Parlons peu, mais parlons fesse

Chronique de notre contributeur Koz :

Tout ne va pas toujours plus mal. Voyez le porno. Cela ne va que lentement mieux, mais la prise de conscience progresse. Pour n’être pas le premier, le coup de gueule annuel des gynécologues et obstétriciens français a, cette fois, rencontré plus d’écho. Et alors qu’il y a 25 ans, Jack Lang déclarait qu’on avait « tort de décrier et de mépriser » le porno, après Laurence Rossignol, Agnès Buzyn s’inquiète désormais de sa diffusion auprès des mineurs. La question est ainsi passée – ce n’est pas un maigre signe – de la Culture à la Santé.

Chef, on a cassé le porno #NetNeutrality

Le désespoir est palpable. « Bien sûr, le porno ne disparaîtra jamais complètement – cela va seulement vous coûter probablement beaucoup plus cher pour y accéder. Les fournisseurs d’accès vont maintenant être en mesure de vous faire payer de votre poche le contenu que vous adorez, et ils vont aussi être en mesure de tracer exactement ce que vous regardez ». On est à deux doigts de compatir.Lire la suite

Alors, il te plaît, mon gros pop-up ?

Salutaire mais surprenant : l’inquiétude sur le porno sort un peu des milieux cathos, certes précurseurs mais qui peinent à mobiliser sur le sujet. Alors que Laurence Rossignol annonçait une réflexion pour bloquer l’accès aux mineurs, c’est la Fondation pour l’Innovation Politique qui sort une note sur le sujet (accessible sur le site de la Fondapol dans une note au titre explicite : « Porno addiction : nouvel enjeu de société »).

Et, si le titre de ce billet a coupablement succombé au second degré, cette note illustre aussi la misère sexuelle à laquelle la consommation de porno peut conduire des adultes, en raison de phénomènes neurologiques observés.

Les pages 18 et 19 sont consacrées aux « effets du porno : l’escalade vers l’extrême » – et notamment ce fait qui peut paraître ridicule : un homme peut se trouver sexuellement excité par l’allumage de son ordinateur ou l’apparition d’un pop-up.Lire la suite

Laurence Rossignol annonce vouloir lutter contre la pornographie

Laurence Rossignol, invitée du PadreBlog autour de la question de la violence faite aux femmes, s’est exprimée sur la pornographie, ici plus particulièrement comme violence faite aux enfants. Et la conclusion de l’Abbé Grosjean : « Je pense que sur ce coup-là, on sera à vos côtés ».

Porno : protéger les enfants

« Merci d’organiser cette première rencontre à l’Assemblée nationale sur le thème de la protection de l’enfance contre la pornographie », approuve le Pr. Israël Nisand. Mais « pourquoi si tard ? »…

Retour sur une rencontre de parlementaires en présence, entre autres, de Thérèse Hargot (sexologue) et Grégory Dorcel (directeur d’une industrie de production porno).