Des séminaristes font le grand écart !

Le Groupe de Formation Universitaire fête ses 50 ans. Il permet à de jeunes hommes de poursuivre leurs études universitaires tout en se préparant à devenir prêtre.

Le GFU permet une variété dans la formation car il n’y a pas la « solution-miracle » qui convienne à tous les candidats ! Je repense à ce séminariste qui a eu besoin de ses 6 années de formation « pour poser son choix ». C’est également important que les prêtres aient des compétences et acquièrent non seulement une culture générale et parfois technique mais également des réflexes pour savoir travailler en équipe ou gérer des conflits. La grande richesse de cette formation est surtout de se former en milieu ouvert. Ces jeunes ne peuvent pas ignorer la réalité d’aujourd’hui ; à savoir que les mondes des croyants et celui des non-croyants s’éloignent. Eux font ce grand écart.

Lire la suite

Une nouvelle association cléricale pour l’Emmanuel

Une association cléricale, pour les prêtres et les diacres de la Communauté de l’Emmanuel, vient d’être créée. Lauent Landete, modérateur de la Communauté de l’Emmanuel, explique les buts de cette association :

L’objectif fondamental de ces statuts est de définir par une formulation canonique plus claire, la grâce fondatrice de la Communauté de l’Emmanuel pour témoigner humblement mais résolument d’un « nouveau style de collaboration entre prêtres et laïcs, sanctifiés par l’Esprit Saint » (selon l’expression de St Jean Paul II, dans Christi Fideles Laici, 2), se fondant sur l’ecclésiologie du ConcileVatican II.

La Vie analyse en profondeur les raisons de cette création, en particulier la faculté pour cette nouvelle association d’incardiner des prêtres.

Lire la suite

Surpriiiise, les prêtres ont une image très positive

A force, on nous aurait bien convaincus du contraire. Eh bien, malgré le discours ambiant et une chasuble surprenante, les prêtres sont appréciés. La Croix nous apprend notamment dans cet article que le prêtre est un homme d’écoute pour 83% des Français, 98% des catholiques pratiquants (quand même), et 68% des non-croyants. Il est considéré comme « proche des autres hommes » à 71%, contre 67% en 1993.Lire la suite

Les prêtres, missionnaires de la joyeuse Annonce

Plus de 2000 prêtres étaient présents pour la messe chrismale à Rome, autour du Pape François.

Dans son homélie, le Pape François, éveque de Rome, leur a rappelé qu’ils sont les missionnaires courageux de la joyeuse Annonce.

La joyeuse Annonce réside tout d’abord dans le comportement du prêtre, dans son contact avec les autres, dans son être et sa douce disponibilité. Par définition, dit François dans son homélie, « l’Annonce ne pourra jamais être triste ou neutre, car elle est l’expression d’une joie entièrement personnelle: la joie d’un Père qui ne veut pas qu’un de ses enfants se perde ». Quant à la miséricorde de la joyeuse Annonce, elle « ne pourra jamais être une fausse commisération, qui laisse le pécheur dans sa misère parce qu’elle ne lui tend pas la main pour qu’il se lève ».Lire la suite

Message des évêques de la Province de Poitiers aux prêtres de ces diocèses

« Prêtres et évêques, ayant été appelés par nos Églises et les évêques qui nous ont imposé les mains, nous avons aussi choisi un certain style de vie marqué par le célibat, par une forme de marginalité au regard des critères de la réussite selon le monde, par une vie de solitude et de pauvreté, faisant de nous, selon cette expression du XVIIe siècle, les religieux de Dieu.

Il est alors profitable de réentendre les paroles d’une des principales figures chrétiennes du XIXe siècle, le bienheureux John Henry Newman ; il nous replace devant celui qui seul explique notre choix et notre persévérance, celui dans les mains duquel nous mettons et remettons sans cesse nos vies. Newman nous aide d’abord à garder une conscience vive de l’appel du Seigneur et de son envoi ; sans cela, nos vies perdront tout sens et seront gagnées par l’amertume :

Lire la suite

Des prêtres et de la politique sur les réseaux

réseauxLa Croix consacre un article à un phénomène nouveau et notable : l’expression politique explicite de prêtres sur les réseaux, qui peut parfois laisser perplexe. Mais fidèle à l’invitation de se mêler de la poutre qui est dans notre œil plutôt que des fesses du voisin, nous nous appliquerons à passer nos tweets au crible de ce que propose le Père Henri Madelin…

ce flou montre un déficit de réflexion, dans l’Église, sur « ce qui fait le propre des réseaux sociaux » : l’immédiateté, la difficulté à tenir une position équilibrée et argumentée… En attendant, et pour ne pas apparaître comme « des diviseurs », prêtres et religieux devraient selon lui se fixer des règles strictes : « confronter leur point de vue avant de l’exprimer publiquement », « se souvenir qu’ils s’adressent toujours à des consciences, être soucieux de former celle des plus jeunes ». Être capables enfin « de se relire dix ans plus tard et d’assumer ce que l’on a écrit ».

… avant d’aller « pleurer amèrement ».

Des pasteurs selon mon Coeur

PartJean Marie Vianneyout, le besoin est criant de pasteurs capables de peindre une vision du futur, de gouverner pour la faire advenir et de faire émerger de nouveaux responsables au service d’une Église de disciples-missionnaires. Faute de formation adéquate, nombre de prêtres vivent leur responsabilité de gouvernement comme une souffrance, une tâche épuisante ou avec une ambition si limitée qu’elle bride la croissance de l’Église.

Comment laisser se déployer la formidable dynamique de croissance de l’Église ? Comment faire rayonner nos paroisses pour une plus grande fécondité ? Comment passer d’une pastorale de conservation à une pastorale de la mission ? Comment faire émerger la prochaine génération de disciples missionnaires ? … En fait, comment éviter de laisser perdre le don que Dieu veut nous donner ?

La finalité du parcours « Des pasteurs selon mon cœur » est de préparer les prêtres et des pasteurs au gouvernement de leur communauté pour y susciter des disciples-missionnaires dans une dynamique de croissance de l’Eglise. Il s’inscrit dans le cadre ecclésiologique et ministériel du « Munus regendi » inséparable des fonctions prophétique et sacerdotale.

Après une formation qui dure toute une année, les prêtres qui ont participé à ce parcours sont invités à un week-end avec des chrétiens engagés dans leur paroisse, les 14 et 15 janvier à Ars, village du saint Curé. Ce sont 120 prêtres et un millier de laïcs qui s’y retrouveront, pour découvrir l’esprit des « Pasteurs selon mon Coeur » et insuffler une dynamique missionnaire dans leur communauté.

 

Que faisons-nous des prêtres que l’on reçoit ?

Mgr Jean-Marc Eychenne (Evêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix) a publié sur le site diocésain un mot intitulé « Du bon usage du prêtre ». Il évoque quelques questions que chacun peut se poser en ces temps de raréfaction des prêtres diocésains.

Nos pensées sur le prêtre (ordonné pour signifier la présence du Christ Pasteur au sein de son peuple) sont-elles celles de Dieu ou celles, trop humaines, de ceux et celles qui attendent un chef, un manager, un patron, un animateur, un directeur, un maître ?…

A lire sur le site diocésain.

 

Un ancien joueur de Manchester United bientôt prêtre !

 

joueurpretreIl était footballeur, et un peu fêtard. Il va bientôt devenir prêtre. Philip Mulryne, ancien milieu de terrain du club de Manchester et de l’équipe nationale d’Irlande du Nord, a récemment fait profession solennelle auprès des dominicains du Saint Savior’s Priory (Prieuré Saint-Sauveur) à Dublin. Il va poursuivre ses études de théologie pendant encore un an et espère être ordonné prêtre l’été prochain. Aleteia présente cette vocation inattendue.

Les sources du bien-être des prêtres

pretres_0_730_409La Croix évoque les résultats d’une étude sur les raisons du mal-être des prêtres… et sur les sources de leur bien-être. Arrêtons-nous aussi sur elles.

Les différentes formes de ressourcement spirituel (retraites, vie de prière, accompagnement spirituel) arrivent en tête des sources de bien-être, à égalité avec la vie affective : relations avec les fidèles, avec l’entourage… Le sentiment d’être utile à la communauté et la possibilité de prendre du temps pour soi figurent également dans la partie positive du classement, à égalité avec le sentiment d’être « respecté, reconnu et apprécié » par les autres. Œuvrer à l’évangélisation de la société contribue aussi à la bonne santé morale des prêtres.