Pensée du jour

Qu’on le déplore ou non, il n’y a rien de mieux à opposer aux morales nouvelles que la morale chrétienne.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Le roman moderne manque de Dieu, mais le diable lui manque aussi. Le diable introduit, il est difficile de se passer de la Grâce pour expliquer l’homme.

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’Église est un mouvement, une force en marche, alors que tant de dévotes ont l’air de croire, feignent de croire, qu’elle est seulement un abri, un refuge, une espèce d’auberge spirituelle à travers les carreaux de laquelle on peut se donner le plaisir de regarder les passants, les gens du dehors, ceux qui ne sont pas pensionnaires de la maison.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des [vieux] imbéciles.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Le Christ n’est pas venu en vainqueur, mais en suppliant. Il est comme réfugié en moi, sous ma garde, et je réponds de Lui devant son Père.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Si l’homme ne pouvait se réaliser qu’en Dieu ? si l’opération délicate de l’amputer de sa part divine – ou du moins d’atrophier systématiquement cette part jusqu’à ce qu’elle tombe desséchée comme un organe où le sang ne circule plus – aboutissait à faire de lui un animal féroce ? ou pis peut-être, une bête à jamais domestiquée ?

Georges Bernanos

Pensée du jour

On ne saurait expliquer les êtres par leurs vices, mais au contraire par ce qu’ils ont gardé d’intact, de pur, par ce qui reste en eux de l’enfance, si profond qu’il faille chercher.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Les optimistes sont des imbéciles heureux, quant aux pessimistes, ce sont des imbéciles malheureux.

Georges Bernanos

Pensée du jour

On ne va jusqu’à l’espérance qu’à travers la vérité, au prix de grands efforts. Pour rencontrer l’espérance, il faut être allé au-delà du désespoir. Quand on va jusqu’au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Si le bon Dieu veut vraiment de vous un témoignage, il faut vous attendre à beaucoup travailler, à beaucoup souffrir, à douter de vous sans cesse, dans le succès comme dans l’insuccès. Car pris ainsi, le métier d’écrivain n’est plus un métier, c’est une aventure, et d’abord une aventure spirituelle. Toutes les aventures spirituelles sont des calvaires.

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’espérance est une vertu héroïque. On croit qu’il est facile d’espérer. Mais n’espèrent que ceux qui ont eu le courage de désespérer des illusions et des mensonges où ils trouvaient une sécurité qu’ils prennent faussement pour de l’espérance. L’espérance est un risque à courir, c’est même le risque des risques.

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’espérance est la plus grande et la plus difficile victoire qu’un homme puisse remporter sur son âme.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Qui n’a pas vu la route, à l’aube entre deux rangées d’arbres, toute fraîche, toute vivante, ne sait pas ce que c’est que l’espérance.

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’espérance est une vertu, virtus, une détermination héroïque de l’âme. La plus haute forme de l’espérance, c’est le désespoir surmonté.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Si le bon Dieu veut vraiment de vous un témoignage, il faut vous attendre à beaucoup travailler, à beaucoup souffrir, à douter de vous sans cesse, dans le succès comme dans l’insuccès.

Georges Bernanos

Je veux être Bernanos ou rien !

Où l’on apprend que Gaultier Bès craint de ressembler à un imbécile…

À vous relire, je me trouve presque toujours d’accord avec vous. Et pourtant, bien plus souvent qu’il ne faudrait, je crains de ressembler à l’un de ces imbéciles, sinon de ces imposteurs, à qui vous avez consacré quelques traits fameux ! C’est que chez vous la colère n’est jamais narcissique ; elle ne vire jamais au ressentiment : elle n’est que l’envers d’un amour débordant, irrésistible.

Pensée du jour

Vous pouvez rigoler, chers frères, ce ne sont pas les communistes ni les sacrilèges qui ont mis le Seigneur en croix. Ça ne vous frappe pas que le bon Dieu ait réservé ses malédictions les plus dures à des personnages très bien vus, exacts aux offices, observateurs rigoureux du jeûne, et beaucoup plus instruits de leur religion – sans reproche – que la plupart des paroissiens d’aujourd’hui ?

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’histoire de mon pays a été faite par des gens qui croyaient à la vocation surnaturelle de la France et qui étaient assez bêtes pour mourir, alors que la destinée naturelle des réalistes me paraît être les obsèques nationales et l’Académie.

Georges Bernanos

Pensée du jour

Même le plus optimiste des hommes sait maintenant qu’une civilisation peut devenir dangereuse pour l’humanité.
Il suffit qu’elle se soit constituée et développée d’après une définition incomplète et même fausse de l’homme.

Georges Bernanos

L’inflexibilité de Bloy et de Bernanos fait réfléchir

« C’est là que l’inflexibilité de Bloy et de Bernanos fait réfléchir. La question n’est pas, je traduis, de se trouver du côté du monde, mais de s’y trouver avec Jésus Christ. Et pour cela, il y a des ruptures nécessaires, des conversions, et même des polémiques, comme il y a des polémiques dans l’Évangile. Polémiques qui ne servent pas à rabaisser l’autre, mais à le faire émerger, ne serait-ce que pour découvrir la charte du Royaume, où se trouve exalté l’esprit de pauvreté ».

Gérard Leclerc sur france-catholique.fr

Pensée du jour

Qu’est-ce donc que le péché ? une transgression de la loi ? sans doute, mais que voilà une pauvre abstraction ! Au lieu que vous aurez tout exprimé de lui quand vous l’aurez nommé de son nom : un déicide.

Georges Bernanos

Pensée du jour

La force et la faiblesse des dictateurs est d’avoir fait un pacte avec le désespoir des peuples.

Georges Bernanos

Pensée du jour

L’Église. Voilà la vérité, je l’aime comme la douloureuse vie elle-même, je l’accepte telle quelle, telle quelle je tâche de l’accepter, et il me semble qu’au terme de cette acceptation, si du moins j’en étais jamais digne, je recevrais mon humble part dans l’immense effort de son ascension.

Georges Bernanos

Nous savions que nous étions dans la main de Dieu

« C’est la grâce qui m’a permis de tenir, en plus du soutien de nos proches. Nous savions que nous étions dans la main de Dieu, Lui qui s’était engagé avec nous dans le sacrement du mariage. J’ai expérimenté avec Léonard cette grâce de vivre au jour le jour, en sachant m’émerveiller de choses admirables. En une seconde, vous vivez à la fois la beauté de la vie et son âpreté, sa dureté. Beauté, lorsque je voyais Léonard dans son fauteuil, un enfant sur ses genoux, deux autres derrière en roller, et le quatrième sur sa trottinette. Dureté d’être au four et au moulin, en permanence sollicitée, et de contempler son corps amaigri qui se dirigeait vers la mort ».

Axelle Huber sur lavie.fr (édition abonnés)

Pensée du jour

Ô merveille, qu’on puisse ainsi faire présent de ce qu’on ne possède pas soi-même, ô doux miracle de nos mains vides !

Georges Bernanos

Bernanos, Thérèse de Lisieux, Dostoïevski, Jean Sulivan…

capture2« Souvent commencée comme une entreprise d’ascèse, de maîtrise de soi, l’expérience spirituelle ne peut s’accomplir que dans une forme de lâcher prise. En témoignent la littérature spirituelle et la littérature tout court. Parmi les écrivains convoqués, Bernanos, Thérèse de Lisieux, Dostoïevski, Jean Sulivan. Exposés, lectures de textes et projections.
Avec le père Dominique Salin, s.j. »

Session à Chartres, les samedi et dimanche 3-4 décembre…