Debout face à la mort

Bouleversant « Essentiel » d’Alexia Vidot dans La Vie de cette semaine. On y découvre, pour ceux qui ne le connaissent pas, Fred Rister, le DJ Nordiste qui a écrit nombre des tubes de David Guetta dont When love takes over, pour lequel ils ont reçu un Grammy Award.

Fred Rister est atteint d’un cancer, pour la neuvième fois en trente ans. Celui-ci est incurable et il a décidé de cesser de le combattre. Il fait face à la mort : ce n’est pas une confiance et espérance de pacotille qu’il porte, c’est l’essentiel. Lire la suite

Les étoiles jouent de la musique

On vous explique tout ici :

Le site vous propose un extrait musical, ayant pour base « les étoiles Alpha Centauri A (632 Hz) et B (1 072 Hz), de la constellation du Centaure, ainsi que Procyon (223 Hz), la plus brillante de la constellation du Petit Chien, jumelée au Soleil ».

Pour aller vite : il est possible aux astrophysiciens « de mesurer les mouvements convectifs à l’intérieur même d’une étoile. Cette convection étant un mouvement de la matière émet inévitablement un son. C’est ce que les physiciens appellent « la résonance interne sonore ». »

C’est complexe, mais pour simplifier, « plus un astre est gros, plus il va émettre un son grave. Alors, notre étoile, le Soleil, émet des vibrations mesurées à environ 440 Hz, l’équivalent du Sol dièse sur l’échelle musicale. En appliquant la même méthode sur toutes les sphères gazeuses découvertes, il serait possible de créer une grande chanson stellaire. »

Pour mieux comprendre, c’est sur le site de meteomedia.com.

Revue de presse : Musique, journée du pauvre, pédophilie, sciences, évangélisation…

On commence en musique aujourd’hui, pour la journée des pauvres, je vous propose d’entendre l’hymne Fratello qui a servi pour la première rencontre mondiale des pauvres en 2016, à Rome, place St Pierre. Ce dimanche aura lieu la 2ème édition de cette journée voulue par le pape François, dont je vous invite à découvrir le message intitulé : « un pauvre crie, le Seigneur entend ». C’est sur le site du Vatican, et on y lit ces mots si justes : « Le fait d’être pauvre ne peut se résumer en un seul mot : c’est un cri qui traverse les cieux et rejoint Dieu. Qu’exprime le cri du pauvre, sinon la souffrance et la solitude, sa déception et son espérance ? Nous pouvons nous demander : comment se fait-il que ce cri qui monte jusqu’à Dieu ne parvient pas à nos oreilles et nous laisse indifférents et impassibles ? Au cours d’une telle Journée, nous sommes appelés à un sérieux examen de conscience pour saisir si nous sommes réellement capables d’écouter les pauvres. » Lire la suite

La musique, un lieu spirituel ?

Pierre Faure évoque la vision de plusieurs musiciens célèbres :

Toutes ces remarques, que l’on pourrait mul­tiplier, utilisent le mot « spirituel » pour désigner dans la musique une qualité d’intériorité, ou d’élévation qui ouvre à bien plus grand que celui qui a composé ou interprété cette musique. Dans notre culture si laïcisée et sécularisée, les mots manquent pour dire que la musique ouvre à plus grand qu’elle, ou qu’elle vient faire résonner dans l’esprit de l’auditeur une intériorité qui a goût d’origine ou de terme, une émotion ou une vibration, ressentie comme originelle ou universelle.

« Quand j’écoute Bach ou Mozart, Dieu existe, c’est clair ! »

sans-titreC’est ce que la star du chant lyrique Cecilia Bartoli confie au Monde dans une interview tout à fait intéressante :

Quand survient le moment de grâce, l’instant sacré, c’est prodigieux. Le temps est suspendu. Comme le souffle du public. On est tous transportés. Et c’est encore plus perceptible entre deux mouvements de musique, dans ce qu’on appelle la « pause musicale ». Public, chanteurs et musiciens sont à l’unisson. Oui, on est tous dans un état de grâce.

Et que permet-il ? Il permet de dire que Dieu existe.

Lire la suite

Une messe Laudato Si pour la création

Le diocèse de Lyon organise un concours pour composer une messe dans l’esprit de l’encyclique Laudato Si’ du pape François. Le butest de proposer des chants accessibles pour toutes les paroisses, et qui permettent aussi des formes plus déployées, pour fêter le mois de la création. Le Pape François a en effet proposé que chaque année, les Chrétiens célèbrent la Création de Dieu, du 1er septembre jusqu’au 4 octobre (fête de saint François d’Assise, patron céleste des écologistes).

Vous êtes compositeur ? Le règlement du concours est par ici !

Le Pape et la musique sacrée

 

Musique sacréeL’Église a une double mission en matière de musique sacrée : en « sauvegarder et en valoriser le riche et multiforme patrimoine hérité du passé » et l’acculturer dans « les langages artistiques et musicaux ». […]

Cette musique sacrée doit « incarner et traduire la Parole de Dieu en chants, en sons, en harmonies qui fassent vibrer le cœur de nos contemporains, créant même un climat émotif qui dispose à la foi et suscite l’accueil et la pleine participation au mystère qui se célèbre ». Parce que la musique est le plus court chemin vers la pleine participation à l’eucharistie, la réflexion et l’engagement pastoral concernant la musique sacrée doivent tendre vers une meilleure connaissance afin d’entrer profondément dans le Mystère de Dieu, de le contempler, de l’adorer et d’accueillir.

Le Pape reconnait qu’à la suite du Concile Vatican II, « la rencontre avec la modernité et l’introduction des langues parlées dans la Liturgie a créé pas mal de problèmes de langage, de forme et de genres musicaux. Parfois, une certaine médiocrité, superficialité et banalité a prévalu, au détriment de la beauté et de l’intensité des célébrations liturgiques ». Pour renouveler l’offre musicale et l’améliorer, il faut donc bien former musicalement les futurs prêtres, recommande François, dans le dialogue avec les courants musicaux de notre temps et avec les instances des diverses aires culturelles, et ce, de manière œcuménique.

Radio Vatican

La musique : un chemin vers le sacré ?

Un mardi des Bernardins, enregistré le 29 novembre dernier, dédié à la musique sacrée, avec : Michel Onfray, Philosophe et essayiste ; Louis Pernot, Pasteur, théologien et musicien et Éric Tanguy, Compositeur, lauréat des Victoires de la musique classique. Egalement avec France Culture.

La musique est-elle un art à part ? D’où vient l’émotion que nous procure la musique ? Parce qu’on ne peut la voir ou la toucher, permet-elle de dire le divin, l’indicible ?

D’où vient le sacré ? De l’intention du compositeur ? De la perception par l’auditeur ? Pourquoi, et comment composer de la musique sacrée aujourd’hui ?