20 ans d’Anak ! Un beau Match… contre la misère !

L’association Anak qui s’occupe des enfants dans les rues de Manille a 20 ans et Paris Match consacre un bel article à l’association et au combat du p. Matthieu Dauchez. Ce dernier sera le 20 octobre prochain à l’église Saint-Sulpice et présentera son nouveau livre.

Voici la conclusion de l’article : « Lorsque nous nous étions quittés il y a 12 ans, il nous disait : «Ce que nous accomplissons est une goutte d’eau. Nous en ferions dix fois plus, ce serait encore une goutte d’eau. Pourtant tout reste possible, y compris lorsque la situation semble presque perdue.» L’océan n’a malheureusement pas rétréci mais certains, jusqu’au bout de leur vie, ne renonceront jamais à écoper les voies d’eau du malheur. Le père Matthieu Dauchez est de ces hommes-là. » Nous vous invitons à la découvrir en intégralité par ici >>

Dons aux associations : encore un effort … vraiment !

les-dons_articleIl y a un an déjà en ces colonnes, nous nous inquiétions de la chute des dons aux associations. Famille chrétienne indique que, suite dans un contexte fiscal en pleine évolution, la situation semble avoir empiré :

« La collecte est nettement moindre. On sent un essoufflement des dons », prévient Olivier Loock, directeur de la recherche de fonds des Petits Frères des Pauvres, qui œuvrent auprès des personnes âgées isolées. « Sont menacés les gens qu’on accompagne et ceux qui pourraient réduire leurs impôts. Tout le monde est perdant ! » Même son de cloche à la fondation Habitat et Humanisme, au Secours catholique, aux Apprentis d’Auteuil ou au Collège des Bernardins. Selon France Générosité, le syndicat qui regroupe les associations et les fondations, la baisse serait de 50 % entre 2017 et 2018.

L’article est à retrouver ICI. Vous avez des moyens ? Donnez, même un peu, en espérant que cette alerte sera prise en compte par nos gouvernants …

Près de Naples, la Gare de l’âme

Dans La Scampia, un quartier populaire de la banlieue de Naples, une communauté de moines franciscains vit depuis 1976 avec tout ce que l’homme jette : des fruits et des légumes qui ne se vendent pas, des aliments qui vont bientôt être périmés… et même un train de la Ferrovia dello Stato, l’équivalent de la SNCF en Italie. En effet, cinq beaux wagons des années 1940 ont été transformés en couvent. Il est aujourd’hui connu sous le nom de la Gare de l’âme.

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite

Rentrée 2018 : faire du neuf !

 

cropped-page_missionsPas nécessairement facile la rentrée mais peut-être un moment pour l’espérance et une invitation à faire autrement, notamment en termes de solidarité … C’est ce à quoi le Père Bernard Devert, fondateur d’Habitat et Humanisme, nous invite sur son blog :

Pour que cette rentrée ait vraiment du sens, il convient qu’elle traduise une attention plus grande à la solidarité. Il ne suffit pas de l’appeler mais de la construire, finalement se rendre présent là où des hommes et des femmes perdent pied. Pour Jacques Ellul l’homme libre est celui qui décide d’espérer. L’espérance n’est jamais un futur mais un présent revisité pour transformer l’avenir.

Une perspective ouverte dans la vie de chacun, à retrouver ICI

Madeleine Delbrêl : l’assistante sociale mystique

madeleine-delbrel-site-0Ce dimanche, Le Jour du Seigneur rediffusait un documentaire sur Madeleine Delbrêl. Il rassemble les témoignages de ceux qui l’ont connue : chrétiens et communistes, illustrés de nombreux documents d’archives. On y voit comment elle décide de vivre de l’Evangile dans la cité « rouge », Ivry, aux trois cents usines en plein fief du Parti communiste. Elle est missionnaire là où le seul «credo» est celui du marxisme. Sans confondre l’émancipation du prolétariat avec l’idéal évangélique, Madeleine est de tous les combats, aux côtés des communistes, pour la justice et pour les pauvres.

“Seigneur, fais nous vivre notre vie, non comme un jeu d’échecs où tout est calculé, non comme un match où tout est difficile, non comme un théorème qui nous casse la tête, mais comme une fête sans fin où ta rencontre se renouvelle, comme un bal, comme une danse, entre les bras de ta grâce, dans la musique universelle de l’amour. Seigneur, viens nous inviter !”

C’est à retrouver ICI.

En août, la faim ne prend pas de vacances

Depuis 1994, Août Secours alimentaire prend le relai, durant un mois, des associations fermées l’été afin de distribuer des repas à ceux qui en ont besoin. Rien de neuf – malheureusement – mais ce sont tout de même 9 centres de distribution qui travaillent ainsi bénévolement en région parisienne dans un esprit de véritable rencontre, fort précieux pour des personnes parfois très isolées. Et, si Le Parisien leur consacre un article, il est aussi bon de penser à les aider : qui par la prière, qui par les bras et le coup de main vaillant, qui par le financement et l’approvisionnement. Vous pouvez aussi lire l’article du Parisien dont est issu le témoignage suivant : 

« A 44 ans, influencée par son père qui s’est beaucoup investi auprès de la Banque alimentaire, Marie décidé, pour la deuxième année consécutive, d’utiliser son temps libre pour aider les plus démunis. Ce jeudi, premier jour d’ouverture du centre du XXe arrondissement, elle a l’impression qu’il y a « moins de monde que l’an dernier. C’est plus soft. » Pourtant, elle s’active pour distribuer une quantité impressionnante de sacs plastiques, remplis de denrées.

Lire la suite

Des cartons pleins pour la solidarité

84412_agir-solidarite-carton-plein-650x380À Paris, Carton plein 75 collecte les vieilles boîtes réutilisables et organise des déménagements. Un projet de réinsertion sociale mais aussi écologique : recyclage de cartons et de matériau destinés au déménagement, auquel a été décerné le Prix Initiatives Laudato Si par le Ceras

Dans l’atelier-boutique du XVIIIe arrondissement, plusieurs personnes s’affairent autour de cartons usagés. Ces « valoristes », comme on les appelle dans l’association Carton plein 75, collectent des emballages en bon état, les revendent et organisent aussi des déménagements. Un emploi qui permet à ces salariés en insertion de restructurer leur vie. « Travailler permet de lever certains freins sociaux et personnels. Nous guidons les valoristes dans leurs projets et préparons leur avenir », explique Julie, l’une des accompagnatrices socioprofessionnelles de l’association. L’important est que chacun puisse se réinsérer à son rythme. « On adapte la tâche à la personne. Chacun prend son temps selon ses besoins », précise-elle.

C’est le journal La Vie qui nous en parle et c’est à retrouver ICI et le site de l’association c’est par LA.

Nourriture : pas gaspiller mais pas donner non plus ?!

a02c7ca9440dd88bff135313d7fd38b9287d945eCourrier International rapporte un article du Christian Science Monitor qui félicite la France pour ses progrès en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire, notamment via la loi promulguée en la matière il y a peu :

L’hebdomadaire américain consacre même le pays “leader mondial de la lutte contre le gaspillage alimentaire”. Pour cela, la publication se base notamment sur le 2017 Food Sustainability Index, un classement international établi par la fondation BCFN (Barilla Center for Food and Nutrition). D’après cette étude, chaque Français gaspille en moyenne 106 kilos de nourriture chaque année, “ce qui est considérablement mieux que dans les autres pays”. […] L’hebdomadaire basé à Boston attribue cette performance à la loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, votée en février 2016.

Lire la suite

Migrants : les Eglises aux avants-postes

hollenbach-rtx1wjf5_jpgAlors que le Figaro annonçait pour Noël les résultats inquiétants d’un sondage en ligne sur l’immigration, divers médias mettent en valeur le rôle actif des Eglises dans l’accueil des migrants en Europe, voire le caractère promordial de leur contribution.

Le Monde ainsi, avec l’interview de la sociologue Mathilde Pette, insiste sur le rôle centrale de l’Eglise dans l’accueil des migrants en France.

Le soutien aux migrants n’est pas le fait de toute l’Eglise mais il n’en reste pas moins qu’elle est l’un des soutiens les plus systématiques à cette population. Cela passe par exemple par l’engagement de prêtres, par des collectes organisées dans les paroisses, par la Journée mondiale du migrant et du réfugié ou par la mise à disposition des locaux, à l’occasion par exemple de grèves de la faim d’étrangers sans-papiers. Les édifices ecclésiastiques apparaissent alors comme des lieux de refuge et de protection.

Lire la suite

En France, un enfant sur dix vit dans une situation d’extrême précarité

Ici, au Samaritain, notre credo, ce serait volontiers « Confiance & Espérance », mais pas au prix de l’aveuglement.

C’est Libération qui s’en fait l’écho cette fois :

« Emmanuel raconte cette scène. Elle se passe à Auch (Gers), dans sa classe de CP, lors d’une séance sur le développement durable. Au détour d’une phrase, un élève explique qu’à la maison ils remplissent un seau d’eau une fois par semaine et puisent dedans pour se laver. Un autre dit ne plus avoir de lumière chez lui parce que l’électricité a été coupée. »

Lire la suite

A-Dieu, Frère Henri

img_0871Le Père Dominicain Henri Burin des Roziers est mort avant-hier. Depuis 1978 comme prêtre mais aussi comme avocat, il s’est battu au service des « sans-terres » au Brésil, notamment aux confins de la forêt amazonienne. En 2002, le journal La Vie, avant et après tant d’autres, lui consacrait un portrait :

Sa tête a été mise à prix mais cela ne semble nullement l’émouvoir. À 71 ans, Henri Burin des Roziers ne redoute qu’une chose : l’injustice. Installé depuis dix ans dans le sud du Para, au nord-est du Brésil, cet avocat, religieux dominicain, est devenu la voix des plus démunis : les petits paysans sans terre chassés par les grands propriétaires fonciers. De sa trajectoire qui l’a conduit à braver les pistoleiros et autres ripoux aux confins de l’Amazonie, Frère Henri, comme on l’appelle ici, ne parle qu’à contrecœur : « Ce qui se passe ici est plus important que mon histoire. »

Lire la suite

Pauvreté en France : urgence et solidarité

rapscLe Secours catholique a publié ce 9 novembre son rapport sur l’état de la pauvreté en France. Comme sa Présidente Véronique Fayet l’indique dans une interview au journal Le Monde :

La pauvreté ne recule pas. Les personnes rencontrées disposent d’en moyenne 548 euros par mois, 3 euros de plus qu’en 2010 ! Celles qui ont un revenu – et 52 % des personnes accueillies sont actives – voient, elles, leurs ressources progresser, dans la même période, de 10 euros, bien moins que le renchérissement du coût de la vie.

Enfin, près d’un ménage sur cinq (19 %) n’a aucune ressource, soit cinq points de plus qu’en 2010, dont 53 % d’étrangers. On assiste donc à une stagnation sans amélioration, avec le risque d’une banalisation car tout semble indiquer que, depuis quatre ou cinq ans, on s’habitue à ces taux élevés d’une pauvreté qui touche par ailleurs maintenant près de 3 millions d’enfants.

Lire la suite

Oui, nous nageons en pleine folie !

« Emmanuel Macron serait-il devenu le président des riches ? En tout cas, l’expression lui colle désormais à la peau. Elle ne sera pas facile à détacher. Pour mieux comprendre ses erreurs, il devrait lire un petit texte étincelant. Il date de 1985, mais fut édité en français en 2011 sous le titre L’Art d’ignorer les pauvres. Son auteur n’est pas un néogauchiste ou un populiste, comme on dit maintenant. Il s’agit de John Kenneth ­Galbraith (disparu en 2006), considéré de son vivant comme l’un des plus grands économistes du XXe siècle. Ces pages nous aident à comprendre pourquoi nous nageons littéralement dans la folie ».

Jean-Claude Guillebaud, dans La Vie

Les croyants sur le front de la paix

Europeancitizensprize1Le souvenir de la mort brutale du Père Jacques Hamel il y a un an nous renvoie à l’engagement de tous les chrétiens et au-delà de croyants au service de la paix dans le monde. Entre autres et par trois fois les derniers mois, leur engagement a été publiquement reconnu.

Il en est ainsi du Père Tvrtko Barun (photo), jésuite, qui a reçu mi-juillet du Parlement européen le Prix du citoyen européen, pour son engagement en faveur des réfugiés. Responsable du Service jésuite des réfugiés pour la région Europe du Sud-Est et réfléchissant sur le caractère humanitaire de la congrégation jésuite, il dit (source : JRS) :

Notre œuvre est basée sur les valeurs de l’Evangile. Je crois qu’être  ouvert aux autres et aux différents est un défi pour tout le monde, indépendamment de sa foi. Les mots du Christ nous aident certes à rendre plus facile le choix de cette ouverture.

Il est encore ainsi du rôle prépondérant des religions en faveur de la paix, reconnu par l’ONU dans le cadre du Plan d’action de Fès publié au même moment. Comme le rapporte Radio Vatican, il a été salué par Mgr Auza, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU.

Il en fut encore ainsi au printemps, quand le Quai d’Orsay, en établissant un protocole officiel de coopération avec la Communauté de Sant’Egidio, reconnaissait le rôle majeur de ces chrétiens dans la construction de la paix en CentrAfrique et dans la prise en charge des réfugiés du Proche et du Moyen-Orient.

Rendons grâce pour cela et essayons d’y contribuer là où nous sommes et à notre niveau.

Aux âmes bien nées…

« Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Chacun ou presque connaît par cœur ces quelques mots mais nombreux sont ceux qui se souviennent surtout que la valeur n’attend point le nombre des années, oubliant peut-être qu’il faut encore que l’âme soit bien née.Lire la suite

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous »

« Parce que des fois, je préfèrerais avoir des gâteaux et puis tout. Des fois au matin, j’déjeune pas. Avant quand ma mère avait des sous, j’mangeais des céréales, maintenant je bois du café mais dès qu’elle a ses sous, elle va faire son plein de courses, elle va aller acheter un ou deux jambons, elle va acheter un nouveau téléphone à Loïc »

Un petit bonhomme français, de dix ans, qui raconte aux journalistes de France2, pour Infrarouge, une misère que l’on oublie trop souvent encore. Des fois, au matin, j’déjeune pas. On peut revoir ce reportage en ligne.

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous », dit le Christ à l’approche de sa Passion. « Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ».

Lettre à Mesdames, Messieurs, les candidats à la Présidence de la République

« Acceptez-vous de nous partager vos diagnostics suivis des traitements que vous entendez mettre en œuvre pour guérir ce corps social enfiévré ? La première urgence est celle de gestes d’hospitalité à l’égard de ceux qui vivent dans la rue et/ou dans des conditions déshumanisantes.

La politique ne se réduit pas à des actes de gestion, elle est une vision dynamique et enthousiaste à l’adresse des concitoyens pour faire se lever au sein de la Nation, des énergies et des synergies créatrices d’espoir. Les réponses sont toujours à la hauteur de la confiance.

Voulez-vous prendre l’engagement de défendre les plus vulnérables pour faire de l’habitat une des grandes causes nationales ? »

Père Bernard Devert, Fondateur d’Habitat et Humanisme

« Un homme, 50 ans environ, en octobre » : hommage aux morts de la Rue

En 2016, le Collectif Les Morts de la rue a compté 501 décès de SDF. Ils avaient en moyenne 49 ans. On compte parmi eux 46 femmes, 11 mineurs, dont 6 enfants de moins de 5 ans.

Nous prions pour eux.


2016 Janvier

Anthony T., 30 ans, le 1er janvier à Dôle.

Gaetan PAYET, 63 ans, le 1er janvier à Paris 16e.

Un homme, 45 à 55 ans, le 1er janvier à Paris 10e.

Suzanna M., 67 ans, le 3 janvier à Lille.

André dit Dédé, 80 ans, le 4 janvier à Marseille.Lire la suite

Revenu universel : qu’en penser ?

fr_1509_24Alors que divers candidats aux prochaines élections se sont exprimés sur l’idée d’un revenu universel, Guillaume Alméras, spécialiste des questions d’emploi et d’insertion au Secours catholique, exprime des réserves :

« Il craint que la mesure se résume finalement « à faire un chèque dont le montant sera de toute façon insuffisant pour vivre dignement, et à laisser ensuite les personnes se débrouiller soutes seules », dédouanant ainsi les responsables politiques de toute action supplémentaire pour lutter contre la pauvreté ou pour faciliter l’accès à l’emploi. »

Un article de synthèse intéressant à retrouver sur le site du Secours Catholique.

La Vie aux Captifs …

60105_sdf-sans-abri-mal-logementLe journal La Vie a décidé pour son opération de Noël 2016 de soutenir Aux Captifs la Libération dans le cadre de la réhabilitation d’un de leurs locaux à Paris.

Association chrétienne, cette association vient en aide aux personnes exclues vivant de la rue ou dans la rue : sans domicile fixe, en situation de prostitution ou de souffrance psychique, migrants, jeunes en errance, victimes de la drogue ou de l’alcool.

Un bel article à lire donc dans les colonnes de La Vie et pour aider c’est par ici !

(Crédits photo : Antoine Cau / SIPA)

Il n’y a pas que le Beaujolais nouveau aujourd’hui…

rapport 2016 Secours Catholique… il y a aussi, comme chaque année, le rapport du Secours Catholique sur l’état de la pauvreté en France. Et c’est hélas beaucoup moins réjouissant…

Près de 9 millions de personnes, dont 3 millions d’enfants, vivent dans la pauvreté en France. Nous constatons une précarisation croissante des familles, des femmes et des enfants, ainsi que des personnes d’origine étrangère, avec davantage de personnes sans ressources, en logement très précaire. Contrairement à ce que l’on croit cette augmentation n’est pas due à l’accroissement du nombre de migrants présents sur le territoire mais au fait que la situation de cette catégorie d’individus est de plus en plus fragile.

Depuis dix ans, cette précarisation s’accroît et nous ne parvenons pas à faire reculer la pauvreté dans notre pays. Cela mine les fondements de notre société.  La lutte contre la pauvreté, et particulièrement contre le chômage de longue durée, devrait être portée au plus haut niveau dans la campagne électorale, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

On ne peut plus se contenter en France de petites mesures qui ne font que stabiliser la pauvreté. Au Secours Catholique, nous pensons que la solution est de transformer la société pour la rendre plus humaine et que cela passe par la mobilisation des personnes en précarité. C’est en portant leur voix qu’on parviendra à réellement agir sur les causes de la pauvreté.

#Pauvrophobie

pauvrophobie

Dans sa quête inlassable pour  élever le niveau de la télévision française M6 diffuse aujourd’hui un nouvel épisode de Rue des Allocs.

Voici ce qu’en pense une association qui travaille avec les pauvres : ATD Quart-Monde

« Les pauvres sont des profiteurs », « ils ne vivent pas si mal avec le RSA », « s’ils voulaient travailler, ils trouveraient », etc. : ATD Quart Monde est très inquiet de ces discours grandissants renforcés par des émissions comme « Rue des allocs », que M6 s’apprête à reprogrammer le 17 novembre prochain.

 On le sait, ces préjugés tenaces mais erronés ont des effets pervers dévastateurs. Ils cassent les ressorts pour s’en sortir et portent gravement atteinte à la dignité de millions de personnes. Ils les dévalorisent à leurs propres yeux et aux yeux des autres, ils découragent un grand nombre d’entre elles de recourir au droit et encouragent les discriminations qui les empêchent d’accéder au logement, à l’emploi, aux soins, etc.

 C’est pourquoi ATD Quart Monde appelle tous celles et ceux qui veulent agir contre ces discours à soutenir la création d’une bande dessinée sur le thème « Stop aux préjugés sur les pauvres ».

Entre le 17 novembre et le 17 janvier 2017, les internautes pourront prendre leur part dans ce combat contre les préjugés en participant au financement de ce projet surwww.ulule.fr/bdideesfausses.

Wauquiez, coqueluche des cathos

C’est à voir. Et la Revue Limite n’est manifestement pas convaincue, qui se demande : « les catholiques peuvent-ils soutenir Laurent Wauquiez ? ». Elle s’interroge sur les rapports entre Laudato Si et sa perception des associations écologistes, « toutes ces structures doryphores qui vivent sur la bête et ne se préoccupent que de la beauté du paysage, mais se moquent de l’agriculture », comme sur sa volonté de mener une fronde contre l’accueil des migrants ou sa dénonciation régulière des pauvres comme de purs « assistés ».

A Hayange : le Secours Populaire expulsé par le maire

Réaction de Julien Lauprêtre, Président du Secours populaire français :

Honte au maire d’Hayange qui a décidé d’expulser le Secours populaire français. Jamais un élu de la République n’avait pris une telle décision. […] C’est un crime contre la solidarité : que vont devenir les 770 personnes aidées et accueillies par le Secours populaire dans cette commune ? Des dizaines de familles monoparentales, des enfants, des personnes âgées, victimes de la pauvreté et de l’exclusion et parmi elles, plusieurs familles de réfugiés-migrants chassés de leur pays par la guerre et la misère.

N’acceptons pas cette mesure scélérate. Le Secours populaire francais doit pouvoir continuer, à Hayange comme partout ailleurs, d’aider en toute indépendance toute personne qui a besoin d’aide, d’accueil, d’écoute, d’une solidarité au quotidien. La haine ne passera pas.