Un sermon anglican !

… un peu d’oecuménisme (et d’anglais) sur ce blog en ce jour de « Royal Wedding » ! Que le Seigneur accompagne les jeunes mariés ! 😉

Une homélie ? C’est pour la vie !

Jeudi 16 mai avait lieu la 10ème veillée pour la vie à l’initiative des évêques d’Ile-de-France qu’on peut revoir grâce à KTO. C’est Mgr Aupetit qui prononça l’homélie suivante : « Quand Jésus prie pour nous quelques heures avant sa passion que demande-t-il à son Père ? : « Sanctifie-les dans la vérité ; ta parole est vérité ». Voilà ouverte une question délicate : « qu’est-ce que la vérité ? » disait Pilate. Éternelle question. Dans notre monde relativiste on dit : « à chacun sa vérité ». En réalité cela veut dire : « à chacun son opinion ». Le relativisme confond la vérité et l’opinion. L’opinion est subjective et dépend de nos expériences particulières. La vérité est objective et part du réel par l’évidence expérimentale ou par le raisonnement rigoureux. C’est la science qui constate, c’est la réflexion logique qui explique.

Voilà pourquoi nous sommes soumis à des contradictions qui tiennent à des différences d’opinion. Mais il nous faut rechercher la vérité indépendamment des idéologies et des positions mondaines qui s’imposent à tous. Voilà comment il faut comprendre la phrase de Jésus : « le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde ». Nous voyons bien que nous sommes en décalage par rapport à l’opinion courante. Nous défendons la vie dans une culture de mort. Nous sommes au service de l’amour gratuit dans une culture de l’égoïsme et du chacun pour soi. » … Retrouvez la totalité de l’homélie sur le site du diocèse de Paris.

Dimanche soir, c’est homélie !

Ou, en tout cas, ce soir, c’est homélie dessinée en quelque sorte ! Avant tout, avez-vous bien entendu et relu les lectures de la messe du jour, 5ème dimanche du temps pascal année B ? Si ce n’est pas le cas, allez ici.

Aujourd’hui, on vous propose de découvrir le commentaire en image du « Lapin bleu« .

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

« Hosanna ! » Les textes du jour sont longs mais nous permettent d’entrer dans le mystère de la Passion de notre Sauveur, alors n’hésitez pas à aller les relire par là >>

(Vraie-fausse légende : Le pape François célébrant les Rameaux, un peu dégoûté de ne pas avoir d’aussi belles palmes que ses cardinaux 😉 )

Aujourd’hui, c’est donc en toute simplicité que je vous propose de découvrir l’homélie du pape François de ce matin qui porte sur les cris : « Le cri hostile du crucificateur, le cri d’amour du crucifié, et le cri d’espérance des jeunes. »

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Aujourd’hui, nous vous invitons avant tout à relire les textes du 4ème dimanche de Carême de l’année B ! Et ce ne sera pas tout à fait une homélie mais un commentaire nourrissant de l’extrait d’Evangile proposé à notre méditation par le p. Michel Kobik, sj.

« Croire et vivre s’associent dans la mesure où la foi est la confiance accordée à ce Fils de l’homme « élevé » pour sauver la vie en donnant la sienne. Pour vivre, il s’agit d’accorder sa confiance à celui qui prend la place du serpent d’airain et en meurt. La morsure du serpent de la Genèse – le mensonge – n’est mortelle que si on préfère le croire, plutôt que le Fils de l’homme.
La finalité est claire: il s’agit que le croyant ait la vie éternelle, une vie qui ne s’arrête pas avec la mort. Le motif est déclaré: l’amour de Dieu pour le monde, comme déjà pour le peuple de Moïse. Le moyen nécessaire fait apparaître une équivalence entre le Fils de l’homme et le Fils unique, mais aussi entre l’élévation et le don. Le Dieu qui aime le monde donne son Fils unique et l’« élève », comme le suggère le verbe au passif. L’« élévation » du Fils unique est un don par amour du monde. La foi en ce Fils unique donné, « élevé » devient une réponse à l’amour, et la naissance nouvelle une histoire d’amour. Il s’agit de croire en l’amour de Dieu. La foi, l’amour et la vie ont partie liée. »

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Quand Jésus « pique une colère » et qu’il enchaîne par parler destruction et construction de sanctuaire dans délais intenables, pas facile de commenter ses actes ! Du coup, après avoir lu les textes de ce 3ème dimanche de Carême année B (que vous pouvez retrouver ici), nous sommes allés demander l’aide de saint Augustin dans son « Traité X » (dont un extrait de l’homélie constitue d’ailleurs la lecture patristique de l’office des lectures du jour, que vous retrouverez donc ici partiellement).

Image rare : saint Augustin peint sur le vif par Sandro Botticelli alors qu’il se demandait ce qu’il allait pouvoir dire de la part de Dieu aux lecteurs du Samaritain

 » «Alors les disciples se souvinrent qu’’il était écrit: Le zèle de votre maison m’’a dévoré ». C’est, en effet, par le zèle de la maison de Dieu que le Seigneur chassa du temple ces vendeurs. Mes frères, que chaque chrétien, puisqu’il est membre du Christ, soit dévoré du zèle de la maison de Dieu. Qui est-ce qui est dévoré du zèle de la maison de Dieu ? Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Lire les textes du 2ème dimanche de Carême de l’année B et se dire : encore l’évangile de la transfiguration ? Mais on ne l’a pas déjà entendu cet été ? Bravo, quelle sagacité !

C’est la remarque que s’était déjà faite le Cardinal André Vingt-Trois  il y a trois ans pour, immédiatement, la dépasser :

« Le récit de la transfiguration que nous entendons chaque année en ce deuxième dimanche de carême n’est pas une façon de doubler la fête de la transfiguration que nous célébrons au mois d’août. Si l’Église nous donne à entendre et à méditer ce récit au cours du carême, c’est pour nous aider à mieux vivre ce temps liturgique et à mieux progresser dans la suite du Christ. »

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

« Jésus est poussé au désert par l’Esprit, il y est tenté par le démon et l’Evangile nous dit qu’il vit parmi les bêtes sauvages.

Cette précision est plus importante qu’on ne le croit. Elle nous rappelle la prophétie d’Isaïe, le petit enfant jouera sur le nid du cobra, le loup habitera avec l’agneau, la panthère se couchera avec le chevreau, la création sera renouvelée, la paix rétablie, le combat achevé. » 

… C’est ainsi que Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon, commence son homélie de ce 1er dimanche du Carême avant de parler des péchés capitaux et des armes qui nous sont donnés pour en triompher (à lire en intégralité !).

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Alors que l’évangile selon saint Marc qui est offert plus spécialement à notre méditation cette année ne cesse de multiplier les « aussitôt » rapides, il est peut-être bon d’écouter les commentaires des grands orants que sont les Carmes. Voici donc l’homélie que faisait un frère de cet ordre sur le même évangile en 2006. Dans tous les cas, n’oubliez pas « aussitôt », afin que votre lecture soit nourrissante, de retrouver les lectures de ce 5ème dimanche du Temps ordinaire (année B) par ici

« Allons ailleurs » 

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Pour commencer cette nouvelle série de l’homélie du dimanche soir, soyons catholiques corporate et citons l’homélie proposée par le p. Jacques Fournier sur le site de la  Conférence des évêques de France  !  Pour retrouver les textes du 4ème dimanche du temps ordinaire année B, c’est par ici, sur le site de l’AELF.

Légende : ton curé en train de préparer son homélie (Bon, en fait, non, d’accord, c’est saint Jérôme peint par le Caravage)

Qui est Jésus ? Plus qu’un scribe, plus qu’un prophète ! 

 

« Jésus vient d’appeler les premiers disciples et ensemble ils pénètrent à Capharnaüm. Ils vont l’entendre enseigner, pour la première fois, à la synagogue, le lieu de réunion de la communauté à l’écoute de la Parole transmise par la Loi et les Prophètes.

Lire la suite

A minuit tu n’étais pas devant ton poste ?

Et ça se dit catho ? Ah, tu étais à la messe ? Bon, d’accord… Bref, on t’offre une séance de rattrapage !

« Émus par la joie du don, petit Enfant de Bethléem, nous te demandons que tes pleurs nous réveillent de notre indifférence, ouvrent nos yeux devant celui qui souffre. Que ta tendresse réveille notre sensibilité et fasse que nous nous sentions invités à te reconnaître dans tous ceux qui arrivent dans nos villes, dans nos histoires, dans nos vies. Que ta tendresse révolutionnaire nous amène à nous sentir invités à prendre en charge l’espérance et la tendresse de nos gens. » (Pape François)

Pour lire l’intégralité de l’homélie de la messe de la Nuit, c’est par ici ! 

 

Conseils pour homélie…

« La prédication est un art difficile qui comporte des risques, comme celui d’ennuyer l’assemblée ou de ne pas approfondir la foi des fidèles par manque de préparation, par absence de message central… Lire la suite

Jésus ne fait pas du cinéma

Quelle est notre place dans ce drame de la Rédemption ?

« Quelle douleur pour Jésus d’être seul, absolument seul, abandonné. Non, il n’est pas seul, sa mère est là, sa mère est là avec Jean, et Jean est là parce que Marie est là, Jean est là parce qu’il est accoché au manteau de Marie. Pierre a eu peur parce qu’il suivait à distance. Ah ! cette terrible distance qui fait qu’on a laissé entre Jésus et soi la place pour la tentation, la place pour le démon, la place pour le péché, la place pour le reniement ».

Homélie du père Potez pour le dimanche des Rameaux

La providence divine ?

Capture« Demandons cette foi avec insistance en nous rappelant que la Providence divine n’est pas le fait que Dieu prévoit tout mais qu’il pourvoit à tout en donnant sa grâce, celle de sa présence et de son amour quoi qu’il arrive. Il ne tient qu’à moi de m’ouvrir à celle-ci en cherchant avant toute chose la jouissance des biens spirituels sans me préoccuper des biens matériels, Dieu, dans sa grande bonté, me les procurera en abondance ! »

Lire plus chez l’Abbé de Somme

« Va au fond de ton péché »

Pape François Ste MarthePour nous aider à nous préparer à Noël, le pape François a parlé dans une homélie de l’importance de se confesser « à fond », sans tricher. Quand Jésus nous a pardonné, il « a fait une transformation. (…) Il a tout changé de l’intérieur ! Il a changé par une re-création : Dieu avait créé le monde ; l’homme est tombé dans le péché ; Jésus vient re-créer le monde (…) il recrée l’homme de pécheur à juste (…). » Le pape François a encouragé à « aller au fond de nos péchés et les donner au Seigneur, pour qu’Il les efface » : confesser « mes péchés, avec nom et prénom : j’ai fait cela, cela, cela et j’en ai honte dans mon cœur ! Et j’ouvre mon cœur : ‘Seigneur… Recrée-moi !’ ». C’est à lire sur Zenit.

 

 

« J’attends la résurrection des morts »

Homélie de Mgr Carré à LourdesPour ceux qui l’auraient manquée, au hasard parce qu’ils étaient à la messe dans leur propre paroisse au même moment, on peut lire l’homélie de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier et Vice-président de la CEF, lors de la messe de ce dimanche à Lourdes, dans le cadre de l’Assemblée plénière d’automne des évêques de France.

Notre foi en la vie du monde à venir s’appuie sur la fidélité de notre Dieu. Serait-il possible d’avoir été créés et voulus par Lui et d’être abandonnés par lui au moment de la mort ? Entendons à nouveau cette affirmation  de saint Paul « ni la mort, ni la vie… rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus-Christ notre Seigneur » (Rm 8, 39). C’est cette assurance qui mène à des témoignages extraordinaires de foi. Nous avons entendu le récit de l’Ancien Testament racontant qu’une mère et ses sept fils ont préféré donner leur vie plutôt que de trahir leur foi. Ce n’est pas que du passé ! Combien de nos frères et sœurs chrétiens sont aujourd’hui témoins de la foi jusqu’à donner leur vie ? Ce sont les martyrs de ce temps. Nous ne pouvons pas les oublier !

 

La liberté est faite pour nous rendre enfants.

Pape FrançoisDans l’homélie de ce jour, le pape évoque la réaction du pharisien devant la guérison par Jésus d’une femme, le jour du Sabbat :

«Il n’est pas facile, a commenté le Pape, de cheminer dans la Loi du Seigneur», c’est «une grâce que nous devons demander». Jésus accuse [le pharisien] d’être hypocrite, une parole qu’il répète «tant de fois aux rigides, à ceux qui ont une attitude de rigidité dans l’accomplissement de la loi», qui n’ont pas la liberté des enfants, qui sont «esclaves de la Loi». Pourtant, «la Loi n’a pas été faite pour nous rendre esclaves, mais pour nous rendre libres, pour nous rendre enfants». «Derrière la rigidité il y a une autre chose, toujours ! C’est pour cela que Jésus dit : hypocrites !».

à lire sur Zenit.

Messe pour les 4 jeunes victimes à Angers

lumièreA Angers, il y a quelques jours, un balcon s’est effondré, provoquant le décès de 4 jeunes. A la demande des étudiants catholiques, une messe a été célébrée ce mercredi à la mémoire des victimes. Le vicaire général a prononcé l’homélie.

« La vie, nos vies humaines, sont un mystère. Nous sommes des êtres vivants, pleins de promesse, de potentialités, de vitalité mais nous sommes aussi des êtres fragiles, exposés à toute sorte de risques, des êtres mortels. Personne n’est à l’abri d’une maladie grave, d’un accident. »

« Et pour nous qui restons là, sur cette terre, Jésus, dans l’Évangile, nous dit : « Vous aussi, tenez-vous prêts ! » Vous ne savez pas quand votre heure viendra . »

« Dimanche dernier, le pape François a canonisé Sainte Élisabeth de La Trinité, une jeune femme décédée à 26 ans de maladie. Parmi ses paroles, j’aime beaucoup cette phrase : « Malgré tout ce qui se passe, crois toujours en l’amour ! » »

A lire sur Ouest-France

Pas « les gens », mais « toi ».

Le chrétien est une personne choisie (…), chacun de nous a été rêvé par le Père comme un papa et une maman rêvent de l’enfant qu’ils attendent. Et cela te donne une grande sécurité. Le Père t’a voulu toi, non la masse de gens, non : toi, toi, toi. Chacun de nous.

Homélie du pape François lors de la messe matinale en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican, le 13 octobre 2016. Source : Zénit.

« Avant d’être ailleurs, les solutions sont en nous. » (Homélie de Mgr Vingt-Trois)

23A l’occasion de la messe de rentrée des parlementaires, Mgr Vingt-Trois a délivré une homélie empreinte de la responsabilité qu’exige cette année électorale, dans une forme de méditation filée sur la parole du Christ rappelée ce jour : c’est non seulement la recherche intérieure personnelle de la vérité qui doit guider les politiques et non le paraître et l’activité médiatique, mais également une nécessité de chercher au sein même de notre pays les racines de nos difficultés plutôt que d’incriminer l’extérieur.

Extraits subjectifs de l’homélie :

Comment toucher l’intelligence et la raison des électeurs ? Il est de la responsabilité de tous les électeurs de ne pas se contenter de l’effervescence médiatique mais d’encourager et de répondre à l’effort de pédagogie des candidats.

À force de se laisser séduire par le buzz, on pourrait ne plus accepter l’écart entre l’apparence et les convictions et nourrir une réaction de rejet des discours politiques et, surtout, de celles et de ceux qui les proposent.

Lire la suite