Personne ne sera sauvé tout seul !

Hier a eu lieu une rencontre inter religieuse pour la paix grâce à Sant’Egidio à Rome ! « Pour un regard français, profondément éprouvé par l’assassinat de Samuel Paty, décapité en pleine rue, la Rencontre interreligieuse de Sant’Egidio pour la paix, à Rome, revêtait une gravité particulière. Parmi les participants : le pape François, le président italien Sergio Mattarella, le patriarche œcuménique de Constantinople, orthodoxe, Bartholomée, le grand rabbin de France Haïm Korsia, un représentant du grand imam d’Al-Azhar Ahmed Al-Tayyeb, mais aussi des responsables sikh et bouddhiste. Tous venus porter le message que nul ne peut « se sauver tout seul ». » En savoir plus dans l’article de La Vie >>

Sans peur et sans reproche… RIP

Jean-Christophe Parisot de Bayard, premier préfet handicapé mais aussi diacre permanent, est décédé ce dimanche. L’occasion de relire son portrait dans La Vie, celui d’un homme battant et plein d’espérance comme on aime les trouver : « Le Seigneur ne nous demande pas de cacher nos souffrances dans un geste de masochisme héroïque, mais de les partager, d’en faire offrande. Alors tout enfermement moral, social, physique peut être dépassé. Notre société valorise l’autonomie, alors que la dépendance est la condition première de l’être humain et celle du bonheur : l’enfant a besoin des parents, l’adulte, du conjoint, la personne âgée, de sa famille. Aujourd’hui, je n’ai ni mains, ni jambes, ni poumons ; mon bonheur, je le trouve dans cette dépendance qui me permet de rencontrer mon prochain et, à travers lui, d’accéder au Tout-Autre »

Un labrador pistache

« Une naissance pour le moins originale. Le 9 octobre, deux agriculteurs de Sardaigne en Italie découvrent leur femelle labrador en plein travail. Un, deux, trois… Elle finit par donner naissance à cinq chiots. Mais surprise, l’un d’entre eux est… vert ! » Un chiot écolo ? En tout cas, un phénomène rare mais naturel, vous pourrez en retrouver l’explication dans les Dernières nouvelles d’Alsace >>

Un cousin du Chatmaritain gagne un concours !

Le concours de la photo animalière 2020 ! Peut-être pas lui mais en tout cas, le photographe de celle-ci. Comme l’écrit Le Monde : « Il aura fallu onze mois au photographe russe Sergey Gorshkov pour prendre ce cliché d’un tigre de l’Amour, une espèce particulièrement rare, dans son habitat naturel. » Pour en savoir plus sur ce splendide cliché et son histoire qui nous parle aussi de la Création, allez lire l’article par ici >>

Festival des Heures

Peut-être que vous priez la liturgie des heures ou peut-être pas : le collège des Bernardins vous propose lui une série de concertes et d’événements au rythme monastique (sans doute y aura-t-il des adaptions horaires du fait des règles sanitaires). Un beau programme ! >>

Fraternité interreligieuse en chansons

22316597Hier nous vous parlions d’un chanteur profane qui chante un cantique chrétien, aujourd’hui nous vous parlons de trois chanteurs croyants qui interprètent du profane. Le trio, composé d’un prêtre catholique, d’un chantre juif et d’un artiste mulsulman, s’appelle Ensemble et a sorti son premier album tout récemment. Leur rencontre s’est faite entre autres sur l’envie de monter un projet de fraternité, après les attentats du Bataclan et l’assassinat du Père Jacques Hamel.

L’idée de ce projet « est de prouver à celles et ceux qui n’y croiraient plus ou qui diraient le contraire que l’on peut avoir des traditions singulières, particulières et se retrouver sur un projet. » Philippe Darmon [le chantre juif] ajoute : « C’est la possibilité de vivre ensemble, être différents mais de chercher le commun et pas de chercher les différences. Et donner peut-être l’exemple à d’autres. » […]« On est capables de surmonter les différences mais il n’est pas seulement question de les surmonter. C’est même d’en faire plutôt un atout, » confie Matthieu de Laubier en précisant : « C’est tout le sens d’un disque à trois voix, très différentes les unes des autres. C’est agréable les différences ! »

Lisez la suite de l’interview sur France Info ICI, achetez l’album LA, et visionnez ci-dessous leur premier clip :

Lire la suite

« La religion pourrait un jour aider mes enfants. »

img_5329Très beau témoignage de Marie P., alias « Maman Pirouette », dans les colonnes du Huffington Post et sur son blog, intitulé « Non-croyante, j’ai baptisé mon enfant à l’Eglise. » ! Elle a été baptisée et se dit non-croyante, son conjoint est croyant et non-pratiquant, et ils ont choisi en conscience de baptiser leur aîné puis leur cadet à l’église.

Je me suis mise à penser que peut-être, la religion, pourrait un jour aider mes enfants. Et ce n’est pas parce que moi, je ne crois pas en un Dieu en particulier que je ne crois en rien. Et ce n’est pas une raison pour que je laisse cette porte fermée pour mes garçons alors qu’ils pourraient en ressentir le besoin.

Au baptême de son cadet, elle nous livre la touchante réponse qu’elle a apportée à la question « Que voulez-vous pour votre enfant ? » :

Lire la suite

Faire la paix avec des pizzas

pizzas-de-la-paix-specialites-1Le 21 septembre, c’était la Journée internationale de la Paix. L’agence créative Creapills nous signale une belle initiative : au Vietnam, la chaîne Pizza 4Ps’ a créé et mis en vente des « pizzas de la paix ». Kesako ? Le mélange de saveurs issues de pays en conflits pour créer l’unité… dans l’assiette.

On retrouve dans les menus, la pizza “Israël-Palestine” (mélange d’houmous au zaatar et de musakha), la pizza “Chine-États-Unis” (mélange de crevettes épicées et des ailes de poulet à la mode de Buffalo) et enfin la pizza “Inde-Pakistan” (mélange de palak paneer et de kebab). Chaque pizza de la paix est livrée dans une boîte en carton agrémentée d’une petite fleur qui se déplie en origami pour renforcer le sentiment de paix et de sérénité. […] Les couleurs des fleurs ont été choisies en fonction des drapeaux des pays représentés.

Lire la suite

« Bénédictions cachées » et « réservoirs de fraternité » !

amp_mc_SSR0110Les temps sont sombres et l’incertitude ambiante … Et pourtant, il est des chrétiens lucides sur le monde qui savent partager intelligence et espérance ! C’est le cas de Michel Camdessus, Président d’honneur des Semaines Sociales de France et ancien Directeur général du Fonds Monétaire International, et d’Anne-Marie Pelletier, théologienne et bibliste, réunis ce 1er octobre par les Semaines Sociales de Rueil sur le thème « Le monde et l’Eglise de demain : quel engagement nécessaire de chacun ? ». Petit florilège de leurs propos :

« Des risques mortels menaçaient le monde, la Covid en a créé de nouveaux. Mais il existe des « bénédictions cachées » ! Soyons des artisans de civilisation ! » « Restons en résistance d’espérance ! Il existe de formidables réservoirs de fraternité ! »

La vidéo de ces échanges ci-dessous et sur la chaîne Youtube des paroisses de Rueil-Malmaison [au passage : animés par votre serviteur !] :

Lire la suite

Appel à la fraternité et à l’espérance !

téléchargerComment ne pas vibrer à l’accueil de la nouvelle encyclique du Pape François, Fratelli Tutti ! Un constat lucide sur les souffrances du monde, une contribution majeure à la Pensée sociale de l’Eglise et aussi un appel à l’espérance :

Malgré ces ombres épaisses qu’il ne faut pas ignorer, je voudrais évoquer dans les pages suivantes nombre de chemins d’espoir. En effet, Dieu continue de répandre des semences de bien dans l’humanité. La pandémie récente nous a permis de distinguer et de valoriser de nombreux hommes et femmes, compagnons de voyage, qui, dans la peur, ont réagi en offrant leur propre vie. Nous avons pu reconnaître comment nos vies sont tissées et soutenues par des personnes ordinaires qui, sans aucun doute, ont écrit les événements décisifs de notre histoire commune : médecins, infirmiers et infirmières, pharmaciens, employés de supermarchés, agents d’entretien, assistants, transporteurs, hommes et femmes qui travaillent pour assurer des services essentiels et de sécurité, bénévoles, prêtres, personnes consacrées … ont compris que personne ne se sauve seul.

Un texte à découvrir au plus vite ICI et méditer en prenant son temps, seul et avec d’autres …

Nous préférons confier notre terre à saint Gilles, plutôt qu’aux produits chimiques !

Une histoire racontée par nos amis de chez Divine Box.

Fondé en 1985, le monastère de la Protection de la Mère de Dieu de Solan (situé en Provence) est un monastère orthodoxe français. C’est une fondation du mythique monastère de Simonos-Pétra, situé en Grèce sur la presqu’île Mont Athos, uniquement peuplée de moines. Ils sont plus de 2000 à encore prier et travailler sur ce territoire unique au monde. 

Aujourd’hui, 17 moniales orthodoxes suivent les préceptes de saint Basile (IVe siècle), qui sont assez ascétiques, et organisent la journée autour de la prière et du travail, avec une touche particulière sur la connaissance de Dieu.

Et le monastère de Solan est notamment connu dans le milieu monastique car tous leurs produits sont bio ! En effet, par respect pour la création, les sœurs du monastère de Solan entretiennent leur jardin sans aucun pesticide de synthèse, et utilisent seulement les ressources naturelles à disposition :

  • du fumier et du marc de raisin composté enrichissent les sols
  • des fleurs sont cultivées pour faire fuir les vers de terre
  • les haies attirent les oiseaux (prédateurs à insectes bien utiles) etc…

Mère Hypandia aime à plaisanter à ce sujet : « Nous préférons confier notre terre à saint Gilles, notre patron, plutôt qu’aux produits chimiques » !

Par ici pour acheter en ligne les produits du monastère de Solan (crème de tomates séchées, crème d’olives aux poivrons, sirop de menthe, sel au vin et au basilic etc…), miam !

Hérauts de l’espérance

téléchargerBeau témoignage vidéo de Luke et Katie, volontaires envoyés aux Philippines ! Comme tant d’autres propulsés, par la Fidesco ou la DCC ou d’autres encore, au service du frère, acceptant de transformer et de se laisser transformer ! Des héros et hérauts de l’espérance … Merci à eux et à ceux qui les accompagnent !

 

L’incertitude, une bonne nouvelle ?!

OIPPure provocation ! Nos vies étaient déjà pétries de risques, de doutes, de souffrances parfois et voilà que la Covid est arrivée ! Alors franchement, imaginer que l’incertitude puisse être une bonne nouvelle … ou une Bonne Nouvelle ! C’est ce que quelques auteurs nous proposent, en tous cas en considérant l’incertitude renouvelée dans laquelle nous sommes comme une opportunité qui peut apporter du Bon voire une .

Ainsi, Geneviève Radloff dans la revue SpirituElles nous propose de regarder notre quotidien au regard de l’expérience de quelques personnages bibliques et conclue :

Quand nous peinons à voir le projet de Dieu, évitons de dire: «Qu’est-ce qui m’arrive?» Accrochons-nous plutôt à ce que nous savons de Dieu, sa bonté, ses promesses, son amour pour nous, sa présence dans notre vie tous les jours jusqu’à la fin des temps. Ensuite, fortes de cette connaissance, cherchons à discerner comment réagir et avancer dans la bonne direction. L’avenir ne nous appartient pas. Mais chaque jour nous rappelle que la vie est précieuse.

Dans un autre registre, Aymeric Christensen, nouveau Directeur de La Vie, nous invite à accueillir l’incertitude, malgré toutes les fractures, souffrances et angoisses que la situation actuelle peut effectivement provoquer :Lire la suite

Les migrants, signes d’espérance ?

imageEn cette Journée mondiale du migrant et du réfugié (JMMR), ce titre pourrait sembler provocateur, tant les migrants portent, encore un peu plus, leur lot de détresses et de souffrances, et tant une partie de nos sociétés semble les considérer avant tout comme une menace. Pourtant, Michel Roy, alors interviewé par La Vie comme Secrétaire général de Caritas Internationalis, témoigne de la part prépondérante de l’espérance dans l’expérience des migrants qu’il accompagne :

Et puis il y a l’espérance ! Voilà ce qui caractérise le plus le migrant. Une valeur que beaucoup n’ont plus dans nos sociétés aseptisées, matérialistes, consuméristes, où tout coule de source… Le migrant peut nous aider à nous regarder autrement, à nous (re)découvrir humains, à vouloir vivre la solidarité, l’agir ensemble, à cheminer sur la route du développement personnel et social.

D’ailleurs, lors de la JMMR 2016, le Pape François accueillait ainsi les migrants sur la place Saint-Pierre :Lire la suite

Un RatMaritain ?

000_8qp2qd-2Comment appelle-t-on un Bon Samaritain … rat ?! C’est la question – d’importance – que l’on peut se poser à la vue des exploits de Magawa, rat-démineur au Cambodge notamment, dont nous parle Slate :

Parmi ces rats [des cricétomes des savanes], Magawa est le meilleur. En sept ans, il est parvenu à détecter trente-neuf mines antipersonnel et vingt-huit explosifs d’autres sortes. Pendant sa carrière de démineur, il a ainsi sécurisé plus de 141.000 mètres carrés, ce qui fait de lui l’animal le plus performant de [l’ONG belge qui l’emploie]. […] Magawa peut déminer une zone de la taille d’un terrain de tennis en 30 minutes, alors que la tâche prendrait plusieurs jours à un être humain équipé d’un détecteur de métaux.

Magawa a ainsi été récompensé d’une médaille d’or par PDSA, une organisation de charité anglaise d’aide aux animaux de compagnie. Le palmarès de notre RatMaritain de compétition ICI ou ci-dessous

Lire la suite

1.001 chrétiens porteurs d’espérance !

9782706719424C’est le sujet de « Incroyables chrétiens : 1.001 personnes qui ont changé le monde », livre de Dominique Boulc’h paru cet été aux éditions Salvator. Sophie Pelloux-Prayer nous en parle dans les colonnes de Panorama :

Saviez-vous que Max Havelaar ou Médecins sans frontières ont été fondés par des chrétiens ? Dominique Boulc’h, auteur et journaliste indépendant, choisit de mettre en lumière de nombreuses personnalités qui se sont attachés à rendre le monde meilleur. Plutôt que de cibler les travers d’Eglises imparfaites ou les manque des croyants, il rappelle, à travers ces portraits, que le christianisme a aussi été porteur de développements considérables et nous fait découvrir les origines chrétiennes de multiples initiatives, associations, institutions et labels.

Un nouveau bréviaire pour le Samaritain ?! A découvrir ICI

Pour reconstruire la société : engageons-nous !

FB-Event-500x262Notre société était déjà pétrie de fragilités avant l’arrivée du Covid, elle va s’en relever encore plus difficilement ! Comment ne pas imaginer la sollicitude du Christ encore plus aiguisée pour la situation de notre monde ? Mais que faire ? Au nom de quoi ? Comment ? C’est pour tenter de répondre à ces questions que les Semaines Sociales de France vous invitent à leur rencontre fin novembre (en ligne et localement) sur le thème « Reconstruire la société : engageons-nous ! ».

La sortie de la pandémie est un défi immense. Comment ne pas créer de nouveaux fossés, entre générations par exemple : retraités épargnés économiquement par la crise, jeunes confrontés au chômage et au poids de la dette contractée ? Comment ne pas sacrifier l’environnement à la volonté de faire repartir vite l’économie ?
Les catastrophes peuvent être des moments de transformations profondes, de nouveaux commencements.
Nous, Semaines sociales de France, voulons nous engager pour cette transformation. Malgré la complexité des sujets, malgré la faiblesse de nos moyens, nous croyons que chacun peut peser sur les événements : des intervenants, acteurs, experts et témoins
nous en convaincront. Nous élaborerons et proposerons ensemble des pistes de solution ; nous les travaillerons en ateliers ; nous les présenterons à ceux qui détiennent le pouvoir, les pouvoirs ; nous les interpellerons au cours de tables-rondes. Ces engagements doivent aussi être personnels : qu’allons-nous inscrire comme changement dans le quotidien de nos vies ?

Une quinzaine d’intervenants en plénière (parmi lesquels Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Cynthia Fleury, Véronique Fayet, Eric Salobir, Grégoire Catta, Dominique Quinio, Bertrand Badré), huit ateliers thématiques, la possibilité de rejoindre des groupes locaux qui travailleront – dans le respect des gestes sanitaires – à partager et débattre, … Une rencontre pour retrouver de l’énergie et des perspectives à nos engagements, quelques résolutions concrètes, à partager de manière démocratique, et l’occasion de se retrouver à beaucoup – même en ligne – pour partager nos engagements au service d’un monde qui en a besoin !

Le programme est ICI, pour s’inscrire c’est par LA !

Bravo Père Antoine !

pere-AntoineLundi 21 septembre, Journée internationale de la paix, la Fondation du Prix Aachen (Aix-la-Chapelle) pour la paix, a annoncé les lauréats de cette distinction pour l’année 2020. Parmi eux, le Père Antoine Exelmans, prêtre Fidei donum du diocèse de Rennes, installé au Maroc depuis septembre 2016

« L’hommage au prêtre catholique français installé au Maroc intervient en reconnaissance de ses actions en faveur des migrants irréguliers et personnes en transit au Maroc. «A Oujda, juste à la frontière algérienne, il accompagne les personnes en mouvement par son engagement. C’est là que la grande majorité des réfugiés entrent dans le pays et que le commerce de la migration s’est établi. […] Le Père Antoine est très dévoué au monde et aux gens. Sans discrimination quant à l’origine, le sexe ou la religion, il accompagne en particulier les personnes vulnérables et milite pour la justice. »Lire la suite

Belle soeur Angélique !

photo_2._angelique_2_560x320Soeur Angélique Namaika, religieuse de l’ordre des soeurs augustines, est à pied d’oeuvre depuis des années pour soulager les souffrances de son pays, la République démocratique du Congo. Primée par les Nations-Unies, repérée par les prix Aurora, soutenus par la Fondation Caritas, cette religieuse, après avoir consacré des années à guider les jeunes, y compris les futures religieuses, et à leur enseigner l’histoire, la géographie et la religion, a créé un Centre pour la réintégration et le développement, dans lequel plus de 22.000 femmes seront accueillies, puis un orphelinat, devenu clinique pédiatrique.

Angélique Namaika vit dans un grand et beau pays qu’est la République démocratique du Congo. Malheureusement, au cours des dernières décennies, cette terre a été cruelle envers ses propres enfants. Plongée dans les affres de la violence et du désespoir provoqués par les conflits armés, Angélique est venue à la rescousse de milliers de femmes congolaises, la plupart victimes des milices sanguinaires de l’Ouganda voisin appelé Armée de résistance du Seigneur (LRA), dont les combattants redoutés de tous ont fait des ravages. Malgré la terrible réalité à laquelle elle a dû faire face, Angélique Namaika ne s’est jamais autorisée à renoncer. Humble et sereine, elle et animée par une force qui la dépasse.

Un beau témoignage à lire ICI

Michael Lonsdale et l’espérance

imagesMichael Lonsdale a rejoint le Père et Dieu sait que ses interprétations, ses interventions, sa présence étaient témoignages d’une foi enracinée. Il y a quelques années, il est sur le plateau de France Info, en marge de la sortie de son recueil « Mes chemins d’espérance » :

L’espérance est une petite fille qui n’a l’air de rien du tout mais qui entraine les autres. […] L’espérance est un diamant pour soi et les autres. […] Ma foi est inébranlable, c’est la foi du charbonnier. […] Plus c’est horrible, plus l’espérance doit grandir.

Ci-dessous ce bel échange avec Michael Lonsdale, pour commander le livre et ainsi faire vivre son témoignage, c’est ICI

Parlez-moi d’Amour

A l’heure du décès de Michael Lonsdale, beaucoup d’anecdotes fleurissent sur les réseaux comme autant de fioretti. Ici, on vous propose simplement de l’écouter nous parler d’amour dans un de ses très beaux rôles, celui du bienheureux frère Luc de Thibhirine.

Jésus est-il un super-héros ?

Au regard des Evangiles, avait-il une cape ? Consommait-il de la kryptonite ? Etait-il déjà pote avec les Avengers ou est-il le Maître de la Force dans StarWars ? … Et tout un tas d’autres questions que les Domincains de TheoDom vous aideront à partager au service de votre discernement et de votre engagement en Eglise ! N’empêche, j’attends le 11 octobre pour qu’on me démontre que Jésus n’était pas un super-héros … Nouveau cycle de ThéoDom, à partir du 11/10 : « Jésus, simple héros ? » >> https://www.theodom.org/

« Oui, les religions font (aussi) la paix ! »

imagesLundi 21 septembre : journée internationale de la Paix. Le politologue Eric Vinson illustre dans les colonnes du Monde des religions en quoi les religions oeuvrent à la Paix, malgré les intutions contraires que d’aucuns pourraient partager.

Les institutions religieuses aiment à se présenter comme des fontaines de paix, de justice, de morale. Pourtant, l’histoire et l’actualité montrent combien cette image est partielle, voire partiale. Si bien que, dans notre France laïque, elles passent souvent pour des foyers autoritaires d’ignorance, d’hypocrisie et finalement de sévices variés, dont souffriraient leurs fidèles comme les autres, croyants ou non. Mais, au-delà des prises de position « pour » ou « contre », un regard objectif implique de prendre aussi en compte les efforts millénaires de ces traditions pour réguler, limiter, sublimer, si ce n’est éradiquer la violence, en leur sein comme à l’extérieur.

Une contribution qui rappelle utilement l’engagement des religions pour contrer la violence notamment en contribuant activement au dialogue inter-religieux ! L’occasion de redécouvrir que les religions sont une Bonne nouvelle, en substance, en cette journée de partage sur la Paix. A chacun d’entre-nous d’y oeuvrer ! L’article ICI

Malgré la Covid, les Français voient du positif et des raisons d’espérer !

5c4c4380d21ceaebe1f6f25ab232ce62d87ebf44Et c’est une récente enquête de Destin commun qui le dit ! Menée auprès de 2.000 Français, elle met en évidence les inquiétudes des personnes interrogées, une forme de renoncement pour certains, mais aussi des éléments positifs et des envies d’écologie, autour d’une nouveau projet à bâtir ensemble.

Malgré l’impact de la crise, les Français confirment qu’ils adhèrent à un avenir écologique. Ils envisagent même une relation gagnant-gagnant entre écologie et économie.
– Les Français privilégient une reprise économique rapide par une relance essentiellement nationale et européenne. La relocalisation des pans stratégiques de l’industrie est plébiscitée ;
– Mais les Français s’inquiètent en parallèle de l’abandon des efforts environnementaux, et ce, parmi toutes les familles ;
– Une majorité d’entre eux entrevoit une cohabitation fructueuse entre économie et écologie et certains vont même à regarder l’écologie comme un avantage comparatif de la reprise économique

Un regard lucide et pas aussi sombre qu’on aurait pu le craindre, à même de nourrir nos réflexions et engagements ! Pour mémoire, Destin commun vise à « bâtir une société plus soudée, dont les membres sont convaincus que ce qu’ils partagent est plus important que ce qui les divise ». L’enquête à lire ICI

 

Parole du jour

Frères,
    annoncer l’Évangile,
ce n’est pas là pour moi un motif de fierté,
c’est une nécessité qui s’impose à moi.
Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile !

1 Co 9, 16

Jeunes et vieux se réjouiront ensemble !

108608_agir-association-et-generation-culture-seniors-et-juniors-sous-le-meme-toitIl y a quelques mois, on vous parlait dans ces colonnes du « Prix Espérance » organisé par l’hebdomadaire La Vie : identifier et valoriser des initiatives de solidarité ou spirituelles, qui redonnent confiance et espérance, difficile pour nous d’y rester insensibles ! L’un des derniers projets identifiés est « Un toît parmi les âges » :

À Lille, où les étudiants peinent, comme ailleurs, à trouver un logement, ils peuvent louer un studio dans une résidence… pour personnes âgées. Christelle a fait ce choix l’an dernier : elle a vécu six mois à la Vesprée, résidence de Loos (en banlieue lilloise), où la moyenne d’âge est de 80 ans ! […] « Cela rend service à tout le monde, souligne Hélène Kowalkowski, une des deux coordinatrices du programme. On lutte contre la solitude et contre des préjugés dont souffrent pareillement les aînés et les jeunes. »

Une bonne nouvelle à retrouver ICI et LA, un chapelet d’autres inititatives réjouissantes ICI !

Le plastique n’est jamais si fantastique ; son recyclage, si !

« Landry Routhiau, 32 ans, originaire de Chanverrie (Vendée), vient de créer son entreprise de fabrication de machines à recycler les plastiques : l’atelier des recycleurs fous. » Utilisant les machines les plus novatrices, il cherche à réduire l’impact de la consommation de plastique sur notre environnement. Même si, dit-il, « « Le recycler peut contribuer à réduire ses effets néfastes, mais l’idéal serait de ne plus le produire du tout », estime Landry Routhiau. » Un article de La Vie retrace l’itinéraire de cet eco-entrepreneur par ici >>

Parole du jour

Frères, la connaissance rend orgueilleux,
tandis que l’amour fait œuvre constructive.

1 Co, 8, 1