Le repos, pour quoi faire ?

Troisième cahier Travail de Pro Persona « Pour une finance au service de l’économie, et une économie au service de l’homme ».

Le sens plénier du repos, l’otium, est de permettre à l’homme de vivre autre chose que le travail. Un homme ne se réduit pas à son métier, aussi prenant soit-il, ni à son travail, aussi utile soit-il. Le repos n’est donc pas seulement une parenthèse entre deux épisodes de travail, une simple pause, mais un temps et un espace où l’homme peut faire l’expérience, tout simplement, de la gratuité.

Pour s’abonner aux cahiers

 

« Pourquoi je suis prêtre… »

Un drame de la vie, un drame pour l’Église. Jean Baptiste, jeune prêtre de 38 ans, s’est donné la mort.

Qu’un homme se supprime, c’est toujours un drame effroyable.

Mais quand cet homme est prêtre, tout le monde chancelle. Un peu comme si l’on touchait à un mur porteur.

La mort dramatique de ce frère vient nous rappeler, au cas où nous l’aurions oublié, qu’un prêtre n’est épargné d’aucun des combats qui traversent la vie de tout homme.

Sidéré par ce mail sur mon écran d’ordinateur, je prie pour sa famille, ses proches, ses paroissiens… C’est en pensant à leur douleur que ce soir, je ressens le besoin de dire et d’écrire pourquoi je suis prêtre.

Lire la suite sur le blog du P. Pierre-Alain Lejeune

Vous aimez la bière ?

Alors un pèlerinage en Terre Sainte s’impose !

Des archéologues ont découvert au nord d’Israël, probablement, la plus vieille brasserie du monde. Il y a 13 000 ans en effet, une boisson proche de la bière aurait sans doute été servie lors de cérémonies natoufiennes.

Il s’agissait d’un breuvage assez différent de la bière actuelle ressemblant plus à un mélange de plusieurs ingrédients formant un genre de porridge. Une boisson bien moins forte en alcool mais fermentée.

« Si nous ne nous trompons pas, nous avons affaire au plus ancien témoignage de production d’alcool de quelque type que ce soit au monde ».

Des journées très franciscaines

Nous ne sommes pas encore le 4 octobre, fête de la saint François d’Assise et, pourtant, les Franciscains – ou certains de leurs illustres membres – marquent l’actualité !

Aujourd’hui, 20 septembre, il s’agit du Centenaire des stigmates de Padre Pio !

Tandis que Pierre Moracchni nous signale qu’il aurait été de bon ton de manger un… chausson aux pommes pour le 17 septembre ! 😉

L’anorexie, maladie du mensonge

Mathilde Berg, ex-anorexique, auteur de deux ouvrages : Sur un fil et Face à Face, se confie sur ombresetlumière.fr :

Maintenant je décris l’anorexie comme une maladie du mensonge. On ment aux autres. À force de leur mentir, on se ment à soi-même, et on ne s’en rend plus compte. Parfois, on a l’impression d’y mettre du sien, mais ce sont juste des concessions qui participent à un énorme mensonge, du type : « je me pose devant la télé mais je vais me promener une heure ensuite ». À un moment, je me suis découvert un engouement pour les exercices de musculation. Je croyais que ça me faisait plaisir alors que c’était juste un moyen de me rassurer. Je pouvais manger plus, je gardais à côté une soupape…

Revue de Presse : formations en ligne, jeunes et pape, politique vaticane…

Après la rentrée des classes, c’est la rentrée du caté…

Les catéchistes vont reprendre leur travail auprès des enfants, mais certains vont aussi entrer en formation. Famille Chrétienne présente sur son site Web trois lieux où ils pourront se former en ligne ! Car c’est là l’innovation : aujourd’hui, il n’y a plus forcément besoin de se déplacer pour suivre une formation, on peut le faire depuis son canapé… « Les cours en ligne offrent une grande flexibilité dans leur suivi, idéale pour les mères de famille surbookées et autres jeunes pros qui font les 3/8 au bureau » explique ainsi l’hebdomadaire.

Et il nous présente ainsi le CIF (Centre pour l’Intelligence de la Foi), « qui redonne toutes les bases de la culture chrétienne et permet d’approfondir sa foi ». Avec une proposition double, à savoir soit des cours en présentiel à Paris, soit par podcast audio. Le point de départ de la formation n’est autre que la Bible, source inépuisable sur toutes les questions nouvelles qui se posent à nous aujourd’hui.Lire la suite

Dons aux associations : encore un effort … vraiment !

les-dons_articleIl y a un an déjà en ces colonnes, nous nous inquiétions de la chute des dons aux associations. Famille chrétienne indique que, suite dans un contexte fiscal en pleine évolution, la situation semble avoir empiré :

« La collecte est nettement moindre. On sent un essoufflement des dons », prévient Olivier Loock, directeur de la recherche de fonds des Petits Frères des Pauvres, qui œuvrent auprès des personnes âgées isolées. « Sont menacés les gens qu’on accompagne et ceux qui pourraient réduire leurs impôts. Tout le monde est perdant ! » Même son de cloche à la fondation Habitat et Humanisme, au Secours catholique, aux Apprentis d’Auteuil ou au Collège des Bernardins. Selon France Générosité, le syndicat qui regroupe les associations et les fondations, la baisse serait de 50 % entre 2017 et 2018.

L’article est à retrouver ICI. Vous avez des moyens ? Donnez, même un peu, en espérant que cette alerte sera prise en compte par nos gouvernants …

Près de Naples, la Gare de l’âme

Dans La Scampia, un quartier populaire de la banlieue de Naples, une communauté de moines franciscains vit depuis 1976 avec tout ce que l’homme jette : des fruits et des légumes qui ne se vendent pas, des aliments qui vont bientôt être périmés… et même un train de la Ferrovia dello Stato, l’équivalent de la SNCF en Italie. En effet, cinq beaux wagons des années 1940 ont été transformés en couvent. Il est aujourd’hui connu sous le nom de la Gare de l’âme.

Mgr Rougé, évêque de Nanterre

Depuis dimanche 16 septembre, le diocèse de Nanterre a (enfin !) un nouvel évêque puisque Mgr Matthieu Rougé, évêque nommé depuis le 5 juin, a reçu l’ordination épiscopale et a été installé sur la cathèdre comme il se doit. On peut revoir cette grande célébration grâce à KTO :

On peut également lire l’homélie de Mgr Aupetit (« Ta feuille de route, cher Matthieu, est très claire. Elle t’est donnée par le Seigneur lui-même : « Prends ta croix » ! Est-ce à dire que le diocèse qui t’est confié est difficile ? Non, assurément, servir ici est une vraie joie. Mais je sais que tu aimes déjà ce peuple dont tu deviens le pasteur. Et celui qui aime saisit nécessairement qu’il accueille la croix. Une vie sans croix est une vie sans amour ») ou encore le premier discours de Mgr Rougé, plein de remerciements, comme il se doit mais aussi non d’un programme mais d’intentions de prières, valables pour tous !

Prière et jeûne

Remi de Maindreville, sj, et Marie-Caroline Bustarret dans Christus :

Le pape François invite tous les baptisés à un « exercice pénitentiel du jeûne et de la prière » de manière à engager « une conversion de l’agir ecclésial » qui puisse mettre fin aux abus et au cléricalisme qui les encourage. À première vue, cette proposition semble largement insuffisante pour beaucoup d’hommes et de femmes de bonne volonté qui sont saisis par l’ampleur du mal gangrénant l’Église. Nous entendons d’ores et déjà des voix s’élever pour dire que ce n’est pas avec de belles paroles et des actes de piété que l’on va résoudre ce problème, car c’est aux racines du mal qu’il faut s’attaquer. Or, en dénonçant le cléricalisme, le pape François pointe les racines du mal et, en appelant à la prière et au jeûne, il propose, contre toute apparence, une piste d’action concrète. Pourquoi et comment ?

Un choc bienfaisant…

Jean Vanier sur Aleteia :

Aujourd’hui, ma vie est super. Le matin, je prie et je lis. Je prends un repas dans mon foyer deux fois par semaine et je marche 40 minutes par jour. La vie passe très vite. Cette crise cardiaque était un choc… mais bienfaisant.

Revue de Presse : Pédophilie dans l’Eglise, SSF,…

Sur le front des affaires de pédophilie, chaque semaine apporte son lot de révélations et de mea culpa. Hier, ce sont les évêques de France qui ont publié un message au peuple de Dieu qui est en France. A la suite du pape François et de sa lettre à tous les fidèles du 20 août dernier, qu’on peut lire sur le site du Vatican entre autres, le conseil permanent des évêques de France a voulu lui aussi traiter cette abomination au cours de sa session de rentrée en publiant ce message. Ils y écrivent entre autres : « Nous appelons chaque baptisé, quelle que soit sa responsabilité dans l’Eglise, à s’engager (et ils citent le pape François) « dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin ». C’est par l’engagement et la vigilance de chacun que nous parviendrons à vaincre cette calamité des abus dans l’Eglise ». Pointant l’importance de l’écoute des victimes, et la juste place qui doit leur être accordée, ils reviennent sur le cléricalisme dénoncé par le pape en écrivant : « La crise que traverse l’Eglise catholique aujourd’hui, le profond désarroi dans lequel sont plongés beaucoup de fidèles et de clercs sont une invitation à travailler à la juste place de chacun. A la suite de l’appel du Pape maintes fois exprimé, nous invitons à travailler cette question de l’autorité partout où elle se pose dans l’Eglise. C’est ensemble – dans un souci de communion véritable – qu’il nous faut veiller à ce que tous exercent pleinement leur responsabilité. »Lire la suite

Au sujet de la crise dans l’Eglise…

Chez Radio Vatican :

Le Pape François, après avoir consulté le Conseil des cardinaux, a décidé de convoquer une réunion avec des présidents des conférences épiscopales de l’Église catholique sur le thème de la protection des mineurs. La réunion avec le Pape se tiendra du 21 au 24 février 2019.

 

Message de la Conférence des Evêques de France :

La crise que traverse l’Eglise catholique aujourd’hui, le profond désarroi dans lequel sont plongés beaucoup de fidèles et de clercs sont une invitation à travailler à la juste place de chacun. A la suite de l’appel du Pape maintes fois exprimé, nous invitons à travailler cette question de l’autorité partout où elle se pose dans l’Eglise. C’est ensemble – dans un souci de communion véritable – qu’il nous faut veiller à ce que tous exercent pleinement leur responsabilité.

Dans ces épreuves qui nous atteignent, nous évêques, avec force et humilité nous en appelons à la foi des uns et des autres. C’est le Christ qui est notre Roc. Il nous a promis qu’il ne nous ferait jamais défaut. Nous vous lançons cet appel : « Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous ».

 

Différents textes des évêques de France à retrouver sur cette page.

Le Pape François au Japon en 2019 ?

C’est ce que le Pape a annoncé ce matin, au cours de l’audience générale :

 

Au mois de mai dernier, les maires de Nagazaki et Hiroshima l’avaient invité à se rendre dans les deux villes.

Pensée du jour

Les plus religieusement célibataires que j’ai connus, seuls par choix à cause du Royaume des Cieux, n’avaient en eux, à première vue, rien qui puisse évoquer le célibat. En revanche ils avaient reçu une copieuse ration de volonté qu’ils essayaient de rendre bonne.

Madeleine Delbrêl

Notre société cherche en permanence à réduire notre liberté

Dans Limite, un article sur nos limites exploitées par les entreprises… et sur nos possibilités de protection

L’ennemi de la société marchande est la liberté, ou pour être plus précis, le libre arbitre de l’Homme, c’est à dire sa capacité à prendre des décisions, faire des choix en conscience. Notre société cherche en permanence à réduire notre liberté. La société moderne est une « conspiration contre toute forme de vie intérieure » nous prévenait déjà Bernanos. Cette liberté est une des caractéristiques propres à l’Homme qui fonde sa valeur et qui révèle sa dignité ; elle est « une nourriture indispensable à l’âme humaine » nous rappelle Simone Weil. Ainsi, la société moderne déteste la liberté humaine, elle veut la détruire pour n’avoir que des consommateurs guidés par leurs pulsions. La question de la liberté se pose de manière encore plus forte concernant les nouveaux appareils connectés…

Tribune des médecins en soins palliatifs du Nord sur l’euthanasie

« L’Église n’a jamais été une communauté idéale »

L’Évangile n’idéalise pas l’histoire du Salut. Et quand éclate, comme à bien des heures sombres de l’histoire de l’Église, tel ou tel scandale, telle ou telle injustice ou autre crise douloureuse, même si nous en avons beaucoup de peine, nous n’avons pas à en être surpris. Pas plus que la généalogie de Jésus ni que le groupe de Douze Apôtres, l’Église n’a jamais été une communauté idéale et sa sainteté ne se confond jamais avec l’improbable impeccabilité de ses membres. Venir à l’Église pour y trouver autre chose que le Christ sauveur, comme l’avait écrit Georges Bernanos, c’est s’assurer d’être déçu, mais celui qui attend de l’Église qu’elle le mène au Christ ne sera pas déçu. « Ce n’est pas la parole de l’Église qui nous fait accepter Jésus, mais c’est la parole de Jésus qui nous fait accepter l’Église » écrit le père Raniero Cantalamessa.

Homélie de Mgr Camiade, évêque de Cahors, pour le 8 septembre, fête de la nativité de Marie

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite

Rentrée, bienveillance et Twitter : #LesProfsDeMaVie

FRANCE-EDUCATION-SCHOOLVous avez peut-être vu passer le hashtag #LesProfsDeMaVie sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter. Il a catalysé nombre de témoignages reconnaissants et bienvenus en cette rentrée scolaire, preuve que les réseaux peuvent aussi organiser la bienveillance ! Le journal Le Monde en a tenté une recension dans ses colonnes :

A ceux qui leur ont appris à lire, à ceux qui ont été des « guides lumineux », « merveilleux », ceux grâce à qui ils ont « rencontré » Pagnol, Yourcenar, Stravinsky. Ceux qui ont « éclairé », « aidé », « sauvé », « emmené au musée » et « pris le temps d’instruire » le fils d’ouvrier ou de caissière. Les madame C. et monsieur W., sans qui ils n’auraient « jamais approché la musique à la maison », et grâce à qui ils se sont soudainement et passionnément « épris de guitare classique ».

Une heureuse cascade de témoignages reconnaissants, à laquelle nombre d’enseignants ont témoigné avec gratitude, recevant cela comme une vraie source de motivation ! C’est à retrouver ICI. Grand merci aux enseignants qui remplissent une mission si utile !

L’écologie et nous : encore du travail !

mgr_benoist_de_sinety_495x290_sept2018_rcfEn ce Week-end de Marche pour le climat, l’édito récent de Mgr Benoist de Sinety sur les ondes de RCF doit résonner à nos oreilles :

Or c’est bien de cela qu’il s’agit : en nous persuadant que nos actions ne sauraient changer la face du monde, nous exigeons capricieusement que les Etats bougent tout en contestant à l’avance le bien-fondé de leurs décisions. Mais les Etats ne pourront faire mieux que nous : comme si les lois changeaient la face du monde ! Il serait temps que le citoyen post moderne de nos pays riches apprenne à devenir adulte dans sa manière de vivre, de jeter, de consommer et de produire. Qu’il accepte d’entendre que tout a un impact : les gestes les plus quotidiens, les plus anodins et que de ceux-là il en est le seul responsable.

Il y parle de Nicolas Hulot, de l’urgence de la situation mais aussi de Simon & Garfunkel et c’est à retrouver ICI.

En complément, nous devons changer nos modes de vie, oui, mais sans doute aussi, comme citoyens, faire pression sur nos élus pour que les choses changent. C’est le message de 700 scientifiques français dans les colonnes de Libération que l’on peut retrouver LA.

Lettre de rentrée de Mgr Aupetit

Lettre de rentrée de Mgr Aupetit
Lettre de rentrée de Mgr Aupetit

L’archevêque de Paris, Mgr Aupetit, a écrit pour la rentrée aux prêtres, diacres, salariés et bénévoles du diocèse de Paris. Il y fait des annonces pour poursuivre l’élan amorcé au temps du cardinal Lustiger, une dynamique qui « porte toujours beaucoup de fruits » et dont certains éléments sont repris avec bonheur dans d’autres diocèses.

Parmi ces annonces : un travail autour de la mission des Laïcs en Mission Ecclésiales, afin de « resituer plus justement [leur] place » ; des petites fraternités de vie pour les diacres ; un renouveau de la présence de l’Église auprès des malades ; une attention particulière à donner aux vierges consacrées, dont le nombre augmente et dont la place en paroisse est à réfléchir ; l’accueil de couples dans les maisons où vivent les séminaristes, ce qui constituera sans aucun doute un atout dans leur formation humaine et spirituelle, etc.

Pour lire cette lettre, et découvrir l’ensemble des projets, c’est sur le site du diocèse de Paris.

 

 

« Les séminaristes sont amenés à admirer ce que font les laïcs. »

Interview du nouvel archevêque de Bourges dans Paris Notre-Dame

Vous avez été à la tête de l’Œuvre des Vocations et directeur, puis supérieur du Séminaire de Paris. Avez-vous noté une évolution dans la formation des séminaristes ?

Oui, notamment dans l’exigence de la fraternité et la collaboration avec les laïcs. À travers la vie en maisons situées en paroisse, les séminaristes sont amenés, aujourd’hui, à admirer ce que font les laïcs. Et donc à mieux comprendre leur ministère de prêtre, à savoir : servir la communauté qui leur est confiée. Les laïcs ne sont pas les exécutifs du prêtre. Ils doivent discerner, avec les prêtres, sur la vie et l’avenir de la communauté ecclésiale. C’est tout l’objet du travail mené avec le cardinal André Vingt-Trois autour des conseils pastoraux. Je pense qu’une partie du cléricalisme, critiqué aujourd’hui par le pape, vient de la tentation identitaire de notre époque. Dans l’Église, on peut parfois être tenté de se donner sa place dans la communauté au lieu de la recevoir.

« Avant chaque match, j’en demandais un peu plus au Seigneur »

Interview de l’avant-centre des Bleus dans le Parisien

Si vous pouviez remercier une personne pour ce titre, quelle serait-elle ?

Jésus-Christ. Il m’a construit, aidé en tant qu’homme et joueur professionnel, en me donnant confiance, persévérance et foi pour ne jamais rien lâcher. Pendant ce tournoi, on avait une bonne étoile au-dessus de nous. Un ange gardien.

Vous avez prié avant la finale face à la Croatie ?

Comme avant chaque match. A chaque fois, j’en demandais un peu plus au Seigneur. Parce que c’était la dernière marche et que j’avais encore plus besoin de lui. J’ai été entendu.

Rester fidèle(s)

Une chronique d’Erwan Le Morhedec, à propos des douloureux événements qui secouent l’Église :

« Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons aborder le reste. Soigner les blessures […] Il faut commencer par le bas » (Pape François, 2013). Ça ne devrait pas être si difficile car, en bas, nous y sommes jetés. Quand la parole est ainsi discréditée, reste l’humble témoignage.

Un LGBT catholique est … un catholique !

Nutopiabig-1C’est en substance et parmi bien d’autres choses ce que le Père jésuite James Martin rappelle dans les colonnes de Têtu.

[Que diriez-vous à un jeune LGBT+ français qui ne veut plus avoir la foi, qui s’est détourné de l’Eglise ?] Je lui dirais : tu as été baptisé, tu fais donc autant partie de l’Église que le pape, un évêque ou le curé local. Que personne ne vienne te dire le contraire. Non seulement l’Église est ta maison, mais elle a aussi besoin de toi. Si un prêtre ou un autre membre de la paroisse ne t’a pas fait sentir comme étant le bienvenu, défie-le. Comme a dit Jésus : « Secouez la poussière de vos pieds ». Trouve une paroisse où tu te sentiras bien et accueilli. Pourquoi laisserais-tu quelqu’un te chasser de chez toi ? Mais surtout, n’en doute jamais : c’est aussi ton Église.

Très intéressant échange où il revient longuement sur l’interprétation qu’on a faite de récents propos du Pape François sur l’homosexualité … Heureux de voir que malgré les polémiques et les blessures de part et d’autre ce type de publication puisse avoir lieu ! Elle est à retrouver ICI.

« Sister Aretha » : la foi et l’espérance [carte postale]

thumbnail_image1Tous les amateurs de Soul ont été accablés par la disparition d’Aretha Franklin. Mais ne considérer que l’artiste sans considérer la croyante est pour Bertrand Dicale dans le Huffington Post une erreur d’appréciation :

Elle est sister « selon l’esprit » et non « selon la chair » pour des millions d’Américains, c’est-à-dire sœur en foi, revenant encore et toujours à la même parole fondatrice. Il ne s’agit pas seulement de l’emprunt d’une technique vocale aux usages des églises protestantes, mais bien d’une affirmation haute et claire d’appartenance à ce peuple chrétien pour qui Dieu est une présence concrète et quotidienne dans l’existence, et non pas seulement l’ami des dimanches.

Lire la suite

Rentrée 2018 : faire du neuf !

 

cropped-page_missionsPas nécessairement facile la rentrée mais peut-être un moment pour l’espérance et une invitation à faire autrement, notamment en termes de solidarité … C’est ce à quoi le Père Bernard Devert, fondateur d’Habitat et Humanisme, nous invite sur son blog :

Pour que cette rentrée ait vraiment du sens, il convient qu’elle traduise une attention plus grande à la solidarité. Il ne suffit pas de l’appeler mais de la construire, finalement se rendre présent là où des hommes et des femmes perdent pied. Pour Jacques Ellul l’homme libre est celui qui décide d’espérer. L’espérance n’est jamais un futur mais un présent revisité pour transformer l’avenir.

Une perspective ouverte dans la vie de chacun, à retrouver ICI

Du changement à Paris

Sur paris.catholique.fr :

Suite à la nomination de Mgr Jérôme Beau comme archevêque de Bourges et de Mgr Éric de Moulins-Beaufort comme archevêque de Reims, Mgr Aupetit a nommé les Pères Alexis Leproux et Philippe Marsset vicaires généraux du diocèse de Paris, à compter du 3 septembre 2018.

Éduquer par le cinéma

Recension du livre de Sabine de La Moissonnière par Jean-Baptiste Noé :

Les adultes disposent de guide permettant de discuter du film avec les enfants. Cela a l’avantage d’aller au-delà de la projection et de proposer une véritable réflexion. Les films analysés sont très variés (français, américains, européens), d’époques différentes (des années 1940 à nos jours) et classés par thèmes. Ainsi, en fonction des goûts de chacun ou des envies du moment, il est facile de trouver le film que l’on souhaite.

En ces temps de rentrée…

… quelques traits de la pédagogie ignatienne, qui peuvent peut-être inspirer tout éducateur ! 🙂

« La pédagogie jésuite est une pédagogie du sens, une pédagogie du face à face qui se fonde sur l’a priori favorable à l’autre. Elle encourage le travail en synergie et le travail en équipe : un travail qui permet de partager et de construire dans la discrétion, le respect mutuel et l’écoute réciproque.

Former des esprits larges, ouverts, positifs ; éveiller dans les cœurs de grands désirs, de grandes ambitions pour l’homme, pour toute l’humanité. » 

En découvrir plus >>

Se motiver pour la sauvegarde de la Création

En cette Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, nous sommes appelés à penser nos modes de vie. Et si nous sommes convaincus en théorie, dans la pratique il nous est parfois difficile de mettre en œuvre les comportements adaptés. C’est sur cet écart que le psychologue norvégien Per Espen Stoknes a travaillé comme nous le rapporte la revue Usbek & Rica :

Pourquoi sommes-nous incapables d’agir pour éviter les catastrophes climatiques que nous voyons venir ? Dans un Ted talk, le psychologue norvégien Per Espen Stoknes répond que les principales barrières sont dans notre tête. Mais aussi que les solutions pour nous sortir du déni et changer enfin nos comportements existent.

Des perspectives à retrouver ICI