Servir est un honneur (Questions pour l’Evangile du 29° dimanche du temps ordinaire B)

En ce 29° dimanche du temps ordinaire B, tandis que Jésus marche vers Jérusalem (10,32), la liturgie n’a pas retenu la 3° annonce de sa passion-relèvement (Mc 10, 32-34), mais la question de Jacques et Jean et la réponse de leur Maître sur le service (Marc 10, 35-45).
Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Dans quelles conditions est-ce que je m’approche de Jésus ?
– Qu’est-ce que je veux que Jésus fasse pour moi?

Lire la suite

Sondage à la droite de Dieu

Aujourd’hui paraît un nouvel essai de Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’Ifop, sur la droitisation des catholiques. Le spécialiste des sondages y analyse notamment les données de l’électorat catholique, croisées avec des données issues de sondages d’opinion.

Un livre sans doute incomplet quant à l’évolution des catholiques en politique en général, mais qui a le mérite de poser des chiffres sur des tendances à l’œuvre, comme la montée des craintes vis à vis de l’islam.

Une recension à lire dans La Croix.

Nouvelle mise au point sur les catholiques et le vote FN

bureau-Evry-second-elections-departementales-29-Mars-2015_0_730_485

Une étude publiée par le Cevipof (Sciences Po) illustre la pertinence de la variable de la pratique religieuse dans l’analyse du vote. Contrairement à d’autres études récentes, rapporte La Croix, cette dernière étude montrerait que les catholiques pratiquants voteraient moins pour le FN que la moyenne des Français, contrairement aux catholiques pratiquants occasionnels et non-pratiquants.

Il serait particiculièrement intéressant de compléter ces études par une approche géographique, la sociologie française – et plus spécialement la sociologie catholique – ayant tendance à évoluer vers une homogénéisation des groupes selon les espaces géographiques (urbains, périurbains, périphérie urbaine lointaine, rural, …). Non seulement les catholiques ne sont sans doute pas étrangers à cette tendance à la fragmentation spatiale, mais les récentes évolutions qu’a connu l’Eglise pourraient encore accentuer la tendance (émergence des communautés nouvelles et renouveau associatif en milieu urbain, recul des espaces d’engagement et de sociabilité traditionnels en milieu périurbain et rural, …). Le catholique des champs vote-t-il comme le catholique des villes ? Cette donnée pourrait être à l’origine de brouillages dans la perception de l’ancrage politique des catholiques, agissant par effets de concentration atténués dès lors que l’on considère les données à l’échelle nationale.

Source photo : Un bureau de vote à Evry, au second tour des élections départementales le 29 Mars 2015. Martin Bureau/AFP

Fillon ou le mythe du raz-de-marée catholique

Pope Benedict XVI (R) poses next to French prime minister Francois Fillon (C) and his wife Penelope and their sons Antoine and Edouard during a private audience at the Vatican on October 10, 2009. AFP PHOTO / ALBERTO PIZZOLI
AFP PHOTO / ALBERTO PIZZOLI / 2009

La petite chanson commence à tourner en boucle sur les réseaux sociaux : contre les sondages et les journalistes, les catholiques auraient fait l’élection du candidat de la droite et du centre pour la présidentielle, en soutenant massivement François Fillon. La preuve ? L’opération séduction menée par François Fillon au cours de sa campagne en direction des catholiques, le ralliement de Sens Commun et, in fine, le vote masssif des départements de l’Ouest en sa faveur. Dédaigneux, refusant de percevoir le poids réel des catholiques en politique, les médias, aveuglés, auraient bien mérité leur claque. Un fabuleux come back au coeur des fantasmes de la Manif pour Tous.

Qui sont les tenants de cette hypothèse ? On les trouve en premier lieu dans le champ médiatique (voir notamment ici et ici) , souvent du côté de ceux qui n’avaient pas prévu la victoire de François Fillon, Lire la suite

Leur couleur ?

xvm1e3a0ca4-8a3e-11e6-b5cc-6b61f9f1f4bdLe principe, rapporté par Le Figaro, vaut le détour : un ou des anonymes revendique(nt) un faible nombre de signatures à une pétition lancée sans solliciter les intéressés afin que ceux-ci se retrouvent dans un lieu inconnu et secret en vue d’une initiative qu’aucun ne souhaite, qui « fracassera le système ». Leur couleur ? Beige.