« L’espérance est audace »

SSF2020

C’est par cette citation du Pape François dans Fratelli Tutti que Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France, a conclu leur 94e rencontre annuelle. 100% en ligne, elle a accueilli en fin de semaine sernière plus de 2.500 participants, dont 1.300 lors de huit ateliers thématiques, sur « Une société à reconstruire – Engageons-nous ! ».

Je le disais en ouverture, il émane de notre rencontre une énergie mobilisatrice incroyable, qui refuse de dire que rien n’est possible, que le changement espéré ne viendra pas. Il ne s’agit pas de manquer de lucidité ou d’enjoliver la réalité mais de croire qu’ensemble il est possible d’agir.

50 conférenciers, responsables associatifs et témoins ont nourri la rencontre de leurs contributions, dont Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Véronique Fayet, Eric Salobir, Cynthia Fleury, Dominique Lang, Agnes von Kirchbach, Grégoire Catta, Alice Le Moal, Mgr Celestino Migliore avec l’aide d’animateurs comme Dominique Seux, Philippine de Saint-Pierre ou encore Isabelle de Gaulmyn.

A l’issue de la rencontre, « un Manifeste de l’engagement » a été mis en partage, préparé avant et nourri pendant la rencontre. On le retrouve ICI. Et par LA, les conclusions de Dominique Quinio, le message que la Pape François a fait parvenir aux participants et tout un tas d’autres éléments intéressants.

Pour reconstruire la société : engageons-nous !

FB-Event-500x262Notre société était déjà pétrie de fragilités avant l’arrivée du Covid, elle va s’en relever encore plus difficilement ! Comment ne pas imaginer la sollicitude du Christ encore plus aiguisée pour la situation de notre monde ? Mais que faire ? Au nom de quoi ? Comment ? C’est pour tenter de répondre à ces questions que les Semaines Sociales de France vous invitent à leur rencontre fin novembre (en ligne et localement) sur le thème « Reconstruire la société : engageons-nous ! ».

La sortie de la pandémie est un défi immense. Comment ne pas créer de nouveaux fossés, entre générations par exemple : retraités épargnés économiquement par la crise, jeunes confrontés au chômage et au poids de la dette contractée ? Comment ne pas sacrifier l’environnement à la volonté de faire repartir vite l’économie ?
Les catastrophes peuvent être des moments de transformations profondes, de nouveaux commencements.
Nous, Semaines sociales de France, voulons nous engager pour cette transformation. Malgré la complexité des sujets, malgré la faiblesse de nos moyens, nous croyons que chacun peut peser sur les événements : des intervenants, acteurs, experts et témoins
nous en convaincront. Nous élaborerons et proposerons ensemble des pistes de solution ; nous les travaillerons en ateliers ; nous les présenterons à ceux qui détiennent le pouvoir, les pouvoirs ; nous les interpellerons au cours de tables-rondes. Ces engagements doivent aussi être personnels : qu’allons-nous inscrire comme changement dans le quotidien de nos vies ?

Une quinzaine d’intervenants en plénière (parmi lesquels Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Cynthia Fleury, Véronique Fayet, Eric Salobir, Grégoire Catta, Dominique Quinio, Bertrand Badré), huit ateliers thématiques, la possibilité de rejoindre des groupes locaux qui travailleront – dans le respect des gestes sanitaires – à partager et débattre, … Une rencontre pour retrouver de l’énergie et des perspectives à nos engagements, quelques résolutions concrètes, à partager de manière démocratique, et l’occasion de se retrouver à beaucoup – même en ligne – pour partager nos engagements au service d’un monde qui en a besoin !

Le programme est ICI, pour s’inscrire c’est par LA !

Le christianisme social est une question plus qu’une réponse !

 

_0_487_348Le week-end prochain se tient à Nogent-sur-Marne la nouvelle rencontre des Semaines Sociales de France (SSF). Cette année, une perspective toute particulière, « Chrétiens et engagés – Rencontres du christianisme social », et au cœur de celle-là une réflexion sur les prochaines années / décennies d’utilité sociale et pastorale des SSF et au-delà la question de l’engagement des chrétiens dans la société. Elena Lasida, une des actrices de la rénovation des SSF, partage quelques repères dans La Croix :

Le christianisme social peut être défini comme un processus toujours ouvert, comme un chemin toujours en train de se faire, en direction d’une « terre promise » dont on ne connaît ni la forme ni l’emplacement. […] Le chemin du christianisme social vient de très loin. Des hommes et des femmes, des groupes et des mouvements sont depuis longtemps dans ce chemin. Avec les balises données par la pensée sociale de l’Église, ils ont ouvert des chemins et des espaces qui ont permis, au cours de l’histoire, de mettre en cohérence l’être-au-monde et l’être-chrétien. Ces espaces ont répondu aux besoins d’une époque. Mais le monde est aujourd’hui en pleine mutation, et de nouveaux espaces sont à inventer pour vivre cette cohérence. C’est le moment d’entendre et de mettre en application l’invitation du Pape à « initier des processus plutôt que posséder des espaces ».

Un espace ouvert à la réflexion et à l’engagement de chacun … Le programme de cette belle rencontre à venir (dépêchez-vous, les places deviennent très chères !), c’est par ICI. A découvrir (vite !…) et partager largement (vite aussi!)

Quel christianisme social aujourd’hui ?

LogodesSemainessocialesdeFranceC’est le thème du dossier de septembre des Semaines Sociales de France :

Au mois de septembre,  nous mettons à l’honneur le christianisme social.
Vivant dans une époque de grandes transformations sociétales, il nous appartient aujourd’hui d’en redessiner les contours, les enjeux et la vision pour demain. Ce dossier sera régulièrement enrichi tout au long du mois.

L’occasion de (re)découvrir la Pensée sociale de l’Eglise, indispensable colonne vertébrale pour vivre en chrétien dans le monde d’aujourd’hui ! C’est à retrouver ICI.

Lire la suite

« Faire entendre sa foi » ?

C’est le journal Le Monde qui le dit à propos de l’Eglise ! « C’est un malaise qui se répand dans les milieux catholiques : la société française aurait égaré les clés de compréhension de la foi chrétienne. Celle-ci serait devenue si étrangère à de nombreux Français qu’ils en auraient aujourd’hui une conception distordue, très éloignée de celle des croyants eux-mêmes. Le recul de la pratique, du recours aux sacrements, de la fréquentation du catéchisme ou d’une institution religieuse aurait creusé un fossé d’un nouveau genre entre les fidèles et les autres. « Nous sommes devenus plus méconnus que combattus. C’est un défi nouveau », résume Vincent Neymon, responsable de la communication de la Conférence des évêques de France (CEF). Pour contrer cette méconnaissance grandissante, le nouvel archevêque de Paris, Michel Aupetit, veut créer un service pastoral spécifique, « pour l’éducation et l’information ». » 

Pour lire la suite de ce diagnostic intéressant >>

Devenez e-missionnaire !

Lights in the darkConnaissez-vous Lights in the Dark ? C’est une communauté e-missionnaire qui s’est lancée dans la grande aventure de l’évangélisation sur le net. Elle est à l’origine de l’Académie Sainte Faustine, dispensatrice des formations pour ceux qui souhaitent apprendre ce type d’évangélisation.

Aujourd’hui, l’Académie lance un « MOOC », c’est à dire une formation en ligne, composée de vidéos quotidiennes pour apprendre les bases de l’évangélisation et la manière de se lancer dans la mission sur internet, notamment via un chat. Ce MOOC a démarré à la Pentecôte et dure jusqu’au 23 juillet.

Envie de vous lancer ? Toutes les informations sont sur le site lights in the dark !

AFCP : accompagner les personnes

L’AFCP, c’est quoi ? C’est l’Association pour la Formation Chrétienne de la Personne, fondée par Aline Lizotte. L’AFCP organise des sessions « Amour, sexualité et vie chrétienne » ouvertes à tous, et propose un service d’accompagnement pour les personnes éprouvant le besoin d’être aidées, de résoudre des blocages. Elle a également mis en place un cursus de 4 ans (l’Institut Karol Wojtyla) de formation à l’accompagnement des personnes dans leur globalité. Pour en savoir plus, c’est ici : https://asso-afcp.fr. Ou bien regardez cette vidéo : elle est assez longue pour vous laisser cuire un œuf à la coque pendant ce temps-là.

L’Institut libre de formation des maîtres

« Cette ancienne enseignante de lettres au collège, lassée de batailler sans soutien dans le public avec des enfants à qui manquent toutes les bases en grammaire, a décidé de devenir institutrice dans l’établissement Espérance Banlieues de Saint-Étienne. Ici, elle vient chercher une bonne remise à niveau en maths et en histoire. Malgré la charge impressionnante de travail – mère de cinq enfants, institutrice à plein temps et étudiante –, elle est très heureuse de son choix ».

Pauline Quillon sur famillechretienne.fr

Envie de connaître Saint Thomas ?

Un site internet, http://www.aquinas.ch, met en ligne de courtes vidéos d’introduction à St Thomas et à son oeuvre. On y trouve aussi des propositions de lecture, bref des ressources pour découvrir ce grand théologien. Parce qu’on se dit souvent qu’il est trop loin de notre époque et surtout trop compliqué, mais il y a beaucoup à apprendre de lui ! Le site est fait par des étudiants et professeurs de la faculté de Fribourg.

MOOC au Collège des Bernardins

MOOC du Collège des Bernardins

Le 3 octobre, le Collège des Bernardins lancera son 2e MOOC, sur le thème : « Les sacrements : le Christ vivant et agissant en son Eglise ». L’orateur est le Père Matthieu Rougé.

Ce MOOC, qui durera jusqu’au 18 décembre, consistera en des vidéos mises en ligne chaque semaine, avec un quizz pour vérifier la compréhension du cours, et des textes pour approfondir. Il est ouvert à tous. Il représente un moyen de formation intéressant pour les personnes ne pouvant se déplacer ou ayant peu de temps libre.

N’hésitez pas à vous inscrire !