Fraternité ou autonomie ?

Mgr Aupetit dans Le Point :

Il me semble très heureux que tout le monde ait pu s’exprimer, car les décisions qui seront prises vont avoir des conséquences durables sur nos façons de vivre et les valeurs qui les sous-tendent. Nous sommes, en effet, à la croisée des chemins entre deux visions sociétales. D’un côté, une société basée sur la fraternité où la personne est qualifiée par les relations qu’elle entretient avec autrui. Dans cette situation, la loi protège les plus vulnérables. D’un autre côté, une société individualiste où chacun revendique une autonomie. Dans ce cas, la loi s’ajuste au désir individuel avec le risque de revenir au droit du plus fort, du plus riche ou du plus puissant.

Débat politique vs dimension anthropologique

Jean-Yves Nau s’interroge sur la diabolisation des opposants à la PMA pour toutes, en citant le professeur Sicard :

J’ai avant tout été frappé par une forme de diabolisation des opposants à l’évolution de la loi dans les débats auxquels j’ai participé et dans les médias. Ceux qui ne sont pas d’accord avec l’ouverture de la PMA ou la modification de la loi sur la fin de vie sont très souvent traités de «réacs», d’obscurantistes ou désignés comme croyants. Ils sont accusés de mépris envers les couples homosexuels ou les femmes célibataires. C’est une manière de fermer le débat, de dénier à l’autre sa capacité de réflexion ou de mettre en doute son raisonnement en le considérant comme biaisé par une idéologie. J’y vois une confusion entre le débat politique et la dimension anthropologique de ces thèmes.

 

États généraux de la bioéthique : 1er bilan du CCNE

Attention, cela prend du temps d’y participer, et la consultation s’arrête le 30 avril ! En attendant, bilan d’étape, et réaction de Tugdual Derville :

Ce que ces États généraux attestent donc d’ores et déjà, c’est que la demande sociale de ces transgressions est faible et, en réalité, ultra minoritaire. Et que l’hostilité à ces transgressions est forte et argumentée. Nous avons entendu certaines critiques sur la présence de citoyens convaincus ; c’est au contraire, à nos yeux, un signe de vitalité du processus…

 

États généraux de la Bioéthique : entrez dans le débat !

Comment y participer et faire entendre sa voix ?
Nous sommes tous invités à y prendre part et je vous encourage vivement à transmettre cet appel à tous les frères et sœurs de vos paroisses, communautés, établissements, mouvements et aumôneries. Une occasion nous est offerte pour témoigner humblement auprès de nos concitoyens de la beauté de la vie humaine et du chemin de liberté que nous ouvre la vie avec le Christ.

Cardinal Philippe Barbarin

Lire la suite