« L’espérance est audace »

SSF2020

C’est par cette citation du Pape François dans Fratelli Tutti que Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, a conclu leur 94e rencontre annuelle. 100% en ligne, elle a accueilli en fin de semaine sernière plus de 2.500 participants, dont 1.300 lors de huit ateliers thématiques, sur « Une société à reconstruire – Engageons-nous ! ».

Je le disais en ouverture, il émane de notre rencontre une énergie mobilisatrice incroyable, qui refuse de dire que rien n’est possible, que le changement espéré ne viendra pas. Il ne s’agit pas de manquer de lucidité ou d’enjoliver la réalité mais de croire qu’ensemble il est possible d’agir.

50 conférenciers, responsables associatifs et témoins ont nourri la rencontre de leurs contributions, dont Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Véronique Fayet, Eric Salobir, Cynthia Fleury, Dominique Lang, Agnes von Kirchbach, Grégoire Catta, Alice Le Moal, Mgr Celestino Migliore avec l’aide d’animateurs comme Dominique Seux, Philippine de Saint-Pierre ou encore Isabelle de Gaulmyn.

A l’issue de la rencontre, « un Manifeste de l’engagement » a été mis en partage, préparé avant et nourri pendant la rencontre. On le retrouve ICI. Et par LA, les conclusions de Dominique Quinio, le message que la Pape François a fait parvenir aux participants et tout un tas d’autres éléments intéressants.

Pour reconstruire la société : engageons-nous !

FB-Event-500x262Notre société était déjà pétrie de fragilités avant l’arrivée du Covid, elle va s’en relever encore plus difficilement ! Comment ne pas imaginer la sollicitude du Christ encore plus aiguisée pour la situation de notre monde ? Mais que faire ? Au nom de quoi ? Comment ? C’est pour tenter de répondre à ces questions que les Semaines Sociales de France vous invitent à leur rencontre fin novembre (en ligne et localement) sur le thème « Reconstruire la société : engageons-nous ! ».

La sortie de la pandémie est un défi immense. Comment ne pas créer de nouveaux fossés, entre générations par exemple : retraités épargnés économiquement par la crise, jeunes confrontés au chômage et au poids de la dette contractée ? Comment ne pas sacrifier l’environnement à la volonté de faire repartir vite l’économie ?
Les catastrophes peuvent être des moments de transformations profondes, de nouveaux commencements.
Nous, Semaines sociales de France, voulons nous engager pour cette transformation. Malgré la complexité des sujets, malgré la faiblesse de nos moyens, nous croyons que chacun peut peser sur les événements : des intervenants, acteurs, experts et témoins
nous en convaincront. Nous élaborerons et proposerons ensemble des pistes de solution ; nous les travaillerons en ateliers ; nous les présenterons à ceux qui détiennent le pouvoir, les pouvoirs ; nous les interpellerons au cours de tables-rondes. Ces engagements doivent aussi être personnels : qu’allons-nous inscrire comme changement dans le quotidien de nos vies ?

Une quinzaine d’intervenants en plénière (parmi lesquels Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Cynthia Fleury, Véronique Fayet, Eric Salobir, Grégoire Catta, Dominique Quinio, Bertrand Badré), huit ateliers thématiques, la possibilité de rejoindre des groupes locaux qui travailleront – dans le respect des gestes sanitaires – à partager et débattre, … Une rencontre pour retrouver de l’énergie et des perspectives à nos engagements, quelques résolutions concrètes, à partager de manière démocratique, et l’occasion de se retrouver à beaucoup – même en ligne – pour partager nos engagements au service d’un monde qui en a besoin !

Le programme est ICI, pour s’inscrire c’est par LA !

Ta messe en poche

C’est pas que tu veux pas y aller, c’est que tu sais pas où c’est. En plus, tu n’as pas eu le temps de bien voir le panneau à l’entrée du village. Parce que tu as un peu accéléré, aussi, sinon ta femme allait le voir. Eh bien, figure-toi que ta femme lit aussi le Samaritain, qu’elle a un smartphone et que, contrairement à tes préjugés machistes, elle sait s’en servir. Alors, devance l’appel. Montre ta bonne volonté, télécharge Messes.info (pour Android et pour iPhone).

Si tu as suivi les choses d’un peu plus près que présumé ci-dessus, tu diras : #old. Ouais. Mais non. Maintenant, dans la nouvelle version qui vient tout juste de sortir, il y a la géolocalisation. Même plus besoin de savoir où tu es pour trouver le Chemin.Lire la suite

Le numérique est-il diabolique ?

sans-titre

Non qu’il s’agisse d’exorcisme mais de ce que en quoi le numérique dans nos vies et dans la société « sépare » (diabolein en grec), fragmente, divise. Dans Libération, le philosophe Eric Sadin porte un regard très sombre sur l’avènement du numérique, qui n’est pas sans rappeler dans la tonalité les dénonciations de Papes comme Léon XIII sur les nouvelles formes du libéralisme à la fin du XIXe siècle ou encore Jean-Paul II sur le drame du système quand il prend le pas sur les individus et l’homme.

Dans les faits, [la « colonisation » du monde par « l’esprit de la Silicon Valley »] est un modèle civilisationnel fondé sur la marchandisation intégrale de la vie et l’organisation automatisée de la société qui en train de s’instaurer à grande vitesse.

Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? Certainement pas et les auteurs du Samaritain seraient mal placés pour le faire ! Mais notre dépendance croissante au numérique – voir l’état de fragilité dans lequel nous sommes quand le réseau est l’objet d’attaques majeures, comme il y a quelques jours – ajouté au faible investissement de nos hommes politiques sur ces sujets ne peuvent que nourrir notre questionnement citoyen.

Et le numérique est aussi ce que nous décidons d’en faire. Deux contributions fort intéressantes pour nourrir la réflexion sur nos propres comportements : « Cathos, numérique et bien(s) commun(s) » de Floriane aux Alternatives catholiques et « Internet : voleur ou passeur d’humanité ? » de Jean Caron et un certain Erwan Le Morhedec.

 

Du Wifi dans la sacristie

Construite à partir de 1135, achevée en 1534… et connectée depuis 2016. À Sens, les fidèles et visiteurs de la première cathédrale gothique de la chrétienté, dédiée au protomartyr Saint Étienne, peuvent désormais profiter d’un accès internet gratuit grâce au réseau Wifi récemment installé.

Mgr Giraud, archevêque de Sens-Auxerre et évangélisateur en ligne grâce à ses « twittomélies », y voit notamment un moyen d’enrichir les visites de la cathédrale grâce à un guide numérique. On peut penser à d’autres applications de ce service, qui pourra dépanner des personnes en situation d’exclusion numérique (tout en les attirant dans l’église 😇) ou encore, entre deux pénitents, d’envoyer quelques tweets depuis le confessionnal !

Un Hackathon catho ? Ça existe

HackathoUn Hackathon catho ? Ça existe, c’est le 5 novembre prochain à Paris. 5000 euros, des locaux et du coaching à remporter !

OPtic le réseau de recherche dominicain sur les médias et le numérique vous propose un Hackathon de 27h pour imaginer et créer un projet au service de la solidarité, de la spiritualité ou de la promotion du patrimoine culturel!

Formez une équipe avec des développeurs, designers, apporteurs d’idées , imaginez un projet, présentez le et remportez 5000€ pour le développer ainsi qu’un espace de coworking et des sessions de coaching.

Plus d’informations sur la page Facebook de l’événement.