Entre sécurité et liberté

« Certaines questions, en effet, auraient dû être examinées en urgence et avec loyauté. Gommées par les affaires, elles referont surface un jour ou l’autre, mais de la pire façon. Prenons un seul exemple, celui du fantasme sécuritaire. L’expression surprendra peut-être, car face au terrorisme, nous aspirons tous – légitimement – à la sécurité. Mais c’est bien de fantasme qu’il s’agit. La promesse est empoisonnée. Elle aura fini par piéger nos gouvernants, comme le montre la question insoluble de la levée de l’état d’urgence ».

Jean-Claude Guillebaud, dans La Vie

Tout s’arrête

C’est cette fameuse phrase, « quand on est jeune, on se croit immortel », que les jeunes n’attribuent qu’aux vieux cons. Parce que, forcément, ils disent cela avec leur rythme et leurs aptitudes de (plus) vieux. Le jeune, lui, il conduit bien, mieux que son père. Il est un peu bourré mais il tient bien l’alcool, alors ça va le faire. On a été jeune, on l’a fait, et c’est passé, puisqu’on est là pour le dire. Mais pas pour l’autre. Et puis on se retrouve parent et l’on sait que nos enfants feront leurs propres conneries. On aimerait assez pourtant qu’ils entendent ces messages, ces spots qui essaient de prendre le problème par tous les bouts, en espérant qu’un angle finisse par convaincre quelques-uns que ça n’en vaut pas la peine, que prouver qu’on n’a pas peur de conduire bourré et qu’on emmerde le système n’a pas de sens au regard de sa vie perdue et de la dévastation provoquée.

Ce clip est sobre. Accessoirement, il rend aussi hommage à l’humanité de ces gendarmes et à la mission impossible qui leur est confiée.