En août, la faim ne prend pas de vacances

Depuis 1994, Août Secours alimentaire prend le relai, durant un mois, des associations fermées l’été afin de distribuer des repas à ceux qui en ont besoin. Rien de neuf – malheureusement – mais ce sont tout de même 9 centres de distribution qui travaillent ainsi bénévolement en région parisienne dans un esprit de véritable rencontre, fort précieux pour des personnes parfois très isolées. Et, si Le Parisien leur consacre un article, il est aussi bon de penser à les aider : qui par la prière, qui par les bras et le coup de main vaillant, qui par le financement et l’approvisionnement. Vous pouvez aussi lire l’article du Parisien dont est issu le témoignage suivant : 

« A 44 ans, influencée par son père qui s’est beaucoup investi auprès de la Banque alimentaire, Marie décidé, pour la deuxième année consécutive, d’utiliser son temps libre pour aider les plus démunis. Ce jeudi, premier jour d’ouverture du centre du XXe arrondissement, elle a l’impression qu’il y a « moins de monde que l’an dernier. C’est plus soft. » Pourtant, elle s’active pour distribuer une quantité impressionnante de sacs plastiques, remplis de denrées.

Lire la suite

Frigo solidaire

À Niort, un restaurateur a installé un frigo solidaire en libre-service devant son établissement, pour lutter contre le gaspillage et venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Bien sûr, le concept repose sur la confiance mais, justement, nous avons bien besoin de créer des liens de confiance, et des cercles vertueux.

De la haute cuisine pour les plus démunis !

« Le propriétaire triplement étoilé de l’Osteria Francescana, à Modène, a récemment ouvert à Paris l’un de ses Refettori (“réfectoires”) : des restaurants communautaires qui servent à des personnes en situation de précarité une cuisine préparée par des chefs, à partir de surplus » en savoir plus sur le site du courrier international.

Et si c’était une belle manière d’exercer l’option préférentielle pour les pauvres que penser à leur ouvrir l’accès à la haute gastronomie ?

Allez : mettons l’école au bistrot !

MG_8729-1440x600Un fantasme peut-être pour certains – rétrospectivement – et a fortiori en ce vendredi de Carême mais pourtant, non, il s’agit de bien autre chose : pour aider une école du Ventoux dans sa vie quotidienne, le bistrot fait cantine :

Dans cette cantine, pas de restes dans les assiettes pour ces enfants qui ne sont pas peu fiers de manger au restaurant tous les midis. Ils ont entre 6 et 11 ans et sont déjà de fins gourmets… Au menu du jour : crème de courgettes, filet de limande meunière et purée de potimarron.

Ils sont treize à table, aucun apéritif ne peut être servi en présence des enfants : une belle histoire de Carême en somme et une belle histoire tout court à découvrir ICI.

Prendre un enfant par la main …

imagesYves Duteil résonne dans nos oreilles et pourtant il s’agit de donner la main ou être en proximité corporelle de quelque manière que ce soit qui procurerait de l’apaisement, même en fin de vie, comme Sciences et Avenir nous le dit :

Le toucher joue un rôle important dans la communication interpersonnelle, affectant notre bien-être. Ainsi, il a été montré antérieurement que le toucher peut réduire le stress et la douleur chez l’humain.

Alors voilà indirectement un éloge – scientifique ! – à la tendresse à retrouver ICI

Sida, soins palliatifs, écologie : la vie avant tout

Antonio-Ugidos-bataille-fermeque-permettant-lacces-souhaitent-soins-palliatifs-respectee_0_729_647Association surprenante me direz-vous ! C’est pourtant ce qui a rythmé le parcours d’Antonio Ugidos, Délégué général sortant de l’Association pour les Soins Palliatifs (ASP Fondatrice), interviewé dans les colonnes de La Croix.

Quand je pense aux années d’Aides, où l’on mourait beaucoup, ce que l’on souhaitait alors, ce n’était pas d’accommoder les conditions de la mort, mais c’était de vivre. Vivre et combattre surtout la maladie, plutôt que mourir.

Lire la suite

Des ordures faire naître de la culture

BELGAIMAGE-131590675-696x464La scène se déroule en Turquie, où des éboueurs ont récupéré pendant plusieurs mois les livres abandonnés pour ouvrir une bibliothèque. Complétée par les dons volontaires des habitants des quartiers avoisinants, elle a finalement ouvert au grand public avec l’aide des autorités locales. C’est écologique, certes, mais c’est aussi une belle histoire à découvrir ICI.

Ca ira mieux demain ?

5a3cd8be9ee3bNous nous inquiétons souvent de la marche du monde en étant parfois tentés par le « c’était mieux avant » … La revue en ligne Usbek & Rica nous rappelle en quoi cette tentation n’a aucun fondement historique et peut être dévastatrice et coupable.

Ce [que Johan Norberg] nous dit est plutôt convaincant. Chiffres à l’appui, il montre que nous vivons plus longtemps, en meilleure santé, que la pauvreté recule, l’éducation progresse, le savoir global se développe… L’homme n’est pas stupide au point de se risquer à un plaidoyer pro bono pour un libéralisme synonyme de paradis terrestre, même si à l’évidence ça le démange. Il est même assez malin pour défendre l’idée que plus on décrète que tout va mal, plus on favorise l’émergence des mouvements populistes, car les gens ont tendance à les croire et à se réfugier dans le trumpisme et ses avatars : « Dès que nous perdons de vue les progrès accomplis, nous recherchons des boucs émissaires pour les problèmes qui persistent. »

Lire la suite

8 au 11 mars 2018 : Hackathon au Vatican !

Non, il ne s’agit pas d’un escape game ni du énième roman à clés avec moine albinos, conservateur de musée à rouflaquettes et cliquetis de cadenas sumérien. Vhacks est un vrai hackathon, organisé entre autre par des étudiants de Harvard et du MIT, rassemblant des jeunes (18 ans révolus le jour J), croyants ou non, effectivement inscrits dans une grande école ou une université, venus du monde entier, férus de technologies, désireux de produire en peu de temps des solutions destinées à promouvoir l’un des trois thèmes de cette année :Lire la suite

Nos retraités ont un incroyable talent


C’est La Croix qui attire notre attention vers cette excellente initiative d’entrepreneuriat solidaire intergénérationnel (tous les mots-clés, quoi…) : les Talents d’Alphonse, qui permettent de mettre en relation des jeunes retraités et… les gens du quartier, pour un transfert de connaissance, une garde intelligente etc.

Depuis début décembre, Anna, 70 ans, est « l’Alphonsine » de Nathan. Elle est membre depuis bientôt un an de la plate-forme collaborative Les Talents d’Alphonse, lancée en janvier 2016. Sur ce site Internet, des retraités proposent de partager leur savoir-faire à des adultes ou des enfants désireux d’apprendre la couture, le tricot, la photographie, l’anglais… « L’objectif est de créer un point de contact entre les générations autour d’un savoir-faire, qui pourra ensuite se transformer en lien intergénérationnel », résume Barthélémy Gas, cofondateur des Talents d’Alphonse.

La vie consacrée : un témoignage d’amitié

sans-titreTous les 2 févriers, l’Eglise catholique célèbre la vie consacrée. Dans un très bel édito sur RCF, Véronique Margron nous explique comment les religieux et religieuses forment le visage d’un Dieu de consolation au milieu du monde, à l’instar des 19 témoins d’Eglise en Algérie qui seront prochainement béatifiés.

 À travers les plus de 30. 000 religieux et religieuses de notre pays, et tous les autres consacrés, se dit la vérité de l’engagement pour une « humanité plurielle » et plus juste. Ils ne sont pas là pour se faire remarquer, pas plus que ne le voulaient les 19 témoins de l’Église en Algérie. Ils sont des femmes et des hommes ordinaires, cabossés. À travers un art de vivre, initiés par des pionniers – fondateurs et fondatrices des Instituts religieux- Ils désirent seulement dire par leur chair qu’il est heureux – gravement heureux – de faire de l’Évangile du Christ, doux et humble de cœur, son destin et sa force.

Merci à elles et à eux, belle fête en ce jour ! Soyons « gravement » heureux ! Le texte de Véronique Margron à retrouver ICI

Des cartons pleins pour la solidarité

84412_agir-solidarite-carton-plein-650x380À Paris, Carton plein 75 collecte les vieilles boîtes réutilisables et organise des déménagements. Un projet de réinsertion sociale mais aussi écologique : recyclage de cartons et de matériau destinés au déménagement, auquel a été décerné le Prix Initiatives Laudato Si par le Ceras

Dans l’atelier-boutique du XVIIIe arrondissement, plusieurs personnes s’affairent autour de cartons usagés. Ces « valoristes », comme on les appelle dans l’association Carton plein 75, collectent des emballages en bon état, les revendent et organisent aussi des déménagements. Un emploi qui permet à ces salariés en insertion de restructurer leur vie. « Travailler permet de lever certains freins sociaux et personnels. Nous guidons les valoristes dans leurs projets et préparons leur avenir », explique Julie, l’une des accompagnatrices socioprofessionnelles de l’association. L’important est que chacun puisse se réinsérer à son rythme. « On adapte la tâche à la personne. Chacun prend son temps selon ses besoins », précise-elle.

C’est le journal La Vie qui nous en parle et c’est à retrouver ICI et le site de l’association c’est par LA.

A Davos : du Bien mais pas que …

sans-titreOn se demande bien ce qui se passe voire à quoi sert le Forum annuel à Davos. D’aucuns n’y voient que le rassemblement des riches et des puissants au service d’une mondialisation néo-libérale et inégalitaire. Et pourtant on y rencontre aussi des responsables d’ONG ou encore le boudhiste Matthieu Ricard, comme l’indique La Croix.

Avec le temps, j’ai découvert qu’il y a en réalité plusieurs Davos. Celui des chefs d’entreprise qui font des affaires dans les hôtels. Mais aussi celui de scientifiques, d’entrepreneurs sociaux, de spécialistes de l’environnement. Des gens que j’admire et que je peux rencontrer en personne, devenir ami avec eux et créer ensemble une sorte de réseau pour promouvoir un monde plus bienveillant qui prend soin des générations futures.

L’endroit aussi pour trouver des financements pour des projets de développement. Mais aussi pour retrouver certains dirigeants avec lesquels on peut être en total désaccord. Le Président Trump semble à cet égard faire l’unanimité contre lui. Une interview à retrouver ICI

La patience au service de la Paix

Deux-freres-refugies-somaliens-jouent-aeroport-Leonard-Vinci-Romede-arriveee-Italie-couloir-humanitaire-parraine-Communaute-SantEgidio_0_

Fort intéressante interview dans La Croix de Mauro Garofalo, responsable des relations internationale de la communauté Sant’Egidio. Si sa première vocation a été de prendre en charge les pauvres de quartiers déshérités à Rome, elle a aussi été un acteur majeur dans la résolution de conflits armés en Afrique. L’occasion de découvrir une foi utile au service de la Paix et aussi qu’on peut soigner les esprits, même si c’est long.

Il est important, aussi, d’insister sur notre place de croyants. Nous sommes des croyants, avant d’être des Occidentaux chrétiens. Or les conflits pour lesquels nous intervenons en tant que médiateur se déroulent, en majorité, dans des pays musulmans, comme le ­Niger ou la Guinée Conakry. Mais nous sommes perçus comme des gens de foi. Ce respect entre les religions nous protège, nous soutient. Pour discuter, nous ouvrons les portes de notre monastère, pas d’un centre des congrès.

Lire la suite

En Ehpad, du cœur et de la tendresse

Le-temoignage-fort-d-une-infirmiere-dans-un-Ehpad_articleEn marge des protestations des personnels et « familles usagères » des Ehpad, on découvre par ce très beau témoignage dans Pèlerin le quotidien de celles et ceux qui accompagnent nos aînés :

Une bonne journée, c’est quand vous passez à côté d’un résident et qu’il vous caresse la main, sans qu’il soit besoin de mots. Ça, c’est une belle journée. Mais cela tient aussi aux relations professionnelles, à la qualité de la vie d’équipe.

Lire la suite

Quatre hommes, dans la nuit, ont sauvé une inconnue

Il y a une part mystérieuse, pour ceux qui ne grimpent pas, dans la quête des sommets les plus périlleux. Mais il y a aussi cela : la solidarité la plus extrême. Les cas d’indifférence à l’autre inondent nos réseaux. Voilà l’histoire de quatre polonais, partis secourir une inconnue pour eux, Elisabeth Revol, dans le froid, par -45°C, sur un mur de glace. C’est aussi cela, l’humanité.Lire la suite

Le Samaritain a enfin son appli mobile !!

StayingAliveAh bah non en fait mais l’application Staying Alive permet néanmoins de devenir un Bon Samaritain ! Comme l’indique Philippe Chapleau sur son blog Lignes de défense hébergé par Ouest-France :

Utilisée depuis un an par la BSPP [Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris], l’application pour smartphone nommée Staying alive permet de géolocaliser les sauveteurs volontaires se trouvant à proximité d’une victime en arrêt cardiaque (3 par jour sur l’espace public parisien) et de leur proposer d’intervenir en attendant l’arrivée des pompiers.

Pour retrouver l’appli à télécharger c’est par ICI, pour savoir comment vous former aux premiers secours c’est par LA ou encore LA.

Heureux temps où le sens serait un atout

Il paraît loin, le temps des conseils prosaïques d’orientation. « Passe ton bac d’abord », « trouve la filière qui rapporte », « subviens d’abord à tes besoins », « ne perds pas une année, les autres ne t’attendront pas ». Sans qu’ils soient tous farfelus, vous les regretterez peut-être plus tard, bien chers jeunes (comme qui dirait s’il était un pape polonais, ce qui témoigne du fait que l’auteur de cette brève ne l’est plus, jeune). Profitez de ce que ce temps offre probablement de meilleur et, parmi tout cela, le fait qu’une expérience humanitaire soit appréciée dans un cursus. Engagez-vous, qu’ils vous disent !

Lire l’article du Monde

Les migrants en France : synthèse et perspective

SERBIA-EUROPE-MIGRANTSAu lendemain de la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié (#JMMR), animée au sein de l’Eglise en de très nombreux endroits, on peut rechercher de l’information pour comprendre les tenants et aboutissants du débat sur les migrants en France, des décisions politiques aux prises de position des associations. Et de fait, ce n’est pas simple !

Sur le blog des Anciens du Secours catholique, on trouve un excellent article de synthèse qui peut nous y aider, signé Daniel Druesne.

Lire la suite

Les migrants : une bonne nouvelle

1086112-cipg_20180108_liberation-sutera__m3_4380jpg

Alors que le Pape François célèbrera ce dimanche la messe pour les migrants, que l’Office International pour les Migrations estime atrocement à 3.119 le nombre de réfugiés morts en Méditerranée alors qu’ils essayaient pour la plupart de rejoindre l’Europe, et que l’accueil des migrants provoque en France des débats houleux, Libération partage l’expérience de la Sicile avec un titre que d’aucuns jugeront provocateur : « une chose très belle est arrivée, nous avons été envahis par les immigrés ».

Lire la suite

Soyons prophétiques !

St. John the Baptist on Charles Bridge.

Dans une époque où l’on plaide plus volontiers pour sa propre cause que pour des valeurs universelles, l’engagement des chrétiens pour des causes dans lesquelles on ne peut soupçonner aucun intérêt personnel provoque parfois frictions ou incompréhension, comme on le voit depuis quelques années sur des débats dits sociétaux. […]  Le moins que l’on puisse dire est que le christianisme n’a pas cessé et ne peut cesser d’être engagé et altruiste. […] Je sais que beaucoup d’entre vous agissent pour de belles et multiples causes. Au moment de vous adresser mes meilleurs vœux personnels de santé et de bonheur pour vous et pour vos proches, je me permets d’ajouter un autre souhait : en 2018, soyons tous prophétiques !

L’édito de Nouvel An plein d’allant de Jean-Pierre Denis dans La Vie, à retrouver ICI

Nourriture : pas gaspiller mais pas donner non plus ?!

a02c7ca9440dd88bff135313d7fd38b9287d945eCourrier International rapporte un article du Christian Science Monitor qui félicite la France pour ses progrès en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment via la loi promulguée en la matière il y a peu :

L’hebdomadaire américain consacre même le pays “leader mondial de la lutte contre le gaspillage alimentaire”. Pour cela, la publication se base notamment sur le 2017 Food Sustainability Index, un classement international établi par la fondation BCFN (Barilla Center for Food and Nutrition). D’après cette étude, chaque Français gaspille en moyenne 106 kilos de nourriture chaque année, “ce qui est considérablement mieux que dans les autres pays”. […] L’hebdomadaire basé à Boston attribue cette performance à la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, votée en février 2016.

Lire la suite

En 2018, je bosse ma foi !

738_000_sapa990202188600Allez, hop hop hop, se remettre au sport, manger mieux, être de meilleure humeur, … : de belles et bonnes résolutions pour cette nouvelle année ! Et si on travaillait aussi à notre foi ?

La Doctrine sociale de l’Eglise : on commence par son pan économique, avec cette émission de France Culture avec Jérôme Vignon, ancien Président des Semaines Sociales de France, et le jésuite Gaël Giraud sur « Et Dieu créa l’économie / La doctrine économique de l’Eglise catholique ».

C’est en podcast aussi, donc aucune excuse, dans les transports ça marche bien, et c’est à retrouver par LA.

Migrants : les Eglises aux avants-postes

hollenbach-rtx1wjf5_jpgAlors que le Figaro annonçait pour Noël les résultats inquiétants d’un sondage en ligne sur l’immigration, divers médias mettent en valeur le rôle actif des Eglises dans l’accueil des migrants en Europe, voire le caractère promordial de leur contribution.

Le Monde ainsi, avec l’interview de la sociologue Mathilde Pette, insiste sur le rôle centrale de l’Eglise dans l’accueil des migrants en France.

Le soutien aux migrants n’est pas le fait de toute l’Eglise mais il n’en reste pas moins qu’elle est l’un des soutiens les plus systématiques à cette population. Cela passe par exemple par l’engagement de prêtres, par des collectes organisées dans les paroisses, par la Journée mondiale du migrant et du réfugié ou par la mise à disposition des locaux, à l’occasion par exemple de grèves de la faim d’étrangers sans-papiers. Les édifices ecclésiastiques apparaissent alors comme des lieux de refuge et de protection.

Lire la suite

« Le Samaritain est notre référence. »

topelementOui, ça y est, on parle enfin de nous dans la presse !!! … Ah bah non. Il s’agit de l’association « Le Bon Samaritain », émanation de Caritas dans le Canton de Vaud en Suisse, qui fête ses 75 ans, comme le relate le journal 24 heures, qui pose la question centrale de savoir pourquoi fêter cet anniversaire avec une messe (…) :

Pour rappeler nos liens forts avec l’Église catholique. Le mouvement a été fondé en 1942 par un prêtre, Jean Ramuz, curé de la paroisse du Sacré-Cœur, qui était très touché par le sort des réfugiés pendant la Seconde Guerre mondiale. Et Caritas, association mondialement reconnue, a été fondée par l’Église catholique. Nous sommes un peu le bras social de l’Église dans le canton de Vaud. Elle participe à hauteur d’environ 5% à notre budget annuel de 15 millions de francs.

Allez, une prochaine fois pour nous peut-être mais bravo et « tout de bon » à eux !

 

Migrants : changer notre regard

 

En cette journée internationale des Migrants (#MigrantsDay), Amnesty Pologne par un film de quatre minutes nous montre comment faire l’effort de regarder l’autre nous permet de changer notre regard sur lui :

Accueillir des SDF dans le XVIe : l’histoire finit bien !…

LE CENTRE D'HEBERGEMENT POUR SANS-ABRI, DANS LE 16 EME ARRONDISSEMENT DE PARISOn se souvient peut-être des réactions vives de certains habitants du XVIe arrondissement de Paris à l’annonce il y a un an de l’installation d’un centre d’accueil pour SDFs, à deux pas de chez eux : craintes audibles, cris d’orfraie souvent exagérés … Un an après son installation, tout va finalement pas si mal :

C’est sous le regard bienveillant des riverains que le centre «La promesse de l’Aube» a fêté son premier anniversaire. «Le bilan est positif, tant dans la vie du centre que dans les relations avec le voisinage», relève l’association Aurore, qui accueille 203 personnes dans ces bâtiments de bois multicolores, modulaires et temporaires, à la lisière du Bois de Boulogne.

Et c’est Le Figaro qui le dit (…) ICI

 

Avent qu’il soit trop tard !

Vous le sentez venir, ce soir ou ce matin où vous direz : « c’est passé si vite » ? Ce 25 décembre où vous prendrez la ferme résolution de vivre le prochain Noël autrement ? Eh bien voilà, nous ne sommes que le 11 décembre, il est encore temps. Alors, avant qu’il ne soit trop tard, deux liens :

Lire la suite

Va falloir se remettre au tricot

Un geste simple, une envie spontanée d’aider : 20Minutes rapporte l’initiative de cette jeune Niçoise. Elodie Bistarelli a vu un sdf. Il portait une casquette, elle lui a tricoté un bonnet, elle a monté un groupe Facebook… et 250 personnes lui ont envoyé des bonnets faits main, qu’elle distribuera dans une dizaine de jours. Des bonnets qui rappelleront aussi à ceux qui les portent que l’indifférence ne règne pas nécessairement, et à ceux qui passent qu’un coup de main n’est pas forcément compliqué.

Entourer les personnes à la rue

imagesLes températures s’effondrent et on s’inquiète pour les personnes à la rue (3,5 millions de SDF et personnes mal logées en France, +50% de SDF en 10 ans selon la Fondation Abbé Pierre). Mais souvent on ne sait pas vraiment quoi faire quand on en croise au quotidien.

L’association Entourage, avec son application lancée il y a un an, connecte les habitants entre eux, pour les aider à reconstruire un cercle bienveillant autour des personnes sans-abri de leur quartier. A l’été dernier, son créateur expliquait ainsi au Parisien :

Lire la suite

Omar Sy : plus balaise que le Pape François en Birmanie ?

sans-titreLes médias ont construit un affrontement absurde. D’un côté, Omar Sy qui lance du Bangladesh un appel à dons en faveur des Rohingyas, cette minorité musulmane objectivement martyrisée en Birmanie depuis des décennies. De l’autre, le Pape François, en déplacement en Birmanie, qui avait dénoncé le sort horrible réservé à ce petit peuple, mais que d’aucuns ont trouvé tiède dans le cadre de son voyage.

C’est oublier que le profil des deux n’est pas comparable et que le Pape François est aussi venu comme représentant d’une autre minorité, les catholiques de Birmanie. Un déplacement officiel comme Chef d’Etat ne permet pas tout à fait la même liberté qu’un acteur engagé, comme l’explique François Vercelletto dans Ouest France :

Lire la suite

En France, un enfant sur dix vit dans une situation d’extrême précarité

Ici, au Samaritain, notre credo, ce serait volontiers « Confiance & Espérance », mais pas au prix de l’aveuglement.

C’est Libération qui s’en fait l’écho cette fois :

« Emmanuel raconte cette scène. Elle se passe à Auch (Gers), dans sa classe de CP, lors d’une séance sur le développement durable. Au détour d’une phrase, un élève explique qu’à la maison ils remplissent un seau d’eau une fois par semaine et puisent dedans pour se laver. Un autre dit ne plus avoir de lumière chez lui parce que l’électricité a été coupée. »

Lire la suite

L’Europe a besoin de nous !

CaptureAprès la session des Semaines Sociales de France sur « Quelle Europe voulons-nous ? », qui rassembla tout récemment près de 2.000 personnes et une brochette d’intervenants de tout premier plan, le travail continue !

Nous avons également entendu l’invitation des autorités françaises à participer activement, à travers des conventions démocratiques, à l’élaboration de cet avenir renouvelé. […] Permettez-nous, donc, d’ouvrir quelques pistes pour redonner de l’élan à l’Europe, dont nous avons compris qu’elle traversait les affres d’une crise d’adolescence. Des propositions que vous serez ardemment invités à critiquer, enrichir, préciser, afin de proposer un Manifeste des Semaines sociales pour l’Europe, qui seront mises au pot commun des réflexions collectives.

Lire la suite

A-Dieu, Frère Henri

img_0871Le Père Dominicain Henri Burin des Roziers est mort avant-hier. Depuis 1978 comme prêtre mais aussi comme avocat, il s’est battu au service des « sans-terres » au Brésil, notamment aux confins de la forêt amazonienne. En 2002, le journal La Vie, avant et après tant d’autres, lui consacrait un portrait :

Sa tête a été mise à prix mais cela ne semble nullement l’émouvoir. À 71 ans, Henri Burin des Roziers ne redoute qu’une chose : l’injustice. Installé depuis dix ans dans le sud du Para, au nord-est du Brésil, cet avocat, religieux dominicain, est devenu la voix des plus démunis : les petits paysans sans terre chassés par les grands propriétaires fonciers. De sa trajectoire qui l’a conduit à braver les pistoleiros et autres ripoux aux confins de l’Amazonie, Frère Henri, comme on l’appelle ici, ne parle qu’à contrecœur : « Ce qui se passe ici est plus important que mon histoire. »

Lire la suite

De la bière dans la box des monastères

sans-titre

Pour soutenir la production monastique, Divine Box propose tous les mois une sélection de produits d’épicerie fine fabriqués par nos frères réguliers. S’abonner, c’est découvrir de bons produits et soutenir cette production.

Il est depuis peu proposé un abonnement spécial bières trappistes, à découvrir ICI. Une occasion de découvrir des produits souvent méconnus, comme la bière de Saint-Wandrille, à l’honneur dans la box d’octobre (voir vidéo ci-dessous).

Lire la suite