Le colibri et les « balluches »

sans-titrePour protéger l’environnement, il nous faut changer un certain nombre de gestes du quotidien. « Il n’est pas de sots métiers, il n’est que de sottes gens ! » Voilà ce que l’on peut retenir du témoignage de Samy, ancien éboueur suisse (qui ramasse les « balluches »). Comme le narre Agoravox, son témoignage (avant-après) sur sa vocation d’origine et sur les gestes qu’il pose aujourd’hui au quotidien, maintenant retraité, interpelle notre quotidien. On peut être un expert en développement durable et se sentir très concerné par le témoignage tout simple de ce Monsieur (joyeux, qui plus est!). En substance et comme il aurait pu le dire : « jeter des MacDonalderies à deux mètres de la poubelle, c’est pas bonnard ! ». Un témoignage sympathique, qui force le respect et nous renvoie à nos responsabilités du quotidien … (merci d’aller au bout du film …)

Laudato Si et des slips …

slipComme nous le rapporte France 3 Régions, des paysans de la Marne ont décide d’enterrer un slip en coton dans leurs terres pour vérifier la qualité de ces dernières. Dans quelques mois, soit il est en piteux état et cela veut dire que la nature respectée a repris ses droits, soit il ressort relativement intact et cela veut dire que le sol est tellement gorgé de traitements que la nature a reculé … Comme quoi, on peut faire du « développement intégral » avec un slip, ce qui ouvre des perspectives … Avis aux amateurs ! (attention : slip en COTON !)

 

 

Embauchez des autistes !

Dans un jeu télévisé, Paul, autiste Asperger, répond juste mais note surtout que la production a commis une inversion historique. On ne sait pas s’il a gagné mais sans doute au moins la possibilité d’être embauché !

Le compliment fait du Bien

sans-titreCreapills nous raconte une belle histoire de compliment et de beauté. Kenadi Beacham est une étudiante américaine qui a eu l’idée de mener une expérience dans le cadre d’un projet scolaire. Équipée d’une caméra, elle est allée à la rencontre des différents élèves (et autres personnes du personnel pédagogique) de son établissement pour leur avouer, en toute simplicité, qu’elle prend en photo les personnes qu’elle trouve belles. C’est une expérience qui vise à montrer qu’un compliment, aussi simple et furtif soit-il, permet de renforcer la confiance et l’image que l’on a de soi-même. Un beau film à retrouver ci-dessous.

Et si, nous aussi, nous faisions du Bien en n’oubliant pas de faire des compliments ?…

Bonnes nouvelles pour les blaireaux et les monarques !

sans-titreIl en va ainsi dans l’espèce animale comme humaine : il est de bonnes nouvelles pour les blaireaux et les monarques !

Pour les premiers, c’est le site Novethic qui nous recense une expérience heureuse en Grande-Bretagne. Depuis que des mesures ont été prises, loutres, blaireaux, renards et belettes regagnent le territoire, alors que depuis 40 ans on pouvait être inquiet à leur endroit.

Les chercheurs expliquent que ce sont bien les efforts des îles britanniques en matière de protection de l’environnement qui a permis ce retour d’espèces. « La plupart de ces animaux (…) reviennent grâce à la protection légale, à la conservation, à l’élimination des polluants et à la restauration des habitats »

Lire la suite

Solidarité : quand la roue tourne …

8037075_730330a4-4575-11e9-84d5-b527a85471f7-1_1200x778Belle histoire que celle-là qui parle de roues ! Un homme répare des vélos abandonnés pour pouvoir en offrir à ses petits-enfants. Une paroisse le loge en échange de ses services mécaniciens. L’affaire fonctionne et les gens qui repartent avec leur vélo réparé font un don à la Société de Saint-Vincent de Paul en échange. Et depuis, l’atelier accueille aussi des réfugiés pour aider et s’insérer. Oui, quand la roue de la solidarité est enclenchée, elle tourne ! Une belle histoire que nous raconte Le Parisien à retrouver ICI

Lire la suite

La joie de servir, malgré tout !

joie-orange-281x140Dire que les temps de l’Eglise sont sombres, que nous pouvons douter de notre capacité à dire quelque chose au monde tant l’ombre portée des scandales nous incarcère, et qu’il nous arrive d’être guettés par le désespoir ne sont pas que des hypothèses de travail !… Et pourtant, si l’on regarde ce qu’il se passe dans nos paroisses au quotidien, on retrouve du courage.Lire la suite

Le fromage, aussi, est mélomane !

90136a21eecd174a7a21af31e9e90607d878fd99L’AFP nous l’annonce, l’emmental est sensible à la musique : telle est la conclusion d’une expérience menée pendant plusieurs mois par la Haute école des Arts de Berne, dans une cave d’affinage de Berthoud, dans l’ouest de la Suisse.

Après six mois et demi d’affinage au son du rock de Led Zeppelin, de la musique de Mozart ou du rap de « Tribe called quest », les organisateurs ont annoncé jeudi soir que les fromages de Beate Wampfler, fromager-affineur de cette commune située dans la vallée de l’emmental, présentaient des goûts différents, en lien avec les mélodies qu’ils ont « écoutées ».

A quand un emmental au goût Requiem de Mozart pour des obsèques, « Il est ne lé divin enfant » pour Noël ou une naissance ? Les débouchés semblent infinis et, dans un monde compliqué, si même le fromage s’épanouit en musique, voilà une perspective heureuse !

« Notre Eglise n’est pas foutue … »

article_marieDans le contexte dramatique de l’Eglise où les condamnations en justice succèdent aux nouveaux scandales, la Présidente des Scouts et Guides de France, Marie Mullet-Abrassart, publie une tribune lucide mais aussi pleine d’espérance. Prenant longuement acte de la refondation en profondeur que l’Eglise ne peut plus éviter, elle en appelle à l’action de chacun pour y contribuer. Et il existe aussi une part lumineuse en notre sein, qui peut nous permettre d’aller de l’avant.

« Ce week-end, à Jambville, une centaine de personnes, aumôniers, animateurs spirituels, chefs et cheftaines, jeunes engagés dans l’Eglise se retrouveront à Jambville pour parler Foi, engagement, spiritualité chez les SGDF au service des plus jeunes. Cette Eglise-là existe aussi, de pars le monde, avec des acteurs religieux ou non, engagés, heureux, sans tragédies, sans noirceur, qui veulent faire vivre sa part de lumière. Ils existent aussi ces hommes et ces femmes d’Eglise prêt à combattre ce qui aujourd’hui la ronge. »

Et de conclure : « Notre Eglise n’est pas foutue parce que l’Eglise c’est nous ! ». Alors soyons lumineux !

A retrouver en intégralité ICI.

Merci au Scoutisme !

sans-titre

Hier comme aujourd’hui, le Scoutisme construit la confiance et l’espérance ! Une très belle contribution vidéo sur le sujet, en marge de la journée mondiale du Scoutisme tout récemment :

Lire la suite

Télé crochet ou confiance et espérance ? (2/2)

2869612_imgs_31_1Certains soir, les émissions en prime time sont passables … mais d’autres fois, ça remue … en vrai ! Découvrez le témoignage de Virginie, jeune avocate qui vous parle mais qui n’a jamais entendu sa propre voix, parce qu’elle est sourde ! Alors oui, son témoignage est de confiance et d’espérance !

Télé crochet ou Confiance et Espérance ? (1/2)

2869612_imgs_31_1Certains soirs, les émissions de divertissement sont – disons – passables … mais parfois, on y trouve quelques bonnes nouvelles ! Ainsi, le discours de Bill dans l’émission « Le grand oral », qui fait une déclaration d’amour à la France ! De l’humour et de l’énergie, dans un contexte parfois sombre, qui redonne confiance et d’espérance !

 

Le Grand Débat National, une Bonne Nouvelle ?!

20190208_BD1282Après l’appel des Evêques de France en décembre et le lancement du Grand Débat National en janvier, les paroisses et Semaines Sociales à Rueil-Malmaison ont organisé la semaine dernière deux soirées « Prendre notre part au Grand Débat National ». 250 participants de tous bords, croyants ou non, plus de 240 contributions ! Et le témoignage que débattre dans l’écoute et le respect avec des inconnus est non seulement possible mais aussi agréable et utile !

Que deviendront toutes ces contributions ? Nul ne le sait aujourd’hui. Mais oui, débattre peut être une Bonne Nouvelle ! Des éléments de synthèse de ces soirées à retrouver ICI.

Des entreprises au service des plus démunis

FRANCE-RESEARCH-FOUNDATION-CHARITY-HEALTHLe projet a germé bien avant les «gilets jaunes», mais la contestation des derniers mois lui donne une résonance particulière. À Lyon, un collectif d’entreprises (Institut Mérieux, Seb, Sanofi, Plastic Omnium, Crédit agricole…) a décidé d’agir pour loger les démunis.

« Laisser des gens abandonnés au bord de la route, ce n’est pas admissible dans une sciété développée », s’inquiète Alain Mérieux, à l’origine de cette initiative. Face aux limites de l’État, le président de l’Institut Mérieux a décidé d’appeler les entreprises à prendre leurs responsabilités. «Ce qui tourne bien en France, ce sont nos entreprises. Alors, elles n’ont pas le choix, elles doivent s’impliquer encore plus. C’est d’ailleurs ce que souhaitent les jeunes générations de collaborateurs, qui cherchent d’autres valeurs que les seuls profits», estime le dirigeant du groupe familial.

C’est le Figaro qui nous en parle et c’est à retrouver ICI.

Il est venu chez les siens (Questions pour l’évangile du Jour de Noël)

En ce jour de la Nativité de notre Seigneur Jésus, nous écoutons le prologue de l’Evangile de St Jean (Jean 1, 1-18).

Voici quelques questions pour l’Evangile du Jour de Noël :
– Qu’est-ce que la Parole de Dieu réalise dans ma vie ?
– Quelle(s) parole(s) éclaire(nt) et illumine(nt) ma vie ?
– Comment ai-je été accueilli(e) à l’occasion de cette fête de Noël ?

Lire la suite

Feu d’artifice

Alors qu’hier a eu lieu un nouvel attentat, il est bon de relire la méditation proposée par les dominicains d’Avent dans la ville de lundi 10 décembre. Il s’agit du témoignage d’une rescapée des attentats du 13 novembre 2015.

« Un soir comme un autre à Paris, en novembre 2015. Je dîne avec une amie dans un restaurant en bas de chez moi. De violents coups de pétard éclatent à côté de nous. Mon corps sent instinctivement qu’il est en danger de mort. Je me jette à terre. Je suis prostrée, mais mon esprit comprend qu’on nous tire dessus et qu’aucune issue n’est possible… Mon âme implore le Seigneur : « Sauve-moi, Dieu de miséricorde ! » 130 innocents seront tués ce soir-là.
Notre joie de chrétien ne peut pas se draper d’artifices ou de naïveté : nous savons que la vie offre à chacun son lot d’épreuves et d’humiliations. Mais l’ange n’est-il pas apparu aux bergers au cœur de l’obscurité ? Je crois que c’est dans nos nuits que nous pouvons hurler vers le Christ et savoir pleinement qu’il est notre unique secours. »

Lire la suite

Une bibliothèque pour l’avenir qui plante des arbres …

 

5be56330e112fDans le cadre de son projet Future Library, l’artiste écossaise Katie Paterson demande chaque année à un auteur d’écrire un texte de fiction destiné à être publié seulement au siècle prochain, en l’an 2114. Comme nous le rapporte la revue Usbek & Rica, cette anthologie sera imprimée grâce aux mille arbres plantés en 2014 dans un coin de forêt au nord d’Oslo, en Norvège.

C’est devenu un rituel. Chaque année, après une marche à travers la forêt, un écrivain remet son manuscrit, scellé dans une boîte, et révèle son titre. Ce texte, personne à part l’auteur ne l’a lu, et il sera gardé secret dans les archives de la ville d’Oslo jusqu’en 2114. […] >Si la dimension environnementale n’a pas motivé le projet, elle s’impose à présent comme une évidence. En invitant à penser au-delà de sa propre échelle de vie, le projet devient un manifeste écologique, un engagement pour la forêt et, par extension, pour la planète.

Un projet étonnant fait de lettres, d’espérance et de respect de l’environnement à retrouver ICI.

Un homme pressé peut en cacher un autre …

sans-titre« Un homme pressé », film avec Fabrice Lucchini récemment sorti en salle, s’inspire très directement de l’histoire de Chrisian Streiff, ancien dirigeant de diverses grandes entreprises. S’il ne se reconnaît pas tout à fait dans son personnage, qu’il juge entre autres trop cynique avant la survenue de son AVC, il revient sur les ondes d’Europe 1 sur l’histoire qui est la sienne et celle du film.

« J’avais oublié l’essentiel des mots ». Commence alors un long processus qui durera trois ans, au cours duquel Christian Streiff va devoir « tout réapprendre ». Lire, écrire, compter. Comme un enfant. […] « Je me suis toujours dit que j’allais m’en sortir. J’allais travailler comme je l’avais toujours fait, avec la même énergie. Finalement, j’ai réussi », confie-t-il avec fierté. Aujourd’hui, Christian Streiff a retrouvé l’essentiel de son vocabulaire et de sa diction. « Le message que j’essaie de passer à tous les gens qui ont eu un AVC, c’est ‘battez-vous’.

Une histoire de résurrection en quelque sorte qui donne de l’espoir et que l’on peut retrouver ICI ou en salle.

 

« J’ai une nouvelle pour toi : tu n’es pas Jésus ! »

20150424cnsbr9060.jpgEt oui, cela peut s’apparenter à une bonne nouvelle ! C’est ce que le père jésuite James Martin nous livre dans les colonnes de la revue jésuite America, dans le cadre d’un témoignage intitulé « Sept leçons pour le Ministère que j’ai apprises comme Jésuite ». Parmi celle-là, cette expérience au Kenya où il sert des réfugiés de multiples manières et frise le « burn-out ». Il rencontre son accompagnateur spirituel :

– Je ne sais pas comment je peux faire tout cela !
– Qui t’a dit que tu devais faire tout cela ?
– C’est ce que Jésus aurait fait ! Il aurait aidé tous ces gens !
– Et bien, peut-être … Mais j’ai une nouvelle pour toi : tu n’es pas Jésus !

Une belle leçon d’humilité parmi sept repères pour la vie des prêtres mais sans doute utile pour tous (Tu ne peux pas tout savoir / Tu ne peux pas tout faire / Mais tu peux faire quelque chose / Tu peux toujours apprendre quelque chose de nouveau / Tu ne peux pas être aimé de tout le monde / Tu peux être comme Jésus / Tu as été appelé par Dieu dans ce Ministère).

C’est à retrouver ICI (en anglais !).

Le christianisme social est une question plus qu’une réponse !

 

_0_487_348Le week-end prochain se tient à Nogent-sur-Marne la nouvelle rencontre des Semaines Sociales de France (SSF). Cette année, une perspective toute particulière, « Chrétiens et engagés – Rencontres du christianisme social », et au cœur de celle-là une réflexion sur les prochaines années / décennies d’utilité sociale et pastorale des SSF et au-delà la question de l’engagement des chrétiens dans la société. Elena Lasida, une des actrices de la rénovation des SSF, partage quelques repères dans La Croix :

Le christianisme social peut être défini comme un processus toujours ouvert, comme un chemin toujours en train de se faire, en direction d’une « terre promise » dont on ne connaît ni la forme ni l’emplacement. […] Le chemin du christianisme social vient de très loin. Des hommes et des femmes, des groupes et des mouvements sont depuis longtemps dans ce chemin. Avec les balises données par la pensée sociale de l’Église, ils ont ouvert des chemins et des espaces qui ont permis, au cours de l’histoire, de mettre en cohérence l’être-au-monde et l’être-chrétien. Ces espaces ont répondu aux besoins d’une époque. Mais le monde est aujourd’hui en pleine mutation, et de nouveaux espaces sont à inventer pour vivre cette cohérence. C’est le moment d’entendre et de mettre en application l’invitation du Pape à « initier des processus plutôt que posséder des espaces ».

Un espace ouvert à la réflexion et à l’engagement de chacun … Le programme de cette belle rencontre à venir (dépêchez-vous, les places deviennent très chères !), c’est par ICI. A découvrir (vite !…) et partager largement (vite aussi!)

Quand Charles Aznavour chantait Dieu

R-1901285-1504809342-1124.jpegA la fin des années 1970, Charles Aznavour, qui se disait « chrétien en chemin », publiait un album intitulé « Un enfant est né ». Si l’on fait l’économie d’orchestrations d’époque, on y retrouve les paroles d’un homme à la foi généreuse et à l’écoute, qui entend les doutes d’un Joseph heureux mais qui doute (« Je ne comprends pas ») ou qui vibre à la tendresse du Père ou de Marie. On peut écouter ce qui suit en pensant / priant avec lui :

 

Les jeunes veulent être utiles !

adobestock-104995553_0_729_487Et c’est une bonne nouvelle que nous rapporte le journal La Croix :

Un sondage OpinionWay pour La Croix et la Fondation Jean-Rodhain met une fois de plus à mal l’idée reçue selon laquelle les jeunes d’aujourd’hui seraient peu enclins à l’engagement associatif et au bénévolat. […]
41 % des 18-30 ans se sont déjà renseignés sur les organisations humanitaires et sociales, et 50 % sur le service civique. Des chiffres à mettre en regard, par exemple, du baromètre 2017 de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep), selon lequel 32 % des jeunes déclaraient participer aux activités d’une association.

C’est à retrouver ICI.

 

Rentrée, bienveillance et Twitter : #LesProfsDeMaVie

FRANCE-EDUCATION-SCHOOLVous avez peut-être vu passer le hashtag #LesProfsDeMaVie sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter. Il a catalysé nombre de témoignages reconnaissants et bienvenus en cette rentrée scolaire, preuve que les réseaux peuvent aussi organiser la bienveillance ! Le journal Le Monde en a tenté une recension dans ses colonnes :

A ceux qui leur ont appris à lire, à ceux qui ont été des « guides lumineux », « merveilleux », ceux grâce à qui ils ont « rencontré » Pagnol, Yourcenar, Stravinsky. Ceux qui ont « éclairé », « aidé », « sauvé », « emmené au musée » et « pris le temps d’instruire » le fils d’ouvrier ou de caissière. Les madame C. et monsieur W., sans qui ils n’auraient « jamais approché la musique à la maison », et grâce à qui ils se sont soudainement et passionnément « épris de guitare classique ».

Une heureuse cascade de témoignages reconnaissants, à laquelle nombre d’enseignants ont témoigné avec gratitude, recevant cela comme une vraie source de motivation ! C’est à retrouver ICI. Grand merci aux enseignants qui remplissent une mission si utile !

Un LGBT catholique est … un catholique !

Nutopiabig-1C’est en substance et parmi bien d’autres choses ce que le Père jésuite James Martin rappelle dans les colonnes de Têtu.

[Que diriez-vous à un jeune LGBT+ français qui ne veut plus avoir la foi, qui s’est détourné de l’Eglise ?] Je lui dirais : tu as été baptisé, tu fais donc autant partie de l’Église que le pape, un évêque ou le curé local. Que personne ne vienne te dire le contraire. Non seulement l’Église est ta maison, mais elle a aussi besoin de toi. Si un prêtre ou un autre membre de la paroisse ne t’a pas fait sentir comme étant le bienvenu, défie-le. Comme a dit Jésus : « Secouez la poussière de vos pieds ». Trouve une paroisse où tu te sentiras bien et accueilli. Pourquoi laisserais-tu quelqu’un te chasser de chez toi ? Mais surtout, n’en doute jamais : c’est aussi ton Église.

Très intéressant échange où il revient longuement sur l’interprétation qu’on a faite de récents propos du Pape François sur l’homosexualité … Heureux de voir que malgré les polémiques et les blessures de part et d’autre ce type de publication puisse avoir lieu ! Elle est à retrouver ICI.

« Sister Aretha » : la foi et l’espérance [carte postale]

thumbnail_image1Tous les amateurs de Soul ont été accablés par la disparition d’Aretha Franklin. Mais ne considérer que l’artiste sans considérer la croyante est pour Bertrand Dicale dans le Huffington Post une erreur d’appréciation :

Elle est sister « selon l’esprit » et non « selon la chair » pour des millions d’Américains, c’est-à-dire sœur en foi, revenant encore et toujours à la même parole fondatrice. Il ne s’agit pas seulement de l’emprunt d’une technique vocale aux usages des églises protestantes, mais bien d’une affirmation haute et claire d’appartenance à ce peuple chrétien pour qui Dieu est une présence concrète et quotidienne dans l’existence, et non pas seulement l’ami des dimanches.

Lire la suite

Rentrée 2018 : faire du neuf !

 

cropped-page_missionsPas nécessairement facile la rentrée mais peut-être un moment pour l’espérance et une invitation à faire autrement, notamment en termes de solidarité … C’est ce à quoi le Père Bernard Devert, fondateur d’Habitat et Humanisme, nous invite sur son blog :

Pour que cette rentrée ait vraiment du sens, il convient qu’elle traduise une attention plus grande à la solidarité. Il ne suffit pas de l’appeler mais de la construire, finalement se rendre présent là où des hommes et des femmes perdent pied. Pour Jacques Ellul l’homme libre est celui qui décide d’espérer. L’espérance n’est jamais un futur mais un présent revisité pour transformer l’avenir.

Une perspective ouverte dans la vie de chacun, à retrouver ICI

La JOC à l’aide des travailleurs saisonniers [Carte postale]

Image-1Cette année encore, la JOC a installé des permanences dans plusieurs stations balnéaires de la côte française pour informer les travailleurs saisonniers de leurs droits et les accompagner.

Entre 500 et 700 000 saisonniers, le plus souvent des jeunes, occupent un emploi pendant l’été en France. Une période courte, dense, et un droit du travail et des contrats pas toujours respectés. Aucune donnée nationale n’existe sur les cas d’abus, ni l’Etat ni les syndicats ne les recensent.

La justice sociale en actes, RFI est allé à leur recontre aux Sables d’Olonne et c’est à retrouver ICI.

Lire la suite

Face à l’horreur et au déni, prier en Eglise

croix-de-rupnik-15x10-cm_64d95663b30299bb6a02dd71fad9e759.image.300x300L’horreur qui a été trop longtemps tolérée par l’Eglise en son sein ne cesse de remonter et, une fois la plus ferme des condamnations prononcée, il est parfois dur de savoir quoi dire ou quoi faire. L’amie et non moins contributrice au Samaritain, en ligne Zabou the terrible, nous propose de prier en suivant le déroulé de la messe de ce dimanche.

Il est évident que le spirituel ne suffira pas, qu’il faut mettre les faits en lumière et poser des sanctions et des critères nets, aussi bien de discernement que de fonctionnement pour que « JAMAIS PLUS ! ». Mais il est aussi évident que c’est à genoux, en adorateurs vrais du Père, en nous approchant de Sa Lumière qu’Il nous donne, Lui qui est la Vérité, que nous saurons à notre tour lutter contre les ténèbres, arrêter toute conspiration du silence, en résumé être ce qu’Il nous appelle à être pour nos frères : non des conspirateurs préférant l’ombre pour agir mais bien lumières du monde, appelés à servir et à aimer en plein jour.

C’est à porter dans son cœur en ce début de journée et à retrouver en intégralité ICI. Merci Isabelle !

Madeleine Delbrêl : l’assistante sociale mystique

madeleine-delbrel-site-0Ce dimanche, Le Jour du Seigneur rediffusait un documentaire sur Madeleine Delbrêl. Il rassemble les témoignages de ceux qui l’ont connue : chrétiens et communistes, illustrés de nombreux documents d’archives. On y voit comment elle décide de vivre de l’Evangile dans la cité « rouge », Ivry, aux trois cents usines en plein fief du Parti communiste. Elle est missionnaire là où le seul «credo» est celui du marxisme. Sans confondre l’émancipation du prolétariat avec l’idéal évangélique, Madeleine est de tous les combats, aux côtés des communistes, pour la justice et pour les pauvres.

“Seigneur, fais nous vivre notre vie, non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un théorème qui nous casse la tête, mais comme une fête sans fin où ta rencontre se renouvelle, comme un bal, comme une danse, entre les bras de ta grâce, dans la musique universelle de l’amour. Seigneur, viens nous inviter !”

C’est à retrouver ICI.

Et nous, que ferons-nous de nos vacances ? …

sans-titreDans son blog hébergé par le journal La Vie, l’amie du Samaritain, sous pseudo Mahaut Herrmann, évoque ses vacances et questionne le statut de ces dernières dans sa vie le reste du temps :

« Mais qu’en reste-t-il quand nous rentrons ? Ces journées au vert ne sont-elles qu’une parenthèse dans un tourbillon quotidien, palliatif dont le souvenir et l’attente font tenir en attendant la prochaine session de vacances ? C’est être là un souhait en reprenant le travail : qu’il y ait moins d’écart entre ce qui se vit au quotidien et ce qui se vit en vacances, pour diminuer ce sentiment d’asphyxie qui se saisit du vacancier sur la route du retour. Se servir de l’expérience des vacances pour en tirer des leçons sur ce qui est essentiel à nos vies, ce dont nous aurons un besoin vital. Faire que nos vacances ne soient pas seulement une parenthèse ou une respiration passagère, mais une inspiration pour transformer une vie faite de sollicitations, d’urgence, de pression, d’exigences immédiates en une vie où nous pouvons respirer.

Le teste est à retrouver ICI.

En août, la faim ne prend pas de vacances

Depuis 1994, Août Secours alimentaire prend le relai, durant un mois, des associations fermées l’été afin de distribuer des repas à ceux qui en ont besoin. Rien de neuf – malheureusement – mais ce sont tout de même 9 centres de distribution qui travaillent ainsi bénévolement en région parisienne dans un esprit de véritable rencontre, fort précieux pour des personnes parfois très isolées. Et, si Le Parisien leur consacre un article, il est aussi bon de penser à les aider : qui par la prière, qui par les bras et le coup de main vaillant, qui par le financement et l’approvisionnement. Vous pouvez aussi lire l’article du Parisien dont est issu le témoignage suivant : 

« A 44 ans, influencée par son père qui s’est beaucoup investi auprès de la Banque alimentaire, Marie décidé, pour la deuxième année consécutive, d’utiliser son temps libre pour aider les plus démunis. Ce jeudi, premier jour d’ouverture du centre du XXe arrondissement, elle a l’impression qu’il y a « moins de monde que l’an dernier. C’est plus soft. » Pourtant, elle s’active pour distribuer une quantité impressionnante de sacs plastiques, remplis de denrées.

Lire la suite

Ni… Ni… mais pleinement à Dieu !

Il ne faudrait pas juste les définir par ce qu’elles ne sont pas ! Alors que le Vatican vient de publier l’instruction Ecclesia Sponsae Imago sur les vierges consacrées, le quotidien La Croix un article aujourd’hui leur consacre (… c’est le cas de le dire 😉 ) afin de mieux découvrir et faire connaître leur vocation. Un court extrait mais vous pourriez aller lire l’ensemble, ne serait-ce que pour faire plaisir aux deux contributrices du Samaritain qui appartiennent à l’ordo virginum 😉 !

« Notre particularité ? Être consacrées, tout en vivant dans le monde »

Pour autant, devenir vierge consacrée ne fut pas une évidence pour toutes. Parce que ses membres sont peu nombreuses, ne portent aucun signe distinctif et ne vivent pas en communauté, l’Ordo virginum est un ordre méconnu. « Une fois l’appel reçu, j’ai cherché où je pourrais trouver ma place, se rappelle Dorothée. Au Carmel ? Chez les bénédictines ? Ça ne me convenait pas. » Elle mettra plusieurs années à trouver sa voie. Un sentiment que Brigitte Tailliez reconnaît bien. « La vie en communauté ne correspondait pas à mon désir d’indépendance. Je voulais pouvoir organiser mon temps. »

« Notre particularité ? Être consacrées, tout en vivant dans le monde », indique Émilie Démule, qui s’est posée la question d’entrer dans un ordre apostolique. Elle exerce comme psychologue dans une unité de soins palliatifs. Dorothée Piccinini est réceptionniste dans un hôtel. Retraitée, Brigitte Tailliez travaillait comme documentaliste, au Louvre, quand Isabelle-Marie Mérienne et Olive Djengué sont respectivement animatrice en pastorale et salariée du Secours catholique. D’autres sont musiciennes, enseignantes, policières… Une mission commune les anime : servir. Un fil conducteur guide leur journée : la prière. Avec la promesse de suivre la liturgie des heures, mais dans les faits, chacune prie selon son propre rythme et ses disponibilités. « On nous invite aussi à nous impliquer dans le diocèse. Nous dépendons de l’évêque, mais sans lien d’obéissance », précise Brigitte Tailliez. » La suite par ici >>

Disciple Académie (Questions pour le dimanche de la Trinité B)

En ce dimanche de la Trinité B, le premier après la Pentecôte, Jésus ressuscité envoie ses disciples en mission (Matthieu 28, 16-20).


Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Quels sont mes doutes ?
– Quelle mission particulière Jésus me confie-t-il? Vers qui m’envoie-t-il?
– Quel(s) sens est-ce que je découvre en dessinant sur moi le signe de la croix ?
– Comment mon baptême s’est-il déployé?
– Comment les sacrements sont-ils réalisation de la promesse de Jésus qui est avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde?
Pour les couples et les (grands-) parents :

Lire la suite