« L’espérance est audace »

SSF2020

C’est par cette citation du Pape François dans Fratelli Tutti que Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, a conclu leur 94e rencontre annuelle. 100% en ligne, elle a accueilli en fin de semaine sernière plus de 2.500 participants, dont 1.300 lors de huit ateliers thématiques, sur « Une société à reconstruire – Engageons-nous ! ».

Je le disais en ouverture, il émane de notre rencontre une énergie mobilisatrice incroyable, qui refuse de dire que rien n’est possible, que le changement espéré ne viendra pas. Il ne s’agit pas de manquer de lucidité ou d’enjoliver la réalité mais de croire qu’ensemble il est possible d’agir.

50 conférenciers, responsables associatifs et témoins ont nourri la rencontre de leurs contributions, dont Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Véronique Fayet, Eric Salobir, Cynthia Fleury, Dominique Lang, Agnes von Kirchbach, Grégoire Catta, Alice Le Moal, Mgr Celestino Migliore avec l’aide d’animateurs comme Dominique Seux, Philippine de Saint-Pierre ou encore Isabelle de Gaulmyn.

A l’issue de la rencontre, « un Manifeste de l’engagement » a été mis en partage, préparé avant et nourri pendant la rencontre. On le retrouve ICI. Et par LA, les conclusions de Dominique Quinio, le message que la Pape François a fait parvenir aux participants et tout un tas d’autres éléments intéressants.

Partager espérance et engagement : invitez les Semaines Sociales chez vous !

visuel MAJ pour partenaire 376x236Les temps sont durs et certains sont frappés de plein fouet par la crise. Difficile de croire encore possible de soulager notre société de son fardeau. Pourtant malgré la complexité des sujets, malgré la finitude de nos moyens, les Semaines Sociales de France veulent croire avec vous que chacun peut peser sur les événements et que nos engagements sont particulièrement convoqués pour « reconstruire la société ». Partager intelligence, espérance et des pistes pour l’action, à titre politique, associatif et individuel : tel est l’objet de la 94e rencontre des SSF sur « Une société à reconstruire – engageons-nous ! »

Pour la première fois, la rencontre sera 100% en ligne et accessible de partout en France et dans le monde, pour 20€ et avec une connexion Internet. 37 heures de direct, avec un temps important pour les questions des participants et les échanges en groupes ; plus de 50 experts, responsables associatifs et témoins ; 8 ateliers thématiques ; un fil rouge théologique : des ressources et un lieu – à distance – pour renouveler nos engagements et notre espérance, à la lumière de la Pensée sociale de l’Eglise !

Les infos par ICI, pour s’inscrire c’est par LA ! #EngageonsNous ! Rendez-vous les 27, 28 et novembre !

Des musulmans accablés et solidaires des catholiques !

Image1En ce week-end de la Toussaint et après l’attentat dans la basilique de Nice, de nombreux musulmans ont tenu à manifester leur soutien aux catholiques tout autant que leur rejet du fanatisme. Fleurs offertes, présence aux messes, vigilance symbolique autour des églises … les réseaux sociaux s’en sont fait l’écho, le Huffington Post en tente une synthèse, avec ce témoignage d’un prêtre :

Pour le curé de cette église, le père Gérard Hall, la présence des imams à cette messe était “importante”, dans la continuité des actions inter-religieuses du quartier. Au moment du premier confinement, “la paroisse, les deux mosquées et l’église baptiste ont monté ensemble une banque alimentaire”, raconte-t-il.

Une fraternité en actes, souvent fruit d’une proximité construite de longue date, qui donne sérieusement à espérer ! L’article ICI

Fraternité interreligieuse en chansons

22316597Hier nous vous parlions d’un chanteur profane qui chante un cantique chrétien, aujourd’hui nous vous parlons de trois chanteurs croyants qui interprètent du profane. Le trio, composé d’un prêtre catholique, d’un chantre juif et d’un artiste mulsulman, s’appelle Ensemble et a sorti son premier album tout récemment. Leur rencontre s’est faite entre autres sur l’envie de monter un projet de fraternité, après les attentats du Bataclan et l’assassinat du Père Jacques Hamel.

L’idée de ce projet « est de prouver à celles et ceux qui n’y croiraient plus ou qui diraient le contraire que l’on peut avoir des traditions singulières, particulières et se retrouver sur un projet. » Philippe Darmon [le chantre juif] ajoute : « C’est la possibilité de vivre ensemble, être différents mais de chercher le commun et pas de chercher les différences. Et donner peut-être l’exemple à d’autres. » […]« On est capables de surmonter les différences mais il n’est pas seulement question de les surmonter. C’est même d’en faire plutôt un atout, » confie Matthieu de Laubier en précisant : « C’est tout le sens d’un disque à trois voix, très différentes les unes des autres. C’est agréable les différences ! »

Lisez la suite de l’interview sur France Info ICI, achetez l’album LA, et visionnez ci-dessous leur premier clip :

Lire la suite

Pour reconstruire la société : engageons-nous !

FB-Event-500x262Notre société était déjà pétrie de fragilités avant l’arrivée du Covid, elle va s’en relever encore plus difficilement ! Comment ne pas imaginer la sollicitude du Christ encore plus aiguisée pour la situation de notre monde ? Mais que faire ? Au nom de quoi ? Comment ? C’est pour tenter de répondre à ces questions que les Semaines Sociales de France vous invitent à leur rencontre fin novembre (en ligne et localement) sur le thème « Reconstruire la société : engageons-nous ! ».

La sortie de la pandémie est un défi immense. Comment ne pas créer de nouveaux fossés, entre générations par exemple : retraités épargnés économiquement par la crise, jeunes confrontés au chômage et au poids de la dette contractée ? Comment ne pas sacrifier l’environnement à la volonté de faire repartir vite l’économie ?
Les catastrophes peuvent être des moments de transformations profondes, de nouveaux commencements.
Nous, Semaines sociales de France, voulons nous engager pour cette transformation. Malgré la complexité des sujets, malgré la faiblesse de nos moyens, nous croyons que chacun peut peser sur les événements : des intervenants, acteurs, experts et témoins
nous en convaincront. Nous élaborerons et proposerons ensemble des pistes de solution ; nous les travaillerons en ateliers ; nous les présenterons à ceux qui détiennent le pouvoir, les pouvoirs ; nous les interpellerons au cours de tables-rondes. Ces engagements doivent aussi être personnels : qu’allons-nous inscrire comme changement dans le quotidien de nos vies ?

Une quinzaine d’intervenants en plénière (parmi lesquels Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Cynthia Fleury, Véronique Fayet, Eric Salobir, Grégoire Catta, Dominique Quinio, Bertrand Badré), huit ateliers thématiques, la possibilité de rejoindre des groupes locaux qui travailleront – dans le respect des gestes sanitaires – à partager et débattre, … Une rencontre pour retrouver de l’énergie et des perspectives à nos engagements, quelques résolutions concrètes, à partager de manière démocratique, et l’occasion de se retrouver à beaucoup – même en ligne – pour partager nos engagements au service d’un monde qui en a besoin !

Le programme est ICI, pour s’inscrire c’est par LA !

Une conversion théâtrale

« « Il est courageux », remarque Philippe, un spectateur. Mehdi Djaadi n’a pas froid aux yeux. Le comédien, nommé comme révélation aux Césars en 2016, pour le film « Je suis à vous tout de suite » de Baya Kasmi, raconte sa trajectoire singulière dans son seul en scène « Coming out » au théâtre Galabru jusqu’au 18 mars. Celle d’un fils d’immigrés algériens qui se convertit au protestantisme puis au catholicisme. Un spectacle déroutant, où les excès de la religion ne sont pas esquivés. Bien au contraire. » Un spectacle à découvrir en vrai mais aussi en article d’abord sur le site du Parisien >>

Jeunes chrétiens et musulmans à Taizé

34494151336_d9eae40b4a_o-880d9La communauté de Taizé n’en est pas à son coup d’essai mais réitère ! Du 8 au 12 juillet 2020, elle invite jeunes chrétiens et musulmans de 18 à 35 ans à « Se mettre en route pour se rencontrer, vivre la fraternité et agir ensemble ». Les personnes qui ont l’habitude de venir à Taizé sont appelées à transmettre cette invitation à leurs amis musulmans. En plus de la vie commune telle qu’elle est vécue d’ordinaire sur la colline, auront lieu des rencontres et des ateliers ayant trait à la connaissance réciproque entre chrétiens et musulmans.

Une belle expérience d’espérance, de dialogue et de fraternité, à retrouver ICI et partager largement !

Un océan caché de Bien

0-4Le Pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar ont signé en février dernier une Déclaration commune, intitulée Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, un comité de suivi est mis en place et le Pape s’en réjouit, comme nous le rapporte Zenit.

Même si malheureusement ce sont souvent le mal, la haine, la division qui font la une de l’actualité, il y a un océan caché de bien qui grandit et qui nous fait nourrir de l’espérance pour le dialogue, la connaissance réciproque, pour la possibilité de construire, avec les croyants d’autres religions ainsi qu’avec tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, un monde de fraternité et de paix.

Lire la suite

« Si nous sommes sûrs de notre foi, de notre culture, qu’est-ce que nous avons à craindre ? »

 Extraits d’une interview de Mgr Aupetit dans Valeurs Actuelles

Il y a en France une inquiétude assez forte vis-à-vis de l’Islam et souvent une incompréhension devant un discours ecclésial qui semble angélique…

Si nous ressentons une insécurité culturelle, c’est parce que notre culture ne vaut plus un clou, c’est tout. Encore une fois, si nous sommes sûrs de notre foi, de notre culture, qu’est-ce que nous avons à craindre ? Que les musulmans découvrent le Christ ? Dix pour cent de nos catéchumènes viennent de l’islam…

Ça reste une goutte d’eau par rapport aux conversions à l’islam qui ont lieu dans les banlieues…

Ces conversions à l’islam ne sont bien souvent pas le fruit d’un chemin spirituel… Si nous avions le courage d’être ce que nous sommes, c’est-à-dire de vivre l’Évangile, il n’y aurait pas cette insécurité culturelle.

Lire la suite

Médine Bataclan

Depuis quelques jours, quand on traîne sur les réseaux sociaux, on assiste aux remous d’une polémique concernant le rappeur Médine et sa présence annoncée sur la scène du Bataclan : les paroles de ses chansons seraient une insulte à la mémoire des victimes du terrorisme islamisme qui a fait là-bas 90 morts le 13 novembre 2015 (sur les 130 ce soir-là), sans compter les terroristes eux-mêmes. Lire la suite

Quelles nouvelles de la béatification des Moines de Tibéhirine ?

Les tombes des moines de Tibéhirine. AFP.
Source : Libération

 Un article de Libération fait le point sur les débats actuels autour du déroulement de la béatification des 19 religieuses et religieux catholiques assassinés en Algérie entre 1994 et 1996, parmi lesquels les moines de Tibéhirine et Monseigneur Claverie. Elle devrait avoir lieu en Algérie, ce qui permettra sans doute de mieux signifier leur attachement à ce pays. La venue du Pape François n’est pas encore officielle, mais paraît quasi certaine. Un moyen pour François d’envoyer un message fort sur la Paix et le dialogue inter-religieux.

François s’insurge fréquemment contre l’idée du clash des civilisations, et principalement d’un affrontement entre islam et occident. C’est bien le message que l’Eglise souhaite transmettre à travers la béatification des 19 religieux, assassinés lors des années de plomb en Algérie.

Confiance et espérance pour l’Islam

Wafaa-Samir-edito

Virginie Larousse livre un édito dans le Monde des Religions qui aurait toute sa place dans les colonnes du Samaritain ! Partant des inquiétudes portant sur l’Islam, elle indique aussi des porteurs de renouveau en son sein dont on ne parle pas assez.

Quand on me parlait d’islam, je pensais calligraphie arabe, miniatures persanes, aiguières en cristal de roche, céramiques aux teintes d’or et de miel, voyages d’Ibn Battuta, danses mystiques, poésie bédouine, Maison de la Sagesse à Bagdad, jardins de Cordoue… Quelques années plus tard, stupéfaction : la religion musulmane est devenue synonyme de fanatisme, de violence, de terrorisme. […]  Il importe également de rallumer les étoiles, de renouer avec la beauté. Pour sortir de cette voie, il est plus qu’urgent de faire entendre d’autres voix.

Et de citer un proverbe africain bien connu par ici : « L’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse ». A lire in extenso en cliquant LA

Pierre et Mohamed, histoire d’espérance

Pierre et Mohamed, simplement deux prénoms d’origines si différentes qu’on ne saurait les concilier ? Et si, au contraire, leurs vies s’étaient réellement croisées en amitié ?

C’est cette histoire vraie, celle de Mgr Claverie et de son chauffeur, que raconte ce petit livre du frère Adrien Candiard. Vous pourrez en savoir davantage en allant chez Zabou mais le mieux est encore de lire les 77 pages de l’ouvrage, précieuse postface comprise !

Jacques Hamel, Thomas, Benoît, … : confiance et espérance !

Samuel-Lieven_0_729_486Le Journal La Croix nous en informe, le premier prix Jacques Hamel a été décerné à Samuel Lieven, journaliste en sa rédaction. Ce prix a été créé en 2017, après l’assassinat du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray pour «distinguer un travail journalistique, quel que soit le support (presse écrite, radio-télévision, multimédia), qui met en avant les initiatives de paix et les démarches de dialogue interreligieux». L’article primé porte sur Thomas et Benoît, deux frères élevés dans une famille catholique. L’un va penser devenir prêtre, l’autre se convertit à l’islam. C’est le récit d’une déchirure familiale mais aussi de retrouvailles, fortes d’un apprivoisement progressif, d’une acceptation et d’une compréhension qui vont prendre du temps.

Lire la suite

Sondage à la droite de Dieu

Aujourd’hui paraît un nouvel essai de Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifop, sur la droitisation des catholiques. Le spécialiste des sondages y analyse notamment les données de l’électorat catholique, croisées avec des données issues de sondages d’opinion.

Un livre sans doute incomplet quant à l’évolution des catholiques en politique en général, mais qui a le mérite de poser des chiffres sur des tendances à l’œuvre, comme la montée des craintes vis à vis de l’islam.

Une recension à lire dans La Croix.

Hyper Cacher, trois ans après : des raisons d’espérer

trois-ans-apres-la-vie-normale-de-l-employe-de-l-hyper-cacherIl y a trois ans, dans quelques heures, un fou va s’attaquer à un magasin Cacher Porte de Vincennes, faisant des morts et ponctuant la morbide litanie des attentats en France … Dans le « feu de l’action », un homme ordinaire émerge, Lassana Bathily, employé du magasin, étranger en demande de papiers de régularisation, qui va tenter d’aider les otages et livrer des renseignements précieux aux forces de l’ordre. Ouest France revient sur son histoire et son vécu, fait d’humilité, de courage et de foi aussi :

Sensible au sort des migrants qu’il croise régulièrement porte de la Chapelle, et dont il déplore les conditions de vie, il raconte son parcours d’immigré, arrivé en France à 16 ans. À tous, il dit de « s’accrocher ». Avec ses deux CAP de peintre et carreleur, lui a enquillé : plonge, nettoyage, commerce… On lui demande aussi « pourquoi il a mis sa vie en danger pour sauver des gens ? ». Et « pourquoi certains tuent au nom de l’Islam ? ». Le jeune musulman leur répond que « la religion n’a rien à voir là-dedans ».

C’est à retrouver par ICI.

Macron : la rencontre avec les cultes reportée

Ludovic Marin/AFP

« En raison de la cérémonie d’hommage national à Jean d’Ormesson, vendredi 8 décembre, Emmanuel Macron a repoussé de quelques jours sa rencontre avec les cultes. », explique la Croix.

Une affaire à suivre, néanmoins, car la rencontre était porteuse de grands enjeux, à en croire la feuille de route adressée par le Président en septembre à Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur en charge de cultes. Lire la suite

Plus de 200 morts dans l’attaque d’une mosquée

Au moins 184 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans un attentat à la bombe perpétré contre une mosquée dans le nord du Sinaï en Egypte. L’attaque s’est produite dans un village proche d’Al-Arish, la capitale de la province du Nord-Sinaï.

Le gouvernement égyptien annonce trois jours de deuil national à la suite de cette attaque.

Le Figaro

Prions pour ces victimes du terrorisme.

L’évangile selon Charlie (sic)

L’édito du dernier numéro de Charlie Hebdo revient sur la récente une polémique sous-titrée « Islam, religion de paix.. éternelle ! ». Riss y proteste contre l’interdiction implicite faite désormais, sous forme d’injonction sociale, de ne surtout pas critiquer l’Islam, par peur d’être traité d’islamophobe, par peur des représailles, ou parfois juste simplement par peur de penser.

Lire la suite

Emmanuel Macron au Père Jacques Hamel

16008438-21008439Le Président de la République Emmanuel Macron a participé ce jour aux commémorations de l’assassinat du Père Jacques Hamel, il y a un an. On peut prendre le recul de rigueur face aux paroles d’un homme politique, dont on ne peut douter de l’intelligence de situation. Pour autant, ses paroles sont suffisamment rares pour qu’on les lise :

Car elle est là, elle est là aussi la force de notre nation, dans cette capacité à entendre et faire siennes les paroles de fraternité et de charité que l’Eglise de France prononça voici un an ; dans cette capacité à réunir autour du corps supplicié d’un prêtre l’imam, le pasteur et le rabbin.

A découvrir in extenso ICI

A lire aussi l’homélie de Mgr Lebrun (par LA) :

Le Père Hamel parle encore. Sa vie, sa mort parlent bien au-delà de ce qu’il aurait pu imaginer. Sa vie, sa mort, parlent, inspirent mais aussi crient. Sa vie, sa mort s’adressent à chacun d’entre nous selon sa propre vie, selon ses propres questions ou ses convictions.

 

 

 

Allahu Akbar

Au début du Ramadan, le groupe koweïtien des télécommunications Zain Telecom a diffusé un clip contre le djihadisme. La Croix en explique le contexte.

Alors que Londres est frappée par un attentat vraisemblablement anti-musulman – comme l’on pouvait craindre que cela arrive et comme on peut penser que l’Etat Islamique le souhaite – il n’est pas mauvais de le revoir.Lire la suite

L’université Al-Azhar sous pression ?

« Depuis son accession au pouvoir, le président Abdel Fattah al-Sissi, un général volontiers présenté comme un religieux observant, ne cesse d’appeler Al-Azhar à réformer son discours pour qu’il soit ‘en accord avec son temps’. ‘Le monde entier est suspendu à vos lèvres, car la nation islamique (oumma) entière est déchirée’, a-t-il lancé fin décembre 2014 à Ahmed Al Tayyeb dans son discours du Nouvel An. ‘Nous ne faisons pas assez, reprochait-il, le problème n’a jamais été notre foi. Il est peut-être lié à une idéologie que nous sanctifions’.

Désormais, une partie de la presse ajoute ses critiques aux siennes, accusant Al-Azhar de contribuer à diffuser l’extrémisme. Le présentateur de télévision Islam el-Behairy a ainsi vertement critiqué les programmes d’Al-Azhar et notamment l’enseignement d’hadiths (propos ou gestes prêtés à Mohammed par la tradition islamique) ‘incitant à la violence' ».

Anne-Bénédicte Hoffner dans La Croix

Islam : des cauchemars au dialogue

« Pendant longtemps, je vivais dans l’ignorance, j’étais même raciste sans le savoir, (…) Je ne supportais pas la vue d’une femme voilée. Après les attentats de Paris en 2015, j’ai commencé à faire des cauchemars terribles où j’étais moi-même attaquée ».

Et puis, avec la communauté de l’Emmanuel, Chantal Roy s’est engagée dans un parcours lucide de découverte de l’islam et de dialogue avec les musulmans, jusqu’à développer des amitiés.

Plutôt que de déplorer l’état de la société, je préfère essayer de transformer mon propre cœur

La Croix évoque cette initiative dans le cadre dun dossier fondamental, intitulé : « après la présidentielle, réparer la France ». Jusqu’à lundi, d’ailleurs, La Croix est en accès gratuit pour permettre la consultation de ce travail.

L’ancien gouverneur de Djkarta condamné à deux ans de prison pour blasphème


Basuki Tjahaja Purnama, ancien gouverneur de Djkarta (Indonésie), a été condamné à deux ans de prison pour blasphème à l’égard du Coran. Il avait estimé que l’interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d’un verset du Coran, selon lequel un musulman ne doit élire qu’un dirigeant musulman, était erronée.

L’Œuvre d’Orient invite les organisations de défense des droits de l’Homme à agir contre cette atteinte à la liberté religieuse et à la liberté d’expression. L’Œuvre d’Orient appelle les musulmans de bonne volonté à réagir également contre cette image archaïque de l’Islam, dans la dynamique de ce que de nombreux savants musulmans du monde entier ont proposé ces dernières années, en particulier lors des Conférences internationales de Marrakech  et du Caire.

Il n’y aura pas de prêtres jureurs en Wallonie

La référence historique française n’a vraisemblablement pas été au cœur du débat en Wallonie. Il n’en reste pas moins qu’il a été envisagé de demander aux prêtres (avec tous les autres ministres des cultes) de prêter serment devant le bourgmestre « de respecter la Constitution, la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et l’ensemble des législations existantes ». Il s’agissait d’une mesure visant à contrôler les religions et, on l’aura compris, l’islam au premier chef.

D’après La Croix, ce projet serait aujourd’hui abandonné et remplacé par une déclaration sur l’honneur, que le Père Tommy Scholtès, responsable de la communication des évêques belges juge acceptable comme n’étant pas « un acte servile », contrairement au serment demandé.

Les détails, dans l’article de La Croix.

Marocains, convertis au christianisme : vivre la foi au grand jour

Vivant dans l’illégalité, pratiquant leur culte dans la clandestinité, les Marocains convertis au christianisme revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour, dans une société majoritairement musulmane où la question reste taboue et l’apostasie réprouvée.

Issu d’une famille adepte du soufisme, une tradition ésotérique de l’islam, ce pasteur protestant a embrassé la foi chrétienne en 2004. C’est adolescent qu’il commence à s’intéresser au christianisme. Depuis un cyber-café, il entre en contact avec un site qui « prêche la parole de Dieu » et lui fait parvenir une bible. « Je l’ai lue intégralement, étudié la parole de Dieu, suivi des formations. A l’âge de 24 ans, j’ai été baptisé dans un appartement à Casablanca ».

 

Lire la suite

La messe est dite ?

Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef du journal La Croix, était l’invitée de l’émission politique « C’est dans l’air » ce lundi 17 avril. Lundi de Pâques oblige, l’émission était consacrée à la place des religions dans la campagne présidentielle. Si elle permet quelques clarification sur la nature de Sens Commun à destination d’un public extérieur au monde catholique et si elle dresse un vaste panorama des interactions passées, présentes et futures entre religions et programmes, elle pêche par manque de précision dans l’analyse et la définition des notions. Lire la suite

Des responsables musulmans anglais à la rencontre du Pape

La rencontre, c’est le mot-clé, tant elle est constitutive du dialogue !

« Je pense que les personnes de foi ont beaucoup à offrir. Le dialogue entre personnes qui croient en Dieu crée un espace commun. Et c’est de ce point de vue un devoir pour les chefs religieux de se parler, de se rencontrer, d’explorer ensemble des solutions communes, d’affronter la question du credo religieux qui aboutit à l’extrémisme et à la violence. »

Ces propos, rapportés par l’agence Zenit, sont ceux du cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster, annonçant à la presse la visite privée de quatre responsables musulmans du Royaume-Uni au Pape François. Ce dernier les accueillera le 5 avril 2017, deux semaines après l’attentat de Westminster.

Et prévenant toute velléité de repli national, identitaire, précisément, le cardinal a bien souligné par ailleurs : « il est clair que ce qui s’est passé n’a rien à voir avec les frontières. Le terroriste était un homme né en Angleterre, qui avait grandi en Angleterre. Il a passé, il est vrai, une brève période en Arabie et il est devenu musulman. Mais il faut aussi dire que c’était un homme avec une longue histoire de violence. Il a été 5 ou 6 fois en prison, et ceux qui l’ont connu parlent d’un homme très en colère. Cet accident doit donc être regardé et interprété dans sa réalité ».

Le pape chez Abdel Karim

Aujourd’hui, le pape a changé notre vie, nous sommes très heureux. C’est incroyable que le pape soit entré dans ma maison. Il me semble que je rêve, mais au contraire tout est vrai : j’ai eu le pape dans ma maison !

Le pape est entré dans Milan en passant par les « périphéries ». Il est allé à la rencontre de plusieurs familles dont celle d’Abdel Karim Mihoual, musulman, originaire du Maroc – manifestement source d’une grande joie pour lui, comme le rapporte Zenit. Le pape s’est vu offrir du lait et des dattes, dans la pure tradition marocaine, indique le site marocain, le360.ma.

Pour qui en doute : oui, la rencontre est possible.

Cela a été une chose très belle, a confié la maman, Hanane, souriante, que le pape soit venu ici trouver une famille musulmane.

10 livres pour comprendre l’islam…

A lire, un article de La Croix qui propose 10 ouvrages « pour comprendre l’islam » et, comme dirait le dominicain Adrien Candiard, pour comprendre « pourquoi on n’y comprend rien ».

A ajouter donc à cette liste l’ouvrage d’Adrien Candiard, Comprendre l’islam (ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien), paru chez Flammarion en 2016.

Auteur de l’essentiel Veilleur, où en est la nuit ?, il vient de publier un livre de réflexion sur la vocation chrétienne, au éditions du Cerf : Quand tu étais sous le figuier… Propos intempestifs sur la vie chrétienne.

 

 

Une entreprise peut interdire les signes religieux

Une entreprise peut interdire dans son règlement intérieur le port visible de signes religieux, politiques et philosophiques afin de conserver sa neutralité, sous certaines conditions, a estimé mardi 14 mars la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

La Cour de justice, basée à Luxembourg, a rendu son avis dans deux cas, en Belgique et en France, de femmes musulmanes estimant avoir été discriminées au travail en raison de leur port du foulard islamique. L’une évoque clairement une discrimination illicite tandis que l’autre laisse la porte ouverte à la justification d’une restriction liée à une « politique de neutralité » mise en place par l’entreprise.

 

Lire la suite sur La Croix

La Conférence d’Al-Azhar affirme « l’égalité entre musulmans et chrétiens »

La Conférence d’Al-Azhar affirme « l’égalité entre musulmans et chrétiens » - La Croix 06-03-2017 à 14-00-55

La Croix, sous la plume d’Anne-Bénédicte Hoffner, rapporte un événement qui pourrait être de grande ampleur. Alors que le cheikh d’Al-Azhar avait déjà qualifié la dhimma (aka dhimmitude dans certains milieux) d’ « anachronique », la Conférence d’Al-Azhar a confirmé l’égalité entre les chrétiens et les musulmans, qui forment une seule nation. Elle s’est encore prononcée pour un rejet de toute discrimination entre eux.

L’islam est réformable

6125_muhammad-abduh-w_440x260C’est ce que soutient Mohamed Haddad, professeur d’islamologie et de religions comparées à l’université de Carthage (Tunisie) dans Le Réformisme musulman, une histoire critique. Il en développe quelques aspects intéressants pour Le Monde des Religions, en s’appuyant sur l’exemple de sur Muhammad Abduh, l’une des figures de proue du réformisme musulman, grand mufti d’Egypte entre 1889 et 1905. Si la réforme qu’il a tenté d’impulser a avorté, sous l’influence du Wahhabisme et des Frères Musulmans, son existence même laisse supposer que l’islam n’est pas intrinsèquement irréformable.

Mohamed Haddad souligne l’influence de ces derniers courants, du poids donné aux pays hébergeant le Wahhabisme et une vision politique de l’islam du fait de la puissance financière acquise avec la manne pétrolière, ainsi que le rôle de la colonisation (« L’Occident, que l’on prenait comme référence, est devenu l’ennemi. »)

Il propose dans cet entretien deux pistes : « re-spiritualiser l’islam pour le dé-wahhabiser », et inverser l’ordre de priorité actuellement admis entre les versets de Médine et ceux de La Mecque.

C’est à lire dans Le Monde des Religions.

Pour le grand imam d’Al-Azhar, la dhimmitude est un concept anachronique

le cheikh Ahmed Al TayyebC’est une nouvelle remarquable, que rapporte Radio Vatican, « qui marque une date importante dans l’histoire des relations interreligieuses en Egypte. »

Lors d’une interview télévisée le 13 janvier dernier, le grand imam d’Al Azhar, le cheikh Ahmed Al Tayyeb est revenu sur le concept de la dhimma, la protection que l’Etat musulman accordait aux minorités non-musulmanes à l’époque médiévale. La principale autorité du sunnisme a expliqué que ce terme était devenu anachronique.

[…]

Le cheikh d’Al Azhar faisait, dans sa déclaration, essentiellement référence aux coptes, les chrétiens d’Egypte, souvent victimes de discriminations. «La citoyenneté, réclamée par les manifestants de la révolution de 2011, est la seule garantie de l’égalité et de stabilité pour la société d’aujourd’hui » a-t-il expliqué.

Ahmed Al Tayyeb avait rencontré le Pape François le 23 mai 2016 au Vatican. Une visite historique qui avait confirmé le réchauffement entre l’institution du Caire et le Saint-Siège. A l’issue de cet entretien, le cheikh avait fait l’éloge du Souverain Pontife. Il avait aussi expliqué que les musulmans et les chrétiens souffraient ensemble de la violence et du terrorisme, qui frappe l’Egypte.

Chrétiens convertis au Maroc

capture« Reste, pour les convertis, le regard de la société, le plus dur à supporter. ‘J’aurais moins peur de dire la vérité au procureur du roi qu’à mon oncle !’, s’amuse Reda, qui tient secrète sa conversion. ‘Je veux garder mon travail et mes amis. Ici, quitter l’islam, c’est impensable. On pense que tu fais ça pour mener une vie de débauche, comme dans les séries américaines à la télé ! Ou on te prend pour un fou' ».

Lire plus dans La Croix

Le dialogue avec les musulmans doit continuer

«Le dialogue avec les musulmans doit continuer», explique le card. Tauran« Le dialogue avec les musulmans doit continuer parce que l’alternative serait la violence », déclare le cardinal français Jean-Louis Tauran dans les colonnes de L’Osservatore Romano en italien du 21 décembre 2016, au lendemain de l’attentat de Berlin. Il ajoute: « Continuer de croire au dialogue qui est essentiel pour toute l’humanité » .

Interrogé par Gianluca  Biccini, le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux affirme la nécessité d’ « un dialogue de l’espérance, pour répéter que les religions ne sont pas le problème mais qu’elles font partie de la solution de ce qui est en train de se passer dans le monde ». Il évoque la réaction française à l’assassinat du père Hamel.

Devant ces actes, le drame des migrations, la crise internationale, surtout devant la situation de conflit en Syrie, la tentation du défaitisme est grande. Mais c’est justement maintenant qu’il faut continuer de croire au dialogue qui est essentiel pour toute l’humanité.

Lire la suite…