Dieu ne nous console pas en abolissant toute détresse

« ‘Heureux les affligés, ils seront consolés’ nous dit Jésus.

‘Cette promesse ne permet pas la résignation devant les larmes des affligés’ explique le Cardinal Schönborn, archevêque de Vienne. Pour lui, il ne peut s’agir d’un bonheur promis uniquement pour une vie à venir. Non, il s’agit d’entrer dès aujourd’hui dans cette expérience d’un Dieu qui essuie toute larme. En grec, ils seront consolés signifie ils seront appelés aux côtés de quelqu’un. ‘Dieu ne nous console pas en abolissant toute détresse – poursuit le Cardinal – mais en y entrant, en la partageant, en devenant notre prochain’.

Ce vendredi 17 mars, à vingt heures, l’église Saint-Eustache sera un haut lieu de la béatitude des larmes consolées. L’OCH vous invite tous à une veillée de consolation avec la communauté de Taizé. Frère Aloïs, prieur, méditera sur la consolation, accompagné de personnes handicapées, qui en témoigneront, pour que chacun puisse proclamer : Heureux les affligés, ils seront consolés ! »

Lire plus sur le site de l’OCH