« Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre »

Marie de Hennezel explique « en quoi un texte du père Maurice Zundel, L’expérience de la mort, lui a permis de mieux appréhender ce passage. «L’essence de mon être ne va pas mourir avec la mort de mon corps», affirme Marie de Hennezel. «L’après reste un mystère mais quelque chose de moi, de mon essence, ressuscitera». La mort envisagée non pas comme un mur, mais comme une porte s’ouvrant sur la vie éternelle: telle est la certitude qui habite les chrétiens. Le 2 novembre est aussi une journée pour laisser place à cette espérance, qui trouve son fondement dans la mort et la résurrection du Christ. » Un très bel entretien à découvrir sur Vatican News >>

Invités pour la vie !

Si vous habitez en région parisienne, vous êtes invités par les évêques d’Ile-de-France à participer à une veillée pour célébrer le don de la vie le 21 mai au soir.

Feu d’artifice

Alors qu’hier a eu lieu un nouvel attentat, il est bon de relire la méditation proposée par les dominicains d’Avent dans la ville de lundi 10 décembre. Il s’agit du témoignage d’une rescapée des attentats du 13 novembre 2015.

« Un soir comme un autre à Paris, en novembre 2015. Je dîne avec une amie dans un restaurant en bas de chez moi. De violents coups de pétard éclatent à côté de nous. Mon corps sent instinctivement qu’il est en danger de mort. Je me jette à terre. Je suis prostrée, mais mon esprit comprend qu’on nous tire dessus et qu’aucune issue n’est possible… Mon âme implore le Seigneur : « Sauve-moi, Dieu de miséricorde ! » 130 innocents seront tués ce soir-là.
Notre joie de chrétien ne peut pas se draper d’artifices ou de naïveté : nous savons que la vie offre à chacun son lot d’épreuves et d’humiliations. Mais l’ange n’est-il pas apparu aux bergers au cœur de l’obscurité ? Je crois que c’est dans nos nuits que nous pouvons hurler vers le Christ et savoir pleinement qu’il est notre unique secours. »

Lire la suite

Inventer une nouvelle culture de vie. #IVG #Avortement #Irlande

Est-il possible de tirer des leçons raisonnables à la suite du référendum qui vient d’approuver en Irlande, à une majorité des deux tiers, la fin de l’interdiction de l’avortement ? Face à un tel raz-de-marée, les défenseurs de la vie risquent de sombrer dans le découragement. Et cela d’autant plus que les mécanismes qui ont entraîné un vote aussi massif semblent, à vue humaine, irrépressibles.

Les défenseurs de la vie sont donc face à un formidable défi. Il n’ont aucune chance de gagner sur le terrain législatif, dès lors qu’ils ont perdu l’opinion. Or, toute évolution ne peut s’opérer que par la sensibilisation de l’opinion, qui, aujourd’hui, ne ressent que certains dommages, d’ailleurs non contestables, de l’interdiction de l’avortement. Inventer une nouvelle culture de la vie, tel est le seul objectif raisonnable. Mais il faudra du temps pour rendre évidente à la conscience la réalité de la vie naissante. Une vie naissante qui, quoi qu’on en dise, se trouve cruellement interrompue par l’acte abortif.

Gérard Leclerc, sur Radio Notre-Dame

Veillée de prière pour la vie à Notre-Dame-de-Paris

Les évêques d’Île-de-France se mobilisent dans une courte Vidéo. Ils nous interpellent :

Les techniques médicales et les biotechnologies apportent des possibilités formidables, elles posent aussi des questions, que nous devons regarder en face. Comment encourager en toute circonstance le respect de l’être humain dans sa dignité et dans sa vulnérabilité, et comment éviter le risque de fabriquer des êtres humains selon nos désirs ? Accepterons-nous de rester présents aux personnes et de nous entraider dans les situations douloureuses ? Nous osons croire qu’un monde fraternel est possible.

Un témoignage de vie et de foi

« C’est au hasard d’une rencontre lors d’une visite de notre abbaye, Monument Historique, que je fais connaissance avec le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame et Marielle, avec laquelle il vient de se marier civilement le 27 août 2016. Nous sympathisons très vite et ils m’ont demandé de les préparer au mariage religieux que je devais célébrer près de Vannes le 9 juin prochain. Nous avons donc passé de nombreuses heures à travailler les fondamentaux de la vie conjugale depuis près de 2 ans. Je venais de bénir leur maison le 16 décembre et nous finalisions leur dossier canonique de mariage. La très belle déclaration d’intention d’Arnaud m’est parvenue 4 jours avant sa mort héroïque.

Ce jeune couple venait régulièrement à l’abbaye participer aux messes, offices et aux enseignements, en particulier à un groupe de foyers, Notre-Dame de Cana. Ils faisaient partie de l’équipe de Narbonne. Ils sont venus encore dimanche dernier.
Intelligent, sportif, volubile et entraînant, Arnaud parlait volontiers de sa conversion. Né dans une famille peu pratiquante, il a vécu une authentique conversion vers 2008, à près de 33 ans. » … Continuez à lire le très témoignage du prêtre qui a accompagné Arnaud Beltrame dans ses derniers moments par ici. Il nous livre ansi un très beau témoignage de foi sur cet homme qui a offert le témoignage de sa vie.

Goûtons la vie !

Conférence de Carême de Mgr Ravel, en sa cathédrale de Strasbourg :
. Nous disons non parce que nous avons dit oui
. La vie croise la mort
. On peut dresser l’échelle de la vie
. La vie part d’une découverte
. La vie se choisit
. La vie est précieuse
. La vie est relation
. La vie s’encroûte dans le confort
. La vie prend son temps
Eh non, ce n’est pas dans La Vie : alsace.catholique .fr

Sida, soins palliatifs, écologie : la vie avant tout

Antonio-Ugidos-bataille-fermeque-permettant-lacces-souhaitent-soins-palliatifs-respectee_0_729_647Association surprenante me direz-vous ! C’est pourtant ce qui a rythmé le parcours d’Antonio Ugidos, Délégué général sortant de l’Association pour les Soins Palliatifs (ASP Fondatrice), interviewé dans les colonnes de La Croix.

Quand je pense aux années d’Aides, où l’on mourait beaucoup, ce que l’on souhaitait alors, ce n’était pas d’accommoder les conditions de la mort, mais c’était de vivre. Vivre et combattre surtout la maladie, plutôt que mourir.

Lire la suite

S’il vous plait, prions pour que notre peuple soit plus conscient de la défense de la vie

« S’associant au message des évêques italiens, Le Pape François a adressé ses encouragements aux ‘différentes réalités ecclésiales qui de nombreuses façons promeuvent et soutiennent la vie’, notamment le Mouvement pour la vie. Sortant de son texte, le Pape a toutefois dit regretter que ceux qui luttent pour la vie soient si peu nombreux. ‘Ceci me préoccupe : dans un monde où chaque jour on construit plus d’armes, chaque jour on fait plus de lois contre la vie, chaque jour on avance avec cette culture du déchet, d’écarter ce qui ne sert pas, ce qui gêne. S’il vous plait, prions pour que notre peuple soit plus conscient de la défense de la vie dans ce moment de destruction et d’exclusion de l’humanité’, a-t-il lancé, dans un appel improvisé et vibrant.

Conserver à la vie sa valeur suprême

Un évêque cite Simone Veil, et avec un V, pas un W ! Il s’agit de Mgr David Macaire, et certes la phrase sonne bien : Conserver à la vie sa valeur suprême.

« ‘Nous n’avions pas le choix’. C’est par cette phrase terrible qu’un jeune couple voulut m’expliquer pourquoi il avait choisi d’interrompre une grossesse… Si les mots ont un sens, que veut dire cette phrase ? Mme Veil ne disait-elle pas en 1974 que ‘cela restera toujours un drame’ !? Ne pas avoir le choix c’est être contraint !? Mais alors qui a contraint ce couple ? N’était-il pas libre ? … en Martinique 170 ans après l’esclavage !? »

 

« La vie, elle est plus grand, avec le Vatican ! »

sans-titrePied de nez (gentil !) à Cécile Chambraud qui dans les colonnes du Monde titre un article « Le Vatican élargit le sens de la vie » ! De quoi s’agit-il :

Réfléchir aux migrations ou aux ventes d’armes, plus seulement à l’avortement et à la contraception : le pape François transforme la mission de l’Académie pontificale pour la vie. […] Depuis un an, le pape François a ouvert les fenêtres de cet organisme un peu figé, dans l’optique d’en faire un instrument du dialogue intellectuel et scientifique avec l’extérieur, et non plus un organe dont la principale fonction serait de donner des leçons de morale reproductive.Lire la suite

2 décembre : prions pour la vie naissante !

Comme chaque année, à la veille du premier dimanche de l’Avent, l’Eglise nous invite à prier pour la vie naissante.

« Cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement. » Pape François

Vous pouvez retrouver la plupart des veillées sur le site www.veilleespourlavie.org.

Il y a bel et bien une terreur de la vie qui habite l’époque

« À force d’être obsédés par les germes ou les virus, à force de traquer partout les odeurs et les « imperfections », à force de réclamer des normes et des chaînes du froid de toutes sortes, on participe d’une horreur et d’une crainte qui n’osent pas dire leur nom. Une crainte de la vie, tout simplement. Il y a bel et bien une terreur de la vie qui habite l’époque. Par essence, la vie est imparfaite, odorante, transpirante, charnue, diverse, périssable. Elle grouille et elle criaille comme un marché. Elle est rebelle à la conformité, rétive à la norme. Elle est aussi – évidemment – porteuse d’aléas et d’impuretés. L’élimination programmée de tout cela est bien un affreux fantasme hygiéniste, c’est-à-dire un fantasme de mort… »

Jean-Claude Guillebaud sur lavie.fr

Marche pour la Vie : « Tout est lié » !

Mgr LebrunMgr Lebrun est interrogé dans Famille chrétienne, à l’occasion de la Marche pour la Vie du 22 janvier.

Il est important que les évêques soient présents pour toutes les personnes en difficulté, en particulier les plus précaires ou les plus loin de Dieu. Cette année, le jour de la Marche pour la vie, je célébrerai les 10 ans de la mort de l’abbé Pierre à Esteville où il s’était retiré. L’abbé Pierre est emblématique du cri lancé pour les plus démunis. Or, y a-t-il plus démuni que l’embryon menacé, l’enfant à naître dont on peut décider qu’il ne naîtra pas ? « Tout est lié » dit le Pape François : « Un chemin éducatif pour accueillir les personnes faibles de notre entourage, qui parfois dérangent et sont inopportunes, ne semble pas praticable si l’on ne protège pas l’embryon humain, même si sa venue cause de la gêne et des difficultés » (Laudato si’ n° 120).

[…] Évêques et fidèles catholiques, nous pourrions faire notre autocritique sur notre retard à les prendre en considération concrètement comme le font magnifiquement des associations comme l’Arche, À bras ouverts et tant d’autres. Je pense aux églises construites avec des volées de marches, et donc inaccessibles à bien des personnes. Comment cela se fait-il que nous ne prenions pas plus soin des petits d’homme ?

Des cathos contre Donald Trump ?

cardinal-daniel-dinardo-nouveau-president-conference-episcopale-etats-unis-centre-mgr-jose-gomez-droite-president_0_730_499Contre, pas par hypothèse, mais vigilants à ce qu’il ne fasse pas n’importe quoi. C’est ainsi comme le rapporte La Croix que les évêques américains ont élu à leur tête, mardi 15 novembre, le cardinal Daniel DiNardo, ainsi que Mgr José Horacio Gomez, l’archevêque de Los Angeles, fervent défenseur des migrants aux États-Unis, à la faveur de leur Assemblée plénière. C’est un signal fort par rapport aux provocations migratoires qui ont pu flaire florès pendant la campagne du 45e Président des Etats-Unis d’Amérique. L’occasion aussi de constater la grande attention épiscopale outre-atlantique sur les questions du respect de la vie, et peut-être moins sur les questions de développement durable … En tous cas leur souhait dit en creux d’être une force de réaction aux initiatives que l’administration Trump pourra prendre.

Cette décision fait écho au point de vue de Patrice de Plunkett sur son blog, où notamment il dénonce tour à tour, certes certaines positions d’H Clinton, mais aussi « la machine à expulser les Latinos-Américains », le torpillage programmé de l’ « Obamacare » ou encore le climato-scepticisme de Donald Trump en campagne. A son invite, affaire à suivre …

Crédits photos :  Patrick Semansky/AP

Réforme de l’académie pontificale pour la vie

Académie pour la vie: de nouveaux statuts pour élargir le champ d’actionRapporté par l’agence Zenit : La réforme de la curie romaine touche aussi l’académie pontificale pour la vie et la dote de nouveaux statuts. Reconnaissons qu’en matière de défense de la vie et de la dignité humaine, il était devenu quasiment banal de s’engager presque exclusivement sur les questions de début et de fin de vie. Aussi, il y a vraiment de quoi se réjouir de l’annonce qui est faite ici : tout en renouvelant les termes actuels de la mission de l’académie, les nouveaux statuts en élargissent le champ d’action en vue d’une écologie humaine intégrale, reconnectée à notre société humaine :

Parmi les nouveautés à souligner : la collaboration avec les non-catholiques, une section pour les jeunes chercheurs et l’abolition des nominations à vie pour les membres, désormais titulaires d’un mandat quinquennal.

Interrogé par Radio Vatican, Mgr Paglia explique que le pape demande à l’Académie de « ne pas rester enfermée dans son périmètre, mais d’entrer dans le cœur de la société humaine ». Les statuts élargissent ainsi l’horizon des recherches : « il est demandé à l’Académie de s’occuper de (…) tout ce qui concerne la protection de la dignité de la personne humaine dans les divers âges de l’existence, le respect réciproque entre genres et générations, la défense de la dignité de chaque être humain, la promotion de la qualité de vie, qui intègre ‘la valeur matérielle et spirituelle’ ».

Avec ces nouvelles directives, précise l’archevêque, « l’Académie ne devra pas seulement s’arrêter sur les question traditionnelles de la bioéthique, mais un dessein humaniste s’ouvre ». Une perspective qui englobe « des implications sociales, économiques et écologiques ».