Et nous, que ferons-nous de nos vacances ? …

sans-titreDans son blog hébergé par le journal La Vie, l’amie du Samaritain, sous pseudo Mahaut Herrmann, évoque ses vacances et questionne le statut de ces dernières dans sa vie le reste du temps :

« Mais qu’en reste-t-il quand nous rentrons ? Ces journées au vert ne sont-elles qu’une parenthèse dans un tourbillon quotidien, palliatif dont le souvenir et l’attente font tenir en attendant la prochaine session de vacances ? C’est être là un souhait en reprenant le travail : qu’il y ait moins d’écart entre ce qui se vit au quotidien et ce qui se vit en vacances, pour diminuer ce sentiment d’asphyxie qui se saisit du vacancier sur la route du retour. Se servir de l’expérience des vacances pour en tirer des leçons sur ce qui est essentiel à nos vies, ce dont nous aurons un besoin vital. Faire que nos vacances ne soient pas seulement une parenthèse ou une respiration passagère, mais une inspiration pour transformer une vie faite de sollicitations, d’urgence, de pression, d’exigences immédiates en une vie où nous pouvons respirer.

Le teste est à retrouver ICI.

Envoi à la fin du FRAT 2018 des lycéens

Le Père Yves-Arnaud Kirchhof, prêtre responsable du Frat des lycéens d’Ile-de-France à Lourdes (du 17 au 22 avril 2018), sur le thème « Sois sans crainte ! Il t’appelle », en lien avec la démarche synodale de consultation large et de propositions pour l’Eglise, a envoyé les jeunes vivre l’appel que le Seigneur leur adresse :

Après ce Frat, c’est maintenant le temps de faire mémoire, mémoire de ce que vous avez reçu. Tout ce que vous avez reçu au Frat, vous êtes appelés à le vivre, à l’approfondir et notamment lors de votre carrefour-retour.

Chaque humain, quel que soit ses convictions est à l’image et à la ressemblance de Dieu. Chacun est appelé à Lui ressembler. C’est-à-dire à mettre en œuvre des actions qui correspondent à la Beauté, à la Bonté, à la Justice, à la Paix… bref : à l’Amour de Dieu.

Nous l’avons entendu, le Christ vient nous sauver de nos faiblesses, il vient nous relever et chacun de vous porte comme mission de l’annoncer à ses amis, c’est l’une des propositions que vous avez faite. Si l’amour du Christ brille en vous, les autres le verront.

Lire la suite

Prière du Pape FRANÇOIS pour les JEUNES en vue du Synode 2018

Pour faire le lien entre le dimanche de prière pour les VOCATIONS (4° dimanche du temps pascal, chaque année) et le thème du Synode des évêques 2018 sur le thème « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », voici la

PRIÈRE du PAPE FRANÇOIS pour les JEUNES en vue du Synode 2018

Seigneur Jésus, ton Eglise qui chemine vers le synode tourne son regard vers tous les jeunes du monde. Nous te prions pour qu’avec courage ils prennent en main leur vie, qu’ils aspirent aux choses les plus belles et les plus profondes et qu’ils conservent toujours un cœur libre.

Lire la suite

Du Ketchup sur les frites ?

C’est la question posée à des catholiques : qu’en pensez-vous ?

Dans cet article « ketchup, frites et combat spirituel », on vous propose une réponse : une manière de parler de l’art de discerner avec finesse… ou peut-être même d’autre chose ? 😉

Et d’ailleurs, sinon, vos frites, avec un burger ou avec du poisson ?

Le monde autrement, contre les peurs

JOC93_2009À la veille du grand rendez-vous démocratique qu’est l’élection présidentielle, dans un contexte de discrédit grandissant de la parole publique et de sentiment d’impuissance face à l’état du monde, des mouvements d’Église lancent un appel, qui fait écho à celui lancé par le pape François aux jeunes lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie en juillet 2016 : « Voulez-vous changer le monde ? »

Une tribune utile à lire et partager, signée par de nombreux mouvements dont le CCFD, la DCC, les Semaines Sociales de Frances, le MCC, les EDC, l’Ordre de Malte, Pax Christi, les Scouts et Guides de France, le Secours catholique.

Et c’est à découvrir en cliquant ICI

Voter en conscience …

Logo_CVX_elections_2017-300x300La Communauté de Vie Chrétienne (CVX) propose une démarche en cinq étapes pour choisir son bulletin « en pleine conscience » aux scrutins de l’élection présidentielle, les 23 avril et 7 mai 2017. Pas de consigne de vote mais des textes, des questions et des événements pour nourrir sa réflexion.

« Comment vais-je voter en 2017 ? Comme d’habitude ? Selon mes préoccupations personnelles ? Selon mes impressions sur les candidats ? Selon l’avis de mon entourage ? »

CVX propose à ses 6.000 compagnons une façon de se préparer aux votes à venir. Il s’agit pour les membres de la communauté de spiritualité ignatienne de mener un véritable travail de discernement, car ce choix engage.

La suite est à découvrir ICI.

Voter c’est discerner

Un article publié dans La Croix hier rappelle l’apport de la doctrine sociale de l’Eglise pour les chrétiens en période électorale.

La DSE n’est évidemment pas un critère de vote unique invitant à se tourner vers un candidat et un programme. L’article resitue bien la notion de « points non négociables » dans les textes dont elle est issue : la liste de ces points recoupe différents aspects de la dignité humaine, en matière d’éthique comme en matière d’économie. Plus largement, le Pape Benoît XVI avait invité, dans les textes concernés, au « respect du bien commun ». Comme a pu le dire Mgr Jean-Luc Brunin, « voter, c’est discerner ».

En resituant la doctrine sociale sous cet angle, l’article nous invite à trois actes concrets : le discernement n’est évidement pas sans lien avec la prière, véritable nourriture du discernement. Mais ce dernier nous tourne aussi vers le dialogue, notamment entre catholiques, afin de confronter nos réflexions et d’enrichir ce temps de discernement. Enfin, on peut se demander jusqu’où doit aller le discernement autour de candidats que l’on considèrerait comme « les moins pires » et si le discernement ne doit pas se porter aujourd’hui sur l’acte du vote en tant que tel, en tous cas sur la crise politique et l’urgence d’un engagement renouvelé des chrétiens. Ces élections nous invitent à nous demander, pour reprendre les mots du Pape François, que faire pour ne pas se contenter de regarder « du balcon » ? Comment répondre autrement que par le vote à notre insatisfaction politique ?

Faites le test

Un premier test à découvrir et à partager à l’approche de la Présidentielle, pour cerner de quel candidat vous êtes le plus proche :

https://www.jevote.info/quiz/elections2017

Et si vous répondez la plupart du temps « ne se prononce pas » et que vos niveaux d’adhésion sont faibles… c’est peut-être que vous appartenez au premier parti de France : les indécis et autre orphelins de candidats correspondant à leurs idées. Même si les réponses sont parfois simplistes, le test peut-être l’occasion d’un bon exercice de discernement sur un ensemble de questions (fiscalité, éducation, défense, …).

Eplucher les programmes de la prochaine Présidentielle

15442200_1497887760225477_7043659777134640687_nA l’approche des élections présidentielles, « La Politique une Bonne Nouvelle » vous propose les 11 et 12 mars prochain un weekend d’échange, de lecture et de réflexion sur les programmes électoraux.

Au programme :

– Tables rondes avec hommes et femmes de lettres, de foi, engagées en politique, dans la cité,
 Ateliers pour approfondir les enjeux et les programmes,
– Messe et temps de relecture,
– Jeux pour retrouver le sens du politique,
– Et bien d’autres surprises …

Les infos : contact@politiquebonnenouvelle.eu  ou https://www.facebook.com/events/156435471503370/

Les conseils du Pape aux journalistes de Libération

15095465_1231254100282624_8595413284002572669_n1Enfin presque car il s’agit d’une déclaration du Pape François en septembre ! Mais au vu de la une toute récente de Libération, on repense en effet à certains propos récents du souverain pontife, à destination de l’ordre des journalistes italiens, évoqués dans les colonnes de La Croix, comme par exemple :

Le journaliste doit « respecter la dignité » de chacun, car derrière les faits, il y a des hommes et des émotions. La critique est légitime, comme la dénonciation, estime-t-il, mais elle doit toujours être respectueuse de l’autre.

Le journalisme, a soutenu le pape, ne peut pas devenir une « arme de destruction » et ne doit pas « nourrir les peurs face aux changements et phénomènes comme les migrations causées par la guerre et par la faim ».

Le pape a enfin souhaité que le journalisme soit un « instrument de construction », « un accélérateur des processus de réconciliation ». « Qu’il sache rejeter la tentation d’encourager l’affrontement, avec un langage qui attise le feu des divisions et favoriser plutôt la culture de la rencontre ».

Des propos que l’on retrouve également dans la toute récente contribution du Secrétariat de la Comece (l’Eglise en Europe) au Colloque des droits fondamentaux, organisé par la Commission Européenne, sur le thème « Pluralisme des médias et démocratie« . Entre autres, on y rappelle qu’ « il est essentiel de lutter contre l’incitation à la violence ou à la haine, y compris par référence à la religion » (plusieurs lectures …).

Il reste encore un peu de boulot …

Les hobbits, les catholiques et la vie citoyenne

fabrice-hadjadj-philosophe_articleDans une très intéressante interview donnée à Famille chrétienne, le philosophe Fabrice Hadjadj donne de la perspective à notre discernement citoyen en le ramenant dans le champ du réel (le moindre mal, compris au bon sens du terme), dans une histoire humaine, dans un service du bien commun et dans une liberté aussi. Au-delà du vote, il donne à voir comment notre engagement citoyen peut s’incarner dans des actions de proximité. Il y cause aussi des hobbits et du Mordor …

Certains catholiques pourraient rêver de voir le pape au pouvoir : c’est là que serait la résignation, dans cette confusion du spirituel et du temporel, qui est sans doute pire que leur séparation complète, car elle consiste en un refus du domaine politique dans son autonomie relative, et, plus grave encore, dans un mimétisme avec la théocratie islamique. D’autres pourraient au contraire se dire que nous pouvons nous en moquer, que l’État n’est pas le Royaume, et qu’il faut le laisser en proie au monde et au démon jusqu’au Jugement dernier : là encore, ce serait se résigner, et ne pas être assez fort pour discerner et inventer des voies difficiles, sinueuses, périlleuses mêmes, mais nécessaires, entre le Ciel et notre terre.

(Crédits photo : J. Melin)