Et si « les cathos » causaient « management » !?…

file-20200124-81352-1dx3p0x

Non, ni « les cathos », ni « management » (des catégories qui n’existent pas, en fait !), mais on nous propose comme réflexion dans les colonnes du site The Conversation l’article  « Ce que la gouvernance des ordres catholiques dit de la pérennité des organisations » :

Nous avons étudié trois ordres catholiques vieux de plusieurs siècles, qui sont parmi les plus anciennes organisations encore existantes : bénédictin, dominicain et jésuite. Ils offrent une occasion unique de tester des hypothèses sur la capacité des systèmes de gouvernance à influencer la survie à long terme. Nos travaux ont permis d’identifier dans ces ordres des mécanismes spécifiques de gouvernance qui influencent la liberté d’action des supérieurs. Ce faisant, ils évitent des abus de pouvoir, orientent la prise de décision vers les missions particulières de chaque ordre, et favorisent ainsi la cohésion durable des membres de l’organisation autour des missions respectives des ordres concernés.

Ce n’est pas comme si l’Eglise n’avait pas fauté – notamment dans les dernières décennies … pas de commentaires – mais il est des formes d’organisation dans notre Eglise qui peuvent être utiles au monde tout de même … et c’est une bonne nouvelle ! A retrouver ICI

Un moine ne se ménage pas… mais se manage comment ?

Comment fonctionne l’économie monastique dans un lieu où la règle proclame « Prie et travaille » ? C’est sur les particularités de ce « management monastique » que revient un article du Figaro : « Il y a d’abord le temps de travail, environ cinq heures par jour, mais sans week-end ni vacances, ni limite d’âge, contrairement aux salariés classiques. Dans certaines abbayes il se même fait dans le silence et le receuillement. Les sœurs n’ont pas non plus d’Happiness Manager pour doper leur productivité. «Nous n’avons pas besoin de les motiver. Chacune sait ce qu’elle a à faire». Mais c’est surtout le poids des valeurs qui diffère des structures classiques. »  Lire l’ensemble de l’article pour en savoir plus >>