Un moine ne se ménage pas… mais se manage comment ?

Comment fonctionne l’économie monastique dans un lieu où la règle proclame « Prie et travaille » ? C’est sur les particularités de ce « management monastique » que revient un article du Figaro : « Il y a d’abord le temps de travail, environ cinq heures par jour, mais sans week-end ni vacances, ni limite d’âge, contrairement aux salariés classiques. Dans certaines abbayes il se même fait dans le silence et le receuillement. Les sœurs n’ont pas non plus d’Happiness Manager pour doper leur productivité. «Nous n’avons pas besoin de les motiver. Chacune sait ce qu’elle a à faire». Mais c’est surtout le poids des valeurs qui diffère des structures classiques. »  Lire l’ensemble de l’article pour en savoir plus >>

La transfiguration, une clé pour comprendre la vie monastique ?

Aujourd’hui, l’Eglise fête la Transfiguration. Voici un extrait d’une méditation proposée par les moines de Solesmes :

« La fête de la Transfiguration est une fête très importante pour les moines. D’après les Évangiles (Mt 17, 1-8 ; Mc 9, 2-8 ; Lc 9, 28-36), Jésus prend avec lui ses disciples les plus proches, Pierre, Jacques et Jean, les emmène sur une montagne à l’écart, et là, il est transfiguré devant eux. Sa divinité se manifeste à travers une lumière éblouissante. Moïse et Élie apparaissent également, qui s’entretiennent avec Jésus. Pierre s’écrie alors : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ». Une voix venue du Ciel déclare : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le ». Après être redescendu de la montagne avec ses disciples, Jésus annonce pour la deuxième fois sa Passion qui approche.

L’événement de la Transfiguration a toujours été compris par les moines comme un symbole de leur vocation. Comme Pierre, Jacques et Jean, ils sont invités par Jésus à quitter le monde pour le suivre à l’écart, et à contempler sa gloire. La présence d’Élie et de Moïse, ainsi que la voix venue du Ciel qui appelle à écouter Jésus, évoquent la lectio divina, la patiente et amoureuse étude de la Parole de Dieu. L’exclamation de Pierre exprime tout simplement le bonheur qu’il y a de vivre ainsi auprès de Jésus. La vie monastique est une anticipation de la joie du Ciel. En même temps, le lien étroit de la Transfiguration et la Passion de Jésus rappelle aux moines qu’ici-bas leur vie est une vie de pénitence, et que la joie ne sera entière qu’au-delà de la mort. »