Et si l’Homme était un agneau pour l’Homme ?

Alors que nos pensées sont peut-être un peu tendues, que la violence semble se déchaîner, il est bon de revoir ces extraits d’un documentaire sur l’altruisme. Et si l’Homme était spontanément altruiste ? Instinctivement ? Et si l’altruisme rendait véritablement heureux ? Et si la gentillesse était contagieuse ? Dans ce petit film, les résultats d’études scientifiques plaident en ce sens.


 

Une bibliothèque pour l’avenir qui plante des arbres …

 

5be56330e112fDans le cadre de son projet Future Library, l’artiste écossaise Katie Paterson demande chaque année à un auteur d’écrire un texte de fiction destiné à être publié seulement au siècle prochain, en l’an 2114. Comme nous le rapporte la revue Usbek & Rica, cette anthologie sera imprimée grâce aux mille arbres plantés en 2014 dans un coin de forêt au nord d’Oslo, en Norvège.

C’est devenu un rituel. Chaque année, après une marche à travers la forêt, un écrivain remet son manuscrit, scellé dans une boîte, et révèle son titre. Ce texte, personne à part l’auteur ne l’a lu, et il sera gardé secret dans les archives de la ville d’Oslo jusqu’en 2114. […] >Si la dimension environnementale n’a pas motivé le projet, elle s’impose à présent comme une évidence. En invitant à penser au-delà de sa propre échelle de vie, le projet devient un manifeste écologique, un engagement pour la forêt et, par extension, pour la planète.

Un projet étonnant fait de lettres, d’espérance et de respect de l’environnement à retrouver ICI.

Au café Joyeux, du café Joyeux

Un bel article dans Le Monde nous l’annonce : les cafés Joyeux (ces cafés tenus par des personnes atteintes de trisomie), ça marche !

Alors, pour financer les ouvertures, ils ont eu une idée : du café, et joyeux.

Pour financer d’autres ouvertures, l’enseigne Joyeux lance sa propre production de café. « Symboliquement, cela permettra aussi de commencer sa journée par un geste qui a du sens : boire un café de qualité, torréfié et emballé par des personnes en situation de handicap », se réjouit-il.

Lire la suite

Black Friday : irresponsabilité et bonne(s) nouvelle(s)

IMG_2610-780x585A l’état d’origine, la bonne nouvelle, on a du mal à la voir ! Cette opération commerciale, pré-shopping de Noël et importée des Etats-Unis, nous pousserait à la consommation au-delà du raisonnable, et c’est Paris Match qui le dit :

Prix fracassés ! Et la dignité ? et l’humanité ? Il existe même un site américain dédié au nombre de morts et de blessés ce jour-là. Ces jeux du cirque se donnent désormais dans le monde entier. Pays de la dive bouteille, la France n’est pas plus immunisée contre l’ivresse consumériste. On se souvient des émeutes autour du Nutella vendu à moins 70 % en janvier dernier.

Lire la suite

Quand les gamers jouent pour les autres …

45008… l’association Médecins sans Frontières récupère plus d’un million d’euros ! C’est ce qui s’est pass ce week-end à Montpellier, à la faveur du Z-Event, comme le relate l’Equipe (rubrique e-sport !) :

La deuxième (troisième si l’on compte 2016) édition de ce rendez-vous annuel a dépassé les attentes et pulvérisé les records. Plusieurs centaines de milliers de personnes se sont connectées sur les différents directs au fil du week-end. La dernière heure, entre minuit et une heure du matin dans la nuit de dimanche a lundi, a vu la cagnotte augmenter de plus de 200 000 euros.

Une sympathique entreprise qui casse quelques stéréotypes, à retrouver ICI

 

Donner et gagner la confiance

rawpixel-597440-unsplashLes 16 et 17 novembre, les entretiens de Valpré organisent à côté de Lyon leur nouvelle rencontre sur le thème « QuestionS de confiance : pouvoir la donner, savoir la gagner ». Dans les colonnes des Acteurs de l’économie / La Tribune, leur Président François Morinière revient sur le choix de ce thème :

La confiance est fondamentalement l’affaire de tous : il peut y avoir un élan collectif pour construire plus de confiance entre nous, nos organisations, nos associations, nos communautés humaines, économiques, sociales, politiques … pour redonner sens et espérance à notre vie en commun.

40 intervenants pour des débats riches et d’actualité … Programme et inscription à retrouver ICI

« J’ai une nouvelle pour toi : tu n’es pas Jésus ! »

20150424cnsbr9060.jpgEt oui, cela peut s’apparenter à une bonne nouvelle ! C’est ce que le père jésuite James Martin nous livre dans les colonnes de la revue jésuite America, dans le cadre d’un témoignage intitulé « Sept leçons pour le Ministère que j’ai apprises comme Jésuite ». Parmi celle-là, cette expérience au Kenya où il sert des réfugiés de multiples manières et frise le « burn-out ». Il rencontre son accompagnateur spirituel :

– Je ne sais pas comment je peux faire tout cela !
– Qui t’a dit que tu devais faire tout cela ?
– C’est ce que Jésus aurait fait ! Il aurait aidé tous ces gens !
– Et bien, peut-être … Mais j’ai une nouvelle pour toi : tu n’es pas Jésus !

Une belle leçon d’humilité parmi sept repères pour la vie des prêtres mais sans doute utile pour tous (Tu ne peux pas tout savoir / Tu ne peux pas tout faire / Mais tu peux faire quelque chose / Tu peux toujours apprendre quelque chose de nouveau / Tu ne peux pas être aimé de tout le monde / Tu peux être comme Jésus / Tu as été appelé par Dieu dans ce Ministère).

C’est à retrouver ICI (en anglais !).

Le christianisme social est une question plus qu’une réponse !

 

_0_487_348Le week-end prochain se tient à Nogent-sur-Marne la nouvelle rencontre des Semaines Sociales de France (SSF). Cette année, une perspective toute particulière, « Chrétiens et engagés – Rencontres du christianisme social », et au cœur de celle-là une réflexion sur les prochaines années / décennies d’utilité sociale et pastorale des SSF et au-delà la question de l’engagement des chrétiens dans la société. Elena Lasida, une des actrices de la rénovation des SSF, partage quelques repères dans La Croix :

Le christianisme social peut être défini comme un processus toujours ouvert, comme un chemin toujours en train de se faire, en direction d’une « terre promise » dont on ne connaît ni la forme ni l’emplacement. […] Le chemin du christianisme social vient de très loin. Des hommes et des femmes, des groupes et des mouvements sont depuis longtemps dans ce chemin. Avec les balises données par la pensée sociale de l’Église, ils ont ouvert des chemins et des espaces qui ont permis, au cours de l’histoire, de mettre en cohérence l’être-au-monde et l’être-chrétien. Ces espaces ont répondu aux besoins d’une époque. Mais le monde est aujourd’hui en pleine mutation, et de nouveaux espaces sont à inventer pour vivre cette cohérence. C’est le moment d’entendre et de mettre en application l’invitation du Pape à « initier des processus plutôt que posséder des espaces ».

Un espace ouvert à la réflexion et à l’engagement de chacun … Le programme de cette belle rencontre à venir (dépêchez-vous, les places deviennent très chères !), c’est par ICI. A découvrir (vite !…) et partager largement (vite aussi!)

Les jeunes veulent être utiles !

adobestock-104995553_0_729_487Et c’est une bonne nouvelle que nous rapporte le journal La Croix :

Un sondage OpinionWay pour La Croix et la Fondation Jean-Rodhain met une fois de plus à mal l’idée reçue selon laquelle les jeunes d’aujourd’hui seraient peu enclins à l’engagement associatif et au bénévolat. […]
41 % des 18-30 ans se sont déjà renseignés sur les organisations humanitaires et sociales, et 50 % sur le service civique. Des chiffres à mettre en regard, par exemple, du baromètre 2017 de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep), selon lequel 32 % des jeunes déclaraient participer aux activités d’une association.

C’est à retrouver ICI.

 

Dons aux associations : encore un effort … vraiment !

les-dons_articleIl y a un an déjà en ces colonnes, nous nous inquiétions de la chute des dons aux associations. Famille chrétienne indique que, suite dans un contexte fiscal en pleine évolution, la situation semble avoir empiré :

« La collecte est nettement moindre. On sent un essoufflement des dons », prévient Olivier Loock, directeur de la recherche de fonds des Petits Frères des Pauvres, qui œuvrent auprès des personnes âgées isolées. « Sont menacés les gens qu’on accompagne et ceux qui pourraient réduire leurs impôts. Tout le monde est perdant ! » Même son de cloche à la fondation Habitat et Humanisme, au Secours catholique, aux Apprentis d’Auteuil ou au Collège des Bernardins. Selon France Générosité, le syndicat qui regroupe les associations et les fondations, la baisse serait de 50 % entre 2017 et 2018.

L’article est à retrouver ICI. Vous avez des moyens ? Donnez, même un peu, en espérant que cette alerte sera prise en compte par nos gouvernants …

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite

L’écologie et nous : encore du travail !

mgr_benoist_de_sinety_495x290_sept2018_rcfEn ce Week-end de Marche pour le climat, l’édito récent de Mgr Benoist de Sinety sur les ondes de RCF doit résonner à nos oreilles :

Or c’est bien de cela qu’il s’agit : en nous persuadant que nos actions ne sauraient changer la face du monde, nous exigeons capricieusement que les Etats bougent tout en contestant à l’avance le bien-fondé de leurs décisions. Mais les Etats ne pourront faire mieux que nous : comme si les lois changeaient la face du monde ! Il serait temps que le citoyen post moderne de nos pays riches apprenne à devenir adulte dans sa manière de vivre, de jeter, de consommer et de produire. Qu’il accepte d’entendre que tout a un impact : les gestes les plus quotidiens, les plus anodins et que de ceux-là il en est le seul responsable.

Il y parle de Nicolas Hulot, de l’urgence de la situation mais aussi de Simon & Garfunkel et c’est à retrouver ICI.

En complément, nous devons changer nos modes de vie, oui, mais sans doute aussi, comme citoyens, faire pression sur nos élus pour que les choses changent. C’est le message de 700 scientifiques français dans les colonnes de Libération que l’on peut retrouver LA.

Un LGBT catholique est … un catholique !

Nutopiabig-1C’est en substance et parmi bien d’autres choses ce que le Père jésuite James Martin rappelle dans les colonnes de Têtu.

[Que diriez-vous à un jeune LGBT+ français qui ne veut plus avoir la foi, qui s’est détourné de l’Eglise ?] Je lui dirais : tu as été baptisé, tu fais donc autant partie de l’Église que le pape, un évêque ou le curé local. Que personne ne vienne te dire le contraire. Non seulement l’Église est ta maison, mais elle a aussi besoin de toi. Si un prêtre ou un autre membre de la paroisse ne t’a pas fait sentir comme étant le bienvenu, défie-le. Comme a dit Jésus : « Secouez la poussière de vos pieds ». Trouve une paroisse où tu te sentiras bien et accueilli. Pourquoi laisserais-tu quelqu’un te chasser de chez toi ? Mais surtout, n’en doute jamais : c’est aussi ton Église.

Très intéressant échange où il revient longuement sur l’interprétation qu’on a faite de récents propos du Pape François sur l’homosexualité … Heureux de voir que malgré les polémiques et les blessures de part et d’autre ce type de publication puisse avoir lieu ! Elle est à retrouver ICI.

Rentrée 2018 : faire du neuf !

 

cropped-page_missionsPas nécessairement facile la rentrée mais peut-être un moment pour l’espérance et une invitation à faire autrement, notamment en termes de solidarité … C’est ce à quoi le Père Bernard Devert, fondateur d’Habitat et Humanisme, nous invite sur son blog :

Pour que cette rentrée ait vraiment du sens, il convient qu’elle traduise une attention plus grande à la solidarité. Il ne suffit pas de l’appeler mais de la construire, finalement se rendre présent là où des hommes et des femmes perdent pied. Pour Jacques Ellul l’homme libre est celui qui décide d’espérer. L’espérance n’est jamais un futur mais un présent revisité pour transformer l’avenir.

Une perspective ouverte dans la vie de chacun, à retrouver ICI

Se motiver pour la sauvegarde de la Création

En cette Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, nous sommes appelés à penser nos modes de vie. Et si nous sommes convaincus en théorie, dans la pratique il nous est parfois difficile de mettre en œuvre les comportements adaptés. C’est sur cet écart que le psychologue norvégien Per Espen Stoknes a travaillé comme nous le rapporte la revue Usbek & Rica :

Pourquoi sommes-nous incapables d’agir pour éviter les catastrophes climatiques que nous voyons venir ? Dans un Ted talk, le psychologue norvégien Per Espen Stoknes répond que les principales barrières sont dans notre tête. Mais aussi que les solutions pour nous sortir du déni et changer enfin nos comportements existent.

Des perspectives à retrouver ICI

La JOC à l’aide des travailleurs saisonniers [Carte postale]

Image-1Cette année encore, la JOC a installé des permanences dans plusieurs stations balnéaires de la côte française pour informer les travailleurs saisonniers de leurs droits et les accompagner.

Entre 500 et 700 000 saisonniers, le plus souvent des jeunes, occupent un emploi pendant l’été en France. Une période courte, dense, et un droit du travail et des contrats pas toujours respectés. Aucune donnée nationale n’existe sur les cas d’abus, ni l’Etat ni les syndicats ne les recensent.

La justice sociale en actes, RFI est allé à leur recontre aux Sables d’Olonne et c’est à retrouver ICI.

Lire la suite

Madeleine Delbrêl : l’assistante sociale mystique

madeleine-delbrel-site-0Ce dimanche, Le Jour du Seigneur rediffusait un documentaire sur Madeleine Delbrêl. Il rassemble les témoignages de ceux qui l’ont connue : chrétiens et communistes, illustrés de nombreux documents d’archives. On y voit comment elle décide de vivre de l’Evangile dans la cité « rouge », Ivry, aux trois cents usines en plein fief du Parti communiste. Elle est missionnaire là où le seul «credo» est celui du marxisme. Sans confondre l’émancipation du prolétariat avec l’idéal évangélique, Madeleine est de tous les combats, aux côtés des communistes, pour la justice et pour les pauvres.

“Seigneur, fais nous vivre notre vie, non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un théorème qui nous casse la tête, mais comme une fête sans fin où ta rencontre se renouvelle, comme un bal, comme une danse, entre les bras de ta grâce, dans la musique universelle de l’amour. Seigneur, viens nous inviter !”

C’est à retrouver ICI.

Des scouts et des réfugiés en marche ensemble [carte postale]

thumbnail_image1Ils sont 60 : réfugiés, bénévoles au sein du Service jésuite des réfugiés France, Scouts et Guides de France à avoir partagé une semaine de vacances dans le Vercors. Au programme : découverte de soi… et de l’autre.

« C’est la première fois que nous organisons des vacances sous ce format-là et je dois dire que ça a été une superbe aventure », confie Marie-Ombeline Amiot, une des co-organisatrices de l’événement. Hébergé dans une maison du diocèse de Grenoble, le groupe a repris les « principes scouts » pour organiser son séjour. « Nous nous sommes répartis en équipes afin de nous partager les tâches et les animations comme la veillée », explique Marie-Ombeline Amiot.

 Une belle histoire qui aide à prendre du recul sur certaines polémiques du moment à retrouver ICI

[L’équipe du Samaritain – et nous le souhaitons le plus possible d’entre vous – a pu prendre des vacances et parfois quitter ses terres habituelles. Loin de nos claviers, nous avons néanmoins découvert de belles histoires dont nous nous sommes dit que nous pourrions les partager avec vous sous forme de « cartes postales », séquence que nous vous proposons pour les prochaines semaines. Trouver de l’espérance, de la confiance et de l’énergie quand la rentrée nous fait retrouver la complexité et parfois la dureté du monde… Vous avez des cartes postales à nous suggérer ? Ecrivez au plus vite pour que nous les partagions dans ces pages !]

GoMesse a besoin de vous !

17884468_788385091329585_7443952004312929959_n« A Paris, à vélo, on dépasse les autos … » peut-être mais il est d’autres endroits de France où d’auto on n’en n’a point, notamment pour aller à la messe. C’est sur la base de ce constat qu’une équipe de chrétiens engagés ont lancé l’application GoMesse. C’est une plateforme d’échanges qui facilite le co-voiturage entre paroissiens, de manière gratuite simple et accessible à tous.

Vous souhaitez co-voiturer ou être co-voituré ? Vous souhaitez soutenir le projet en faisant un don (ils en ont besoin …) ? Vous souhaitez en savoir plus ? Allez sur leur site www.gomesse.fr et parlons-en autour de nous ! Go go GoMesse !

Lire la suite

En août, la faim ne prend pas de vacances

Depuis 1994, Août Secours alimentaire prend le relai, durant un mois, des associations fermées l’été afin de distribuer des repas à ceux qui en ont besoin. Rien de neuf – malheureusement – mais ce sont tout de même 9 centres de distribution qui travaillent ainsi bénévolement en région parisienne dans un esprit de véritable rencontre, fort précieux pour des personnes parfois très isolées. Et, si Le Parisien leur consacre un article, il est aussi bon de penser à les aider : qui par la prière, qui par les bras et le coup de main vaillant, qui par le financement et l’approvisionnement. Vous pouvez aussi lire l’article du Parisien dont est issu le témoignage suivant : 

« A 44 ans, influencée par son père qui s’est beaucoup investi auprès de la Banque alimentaire, Marie décidé, pour la deuxième année consécutive, d’utiliser son temps libre pour aider les plus démunis. Ce jeudi, premier jour d’ouverture du centre du XXe arrondissement, elle a l’impression qu’il y a « moins de monde que l’an dernier. C’est plus soft. » Pourtant, elle s’active pour distribuer une quantité impressionnante de sacs plastiques, remplis de denrées.

Lire la suite

Frigo solidaire

À Niort, un restaurateur a installé un frigo solidaire en libre-service devant son établissement, pour lutter contre le gaspillage et venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Bien sûr, le concept repose sur la confiance mais, justement, nous avons bien besoin de créer des liens de confiance, et des cercles vertueux.

De la haute cuisine pour les plus démunis !

« Le propriétaire triplement étoilé de l’Osteria Francescana, à Modène, a récemment ouvert à Paris l’un de ses Refettori (“réfectoires”) : des restaurants communautaires qui servent à des personnes en situation de précarité une cuisine préparée par des chefs, à partir de surplus » en savoir plus sur le site du courrier international.

Et si c’était une belle manière d’exercer l’option préférentielle pour les pauvres que penser à leur ouvrir l’accès à la haute gastronomie ?

Allez : mettons l’école au bistrot !

MG_8729-1440x600Un fantasme peut-être pour certains – rétrospectivement – et a fortiori en ce vendredi de Carême mais pourtant, non, il s’agit de bien autre chose : pour aider une école du Ventoux dans sa vie quotidienne, le bistrot fait cantine :

Dans cette cantine, pas de restes dans les assiettes pour ces enfants qui ne sont pas peu fiers de manger au restaurant tous les midis. Ils ont entre 6 et 11 ans et sont déjà de fins gourmets… Au menu du jour : crème de courgettes, filet de limande meunière et purée de potimarron.

Ils sont treize à table, aucun apéritif ne peut être servi en présence des enfants : une belle histoire de Carême en somme et une belle histoire tout court à découvrir ICI.

Prendre un enfant par la main …

imagesYves Duteil résonne dans nos oreilles et pourtant il s’agit de donner la main ou être en proximité corporelle de quelque manière que ce soit qui procurerait de l’apaisement, même en fin de vie, comme Sciences et Avenir nous le dit :

Le toucher joue un rôle important dans la communication interpersonnelle, affectant notre bien-être. Ainsi, il a été montré antérieurement que le toucher peut réduire le stress et la douleur chez l’humain.

Alors voilà indirectement un éloge – scientifique ! – à la tendresse à retrouver ICI

Sida, soins palliatifs, écologie : la vie avant tout

Antonio-Ugidos-bataille-fermeque-permettant-lacces-souhaitent-soins-palliatifs-respectee_0_729_647Association surprenante me direz-vous ! C’est pourtant ce qui a rythmé le parcours d’Antonio Ugidos, Délégué général sortant de l’Association pour les Soins Palliatifs (ASP Fondatrice), interviewé dans les colonnes de La Croix.

Quand je pense aux années d’Aides, où l’on mourait beaucoup, ce que l’on souhaitait alors, ce n’était pas d’accommoder les conditions de la mort, mais c’était de vivre. Vivre et combattre surtout la maladie, plutôt que mourir.

Lire la suite

Des ordures faire naître de la culture

BELGAIMAGE-131590675-696x464La scène se déroule en Turquie, où des éboueurs ont récupéré pendant plusieurs mois les livres abandonnés pour ouvrir une bibliothèque. Complétée par les dons volontaires des habitants des quartiers avoisinants, elle a finalement ouvert au grand public avec l’aide des autorités locales. C’est écologique, certes, mais c’est aussi une belle histoire à découvrir ICI.

Ca ira mieux demain ?

5a3cd8be9ee3bNous nous inquiétons souvent de la marche du monde en étant parfois tentés par le « c’était mieux avant » … La revue en ligne Usbek & Rica nous rappelle en quoi cette tentation n’a aucun fondement historique et peut être dévastatrice et coupable.

Ce [que Johan Norberg] nous dit est plutôt convaincant. Chiffres à l’appui, il montre que nous vivons plus longtemps, en meilleure santé, que la pauvreté recule, l’éducation progresse, le savoir global se développe… L’homme n’est pas stupide au point de se risquer à un plaidoyer pro bono pour un libéralisme synonyme de paradis terrestre, même si à l’évidence ça le démange. Il est même assez malin pour défendre l’idée que plus on décrète que tout va mal, plus on favorise l’émergence des mouvements populistes, car les gens ont tendance à les croire et à se réfugier dans le trumpisme et ses avatars : « Dès que nous perdons de vue les progrès accomplis, nous recherchons des boucs émissaires pour les problèmes qui persistent. »

Lire la suite

8 au 11 mars 2018 : Hackathon au Vatican !

Non, il ne s’agit pas d’un escape game ni du énième roman à clés avec moine albinos, conservateur de musée à rouflaquettes et cliquetis de cadenas sumérien. Vhacks est un vrai hackathon, organisé entre autre par des étudiants de Harvard et du MIT, rassemblant des jeunes (18 ans révolus le jour J), croyants ou non, effectivement inscrits dans une grande école ou une université, venus du monde entier, férus de technologies, désireux de produire en peu de temps des solutions destinées à promouvoir l’un des trois thèmes de cette année :Lire la suite

Nos retraités ont un incroyable talent


C’est La Croix qui attire notre attention vers cette excellente initiative d’entrepreneuriat solidaire intergénérationnel (tous les mots-clés, quoi…) : les Talents d’Alphonse, qui permettent de mettre en relation des jeunes retraités et… les gens du quartier, pour un transfert de connaissance, une garde intelligente etc.

Depuis début décembre, Anna, 70 ans, est « l’Alphonsine » de Nathan. Elle est membre depuis bientôt un an de la plate-forme collaborative Les Talents d’Alphonse, lancée en janvier 2016. Sur ce site Internet, des retraités proposent de partager leur savoir-faire à des adultes ou des enfants désireux d’apprendre la couture, le tricot, la photographie, l’anglais… « L’objectif est de créer un point de contact entre les générations autour d’un savoir-faire, qui pourra ensuite se transformer en lien intergénérationnel », résume Barthélémy Gas, cofondateur des Talents d’Alphonse.

La vie consacrée : un témoignage d’amitié

sans-titreTous les 2 févriers, l’Eglise catholique célèbre la vie consacrée. Dans un très bel édito sur RCF, Véronique Margron nous explique comment les religieux et religieuses forment le visage d’un Dieu de consolation au milieu du monde, à l’instar des 19 témoins d’Eglise en Algérie qui seront prochainement béatifiés.

 À travers les plus de 30. 000 religieux et religieuses de notre pays, et tous les autres consacrés, se dit la vérité de l’engagement pour une « humanité plurielle » et plus juste. Ils ne sont pas là pour se faire remarquer, pas plus que ne le voulaient les 19 témoins de l’Église en Algérie. Ils sont des femmes et des hommes ordinaires, cabossés. À travers un art de vivre, initiés par des pionniers – fondateurs et fondatrices des Instituts religieux- Ils désirent seulement dire par leur chair qu’il est heureux – gravement heureux – de faire de l’Évangile du Christ, doux et humble de cœur, son destin et sa force.

Merci à elles et à eux, belle fête en ce jour ! Soyons « gravement » heureux ! Le texte de Véronique Margron à retrouver ICI

Des cartons pleins pour la solidarité

84412_agir-solidarite-carton-plein-650x380À Paris, Carton plein 75 collecte les vieilles boîtes réutilisables et organise des déménagements. Un projet de réinsertion sociale mais aussi écologique : recyclage de cartons et de matériau destinés au déménagement, auquel a été décerné le Prix Initiatives Laudato Si par le Ceras

Dans l’atelier-boutique du XVIIIe arrondissement, plusieurs personnes s’affairent autour de cartons usagés. Ces « valoristes », comme on les appelle dans l’association Carton plein 75, collectent des emballages en bon état, les revendent et organisent aussi des déménagements. Un emploi qui permet à ces salariés en insertion de restructurer leur vie. « Travailler permet de lever certains freins sociaux et personnels. Nous guidons les valoristes dans leurs projets et préparons leur avenir », explique Julie, l’une des accompagnatrices socioprofessionnelles de l’association. L’important est que chacun puisse se réinsérer à son rythme. « On adapte la tâche à la personne. Chacun prend son temps selon ses besoins », précise-elle.

C’est le journal La Vie qui nous en parle et c’est à retrouver ICI et le site de l’association c’est par LA.

A Davos : du Bien mais pas que …

sans-titreOn se demande bien ce qui se passe voire à quoi sert le Forum annuel à Davos. D’aucuns n’y voient que le rassemblement des riches et des puissants au service d’une mondialisation néo-libérale et inégalitaire. Et pourtant on y rencontre aussi des responsables d’ONG ou encore le boudhiste Matthieu Ricard, comme l’indique La Croix.

Avec le temps, j’ai découvert qu’il y a en réalité plusieurs Davos. Celui des chefs d’entreprise qui font des affaires dans les hôtels. Mais aussi celui de scientifiques, d’entrepreneurs sociaux, de spécialistes de l’environnement. Des gens que j’admire et que je peux rencontrer en personne, devenir ami avec eux et créer ensemble une sorte de réseau pour promouvoir un monde plus bienveillant qui prend soin des générations futures.

L’endroit aussi pour trouver des financements pour des projets de développement. Mais aussi pour retrouver certains dirigeants avec lesquels on peut être en total désaccord. Le Président Trump semble à cet égard faire l’unanimité contre lui. Une interview à retrouver ICI

La patience au service de la Paix

Deux-freres-refugies-somaliens-jouent-aeroport-Leonard-Vinci-Romede-arriveee-Italie-couloir-humanitaire-parraine-Communaute-SantEgidio_0_

Fort intéressante interview dans La Croix de Mauro Garofalo, responsable des relations internationale de la communauté Sant’Egidio. Si sa première vocation a été de prendre en charge les pauvres de quartiers déshérités à Rome, elle a aussi été un acteur majeur dans la résolution de conflits armés en Afrique. L’occasion de découvrir une foi utile au service de la Paix et aussi qu’on peut soigner les esprits, même si c’est long.

Il est important, aussi, d’insister sur notre place de croyants. Nous sommes des croyants, avant d’être des Occidentaux chrétiens. Or les conflits pour lesquels nous intervenons en tant que médiateur se déroulent, en majorité, dans des pays musulmans, comme le ­Niger ou la Guinée Conakry. Mais nous sommes perçus comme des gens de foi. Ce respect entre les religions nous protège, nous soutient. Pour discuter, nous ouvrons les portes de notre monastère, pas d’un centre des congrès.

Lire la suite

En Ehpad, du cœur et de la tendresse

Le-temoignage-fort-d-une-infirmiere-dans-un-Ehpad_articleEn marge des protestations des personnels et « familles usagères » des Ehpad, on découvre par ce très beau témoignage dans Pèlerin le quotidien de celles et ceux qui accompagnent nos aînés :

Une bonne journée, c’est quand vous passez à côté d’un résident et qu’il vous caresse la main, sans qu’il soit besoin de mots. Ça, c’est une belle journée. Mais cela tient aussi aux relations professionnelles, à la qualité de la vie d’équipe.

Lire la suite

Quatre hommes, dans la nuit, ont sauvé une inconnue

Il y a une part mystérieuse, pour ceux qui ne grimpent pas, dans la quête des sommets les plus périlleux. Mais il y a aussi cela : la solidarité la plus extrême. Les cas d’indifférence à l’autre inondent nos réseaux. Voilà l’histoire de quatre polonais, partis secourir une inconnue pour eux, Elisabeth Revol, dans le froid, par -45°C, sur un mur de glace. C’est aussi cela, l’humanité.Lire la suite

Le Samaritain a enfin son appli mobile !!

StayingAliveAh bah non en fait mais l’application Staying Alive permet néanmoins de devenir un Bon Samaritain ! Comme l’indique Philippe Chapleau sur son blog Lignes de défense hébergé par Ouest-France :

Utilisée depuis un an par la BSPP [Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris], l’application pour smartphone nommée Staying alive permet de géolocaliser les sauveteurs volontaires se trouvant à proximité d’une victime en arrêt cardiaque (3 par jour sur l’espace public parisien) et de leur proposer d’intervenir en attendant l’arrivée des pompiers.

Pour retrouver l’appli à télécharger c’est par ICI, pour savoir comment vous former aux premiers secours c’est par LA ou encore LA.

Heureux temps où le sens serait un atout

Il paraît loin, le temps des conseils prosaïques d’orientation. « Passe ton bac d’abord », « trouve la filière qui rapporte », « subviens d’abord à tes besoins », « ne perds pas une année, les autres ne t’attendront pas ». Sans qu’ils soient tous farfelus, vous les regretterez peut-être plus tard, bien chers jeunes (comme qui dirait s’il était un pape polonais, ce qui témoigne du fait que l’auteur de cette brève ne l’est plus, jeune). Profitez de ce que ce temps offre probablement de meilleur et, parmi tout cela, le fait qu’une expérience humanitaire soit appréciée dans un cursus. Engagez-vous, qu’ils vous disent !

Lire l’article du Monde