La baleine à bosse continuera à la rouler

La biodiversité va mal, avec une chute catastrophique de la population de nombreuses espèces en des temps records. Mais l’une d’entre elles reprend du poil de la bête : la baleine à bosse, dont les effectifs avaient été décimés par la chasse.

abysses, animal, baleine

C’est ce que montre cette publication (en anglais) parue dans le Royal Society Publishing, d’une équipe de chercheurs spécialisés dans l’étude des mammifères marins. Ils ont employé différents modèles statistiques pour estimer à partir de plusieurs observations la population totale de baleines à bosse, et les résultats sont une très bonne nouvelle.

En 1830, elles étaient 27 000 à arpenter les océans. Mais soumises à des décennies de chasse, ces baleines n’étaient plus que 450 au milieu du XXe siècle. Une politique de protection associée à une interdiction de la chasse à la baleine commerciale ont alors permis de restaurer la population, que l’on estime désormais à environ 25 000, pratiquement autant qu’il y a deux siècles !

Cette information est d’autant plus réjouissante que les baleines, non-contentes de soutenir parapluies et soutiens-gorge, sont des actrices sous-estimées de la lutte contre le réchauffement. Leur mode d’alimentation les transforme en admirables pièges à carbone, et ce longtemps après leur mort, comme l’expliquait cet article de Géo en septembre dernier. Comme souvent en écologie, la protection des uns fait le bonheur de tous. De quoi rire comme… comme quoi déjà ?

2019 : stop au sport, oui … au rire !

95468_bienvivre-forme-mieux-vaut-en-rire-2C’est une lecture caricaturale d’un récent article paru dans La Vie … quoique :

Selon le Dr William Fry, de l’université Stanford, 10 minutes de rire seraient aussi efficaces que 30 minutes d’aviron ! Laissez tomber les rames – de préférence sur les pieds du voisin, pour accroître l’effet.

L’occasion de redécouvrir que le rire est un formidable médicament mais que, décennies après décennies, nous en « consommons » de moins en moins. Bon continuez le sport, au cas où, le rire n’est lui pas tout le temps planifiable ! Et l’article est à retrouver ICI.

Revue de presse : Musique, journée du pauvre, pédophilie, sciences, évangélisation…

On commence en musique aujourd’hui, pour la journée des pauvres, je vous propose d’entendre l’hymne Fratello qui a servi pour la première rencontre mondiale des pauvres en 2016, à Rome, place St Pierre. Ce dimanche aura lieu la 2ème édition de cette journée voulue par le pape François, dont je vous invite à découvrir le message intitulé : « un pauvre crie, le Seigneur entend ». C’est sur le site du Vatican, et on y lit ces mots si justes : « Le fait d’être pauvre ne peut se résumer en un seul mot : c’est un cri qui traverse les cieux et rejoint Dieu. Qu’exprime le cri du pauvre, sinon la souffrance et la solitude, sa déception et son espérance ? Nous pouvons nous demander : comment se fait-il que ce cri qui monte jusqu’à Dieu ne parvient pas à nos oreilles et nous laisse indifférents et impassibles ? Au cours d’une telle Journée, nous sommes appelés à un sérieux examen de conscience pour saisir si nous sommes réellement capables d’écouter les pauvres. » Lire la suite

Prendre un enfant par la main …

imagesYves Duteil résonne dans nos oreilles et pourtant il s’agit de donner la main ou être en proximité corporelle de quelque manière que ce soit qui procurerait de l’apaisement, même en fin de vie, comme Sciences et Avenir nous le dit :

Le toucher joue un rôle important dans la communication interpersonnelle, affectant notre bien-être. Ainsi, il a été montré antérieurement que le toucher peut réduire le stress et la douleur chez l’humain.

Alors voilà indirectement un éloge – scientifique ! – à la tendresse à retrouver ICI

Catholiques, avons-nous peur des miracles ?

« Pour la majorité des Occidentaux (des Français ?), croire en Dieu est aussi défendable intellectuellement que croire au père Noël, indigne de cerveaux modernes, éduqués, raisonnables etc. Et nous avons souvent mis de côté ce pan de notre foi, notre croyance en l’existence de quelque chose d’autre que les lois de la matière dans l’Univers, pour éviter de passer pour des demeurés ou des faussaires. C’est plus simple. On dérange moins ».

Phylloscopus sur son blogue

Sciences et stéréotypes

Hommes et femmes ont des cerveaux différents… surprise ? On sait maintenant pourquoi les femmes peuvent accomplir plusieurs tâches en parallèle 🙂

Est-ce une confirmation scientifique des fameux stéréotypes ? Faudrait-il agir sur les conséquences négatives de ces stéréotypes plutôt que prétendre affronter la nature en en créant de nouveaux ?

Anglophones only : The Guardian

 

Le jeûne provoquerait la régénération des cellules souches…

… et aiderait à lutter contre le cancer.  C’est ce qui a été établi par des scientifiques, et ce n’est pas nouveau, puisque la publication de l’étude date de 2014. Mais il est bon de le rappeler, même si – chrétiens – nous sommes déjà loin du carême (dont la vocation première n’est de toute façon pas la thérapie physiologique du jeûneur). Les résultats de l’étude sont surprenants:

Lire la suite

L’action angélique mesurée par une expérience scientifique ?

Oui, tout arrive : nous partageons ici un article de Femme actuelle (préalablement relayé sur le compte Twitter des Jésuites de France, hein, quand même).

« De plus en plus de personnes se tournent vers les retraites spirituelles, méditatives et religieuses afin de réinitialiser leur vie et d’améliorer leur bien-être », prévient l’article. Or des chercheurs viennent de mettre en évidence que chez les participants à ces retraites, des modifications s’opèrent dans les systèmes de dopamine et de sérotonine de leur cerveau.Lire la suite

Exceptionnelles conclusions d’une étude scientifique sur les états modifiés de conscience

Nouvelles révélations sur la conscienceLe site Cath.ch a mis en ligne hier un important dossier sur les recherches scientifiques menées à Genève en matière d’états modifiés de conscience : « Allons-nous vers une révolution spirituelle? C’est la question qu’approfondit cath.ch après la publication, à Genève, de nouvelles études suggérant que la conscience peut exister indépendamment du cerveau. Avec notamment une interview exclusive et une mise en perspective du jésuite Jean-Blaise Fellay. »

Le dossier propose notamment un article « L’existence de l’âme révélée », au titre un peu racoleur il faut bien le reconnaître, mais qui prend néanmoins acte des conclusions scientifiques sur le cas Nicolas Fraisse :

Nicolas Fraisse, un Français d’une trentaine d’années, affirme que son esprit peut sortir de son corps et explorer son environnement. Hallucination ou réalité? Une étude genevoise, menée pendant 10 ans sur son cas, vient d’être rendue publique dans un livre. Ces résultats pourraient, selon les chercheurs, bouleverser notre conception de la conscience et le dogme matérialiste actuel.

Lire la suite

Impression 3D de coeur synthétique pour la recherche médicale

Lu sur BFM TV. : « Des chercheurs de l’université de Harvard aux Etats-Unis ont annoncé avoir créé le premier « cœur imprimé en 3D » avec une puce embarquée capable de collecter des données fiables sur la manière dont un cœur bat. […] Ce « cœur » synthétique n’est donc pas conçu pour remplacer un cœur humain défaillant, mais pour être utilisé dans des recherches sans avoir à passer par des prélèvements ou des tests sur des animaux. »

Les chercheurs travaillaient souvent en aveugle dès qu’il s’agissait du tissu cardiaque, car il n’existait pas de moyen facile et non invasif de mesurer ses performances », a expliqué Johan Ulrik Lind, l’un des auteurs de cette recherche. « Cette nouvelle approche ouvre de nouvelles perspectives pour des recherches in vitro », a ajouté Kit Parker, coauteur de la recherche. […] A ce jour, de tels systèmes ont été utilisés pour reproduire la conception et les fonctions des poumons, de la langue, des intestins et maintenant du coeur.