Iran : les ressorts d’une révolte

« Le nerf de la révolte est économique. Les gens sont épuisés d‘être des victimes de la corruption. Certaines personnes ne sont pas payées depuis des mois. Je connais des gens titulaires de doubles doctorats, sans travail, qui vivent avec 200 euros par mois. La différence avec 2009, c’est que tous ceux qui avaient les moyens d’émigrer sont partis ».

Amélie Myriam Chelly dans Le Figaro

Chrétiens d’Iran

capture‘La présence chrétienne dans ce pays d’Iran remonte au IIe siècle’, lorsque la population a été évangélisée par saint Thomas, explique l’archevêque Ramzi Garmou. Autrefois forte de dizaines de millions de membres, la communauté chrétienne est aujourd’hui minuscule. ‘La force de l’Église ne dépend pas du nombre de ses fidèles, mais de la foi qu’ils montrent dans leur vie quotidienne’, explique le religieux.

Lire plus dans L’Orient-Le Jour…