (avocat, blogueur et contributeur du Samaritain) publient aujourd’hui une tribune dans Le Monde suite à l’odieuse campagne d’affichage du maire de Béziers, pour rappeler aux chrétiens comme aux non-chrétiens cet essentiel de l’espérance qui nous est donnée par notre Seigneur : que « les lieux de culte catholique ne sont pas des forteresses mais des refuges ».

Nous ne voulons pas rester inertes devant la manipulation du religieux à laquelle s’emploie, entre autres, Robert Ménard – depuis l’affaire de la crèche jusqu’à celle de la cathédrale. Le néo-maurrassisme du maire de Béziers est un paganisme. L’identitarisme trahit le christianisme.

Il faut donc le rappeler : les lieux de culte catholique ne sont pas des forteresses mais des refuges. Depuis le Moyen-Âge au moins, les églises ont toujours été des maisons de paix, et souvent d’asile. Plus que jamais, elles demeurent ouvertes à tous, chrétiens et non chrétiens, croyants et incroyants. L’accueil y demeure inconditionnel. N’importe qui peut y rentrer pour y trouver, au moins, la sérénité. Ou, nous l’espérons, pour y rencontrer le Christ.

Lire la suite

L’un de ces profs

8Parce qu’il faut aussi, parfois, lire ceux qui travaillent « là-bas », tentent, et font vivre l’espérance, jusque dans cette Education Nationale que l’on a parfois un peu trop beau jeu de critiquer.

Je suis l’un de ces profs qui pense que l’on doit donner du bon, du beau à ceux qui, comme c’est parti, seront les silhouettes de la prochaine saison de Familles de policiers déchirées à la Grande Borne. Qui voit qu’en étant exigeant, impeccable au niveau de son cours, on peut voir B., N. et J. expliquer en mots précis pourquoi elles comprennent le traumatisme fondateur de Rousseau et que, non, ça n’a rien de ridicule, cette histoire de peigne. Et que cette victoire là est une étape, minuscule, ridicule, sur la route du changement.

La Communauté de l’Emmanuel participe au rayonnement de la France

Succédant aux Fraternités Monastiques de Jérusalem, qui assuraient cette mission depuis 2006, la Communauté de l’Emmanuel reçoit la charge de la Trinité des Monts à Rome.
Philippe Zeller, nouvel ambassadeur de France près le Saint-Siège, vient de signer l’acte officiel de cette mission, qui a pour objectif d’assurer l’accueil des pèlerins francophones et de contribuer au rayonnement culturel de la France à Rome.

La Trinité des Monts à Rome, confiée à la Communauté de l’Emmanuel

« Un président ne doit pas autant se confesser »

Claude Bartolone explique à La Provence

Un président doit entretenir le feu sacré de la République. Un président ne doit pas autant se confesser. Le devoir de silence fait partie de sa fonction. Il doit être à tout moment le garant de nos institutions.

Le Pape François n’est pas d’accord :

N’ayez pas peur de la confession ! Quand on fait la queue pour se confesser, on sent tout cela, et la honte aussi, mais après, quand la confession est terminée, on sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C’est cela qui est beau dans la confession ! Je voudrais vous demander – mais ne le dites pas à voix haute, que chacun réponde dans son cœur – quand est-ce que tu t’es confessé, quand est-ce que tu t’es confessée pour la dernière fois ? Que chacun réfléchisse… Il y a deux jours, deux semaines, deux ans, vingt ans, quarante ans ? Que chacun fasse le compte, mais que chacun se dise : quand est-ce que je me suis confessé pour la dernière fois ? Et s’il y a longtemps, ne perds pas une journée de plus, vas-y, et le prêtre sera bon. C’est Jésus qui est là, et Jésus est meilleur que les prêtres, Jésus te reçoit, te reçoit avec beaucoup d’amour. Sois courageux et va te confesser !

Moi, je vous dis : chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous serre dans ses bras, Dieu fait la fête !

Le père Sosa Abascal élu supérieur général des jésuites

Père Sosa Abascal

Le nouveau supérieur général de la Compagnie de Jésus est le père Arturo Sosa Abascal, 68 ans, jésuite du Venezuela (…). Il est titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université centrale du Venezuela. Il est l’auteur d’une dizaine de livres sur la pensée politique, le colonialisme et l’émancipation.

Source : Zenit.

Du pardon

photoPilote, il a été victime d’une attaque aux Etats-Unis. Son agresseur avait déjà tué deux personnes pour les mêmes motifs. Or, non seulement il a pardonné à son agresseur mais il s’est démené pour lui éviter la peine de mort. En vain, certes. Aujourd’hui, il continue sa lutte pour prouver qu’il est possible de vivre ensemble en paix et en amitié, même entre personnes de différentes convictions. Et, vous allez rire : il est musulman. (Source Zenit)

Un ancien joueur de Manchester United bientôt prêtre !

 

joueurpretreIl était footballeur, et un peu fêtard. Il va bientôt devenir prêtre. Philip Mulryne, ancien milieu de terrain du club de Manchester et de l’équipe nationale d’Irlande du Nord, a récemment fait profession solennelle auprès des dominicains du Saint Savior’s Priory (Prieuré Saint-Sauveur) à Dublin. Il va poursuivre ses études de théologie pendant encore un an et espère être ordonné prêtre l’été prochain. Aleteia présente cette vocation inattendue.

Libé – CEF : même combat

sam

Dans une tribune publiée ce jeudi soir, Libération s’émeut du contenu du texte en cours de publication par la CEF sur la vie politique française.

Le billet, qui parle de « nos évêques » salue « une leçon de républicanisme » à la lecture d’aspects de la pensée sociale de l’Eglise qui ne sont pas toujours en première ligne dans les médias. La conclusion de la tribune montre à nouveau que l’Eglise, universelle, peut parler à chacun :

« Messieurs les évêques, veuillez pour une fois accepter que la gauche laïcarde, libertaire et insolente vous dise sincèrement, sans aucune arrière-pensée, merci »

L’intelligence du travail par Pierre-Yves Gomez

Interview de Pierre-Yves Gomez suite à la sortie de son dernier ouvrage sur le sens du travail, la condition du travailleur et la société de consommation :

Dans la cité du consommateur le travail est simplement un moyen permettant de consommer davantage. On travaille pour pouvoir acheter. Le sens propre au travail effectué, au projet auquel on appartient s’atténue et finalement, c’est la capacité émancipatrice du travail qui disparaît.

xvmcb8fbd5e-8cbe-11e6-b076-4c98042c7b75

Montrer Jésus partout !

capture

Je confie cette démarche à la Vierge Marie, Mère de l’Église et Notre-Dame de la Délivrance. À son intercession, je suis persuadé que la Divine Providence a déjà désigné tous les serviteurs de ces chantiers et mis en place tous les moyens logistiques et matériels nécessaires. Déjà, à tous, Maman Marie redit : « Faites tout ce qu’Il vous dira ».Je sais aussi que l’ennemi ne manquera pas de mettre des bâtons dans nos roues (ses « bâtons » favoris étant la division, la jalousie, le découragement, la peur, la procrastination, la critique…), mais je sais aussi que, le cas échéant, Elle saura dire à son Fils : « Ils n’ont plus de vin ».
Alors : « Même pas peur ! »
OUI, n’ayons pas peur !
Au contraire, redisons : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime, je… ! »
En avant pour ECCLESIA’M 2020 !
Montre Jésus !

+ David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre et Fort-de-France

Voir plus…

Une relecture contemporaine de L’Utopie de More

Où l’on découvre que Thomas More promouvait déjà une réforme écologique et décroissante et démontrait les excès à venir d’une société au capitalisme débridé.

Par quoi il advient que certains laboureurs, circonvenus par des tromperies, ou opprimés par violence, ou lassés par des injures, sont dépouillés et dénués de leurs terres, ou sont contraints de les vendre, afin qu’un avaricieux qui n’a jamais suffisance, et qui est une peste en son pays, augmente son territoire et en un circuit enclose quelques milliers d’arpents de terre. 

sign-1024x599

L’or vert d’Alep menacé

captureDe même que la fabrication de la Chartreuse a dû s’exiler en Espagne, la fabrication de ce merveilleux savon d’Alep s’est exilée en France. En attendant un retour dans sa ville d’origine, nous l’espérons !

L’air embaume l’olive et le laurier. Les chromes de deux immenses cuves étincellent dans le petit matin de septembre. Juché sur son échafaudage, un homme en blouse blanche scrute la pression qui s’y accumule. Il parle un arabe aux accents de la vallée de l’Oronte, en Syrie. Hassan Harastani est l’un des plus grands maîtres savonniers de son temps. Dans son pays, il fabriquait des savons d’Alep destinés aux hammams du monde entier. Mais il a dû fuir. C’était l’exil ou la mort. Il n’a pas tourné le dos à son pays pour autant.

Voir plus…

Aidons le père Riffard !

capture

La charité. Rien n’illustre mieux ce mot que le sacerdoce du père Riffard, humble curé de Saint-Etienne. Aidons cet homme de Dieu et cet homme de bien à continuer d’accueillir, en sa modeste église, toute la misère du monde. C’est là où réside le génie du christianisme et le destin de la France.

Par François Miclo

Voir plus…

Dieu parle : écoute et apprends

L’éminent bibliste Jan Joosten, met en ligne le manuscrit d’un article publié dans un ouvrage qui vient de paraître : Genèse 2, 17 : L’arbre de la connaissance du bien et du mal (éd. Matthieu Arnold, Gilbert Dahan, Annie Noblesse-Rocher; Paris: Cerf, 2016). L’article s’intitule : « L’arbre de la connaissance du bien et du mal dans son contexte biblique ».

Ce texte exégétique a de l’intérêt à plus d’un titre : d’abord il contribue savamment à mettre en garde contre une interprétation de l’interdit divin de consommer de l’arbre de la connaissance bien et mal, qui serait par trop subordonnée à la parole que le serpent adresse à Eve. Jan Joosten met bien en évidence le fait que la parole du serpent est fondamentalement mensongère. Dieu ne refuse pas à l’homme une part de la connaissance, et il ne veut pas le frustrer. Dès lors, il faut se dégager de cet a priori pour comprendre ce commandement que le Seigneur donne à l’homme.

Lire la suite

Les cathos contre les robots

La société Saint-Vincent de Paul réalise un clip saisissant sur la robotisation croissante de l’assistance aux personnes. La question du remplacement de l’humain par la machine dans les politiques sociales et, plus généralement, celle des conséquences de l’avènement de la nouvelle ère numérique, restent totalement absentes du débat public à l’heure où les candidats rivalisent de petites phrases sur l’identité française et la place de l’Islam dans notre société.

http://www.ssvp.fr/actions/b-e-n-bionically-engineered-nursing/