Le pape à la rencontre des… Rohingyas ?

Le Figaro décrit la complexité du voyage du pape François :

« Le pape François entendra des témoignages de membres de la communauté musulmane des Rohingyas à Dacca durant son voyage au Bangladesh prévu du 30 novembre au 2 décembre, a précisé aujourd’hui le porte-parole du Saint-Siège Greg Burke. Le souverain pontife argentin enchaîne à partir de lundi deux visites délicates, dans la Birmanie bouddhiste et le Bangladesh musulman, où ses paroles seront particulièrement scrutées sur l’éviction des Rohingyas par l’armée birmane ».

Dans La Vie, Mgr Charles Maung Bo, cardinal-archevêque de Rangoun, avait tenté de nous faire entrer dans cette complexité, et des pièges que recèlent les appellations :

« Le Pape ne devra pas utiliser le mot Rohingya, cela choquerait les Birmans, le gouvernement et les militaires. Cela voudrait dire qu’ils sont une ethnie birmane, qu’ils appartiennent à ce pays, ce qui n’est pas le cas. Je vais lui dire qu’il devra s’exprimer en utilisant le mot musulman. Rohingya est un terme très politique ».

« En Birmanie, tout cela reste très compliqué »

Le pape François se rendra en Birmanie le 27 novembre. Analyse dans La Vie du cardinal Charles Maung Bo sur la situation du pays.

Tout le monde est heureux [de sa visite], pas seulement les chrétiens mais les bouddhistes et le gouvernement aussi. Nous sommes dans un processus de paix instigué par Aung San Suu Kyi. Nous voulons porter un message d’amour et la paix. Il y a différentes religions dans ce pays, différents groupes ethniques. Il doit y avoir une unité et une dignité. Nous devons réussir à trouver la paix dans tous les États, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. La paix est essentielle. Le pape montrera que c’est possible.

Certains craignent qu’il emploie le mot « Rohingya ». 

Il ne devra pas utiliser ce mot, cela choquerait les Birmans, le gouvernement et les militaires. Cela voudrait dire qu’ils sont une ethnie birmane, qu’ils appartiennent à ce pays, ce qui n’est pas le cas.

Lire la suite

Le Pape s’attaque aux Fake News

« Co-organisées cette année pour la première fois par le Secrétariat pour la communication du Saint Siège, la Fédération des Médias Catholiques (FMC) et SIGNIS (l’association catholique mondiale pour la communication), les Journées Internationales Saint François de Sales exploreront les rapports entre medias et vérité, dans la lignée du message choisi par le Pape François en vue de la prochaine Journée Mondiale des communications sociales, le 13 mai 2018, sur les fausses nouvelles (fake news) et le journalisme de paix ».

Voir sur Radio Vatican

 

À quoi servent les universités catholiques ?

Les universités catholiques ont du pain sur la planche, à en croire le récent discours du Pape François à la conférence des universités catholiques, le 4 novembre dernier. L’occasion d’insister sur l’importance de former des esprits critiques et d’encourager les universités dans leur travail de réflexion sur les migrations et d’action auprès des migrants. « Depuis un peu moins d’un siècle, la Fédération internationale des universités catholiques, avec la devise Sciat ut serviat, se propose de promouvoir la formation catholique au niveau supérieur, en se servant de la grande richesse qui dérive de la rencontre de tant de réalités universitaires différentes. Un aspect essentiel de cette formation vise la responsabilité sociale, pour la construction d’un monde plus juste et plus humain ».

Lire le discours du pape dans La Croix

Il ne suffit pas de nous indigner

« Il ne suffit pas d’en rester au malaise de tous ces gens qui n’ont pas de quoi vivre et résident dans la rue à deux pas de chez nous,
Il ne suffit pas de nous indigner,
Il ne suffit pas de les regarder de haut… ou, pire, de ne plus les voir, devenus indifférents,
Il ne suffit pas de nous dire que nous sommes tous des pauvres en quelque chose (même si c’est aussi vrai),
Il ne suffit pas de parler de la pauvreté et des pauvres en général… »

Le reste à découvrir chez : Zabou chez Zabou

Natalité : Gaël Giraud avocat du Pape

Une séquence de l’émission d’Arte « 28′ » était consacrée mercredi dernier aux questions de natalité et d’environnement (à partir de 12:57). Invité de l’émission, le jésuite Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD, a débattu de la nécessité ou non d’intervenir sur la natalité pour l’avenir de la planète. Interrogé notamment sur les positions du Pape, il a dénoncé l’hypocrisie consistant à demander aux pauvres de faire moins d’enfants sans changer le mode de vie des plus riches, principaux pollueurs à l’échelle mondiale.

Nicole Ferroni, Pape François : même combat ?

sans-titreAprès le cri d’alarme de 15.364 scientifiques sur l’état de la planète, relayé en France par le journal Le Monde, la dernière chronique de Nicole Ferroni sur France Inter résonne en effet en écho avec un certain nombre de points de Laudato Si, l’encyclique du Pape François, de manière tonique et sincère.

On peut l’écouter ICI.

Pour les retardataires ou les consciencieux, on peut relire l’encyclique en cliquant et, pour les faignants, on peut, parmi d’autres excellentes recensions, lire la contribution de Christian Mellon sj aux Semaines Sociales de Rueil sur « Laudato Si : continuités et révolution » en cliquant ICI.

Le commérage : « pas de ça chez moi » ?

sans-titreOn se souvient probablement d’une méditation du Pape François sur le « commérage », les ragots , les rumeurs, dans nos églises mais aussi dans le monde :

La langue, les commérages, les ragots sont des armes qui chaque jour assaillent la communauté humaine, en semant envie, jalousie et avidité du pouvoir. Avec elles, on peut en arriver à tuer une personne. C’est pourquoi parler de paix signifie aussi penser à tout le mal que l’on peut faire avec la langue.

Bien sûr, tout en comprenant voire en accueillant avec piété filiale ce propos du Saint-Père, nous pouvons nous dire facilement que ceci concerne les autres et que, bien entendu, nous n’en sommes pas les auteurs ni même les complices. Pourtant, Lire la suite

Macron bientôt en visite au Vatican ?

Emmanuel Marcon pourrait se rendre bientôt à Rome, pour recevoir son titre de chanoine du Latran, comme l’indique un article du Parisien. Une visite certes symbolique, pour un président cultivant l’art du symbole, mais aussi politique, une rencontre avec le Pape permettant de toucher de manière toute particulière les catholiques. Le titre de chanoine relance ainsi la possibilité d’une rencontre prochaine avec le Pape François, même si l’agenda choisi par l’Elysée sera déterminant, dans le tumulte de réformes inquiétant les catholiques, à l’instar de la PMA. Affaire à suivre.

 

 

 

Source photo : Article du Parisien.

 

 

François, le réformateur

« Inspiré par le théologien Guardini, un maître qu’il partage avec… Joseph Ratzinger, il réfléchit aux ‘dynamiques de désaccord dans l’Église’ qu’il veut sortir de l’impasse des dialectiques marxiste et hégélienne. Il aime la franchise et encourage la parrhèsia — le courage de la vérité. Avec lui, tout est permis sauf toucher à la doctrine ‘Nous sommes fils de l’Église’ : les points de vue opposés sont féconds et créatifs quand ils tendent à l’unité du tout.

Lire la suite

Immigration : il faut tout réinventer

« Si nous voulons exiger le respect de notre culture, commençons par la respecter nous-mêmes, soyons-lui fidèles et vivons-en : culture classique, culture chrétienne, culture des grandes Lumières, etc. Ou alors, ne parlons pas de respect dû à notre culture. Parlons plutôt de préservation de notre confort, ou de désir qu’on ne nous dérange pas dans nos habitudes et nos souvenirs, ou plutôt nos amnésies volontaires.

Si donc on pense (à raison) qu’il y a quelque chose à défendre, alors il faut tout réinventer ».

Henri Hude sur… henrihude.fr

JMJ : cheminer avec Marie

2017 : “Le Puissant fit pour moi des merveilles” (Lc 1,49)

2018 : “Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu” (Lc 1,30)

2019 : “Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole” (Lc 1,38)

Voici le cheminement spirituel indiqué par le Pape François, cheminement qui aboutira à Panama.

Entrer dans le mystère du Christ

« À la question de savoir « qui est Jésus pour moi », François explique que nous pourrions répondre « le Fils de Dieu », en récitant le Credo, tout le catéchisme, ce qui est vrai mais le risque est d’arriver à perdre de vue que le centre du mystère du Christ est que Jésus m’aime et qu’il s’est donné lui-même pour moi. Comprendre le mystère du Christ n’est pas une chose intellectuelle, mais seulement grâce pure ».

Homélie du Pape François sur radiovaticana.va

Gratuité du Salut et proximité de Dieu

« En s’appuyant sur l’extrait évangélique de ce jour, tiré de saint Luc, dans lequel scribes et pharisiens se prétendent justes alors que Jésus leur explique que seul Dieu est juste, le Pape François a dénoncé le grave oubli des docteurs de la loi, qui avaient ‘oublié la gratuité du salut, la proximité de Dieu, la miséricorde de Dieu’, en croyant emporter avec eux ‘la clé de la connaissance’.

Ils avaient oublié la gratuité de Dieu ».

Lire sur radiovaticana.va

Prêts pour le retour du Maître ?

« ‘Le thème de la vigilance est un des fils conducteurs du Nouveau Testament’, a rappelé le Pape François. À plusieurs reprises dans les Évangiles, Jésus avertit ses disciples et les invite à se tenir prêts pour le retour du Maître. Avec cet appel pour une responsabilité assumée avec amour, Jésus nous interpelle dans notre quotidien ».

Audience Général sur radiovaticana.va

Correction filiale : où se trouve vraiment le non respect de la Tradition ?

Une interview claire et nette à lire dans Famille Chrétienne, du père Thomas Michelet op., professeur à l’Angelicum, l’Université Pontificale Saint-Thomas d’Aquin à Rome. Où il ressort que les auteurs de la récente « Correction filiale » adressée au Pape n’ont pas été… très inspirés : « On prête au pape des propos qu’il n’a pas tenu ; ou s’il l’avait fait, on n’en donne pas les sources, ce qui ne permet pas de les vérifier. On est très deçà du minimum requis pour un travail universitaire ou journalistique. Ce n’est pas sérieux. ».

Lire la suite

Lyon, François et Benoît

« Le célibat sacerdotal et Amoris laetitia ont été à l’ordre du jour de l’échange entre le pape François et les prêtres de Lyon, rapporte Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon : ‘Le Saint-Père est arrivé avec une feuille blanche et un crayon. Dans une attitude d’écoute comme un Père qui accueille ses enfants, cette rencontre avec le pape François était d’une grande gratuité' ».

Entretien avec Mgr Gobilliard sur zenit.org

Serviteur du peuple fidèle

« Serviteur du pueblo fiel (le peuple fidèle), le pape a montré son sens pastoral par le passé. C’est aussi ce que souligne le livre d’Austen Ivereigh. Quand le cardinal Jorge Bergoglio, au conclave, avance la vision d’un Jésus qui, contrairement à celle de l’Apocalypse, frappe à la porte non pour entrer mais pour sortir, il a déjà mis en pratique ce qu’il prêche. Austen Ivereigh montre ainsi comme la vision de l’Église et de la foi du pape prend sa source dans le peuple – ‘Il croit que l’Esprit Saint se révèle au sein du dialogue qui s’établit entre le pueblo fiel et l’Église universelle’ – et combien de fois il a posé l’aide concrète au peuple comme un préalable de toute action pastorale.

Koz chez Koztoujours

« L’espérance, la vertu la plus divine qui puisse exister dans le cœur de l’homme »

Frères et sœurs, en réfléchissant sur les ennemis de l’espérance, je voudrais souligner que celle-ci est la vertu la plus divine qui puisse exister dans le cœur de l’homme, parce qu’elle maintient la vie, la protège et la fait grandir. Charles Péguy a su traduire poétiquement l’étonnement et l’émotion de Dieu devant l’espérance qui porte les hommes à croire que « ça ira mieux demain matin ». Ainsi l’espérance est cet élan du cœur qui conduit l’homme à chercher une vie meilleure, à « partager le voyage de la vie », comme nous y invite la campagne de Caritas inaugurée aujourd’hui. Pour cette raison, les pauvres sont, depuis toujours, les premiers porteurs d’espérance et c’est par eux que Dieu est entré dans le monde.

Site du Saint Siège

Le Pape François invite les cisterciens à être des amoureux de la prière

« Le Pape François a reçu samedi 23 septembre en salle Clémentine les 230 participants au Chapitre général des Cisterciens de la Stricte observance, réuni actuellement à Rome. Le Pape François les a invités à cultiver l’amour de la prière, ainsi qu’à toujours œuvrer pour l’unité dans la charité, en suivant les intuitions de saint Benoît ».

Lire plus sur news.va

 

Immigration : une occasion privilégiée d’annoncer Jésus Christ !

Pour son premier voyage officiel en dehors de Rome, le pape François avait choisi de se rendre, le 8 juillet 2013, sur l’île de Lampedusa où il a rencontré des migrants. ©T.PUGLIA-GETTYIMAGES-AFP

Le pape François a reçu aujourd’hui les directeurs de la pastorale pour les migrants des différentes conférences épiscopales d’Europe, rapporte I-Media.

« Je ne vous cache pas ma préoccupation face aux signes d’intolérance, de discrimination et de xénophobie que l’on rencontre dans diverses régions d’Europe ». Celles-ci sont « souvent motivées par la méfiance et par la peur de l’autre, du différent, de l’étranger ». Le pontife a ensuite ajouté dresser la « triste constatation que nos communautés catholiques en Europe ne sont pas exemptes de ces réactions de rejet ». Le pape a regretté que de tels comportements soient « justifiés » par « un devoir moral imprécis » de conserver l’identité culturelle et religieuse « originelle ».

L’Eglise s’est diffusée sur tous les continents « grâce à la migration » des missionnaires. Ceux-ci étaient « convaincus » de l’universalité du message de salut de Jésus Christ destiné aux individus de « toutes cultures ». Les flux migratoires contemporains représentent pour le pape François une « nouvelle frontière missionnaire », une occasion privilégiée d’annoncer Jésus Christ et son Evangile « sans se déplacer de son propre environnement ». Ainsi chacun peut « témoigner concrètement » de la foi chrétienne dans « la charité et le profond respect pour les autres expressions religieuses ».

« Vis, aime, rêve et crois ! »

img_0800Ne capitule pas devant la nuit : souviens-toi que le premier ennemi à soumettre n’est pas en dehors de toi : il est à l’intérieur. C’est pourquoi, ne laisse pas de place aux pensées amères, obscures. Ce monde est le premier miracle que Dieu ait fait, et Dieu a mis entre nos mains la grâce de nouveaux prodiges. Foi et espérance vont de pair.

Ce n’est qu’une citation parmi d’autres de cette incroyable catéchèse du Pape Francois pour les jeunes ! Dans un océan de doutes, d’incertitudes, d’amertume parfois, cette contribution arrive comme une « torpille » heureuse, à découvrir et partager, auprès des jeunes et des moins jeunes !

Et on peut la retrouver en cliquant sur le lien suivant : https://fr.zenit.org/articles/vis-aime-reve-et-crois-lecon-de-vie-a-un-jeune/

L’offrande de la souffrance

« Le Pape François a reçu en audience privée à la Maison Sainte-Marthe le père Thomas Uzhunnalil, libéré hier après avoir été otage durant un an et demi au Yémen.

Ce prêtre salésien de nationalité indienne s’est incliné à terre pour embrasser les pieds du Pape, qui l’a toute suite aidé à se relever et lui a embrassé les mains. Il l’a embrassé et encouragé, en l’assurant qu’il continuerait à prier pour lui comme il l’a fait durant sa captivité. Visiblement ému, le Pape l’a béni.

Le père Tom, comme il est familièrement appelé, a remercié le Pape, en lui confiant avoir ‘prié chaque jour pour lui, en offrant ses souffrances justement pour sa mission et pour le bien de l’Église’.

Lire plus sur radiovaticana.va

Pastora Mira Garcia, la force du pardon

« Elle s’appelle Pastora Mira Garcia. Vendredi 8 septembre, dans la ville de Villavicencio en Colombie, elle a retourné une immense salle de 5000 personnes – dont le pape François – par son témoignage bouleversant sur sa vie, quatre fois brisée par la guerre civile: son père a été assassiné par la guérilla quand elle était enfant. Puis son mari… Sa fille a ensuite été enlevée. Au prix d’une recherche désespérée, elle n’a retrouvé que son cadavre, sept ans plus tard. Puis ce fut le tour de son autre fils qui a été assassiné par la même guérilla, après avoir été torturé. Ce qu’elle a appris en soignant sans savoir qui il était, puis en l’apprenant l’un des… assassins de son fils! Pastora Mira Garcia s’occupe aujourd’hui de victimes de cette guerre d’un demi-siècle en Colombie ».

Jean-Marie Guénois, sur lefigaro.fr

Le Pape est-il de gauche ?

« Je voudrais faire auparavant un petit reproche à mes collègues du Figaro magazine. Pourquoi ont-il titré à la une : Le pape est-il de gauche ? La formule fait choc, c’est indiscutable, mais elle a pour moi le défaut de donner une traduction partisane et presque polémique de la personnalité et des engagements du Pape. Lire la suite

« Entre Jérusalem et Rome » : un nouveau document remis au Pape par une délégation rabbinique

Lu sur Radio Vatican : Le Pape François a reçu ce jeudi au Vatican une délégation de rabbins, membres de la conférence des rabbins d’Europe, du conseil rabbinique d’Amérique et du grand Rabbinat d’Israël. Ils sont venus à Rome pour une rencontre avec la commission du Saint-Siège pour les rapports religieux avec le judaïsme. A cette occasion, ils ont remis au Pape un nouveau document intitulé Entre Jérusalem et Rome, fruit de leur travail. […]

«C’est un texte qui rend un hommage particulier à la déclaration conciliaire Nostra Aetate, dont le quatrième chapitre constitue pour nous la grande charte du dialogue avec le monde juif », a expliqué François. La mise à jour progressive de Nostra Aetate a permis à nos rapports de devenir toujours plus amicaux et fraternels. […]

«  Votre document s’adresse aux catholiques en les considérant comme des partenaires, des alliés, des amis et des frères dans la recherche commune d’un monde meilleur qui puisse apprécier la paix, la justice sociale et la sécurité », a précisé François. Le Pape a particulièrement insisté sur un des points du texte, à savoir l’affirmation selon laquelle les religions doivent utiliser le comportement moral et l’éducation religieuse pour être capable d’influencer et d’inspirer, à l’opposé de la guerre, la coercition ou la pression sociale.

Lire l’article en entier…

Le pape et l’immigration

« Le message du pape n’est pas eschatologique au sens où le religieux aurait autorité sur le politique. L’Église n’a pas pour mission d’organiser le monde politique, et la politique n’est pas appelée à réaliser le Royaume de Dieu. Ce serait dans les deux cas du totalitarisme obtus, païen et mythologique. Son message est d’ordre spirituel pour les chrétiens et moral pour tous. Or la morale procède de la raison ».

Philippe de Saint-Germain sur conscientia.fr

L’accueil des migrants, une affaire de Pape ?

Le message du pape François pour la journée mondiale du migrant et du réfugié 2018 publié le 15 août dernier a fait se déchaîner bien des passions sur la toile. A ceux qui y sont allés de leurs remarques désobligeantes, parfois très virulentes, le père Laurent Stalla-Bourdillon, directeur du Service Pastoral d’Etudes Politiques et aumônier des parlementaires, répond de façon magistrale dans un billet de blog sur La Vie. Extrait :Lire la suite

Le Pape, les migrants : un message inédit

AFP2435621_LancioGrandeComment mieux accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés? C’est la question à laquelle répond le Pape François, dans un message publié ce lundi 21 aout, à l’occasion de la Journée mondiale du migrant et du réfugié, le 14 janvier prochain, comme le relate la presse vaticane.

Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer : quatre verbes «fondés sur les principes de la doctrine de l’Eglise», rappelle le Saint-Père, en soulignant sa «préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés» durant son pontificat.

Parmi d’autres trésors à découvrir, certaines de ses positions semblent assez inédites, notamment la suivante, relevée par de nombreux médias :

Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI (Cf. Lettre encyclique Caritas in veritate, 47), nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale.

Les débats ne manqueront pas et ce texte, comme ses prédécesseurs, a le grand mérite de nous mettre en chemin et de débattre sur un sujet compliqué. Avant toute polémique inutile, il faut donc lire ce texte, en débattre avec d’autres et se faire sa propre opinion ; on le retrouve in extenso en cliquant ICI.

Jouer Benoît XVI contre François ? Un « fantasme » de « gens stupides » (Mgr Georg Gänswein)

Les récentes obsèques du cardinal dubitatif Joachim Meisner ont nourri les attentes de ceux qui attendent désespérément le signe du désaveu du pape François par Benoît XVI. Las, c’est encore raté.

La référence du texte du pape émérite à la fidélité du cardinal à la barque de l’Eglise même quand elle est sur le point de sombrer, reprise dans l’homélie, ne doit donner lieu à aucune interprétation contre François. Lire la suite

Pas de plus grand amour

« Le pape François a promulgué une lettre apostolique en forme de Motu Proprio intitulée Maiorem hac dilectionem – Pas de plus grand amour – a informé le Saint-Siège le 11 juillet 2017. Avec ce Motu Proprio, le pape met en exergue une nouvelle voie pour l’ouverture d’un procès en béatification ou canonisation : l’offrande de la vie ».

© 2017 I.MEDIA

Prions pour nos frères qui se sont éloignés de la foi

Intention de prière du Pape François pour le mois de juillet :

Prions pour nos frères qui se sont éloignés de la foi afin qu’ils redécouvrent, par notre prière et notre témoignage évangélique, la présence du Seigneur riche en miséricorde et la beauté de la vie chrétienne.