Des journées très franciscaines

Nous ne sommes pas encore le 4 octobre, fête de la saint François d’Assise et, pourtant, les Franciscains – ou certains de leurs illustres membres – marquent l’actualité !

Aujourd’hui, 20 septembre, il s’agit du Centenaire des stigmates de Padre Pio !

Tandis que Pierre Moracchni nous signale qu’il aurait été de bon ton de manger un… chausson aux pommes pour le 17 septembre ! 😉

Près de Naples, la Gare de l’âme

Dans La Scampia, un quartier populaire de la banlieue de Naples, une communauté de moines franciscains vit depuis 1976 avec tout ce que l’homme jette : des fruits et des légumes qui ne se vendent pas, des aliments qui vont bientôt être périmés… et même un train de la Ferrovia dello Stato, l’équivalent de la SNCF en Italie. En effet, cinq beaux wagons des années 1940 ont été transformés en couvent. Il est aujourd’hui connu sous le nom de la Gare de l’âme.

« Perdre » du temps pour prendre du temps

Quand un journaliste de l’AFP passe plusieurs mois à photographier les frères Franciscains de la Custodie de Terre Sainte en prenant le temps de les connaître de l’intérieur, cela donne un magnifique reportage : « Jérusalem — C’était un après-midi d’octobre où l’agenda photo du bureau de Jérusalem était presque vide. L’occasion parfaite pour faire un saut dans la Vieille ville, où les rues tortueuses, ses habitants singuliers et ses centaines de visiteurs forment toujours un microcosme coloré, mystérieux et inépuisable du point de vu photographique. » … Allez contempler, vraiment, la suite !

Des hommes et de Dieu

Qui dit communautés nouvelles dit aussi ordres anciens. Et si l’on a beaucoup parlé des premières, on s’est peut-être moins penché récemment sur les seconds. C’est ce que fait Jérôme Cordelier dans cet ouvrage qui ne se contente pas d’aborder la création de ces ordres mais en retrace l’évolution parfois tumultueuse, les relations parfois compliquées – c’est un euphémisme – avec Rome, et la façon dont l’esprit qui a présidé à leur fondation.Lire la suite

Fraternels dans la ville à Lyon

Les frères mineurs franciscains, capucins et conventuels seront présents à Lyon du 20 au 26 novembre, pour une mission à la primatiale St-Jean et dans les rues de la ville. Une semaine pour faire connaissance, annoncer le Christ avec François d’Assise, célébrer, prier, louer.

Retrouvez tout le programme sur le site du diocèse de Lyon, et suivez cette mission sur Facebook !

Alep – Un symbole de haine et de mort est devenu un signe d’amour

« Si le religieux n’éprouve aucune haine envers les responsables des bombardements et des tirs, il considère comme naturel de réagir avec colère après un attentat qui a tué et blessé. ‘C’est ma responsabilité de prêtre d’aider à dépasser ces réactions’, poursuit-il en racontant comment un obus tiré par des djihadistes sur la coupole de l’église le dimanche 25 octobre 2015, en ‘pleine messe’ et qui, ‘par miracle’ n’a pas fait de victimes, a été ensuite couvert de fleurs et déposé au pied de l’autel. ‘Ce symbole de haine et de mort est devenu un signe d’amour qui pardonne et qui donne la vie' ».

Lire plus sur la-croix.com

A Damas les franciscains tiennent leur porte ouverte à tous

A Damas les franciscains tiennent leur porte ouverte à tousLu sur TerraSanta.net« La Syrie a toujours été une mosaïque de cultures et nous ne permettrons pas que la guerre la détruise », affirment les Franciscains de la Custodie à Damas qui aident, comme ils peuvent, les plus pauvres.

Sur une ancienne voie romaine, où la tradition veut que saint Paul soit tombé de son cheval (l’inscription se lit: locus Traditionalis conversionis S. Pauli Apostoli), se trouve l’un des endroits gardés par les frères franciscains. Avant la guerre, c’était un destination pour les milliers de pèlerins qui visitaient chaque année le pays. Aujourd’hui, du million de touristes en moyenne qui affluait en Syrie, il n’y a aucune trace. Les frères eux sont là, depuis des siècles, au nom et pour le compte de l’Eglise catholique, pour garder des lieux saints dans toute la Syrie (comme aussi par exemple, à quelques kilomètres de là au sanctuaire de la maison de saint Ananias). A côté de cette activité de base, frère Bhajat explique comment les frères passent une grande parte de leur temps à aider ceux qui ont été irrémédiablement frappés par la guerre.

Lire la suite…

Franciscans in Syria

capture

 

Our only safetyness is that God is with us.

– Are you afraid?
– No. Not at all. Afraid of what? I can be killed anywhere, in any place.

There is going to be a Tomorrow, because God is supporting you.

Voir la vidéo…