Le numérique, l’individu, et le défi du vivre-ensemble

Avant d’entrer en 2020, « Un nouvel « Entretien autour de l’informatique ».. Ancien banquier entré chez les Dominicains en 2000, Éric Salobir, prêtre, est un expert officiel de l’Église catholique en nouvelles technologies. Ce passionné d’informatique a créé Optic, un think tank consacré à l’éthique des nouvelles technologies. Il cherche à favoriser le dialogue entre les tenants de l’intelligence artificielle et l’Église. Il est aussi consulteur au Vatican.  » Un travail de fond pour mieux réfléchir, à lire par ici >>

« Un grand prophète s’est levé parmi nous »

Pour nous, tous appelés à être prophètes (et on ne peut refuser cet appel impérieux quand il arrive), cette double dynamique est essentielle : petitesse et grandeur. C’est être grand que petit serviteur du Dieu très haut. Regardons les humbles, regardons quelle grandeur émane d’eux : une sorte de classe « hors catégorie », au-dessus de toutes les vanités de ce monde que peuvent représenter le rang social, les diplômes, la reconnaissance (tout cela étant bien sûr utile, quand c’est à sa place, au service du bien commun). Les humbles sont les grands de ce monde !

Extrait de la méditation du jour de « L’Avent dans la ville », par le fr. Xavier Loppinet. La lire et l’écouter par ici >>

Des Dominicains à Avignon voient l’amour vainqueur

Comme tous les ans, des Dominicains sont présents durant le festival d’Avignon. Cette année, ils présentent leurs « regards dominicains » dans une chronique d’un blog de La Vie.

Ils nous présentent ainsi la dernière création d’Olivier Py à partir d’un conte de Grimm, lue tout entière sous le prisme de « l’Amour vainqueur ». À suivre ces temps-ci ! >>

Théodom en livre (avec des gros mots)

Livret TheodomThéodom, vous connaissez ? Ce sont des dominicains qui répondent à des questions en vidéos. Exemples : Etre catho, c’est écolo ? Peut-on croire aux miracles ? Les dogmes, pourquoi faire ? L’âme, à quoi ça sert ? Vous avez une réponse en 2-3 minutes, et ensuite, vous pouvez même répondre à un quizz.

Ces mêmes dominicains viennent de sortir un livret : « Théodom : introduction à la théologie » (Cerf). Une sorte de manuel, « pour devenir (presque) sans effort un bon théologien ». Avec des explications, des jeux, des exercices. Il y a des gros mots dedans : « argument ontologique », « transsubstantiation », « théologie dogmatique », « consubstantiel », etc. Ouch !

Pour l’acheter, c’est ici !

Attendre Noël avec Jean-Marie Bigard

Un calendrier de l’Avent avec Jean-Marie Bigard, ça vous paraît étonnant ? Peut-être même que ça vous fait peur ? C’est pourtant ce que proposent cette année les dominicains de Lille pour attendre Noël.

Jean-Marie Bigard est un phénomène : 35 ans de carrière, 4 millions de spectateurs dans ses one man show du stade de France aux théâtres de province, 8 millions de DVD vendus, scénariste, acteur, animateur télé, membre de la délégation du Président de la République lors d’une rencontre avec le pape Benoit XVI au Vatican… Grâce à Avent dans la Ville Jean-Marie Bigard dévoile son jardin secret :
Lire la suite

C’est aussi la saint Dominique !

Alors, en ce 8 août, nous fêtons une belle fête à tous les fils et filles de saint Dominique. Pour cette occasion, les Dominicains de Bordeaux proposent une belle visite de leur église à 360° sur Facebook… Pas mal, non ? A donner envie de louer, de bénir et de prêcher !

Pour aller plus loin, un extrait des actes de sa canonisation : « En toute circonstance, par des paroles et sa conduite, (Dominique) se montrait un homme évangélique. Pendant la journée, avec ses frères ou ses compagnons, personne n’était plus simple et plus joyeux. Pendant la nuit, personne n’était plus adonné à toutes sortes de veilles et de prières. Il ne parlait guère qu’avec Dieu, dans l’oraison, ou de Dieu, et il exhortait ses frères à en faire autant. »

Des Dominicains, bêtes de (s)cène ?

Deux religieux en robe blanche dans les rues d’Avignon, un costume de scène ? Absolument pas pour les frères Charles et Thierry, missionnés pour être critiques dramatiques lors du festival ! Cela peut sembler tellement surprenant que Libération leur consacre tout un fort bel article, rappelant les liens unissant spiritualité et théâtre, les rencontres ainsi permises mais aussi les liens historiques entre la religion catholique et le festival d’Avignon.

« On se rappelle avec lui que l’histoire de ce lien entre le Festival d’Avignon et les religieux remonte à la naissance de la manifestation elle-même. On le doit à la relation qu’entretenaient Père Chave, aujourd’hui 98 ans, et Jean Vilar. Le premier incita le second à investir l’ensemble de la ville, en particulier les nombreux couvents. Et l’encouragea à dégager au cœur du Festival un espace pour questionner la spiritualité, «sans doute au vu des textes dramatiques anciens, travaillés par l’histoire biblique, et aussi parce que les arts contemporains posent sans cesse la question du tabou religieux». Les rencontres «Foi et culture» naissent ainsi en 1961. Elles n’ont aucun mal à être alimentées aujourd’hui, si l’on considère que les créations actuelles «répondent à la montée en puissance de la question spirituelle depuis quinze ans, après une période d’évacuation. On a cru qu’on pouvait maîtriser cette question sans la connaître. Or on voit bien aujourd’hui à quel point il faut y faire face». » 

Un article à lire par ici >>

ThéoDom en vacances

ThéoDomAprès Martine à la campagne, voici ThéoDom à la montagne : du 22 au 28 juillet, 5 jours dans le massif de la Chartreuse, au monastère de Chalais, avec des dominicains (frères et sœurs).

Au programme, des enseignements de théologie, des ateliers pour échanger avec les autres, des ballades dans la montagne, des temps de prières avec la communauté, etc. Fil rouge de la session : « le dialogue avec le monde ».

ThéoDom sera aussi à la mer (Belle-Île-en-mer) et près de Lyon (ThéoDom campus), à des dates différentes. Si vous êtes étudiants, jeunes pros, que vous avez de 20 à 35 ans, foncez.

Pour les informations, et pour trouver le bouton « je m’inscris » (c’est facile, il est vert), c’est sur le site de Theodom.

 

Rouge dominicain

Du blanc au rouge, du couvent à la lutte, Yann Raison du Cleuziou nous relate le  parcours de certains Dominicains :

Du 4 au 12 janvier 1968, le frère Paul Blanquart participe à un congrès d’intellectuels à La Havane (Cuba) où il signe avec trois autres prêtres un Manifeste pour l’engagement dans la lutte révolutionnaire anti-impérialiste : ‘Nous prêtres catholiques, délégués au congrès culturel de La Havane, nous nous engageons envers la lutte révolutionnaire anti-impérialiste, jusqu’aux dernières conséquences, afin d’obtenir la libération complète de l’homme et de tous les hommes’…

Tu m’as voulu

… Cette volonté est l’assurance de cette vie qu’aucune restriction ne viendra éteindre. Jésus nous y ancre quand il dit que le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob n’est pas un Dieu de morts, mais de vivants. Dans son psaume de victoire, David le chantait déjà ; en français on a traduit :

Tu m’as sauvé parce que tu m’aimes.

Mais en latin, en grec et en hébreu, c’est tellement plus moderne :

Tu m’as sauvé, parce que tu m’as voulu.

Carême dans la ville

 

De l’Angel Band au couvent des dominicains !

 » J’ai grandi à Mossoul dans une famille chrétienne. En juillet 1979, j’ai 24 ans et suis ingénieur quand soudain la vocation religieuse me tombe dessus. »

… Et, depuis, devenu dominicain, c’est avec passion que le père Michaeel Najeeb veille à sauvegarder la culture orientale à Qaraqosh d’abord puis à Erbil désormais. Une belle histoire de vocation, c’est-à-dire une belle histoire d’amour à découvrir dans Paris Match !

Des hommes et de Dieu

Qui dit communautés nouvelles dit aussi ordres anciens. Et si l’on a beaucoup parlé des premières, on s’est peut-être moins penché récemment sur les seconds. C’est ce que fait Jérôme Cordelier dans cet ouvrage qui ne se contente pas d’aborder la création de ces ordres mais en retrace l’évolution parfois tumultueuse, les relations parfois compliquées – c’est un euphémisme – avec Rome, et la façon dont l’esprit qui a présidé à leur fondation.Lire la suite

Ils veulent sauver le couvent de Rangueil

Si vous ne savez pas pourquoi, eux, ils le savent.

La Province dominicaine de Toulouse, sous l’égide de la Fondation du patrimoine, lance une action de mécénat populaire en faveur du couvent Saint-Thomas-d’Aquin, rapporte La Croix.

Évidemment, on peut s’interroger sur la prédilection dominicaine pour une architecture propre à rendre neurasthénique le plus enthousiaste des enfants de Dieu (cf Lyon, Paris…).Lire la suite

A-Dieu, Frère Henri

img_0871Le Père Dominicain Henri Burin des Roziers est mort avant-hier. Depuis 1978 comme prêtre mais aussi comme avocat, il s’est battu au service des « sans-terres » au Brésil, notamment aux confins de la forêt amazonienne. En 2002, le journal La Vie, avant et après tant d’autres, lui consacrait un portrait :

Sa tête a été mise à prix mais cela ne semble nullement l’émouvoir. À 71 ans, Henri Burin des Roziers ne redoute qu’une chose : l’injustice. Installé depuis dix ans dans le sud du Para, au nord-est du Brésil, cet avocat, religieux dominicain, est devenu la voix des plus démunis : les petits paysans sans terre chassés par les grands propriétaires fonciers. De sa trajectoire qui l’a conduit à braver les pistoleiros et autres ripoux aux confins de l’Amazonie, Frère Henri, comme on l’appelle ici, ne parle qu’à contrecœur : « Ce qui se passe ici est plus important que mon histoire. »

Lire la suite

Dominicains : envoyés pour prêcher l’Évangile

Capture« C’est à partir de la célébration du Chapitre de Trogir en 2013 que l’idée d’un congrès pour la Mission de l’Ordre a été proposée comme moment central de la célébration du Jubile des 800 ans de la confirmation de l’Ordre en 2016. Point de départ d’un chemin nouveau pour la mission de prédication de l’Ordre, le Congrès aura pour thème principal celui déterminé par le Chapitre Général pour la célébration de l’année jubilaire des 800 ans de l’Ordre : Envoyés pour prêcher l’Évangile ».

Lire plus…

LS [(F + H)C + (JM )] > (P+V)-G

capture

Légende de la parabole : F = Foi, H = Espérance, J = Justice, P = préjugés, V = violence, L = Amour de Dieu, S = le Salut du Christ ; C = « élevé à la puissance de la compassion »; M = « élevé à la puissance de la miséricorde»; – G = « élevé à la puissance négative de la cupidité ». Seulement quand Foi et Espérance levain de la compassion, en collaboration avec la justice tempérée par la miséricorde, est magnifiée par l’Amour de Dieu et amplifié par le salut du Christ, sont les préjugés et la violence, enhardi par la cupidité, vaincu.

Découvrez la Lectio Divina