Quand Pie XII ouvrait les portes…

Sur les photographies rendues publiques par les archives photographiques du Vatican, on voit surtout des femmes et des enfants aux visages souriants malgré la précarité de leur situation : lits de fortune au sol, vêtements rapiécés et individus serrés les uns contre les autres à cause du manque de place. Ces clichés inédits de réfugiés juifs ont été pris entre 1943 et 1944 au château de Castel Gandolfo, la résidence d’été des papes.

Lire l’article de La Croix

 

La Menorah au Vatican

La Menorah: culte, histoire et mythe : tel est le titre de l’exposition qui aura lieu du 16 mai au 23 juillet conjointement dans les Musées du Vatican et au Musée juif de Rome.
Cette exposition est le premier projet commun entre les deux institutions, signe d’une collaboration fructueuse entre juifs et chrétiens dans la ville où ils vivent les uns près des autres depuis plus de vingt siècles.

« S’il est possible de faire cette exposition aujourd’hui, cela montre qu’il y a eu une évolution dans le dialogue entre juifs et catholiques, les temps ont changé et beaucoup de choses se sont atténuées », note le grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni. « Nous devons encore approfondir les racines juives de la foi catholique », a confié pour sa part à l’AFP le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

Pour cette exposition, Israël fera venir à Rome une pierre richement sculptée, comportant un chandelier à sept branches, provenant d’une synagogue du 1er siècle découverte à Magdala, au bord du lac de Tibériade, en 2009. Seront également exposés des candélabres chrétiens du Moyen-âge s’inspirant de la menorah, mais aussi les oeuvres d’artistes contemporains.

« La Torah manifeste l’amour de Dieu »

Pape François Abraham Skorka JuifLe Pape François a reçu ce matin une délégation internationale d’intellectuels juifs, menée par son «frère et ami» argentin le rabbin Abraham Skorka, pour la présentation d’une nouvelle édition de la Torah. Se rencontrer autour de la Torah, «l’enseignement vivant du Dieu vivant», selon les termes de saint Jean-Paul II, revient à se rencontrer «autour du don du Seigneur, de Sa révélation, de Sa parole», a déclaré le Pape François.

La Torah «manifeste l’amour paternel et viscéral de Dieu, un amour fait de paroles et de gestes concrets, un amour qui devient alliance. Et justement cette parole alliance est riche de résonances qui nous rapprochent», a estimé le Pape. «Dieu, le plus grand et fidèle Allié», a appelé Abraham «pour former à partir de lui un peuple qui devienne une bénédiction pour tous les peuples de la terre, et rêve d’un monde dans lequel les hommes et les femmes soient alliés avec Lui et donc vivent en harmonie entre eux et avec la Création».

Lire la suite sur Radio Vatican

Le dîner annuel du CRIF dédié aux Chrétiens d’Orient

CRIFDans le Figaro :

Pour la 32e année consécutive, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) tient son dîner de charité mercredi soir à l’hôtel Pullman à Montparnasse, où sont attendus les principaux candidats à la présidentielle. Cette année le dîner du CRIF est dédié aux Chrétiens d’orient, «en témoignage de solidarité». C’est le premier dîner de Francis Kalifat en tant que président du Crif. Le président de la République François Hollande y sera présent. Selon nos informations , parmi les candidats à la présidentielle, sont attendus François Fillon et Benoît Hamon…

 

 

Joyeux Hanoukka ! (mais, c’est quoi Hanoukka ?)

pikiwiki_israel_146_hanukka_%d7%97%d7%a0%d7%95%d7%9b%d7%94Au moment où nous entrions dans le temps de Noël, nos frères juifs commençaient les 8 jours de fête de Hanoukka. Si ces deux fêtes n’ont pas de lien direct, elles accordent toutes deux une grande place à la lumière : celle de la Menorah qui brillait dans le Temple, et celle du Christ qui illumine « ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort ».

Hanoukka célèbre la victoire des Maccabées (si vous ne connaissez pas cette histoire, lisez le premier Livre des Maccabées ou des Martyrs d’Israël) et la restauration du Temple en 165 avant Jésus-Christ. La Croix nous présente cette fête :

 

 

La fête de Hanoukka tombe le 25 du mois de Kislev qui, dans le calendrier juif, marque le solstice d’hiver, où les journées sont les plus courtes et les nuits les plus longues. Elle dure huit jours : le premier soir, après avoir récité une bénédiction pour remercier Dieu du miracle passé, le père de famille allume une première lumière sur le chandelier à neuf branches placé près d’une fenêtre, et continuera ainsi, à raison d’une lumière supplémentaire chaque soir, jusqu’au huitième jour. La neuvième branche du chandelier sert à positionner la bougie (appelée le chamash) qui permet d’allumer les huit autres.

Quel est le message religieux de cette fête ?

La fête de Hanoukka célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres. Elle représente aussi la victoire contre le paganisme et la défense de la liberté religieuse. « Dans ce combat cosmique où l’obscurité et les fils de l’ombre semblent l’emporter sur les” fils de la clarté”, les juifs allument chaque soir, pendant huit jours, une lumière supplémentaire pour annoncer la victoire de la lumière sur l’obscurité, comme celle des Maccabées sur les Séleucides qui voulaient la disparition de la culture juive, et comme cette fiole d’huile du Temple qui contenait plus d’énergie qu’on ne croyait », commente Armand Abécassis.