Réflexion avant engagement (Questions pour l’Evangile du 23° dimanche du Temps ordinaire C)

En ce 23° dimanche du temps ordinaire C, Jésus nous fait réfléchir sur notre condition de disciple (Luc 14, 25-33).
Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Comment est-ce que j’accueille l’exigence de Jésus pour être son disciple?
– Comment ma préférence pour le Christ me fait-elle aimer autrement mon père, ma mère, mes enfants, mes frères et mes soeurs?
Lire la suite

« Ein Gruß dem unbekannten Finder. »

Bouteille« Salutations à vous, le découvreur inconnu de ces mots. » Ce sont les derniers mots du message laissé par des soldats allemands à l’intérieur d’une bouteille ; laquelle n’a pas été jetée à la mer mais déposée sous un toit. Cela se passe en 1916, dans une maison de Ficquelmont, avant que ses rédacteurs ne partent pour Verdun. La bouteille a été découverte en 1981.

Le propriétaire de la ferme a donné ce message au Centre européen Robert-Schuman, où les visiteurs, notamment des groupes de jeunes, peuvent le découvrir.

C’est un message de paix… à découvrir ici, si vous lisez l’anglais, et ici, si vous lisez l’allemand ou préférez le français.

 

La paix commence par soi-même.

Interview du Général Pierre de Villiers, ancien Chef d’Etat-major des Armées, dans La Croix :

La paix commence par soi-même. Si vous êtes agressif, polémique, si vous confondez le volontarisme du chef avec l’agressivité et la pression, vous n’êtes pas un homme de paix. Ensuite vous devez diffuser cette paix en commençant par votre entourage. Cela s’appelle l’exemplarité du chef. Il faut savoir rester modeste : on ne peut pas parler de la paix sans cesse, sans la pratiquer soi-même.

Quand Pie XII ouvrait les portes…

Sur les photographies rendues publiques par les archives photographiques du Vatican, on voit surtout des femmes et des enfants aux visages souriants malgré la précarité de leur situation : lits de fortune au sol, vêtements rapiécés et individus serrés les uns contre les autres à cause du manque de place. Ces clichés inédits de réfugiés juifs ont été pris entre 1943 et 1944 au château de Castel Gandolfo, la résidence d’été des papes.

Lire l’article de La Croix

 

Quarante jours sans apercevoir l’ennemi

« Quarante jours en silence. Quarante jours sans apercevoir l’ennemi, l’ombre de l’autre, quarante jours à fermer les yeux et à contempler le monde, et à l’offrir au Père, petit bout du monde par petit bout du monde. Les combats étaient faciles, son Père était en Lui et Lui en son Père. La guerre n’éclatait pas, et il pouvait, tranquillement, offrir l’un après l’autre les combats de la Terre. Siècle après siècle, visage après visage, cœur après cœur, il contemplait ses enfants et les Lui offrait ».

Taloche, La guerre

Le fruit de la guerre


Le pape a souhaité diffuser cette image. Chacun peut deviner l’émotion qui l’a guidé ainsi, pour qu’il veuille rappeler la réalité d’une guerre, nucléaire ou non. Lire la suite

Quelques éléments sur la guerre en Syrie

  • Mercredi dernier, le Pape avait déclaré :

« Nous assistons horrifiés aux derniers événements en Syrie. Je prie pour les victimes et leurs familles. […] J’en appelle à la conscience de ceux qui ont des responsabilités politiques, au niveau local et international, afin que cesse cette tragédie et que l’on soulage cette chère population depuis trop longtemps épuisée par la guerre. J’encourage également les efforts de ceux qui, malgré l’insécurité et les désagréments, s’efforcent de faire parvenir de l’aide aux habitants de cette région ». (Zénit)

 

  • Cinquante-neuf missiles américains de type Tomahawk ont été tirés jeudi 6 avril contre une base aérienne syrienne, en réponse à l’attaque chimique meurtrière sur Khan Cheikhoun imputée à Bachar Al Assad. Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé une « agression contre un État souverain […] ». Angela Merkel et François Hollande ont de leur côté estimé que le président syrien porte « l’entière responsabilité » des frappes américaines. (La Croix)

 

  • « Ce qui est déconcertant dans l’attaque militaire américaine en territoire syrien est la rapidité avec laquelle elle a été décidée et mise en œuvre, sans que soient au préalable conduites d’enquêtes adéquates sur la tragique affaire du massacre à l’arme chimique intervenu en province d’Idlib. Cette opération militaire ouvre de nouveaux scénarios inquiétants pour tous. » explique Mgr Georges Abou Khazen OFM, Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin (Agence Fides


Prions pour toutes les victimes et pour ceux qui leur viennent en aide, pour les responsables politiques, et pour la Syrie.

Que le Christ illumine ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort et conduise leurs pas au chemin de la paix !

Guerre civile vs. Paix ethnique

Nouveaux affrontements meurtriers au Soudan du SudAlors que la guerre civile et son lot de violences continuent de faire rage au Soudan du Sud, comme l’indiquait lundi le journal La Croix, l’agence FIDES rapporte quant à elle que « Les principales confessions chrétiennes du Soudan du Sud, réunies au sein du South Sudan Council of Churches (SSCC), ont lancé un projet de réconciliation et de pacification au sein de l’Etat de Jonglei afin de réduire les tensions entre les tribus locales, dont les divisions se sont accentuées avec la guerre civile ayant éclaté en décembre 2013. Le projet a été lancé suite à la rencontre que les églises sud-soudanaises avaient eu à Kigali en juin 2015 (voir Fides 11/08/2015), lorsque 25 responsables chrétiens du Soudan du Sud avaient visité le Rwanda pour apprendre de la dramatique expérience locale la manière dont ramener la paix en surmontant les traumatismes dus au génocide.« 

Suite de la dépêche de l’agence FIDES…

Sois joyeux !

Sais-tu bien que c’est une vertu, et une vertu de premier ordre ? Si tu es triste et sombre, c’est que tu n’as rien compris au christianisme !

Cela t’étonne, n’est-ce pas ?

La religion, quand tu étais petit, consistait d’abord à se taire à l’église, à n’y pas rire surtout : on n’était pas là pour s’amuser et tu t’y es quelquefois bien ennuyé…

Et maintenant, quand on te parle de vivre en chrétien, d’observer les commandements, c’est contre tout ce qui fait la joie de la vie que tu t’imagines que tu dois lutter. Pour vivre en chrétien, penses-tu, il faut être sérieux, c’est-à-dire comme un bedeau.

Cela ne te sourit pas du tout…

Lire la suite

Enfants de Syrie

Alors ? On devrait être dans tous nos états, on devrait hurler notre révolte, notre honte. Comme après Guernica. Comme après Treblinka. Comme après Hiroshima (trois exemples de « seuils » dans l’horreur). Pourquoi ne le faisons-nous pas ? Peut-être parce que le déluge indifférencié d’images et d’histoires nous laisse plus groggy qu’autrefois

Nous pouvons prier. Nous devrions hurler. « Âmes habituées » ou âmes résignées, désabusées, sûres de l’inutilité de leur surgissement ?

Jean-Claude Guillebaud s’interroge, en un triste édito, sur notre inaction face à l’horreur.