Une réforme tout en écoute réciproque

Hier jeudi 27 juin, l’état de travail de la réforme de la Curie romaine a été présenté de manière assez inédite.

Cette réforme prend le temps « d’un intense travail de consultation et d’écoute réciproque » affirme Mgr Semeraro. On en saura davantage en lisant l’article de La Croix et en attendant la fin du travail prévue pour la fin de l’année.

L’indispensable transparence pour soigner, pour grandir

Lu dans le journal La Croix : « À l’initiative de la Conférence des religieux et religieuses de France, 120 supérieurs de communauté réunis à Paris ont entendu le témoignage de trois victimes d’abus sexuels, lundi 11 juin. (…)

Devant les religieux et religieuses, les victimes ont « partagé leur douloureuse histoire, leur rapport à l’Église et à la foi et l’impérieuse nécessité d’écouter les victimes “les yeux dans les yeux” », relate un communiqué de la Corref. Elles ont aussi « insisté sur la confiance bafouée par les abus subis et par les silences de nos institutions et ont demandé que nous entrions tous dans un travail de vérité ».

Dans son discours très fort en ouverture de cette journée, sœur Véronique Margron, dominicaine et présidente de la Corref, a estimé que la « transparence » était « indispensable » sur le sujet, reconnaissant que « pendant des décennies », elle n’avait « pas été le critère d’action de l’Église ». « Nous avons maintenant l’obligation de veiller à tenir un langage de vérité et à renoncer à toute langue de bois comme à ce que les sociologues nomment la “culture de docilité” dans l’Église catholique », a-t-elle poursuivi. »

Et cette écoute, cette réaction, ce désir d’avancer en vérité et en charité ne sont-ils pas signes d’espérance et de confiance ?

Dans le même dossier, on peut lire aussi l’interview de Sr Véronique Margron sur les jeunes religieuses face à ce sujet.

Les neurosciences sont-elles la clef ?

Un colloque a eu lieu au Centre Sèvres autour de cette importante question : « la liberté humaine au défi des neurosciences : perspectives philosophiques et théologiques »

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez l’écouter désormais sur le site !

Dieu parle : écoute et apprends

L’éminent bibliste Jan Joosten, met en ligne le manuscrit d’un article publié dans un ouvrage qui vient de paraître : Genèse 2, 17 : L’arbre de la connaissance du bien et du mal (éd. Matthieu Arnold, Gilbert Dahan, Annie Noblesse-Rocher; Paris: Cerf, 2016). L’article s’intitule : « L’arbre de la connaissance du bien et du mal dans son contexte biblique ».

Ce texte exégétique a de l’intérêt à plus d’un titre : d’abord il contribue savamment à mettre en garde contre une interprétation de l’interdit divin de consommer de l’arbre de la connaissance bien et mal, qui serait par trop subordonnée à la parole que le serpent adresse à Eve. Jan Joosten met bien en évidence le fait que la parole du serpent est fondamentalement mensongère. Dieu ne refuse pas à l’homme une part de la connaissance, et il ne veut pas le frustrer. Dès lors, il faut se dégager de cet a priori pour comprendre ce commandement que le Seigneur donne à l’homme.

Lire la suite