L’économie monastique, une alternative au modèle capitaliste

Entretien avec Benoît-Joseph Pons, par Mahaut Herrmann dans La Vie :

« L’élément essentiel est la dissociation du travail et de la rémunération. C’est une forme de mise en pratique du revenu universel dont il a été question depuis quelques temps. Les moines sont rémunérés selon leurs besoins, sans prise en compte du niveau d’études. Ce mode de rémunération élimine la compétition pour les postes : être abbé ou cellérier n’apporte aucun avantage matériel ».

 

Arménie, par monts et monastères

« En Arménie, il est partout. Spectaculaire toile de fond à Erevan, sujet des peintures vendues sur les marchés aux puces, marque de cigarettes, de bières… Pourtant le mont Ararat, colosse enneigé de 5137 mètres où se serait échouée l’Arche de Noé, n’est plus situé en Arménie depuis 1921 (après sa cession à la Turquie par l’URSS). Mais qu’importe, l’attachement indéfectible des arméniens à ce symbole biblique illustre bien l’enracinement du christianisme en Arménie, premier Etat officiellement chrétien du monde, en 301 ap. J.-C. Ainsi, des milliers de monastères, d’églises et de croix sculptées dans la pierre sont essaimés dans les montagnes de ce petit pays du sud du Caucase ».

Lire plus dans Libération