Mieux que Vinted ou Le Bon Coin !

téléchargerEmmaüs a lancé hier sa plate-forme de vente de seconde main destinée aux particuliers, pour encourager le don en ligne de « personnes qui n’ont pas le réflexe Emmaüs », comme par exemple les jeunes. Dénommée Trëmma, elle vous propose comme Vinted ou Le Bon Coin de mettre à la vente des produits d’occasion. Mais grosse différence, comme nous le rapporte Business Insider :

Si l’objet trouve preneur, « le produit de la vente est reversé au projet de solidarité que le donateur a choisi ». « Le vendeur ne touche rien sur ce qu’il a vendu, mais peut demander un reçu fiscal portant sur 60% » de la vente. »

[Et pour cause : ] Le mouvement fondé par l’Abbé Pierre enregistre depuis une dizaine d’années « des dons qui avaient perdu en qualité », en raison de « la concurrence des plateformes comme Le Bon Coin ou Vinted ». De plus en plus de particuliers tentent de gagner un peu d’argent avec les biens dont ils souhaitent se débarrasser. « Et en parallèle, la qualité des produits qui sont mis sur le marché baisse », ajoute Maud Sarda, évoquant « le défi de continuer le réemploi des objets » pour un mouvement qui « est construit depuis 70 ans sur le modèle d’économie circulaire ».

Pour découvrir Trëmma, on clique ICI

 

Gaspillage de vêtements invendus : c’est fini !

C’est ce que rapporte le site Novethic :

C’était une des demandes d’Emmaüs : appliquer les grands principes de gaspillage alimentaire au secteur textile pour interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus et les obliger à nouer des partenariats avec des associations. C’est ce que propose désormais le gouvernement dans sa nouvelle feuille de route sur l’économie circulaire.

Pour répondre à ce défi, le ministère veut faire « appliquer les grands principes de la lutte contre le gaspillage alimentaire ». Il s’agit de calquer la loi qui oblige depuis février 2016 toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés à conclure une convention avec une association caritative pour leur donner les invendus alimentaires.

À échéance 2019, il ne veut plus d’invendus vestimentaires jetés ou éliminés.

Comme les deux d’Emmaüs

« Un dialogue à trois doit voir participer chacun de nous à un face à face avec Jésus et l’adultère — pécheresse, mais victime par excellence des cœurs de pierre — pour nous laisser bouleverser par la tendresse de Dieu qui, comme ce fut le cas pour les deux disciples d’Emmaüs, nous ‘réchauffe le cœur’ et nous ouvre les yeux. Une forte invitation à ne pas se laisser enfermer dans la rigidité, qui nous conduit même à ‘nous boucher les oreilles et à grincer des dents’ pour ne pas laisser passer l’Esprit Saint, a été lancée par le Pape lors de la Messe célébrée dans la matinée du mardi 2 mai, à Sainte-Marthe ».

Lire plus sur osservatoreromano.va