Pour tous ceux qui ne sont ni Midas, ni Crésus et qui roulent quand même

« Posséder une voiture s’apparente de plus en plus à du luxe. Entre le prix d’achat et les innombrables contrôles techniques, le prix de revient de son auto pèse un poids conséquent dans le budget d’une famille. Et pourtant, malgré une baisse significative de son utilisation, les Français se servent toujours de leur véhicule pour se rendre au travail. Conscient de son importance comme outil d’insertion sociale, le Secours Catholique a créé en 2010 Solidarauto, la première association de garagistes reconnue d’intérêt général. » En savoir plus sur cette belle initiative >>

Un gâteau pour faire du bien !

Avec ce gâteau, il ne s’agit pas seulement en effet de se faire du bien ! « Pour la deuxième année consécutive et ainsi soutenir sa campagne de fin d’année autour du symbole de la révolution fraternelle, le Secours Catholique-Caritas France (re)lance… le FRATERNEL, une création gourmande et solidaire imaginée en collaboration avec Chef Damien. «Je ne peux concevoir les fêtes de fin d’année sans le plaisir de retrouver ma famille autour d’un bon repas. Savoir que nombreuses personnes sont en situation précaire et ne connaissent pas ce bonheur est pour moi une grande tristesse. Il était donc évident à mon sens d’offrir cette recette au Secours Catholique et ainsi venir en aide aux plus démunis». » Pour en savoir plus et participer à cette belle aventure, ça se passe par là >>

Quand la moutarde ne leur monte pas au nez

À Dijon, « À partir du 4 avril, un nouvel accueil de jour sera ouvert à tous, sans distinction de nationalité, de condition sociale, de religion… dans les locaux de l’antenne régionale du Secours catholique (…) « Pouvoir se doucher », « laver ses affaires », « se reposer », un endroit pour que les enfants puissent faire les devoirs, un coin enfant pour jouer, un autre pour qu’ils dorment. » Une belle nouvelle !

Avec @CaritasFrance sur les pistes

Vous pensez bien connaître les activités du Secours Catholique ? Eh bien vous en ignorez certainement encore beaucoup, et notamment cette activité développée dans 22 stations dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes, par laquelle il permet à des personnes en fauteuil de descendre eux aussi les pistes.

Le Secours Catholique des Alpes met à disposition, gratuitement, du matériel adapté et des bénévoles. Bons skieurs, ces derniers pilotent les fauteuils-skis. Deux journées de formation suffisent pour apprendre à les manier.

Lire l’article et voir la video.

Saint-Martin, 4 mois après

« ‘Il y a une énergie folle des personnes à se remettre en route, une force de vie incroyable’ constate Anne Greff, bénévole au sein de l’équipe Urgence France du Secours Catholique. Plus de quatre mois après le passage dévastateur de l’ouragan Irma, la vie a redémarré à Saint-Martin.

Ce dynamisme général masque néanmoins de grandes disparités dans les situations. Dans certains quartiers, des personnes sont encore quasiment à la rue et vivent parmi les décombres… »

Sur secours-catholique.org

Alexis Jenni, Emmanuel Prost et le pain partagé

« Bien plus qu’une soupe populaire, le Pain partagé est ‘un lieu de convivialité et de partage, pas d’accueil, ni d’aide’, où se retrouvent les infortunés du quartier. C’est ainsi que l’écrivain Alexis Jenni décrit ce restaurant solidaire du 18e arrondissement de Paris situé dans la salle paroissiale de Notre-Dame de Clignancourt, ouvert deux fois par semaine, le mardi et le vendredi, entre 9 heures et 14 heures. On y prend un café, on s’y rase et se douche, on y lit des journaux ou on y joue au baby-foot… »

Clémentine Maligorne dans Le Figaro et le documentaire du Secours Catholique

Pauvreté en France : urgence et solidarité

rapscLe Secours catholique a publié ce 9 novembre son rapport sur l’état de la pauvreté en France. Comme sa Présidente Véronique Fayet l’indique dans une interview au journal Le Monde :

La pauvreté ne recule pas. Les personnes rencontrées disposent d’en moyenne 548 euros par mois, 3 euros de plus qu’en 2010 ! Celles qui ont un revenu – et 52 % des personnes accueillies sont actives – voient, elles, leurs ressources progresser, dans la même période, de 10 euros, bien moins que le renchérissement du coût de la vie.

Enfin, près d’un ménage sur cinq (19 %) n’a aucune ressource, soit cinq points de plus qu’en 2010, dont 53 % d’étrangers. On assiste donc à une stagnation sans amélioration, avec le risque d’une banalisation car tout semble indiquer que, depuis quatre ou cinq ans, on s’habitue à ces taux élevés d’une pauvreté qui touche par ailleurs maintenant près de 3 millions d’enfants.

Lire la suite

Qui croit encore que les démunis ont la belle vie ?

Capture« Dans un contexte de précarisation, vécue ou redoutée, ces préjugés trouvent un fort écho dans l’opinion publique. ‘La souffrance sociale est alors mise sur le compte non de la crise ou des inégalités sociales, mais de l’assistanat’, constate le sociologue Nicolas Duvoux.

Selon un baromètre de la cohésion sociale publiée en 2014 par le Crédoc, 84 % des Français pensent que ‘beaucoup de personnes abusent du système’, et près d’un quart d’entre eux considèrent que s’il fallait réduire les dépenses de prestations sociales, il faudrait diminuer le RSA en priorité. Ils n’étaient que 5 % à le penser en 1999.

Un sondage publié jeudi 9 mars par le Secours Catholique et l’institut Vivavoice nuance quelque peu ces chiffres alarmants. Néanmoins, selon les réponses données dans le cadre de cette enquête, la première priorité pour lutter contre la pauvreté serait ‘la lutte contre la fraude sociale’.

Lire plus sur secours-catholique.org

 

Jean-Luc Mélenchon tend la main aux catholiques

Ce lundi, Jean-Luc Mélenchon répondait, dans une vidéo, à l’appel lancé par le Secours Catholique dans son dernier rapport sur la pauvreté, aux candidats à la présidentielle : « allez-vous parler de la pauvreté en France ? ».

« Là, il y a un rapport qui vient de sortir », explique-t-il, « c’est le secours catholique » et « ils demandent à tous les candidats à l’élection présidentielle [à propos de la pauvreté] : « est-ce que vous allez en parler, oui ou non ? » Alors moi je vous réponds en direct : oui, je vais en parler. Je vais en parler à tous mes discours, toutes mes interventions ».

« C’est pas forcément de leur côté que j’irais spontanément », avance le candidat à la présidentielle en parlant du Secours Catholique « mais je veux dire : ils ont fait du beau boulot, et ils font du travail. » Il ajoute : « quand il y a quelqu’un qui fait quelque chose, il faut l’aider, et il faut lui apporter du soutien même si on n’est pas toujours, politiquement, branchés de la même manière », « aidez le Secours Populaire, ou le Secours Catholique ».

Appel aux hommes de bonne volonté.

« Ne les jugez pas avant de les connaître »

calais1montageIl n’est pas fréquent d’entendre des paroles bienveillantes concernant les migrants, « les exilés ». Les mots de Mariam Guerey, salariée du Secours Catholique n’en sont que plus intéressants et poignants. Comment espérer que l’intégration ait une chance quand ils arrivent dans des centres que les habitants ont tenté d’incendier ? Comment ignorer que le rejet provoque la défiance en retour ?

Aujourd’hui, j’envie tous ces CAO où nos frères vont partir, je dis à ceux qui les recevront : « Accueillez-les, soyez à leurs côtés, ce sont des jeunes en quête de paix, leur regard est poignant, ils nous disent quelque chose de l’humanité.  Ils sont en manque de tendresse et d’amour, de reconnaissance, ils ne savent pas ce que c’est de détester ou de ne pas aimer.  Tout ce qu’ils souhaitent vraiment c’est qu’on les rencontre avec un regard qui ne fait pas de différence, un regard d’amitié et d’accueil…Ne les jugez pas avant de les connaître, essayez juste de comprendre pourquoi ils sont là, ce qu’ils ont dû endurer pour arriver jusqu’ici, on ne quitte jamais son pays par plaisir. Demain l’OFPRA, nous pouvons l’espérer, leur accordera le statut de réfugié ».

Sans se leurrer sur le fait que tous ne correspondent pas à ce tableau, au moins, les connaître. Tout devrait commencer par là.

Mobilisation pour Haïti

couvefephotos439267_slide_0

Haïti n’en finit plus d’être dévastée. Fort heureusement, des réseaux comme celui du Secours Catholique ne baissent jamais les bras. Il se mobilise encore.

L’impact de l’ouragan dans le sud d’Haïti est catastrophique. Les victimes sont mortes noyées ou dans l’effondrement des bâtiments. De nombreuses habitations sont endommagées. Les gens ont tout perdu.