Internet, la distraction : les moines, la solution !

sans-titreC’est en substance ce que nous rapporte le journal Usbek & Rica, évoquant les travaux d’une historienne sur les stratégies développées par les moines (« médiévaux » -sic- mais en fait toujours à l’œuvre !) pour lutter contre la distraction de leur temps.

Lorsqu’ils apprenaient des textes, les nonnes et les moines étaient encouragés à les visualiser mentalement. « Le but n’était pas de les dessiner mais d’inciter l’esprit à trier logiquement les idées. De cette manière, la concentration et l’esprit critique sont plus facilement perçus comme un jeu », souligne l’historienne, qui donne aussi des cours de techniques cognitives médiévales à des étudiants. Un enjeu d’actualité puisque selon une étude de Microsoft publiée en 2016, le temps de concentration moyen d’un être humain serait de 8 secondes seulement, contre 12 au début des années 2000.

Où l’on redécouvre utilement que la spiritualité – notamment catholique – a des choses à proposer face à une distraction moderne (la connexion permanente, les réseaux sociaux, …) qui parfois nous dépassent ! L’article est à retrouver ICI.

Un moine ne se ménage pas… mais se manage comment ?

Comment fonctionne l’économie monastique dans un lieu où la règle proclame « Prie et travaille » ? C’est sur les particularités de ce « management monastique » que revient un article du Figaro : « Il y a d’abord le temps de travail, environ cinq heures par jour, mais sans week-end ni vacances, ni limite d’âge, contrairement aux salariés classiques. Dans certaines abbayes il se même fait dans le silence et le receuillement. Les sœurs n’ont pas non plus d’Happiness Manager pour doper leur productivité. «Nous n’avons pas besoin de les motiver. Chacune sait ce qu’elle a à faire». Mais c’est surtout le poids des valeurs qui diffère des structures classiques. »  Lire l’ensemble de l’article pour en savoir plus >>

Le Carême : vivre de bière et d’eau fraîche ?

Connaissez-vous la bière allemande la « Paulaner » ? Peut-être mais saviez-vous qu’elle avait un lien tout particulier avec le Carême ?

Aviez-vous déjà imaginé un Carême en ne buvant que de la bière ? Pas vraiment a priori (ou sinon, révisez vos classiques) et pourtant, c’est l’histoire incroyable que raconte le site Ucatholic (en anglais, eh oui, désolée) à propos de moines ! (Non, leur monastère a fermé, ne vous sentez pas une soudaine vocation !)Lire la suite

De la bière dans la box des monastères

sans-titre

Pour soutenir la production monastique, Divine Box propose tous les mois une sélection de produits d’épicerie fine fabriqués par nos frères réguliers. S’abonner, c’est découvrir de bons produits et soutenir cette production.

Il est depuis peu proposé un abonnement spécial bières trappistes, à découvrir ICI. Une occasion de découvrir des produits souvent méconnus, comme la bière de Saint-Wandrille, à l’honneur dans la box d’octobre (voir vidéo ci-dessous).

Lire la suite

Moines, charançons, brebis et vers de terre….

Frère Cyril avec les animaux de l’élevage de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. / Laurent Ferriere pour La Croix
Frère Cyril avec les animaux de l’élevage de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. / Laurent Ferriere pour La Croix

Une poignée de terre dans chaque main, Frère Joseph s’extasie de voir des dizaines de vers de terre travailler le sol de ces toutes nouvelles buttes sur lesquelles, bientôt, poussera la tisane que produisent depuis 1956 les moines de l’abbaye Notre-Dame de Maylis. « Regardez toute cette vie, c’est extraordinaire ! »

Dans le sud-est des Landes, cette communauté de vingt moines olivétains vit depuis trois ans une véritable conversion écologique et spirituelle : abandonnant les produits chimiques, ils se sont tournés vers la permaculture, une méthode qui cherche à reproduire le fonctionnement naturel de l’écosystème.

A lire dans La Croix

Business Moines

Un beau reportage sur l’artisanat monastique dans plusieurs abbayes de France – Chantelle, Oelenberg, Igny et Cîteaux – pour parler du travail de ces communautés : cosmétique, farine, chocolat ou fromage…

Un petit bémol simplement : ça manquait un peu de bière, de vin ou de liqueur.

 

A revoir en replay pendant quelques jours