Emmanuel Macron reçoit l’archevêque de Mossoul

La Vie nous informe qu’Emmanuel Macron a reçu ce matin Mgr Petros Mouche, archevêque syriaque catholique de Mossoul, sur l’avenir des chrétiens d’Orient et de l’Irak.

La rencontre n’était pas inscrite à l’agenda officiel. Elle a même été organisée à la dernière minute. Vendredi 15 juin, vers 9h, Emmanuel Macron a rencontré l’archevêque de Mossoul et de Qaraqosh, Yohanna Petros Mouche, dans son bureau.

En cadeau, l’archevêque de Mossoul a offert à Emmanuel Macron une page tirée d’un livret de messe retrouvé dans les ruines d’une église de la ville de Sinjar et que les islamistes n’avaient pas brûlée. Visiblement touché, Emmanuel Macron lui a demandé de lui lire ce qui y était écrit en arabe. Il s’agissait de la prière du Notre Père. Puis il a enlacé Mgr Petros Mouche.

Les Mossouliotes n’ont plus peur

Ahmad Hassan, du département de français de l’université de Mossoul : ‘La vraie solution, ce n’est pas l’armée, ce n’est pas la police. C’est le renseignement et la connaissance. Avant 2014, il était impossible de dénoncer les terroristes, à cause de la corruption et de la peur. Mais maintenant, je suis prêt à mourir plutôt que de vivre sous Daech. Daech m’a menacé, a tout détruit, a forcé ma femme à porter le voile intégral, m’a obligé à me faire pousser la barbe. Les Mossouliotes n’ont plus peur' ».

Jérémy André sur lepoint.fr

Le patrimoine culturel de Mossoul après Daesh

« C’est une autre bataille qui est menée après la libération de Mossoul : celle de la reconstruction du patrimoine irakien. En effet, l’État Islamique a mené un véritable nettoyage culturel. La Mosquée Al-Nouri  de Mossoul et son minaret penché, symbole de la ville, a été détruite ainsi que plusieurs églises : celles des dominicains ou l’église Saint-Thomas, ‘toujours debout mais dans un piteux état’. La bibliothèque et le musée de Mossoul ont également été détruits ».

Faraj-Benoît Camurat sur RCF

Mossoul libérée

« D’abord – et avec quelle évidence ! – un immense soulagement, un cri de joie, et pourquoi pas un Te Deum ou un alléluia. La libération de Mossoul en Irak, avant celle de Raqqa en Syrie, marque la fin du califat de Daech, ce cauchemar politique, idéologique et religieux, ce diabolique empire établi au nom de Dieu, cet énorme blasphème ».

Jean-Pierre Denis, dans La Vie

Mgr Sako : les musulmans sentent qu’il faut changer

« Malgré la poursuite de la guerre et les querelles entre les différentes communautés irakiennes dans certaines zones libérées, Mgr Sako demeure optimiste. ‘Il y a un changement’, se réjouit-il. ‘Les musulmans sentent qu’il faut changer’. ‘Je crois qu’ils se rendent compte de l’importance des chrétiens ici’. Il s’est rendu récemment au Caire à l’université Al-Azhar pour une conférence sur les libertés religieuses, la nature civile de l’État, la citoyenneté et le respect de la diversité. Des représentants politiques et des différents cultes ont pu débattre sur tous ces thèmes.

Pour Mgr Sako, ce qui s’est dit durant ces quelques jours montre que les musulmans du Proche-Orient sont sur la bonne voie. ‘Il faut soutenir dans ces pays-là un gouvernement ou un État moderne, séculaire, et partager la religion de la politique, autrement, il n’y aura pas d’avenir, il y aura toujours des tensions et des conflits. La religion c’est une chose personnelle’ explique le patriarche. ‘La société est pour tout le monde’, ajoute-t-il, ‘tous sont des citoyens égaux et il faut respecter cela’. Le processus pour déconfessionnaliser les rapports politiques, notamment en Irak, est encore cependant bien long ».

Lire plus sur radiovaticana.va

Voyage à Erbil

capture

« Du 7 au 9 décembre, une délégation lyonnaise se rend à Erbil, au Kurdistan irakien, auprès des populations déplacées, dans le cadre du jumelage Lyon-Mossoul, pour inaugurer le centre médical Mère Enfant Pauline-Marie Jaricot.

Un temps de prière mariale sera organisé le 8 décembre, jour de l’Immaculée-Conception, dans le camp de réfugiés d’Ashti à Ainkawa qui accueille près de 5000 personnes de la plaine de Ninive, en écho aux fêtes lyonnaises à Notre-Dame de Fourvière ».

Voir plus…

Une messe pour les réfugiés d’Erbil vendredi 28 à Lyon

barbarin_sako_carre-273x300Les combats contre l’État Islamique font rage dans la plaine de Ninive. Les réfugiés installés à Erbil (Kurdistan irakien) ont plus besoin que jamais de prières. Chaque jour, des initiatives sont lancées au sein des communautés chaldéennes et syriaques, dans les églises et dans les camps. Une nuit d’adoration a rassemblé des centaines de personnes ce dimanche 23 octobre dans le camp d’Ashti à Erbil. Dans le cadre du jumelage entre Lyon et Mossoul, le cardinal Philippe Barbarin demande aux chrétiens et à toutes les personnes de bonne volonté de porter dans la prière ces événements terribles. Il invite ceux qui le souhaitent à participer à l’eucharistie ce vendredi 28 octobre à la cathédrale saint Jean-Baptiste à 19h.

Plus d’informations sur le site du diocèse de Lyon.

Mossoul : Témoignage du Père Najeeb Michel, o.p.

Kto diffuse un intéressant témoignage du Père Najeeb Michel sur la situation à Mossoul. Il explique notamment qu’un « coup d’Etat » a été tenté contre Daech ces jours-ci, mais a échoué faute d’être bien organisé, témoignant toutefois du fait que la population (ou une partie d’entre elle) essaie de se soulever. Il souligne aussi la difficulté qu’il y aura à déterminer ensuite qui était un membre forcé de Daech, et qui en était convaincu.

Bataille de Mossoul, un espoir pour les chrétiens

Oeuvre Orient MossoulCommuniqué de l’Œuvre d’Orient

Nous attendons de cette intervention une libération rapide et totale des villes chrétiennes de la plaine de Ninive, c’est-à-dire de la Rive gauche du Tigre. Cela redonnera aux chrétiens qui le souhaitent l’espoir de pouvoir rentrer chez eux. Cependant cela suppose d’assurer, sans délai, le déminage et le dépiégage de cette zone ainsi que le rétablissement des infrastructures de base.
L’Œuvre d’Orient sera aux côtés des chrétiens pour faciliter leur retour, notamment en soutenant la reconstruction ou la restauration des structures nécessaires pour la vie quotidienne (logements, écoles, dispensaires…).
L’Œuvre d’Orient demande que les autorités religieuses concernées soient consultées pour l’avenir de cette région et de la communauté chrétienne ainsi que des autres communautés.
De plus, l’Œuvre d‘Orient, désireuse depuis longtemps de la neutralisation de l’ « Etat islamique », considère que la reprise de la ville de Mossoul ne peut se faire sans actions pour la sauvegarde des populations civiles et les monuments historiques millénaires de ces villes