Dîner en blanc (Questions pour l’Evangile du dimanche du St Sacrement B)

En ce dimanche du St Sacrement du Corps et du Sang du Christ B, le récit des préparatifs et de la Cène selon St Marc (Marc 14, 12-16.22-26).


Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
– Quels sont mes préparatifs pour participer à la messe? [Qu’est-ce que j’apporte de ce que j’ai vécu pendant la semaine? Est-ce que je prends le temps de lire les textes à l’avance?]
– Quels sont mes motifs d’action de grâce?
– Quelle place a l’Eucharistie dans ma vie? Est-elle une nourriture? une prière? porte-t-elle des fruits? Que m’apporte-t-elle?
– Comment l’Eucharistie est-elle une préparation au banquet eschatologique (= de la fin des temps)?
– Comment l’Eucharistie est-elle pour moi un envoi au nom et avec toute l’Église dans le monde?
Pour les couples, qui sont comme les 2 disciples que Jésus envoie faire les préparatifs, et les (grands-) parents :
– M’arrive-t-il de passer du temps pour préparer une surprise à celui/celle que j’aime?

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Aujourd’hui, nous vous invitons avant tout à relire les textes du 4ème dimanche de Carême de l’année B ! Et ce ne sera pas tout à fait une homélie mais un commentaire nourrissant de l’extrait d’Evangile proposé à notre méditation par le p. Michel Kobik, sj.

« Croire et vivre s’associent dans la mesure où la foi est la confiance accordée à ce Fils de l’homme « élevé » pour sauver la vie en donnant la sienne. Pour vivre, il s’agit d’accorder sa confiance à celui qui prend la place du serpent d’airain et en meurt. La morsure du serpent de la Genèse – le mensonge – n’est mortelle que si on préfère le croire, plutôt que le Fils de l’homme.
La finalité est claire: il s’agit que le croyant ait la vie éternelle, une vie qui ne s’arrête pas avec la mort. Le motif est déclaré: l’amour de Dieu pour le monde, comme déjà pour le peuple de Moïse. Le moyen nécessaire fait apparaître une équivalence entre le Fils de l’homme et le Fils unique, mais aussi entre l’élévation et le don. Le Dieu qui aime le monde donne son Fils unique et l’« élève », comme le suggère le verbe au passif. L’« élévation » du Fils unique est un don par amour du monde. La foi en ce Fils unique donné, « élevé » devient une réponse à l’amour, et la naissance nouvelle une histoire d’amour. Il s’agit de croire en l’amour de Dieu. La foi, l’amour et la vie ont partie liée. »

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Quand Jésus « pique une colère » et qu’il enchaîne par parler destruction et construction de sanctuaire dans délais intenables, pas facile de commenter ses actes ! Du coup, après avoir lu les textes de ce 3ème dimanche de Carême année B (que vous pouvez retrouver ici), nous sommes allés demander l’aide de saint Augustin dans son « Traité X » (dont un extrait de l’homélie constitue d’ailleurs la lecture patristique de l’office des lectures du jour, que vous retrouverez donc ici partiellement).

Image rare : saint Augustin peint sur le vif par Sandro Botticelli alors qu’il se demandait ce qu’il allait pouvoir dire de la part de Dieu aux lecteurs du Samaritain

 » «Alors les disciples se souvinrent qu’’il était écrit: Le zèle de votre maison m’’a dévoré ». C’est, en effet, par le zèle de la maison de Dieu que le Seigneur chassa du temple ces vendeurs. Mes frères, que chaque chrétien, puisqu’il est membre du Christ, soit dévoré du zèle de la maison de Dieu. Qui est-ce qui est dévoré du zèle de la maison de Dieu ? Lire la suite

Tentation n’est pas qu’un parfum

En ce 1° dimanche de Carême B, Jésus est poussé par l’Esprit Saint au désert (Marc 1, 12-15) où il va vivre un combat avec celui qui veut « tester » notre condition de disciple, c’est-à-dire de fils et de filles de Dieu.

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours.

Marc est très discret sur les épreuves au désert. Retenons avant tout, que Jésus est poussé au désert par l’Esprit qui continue à reposer sur Lui. Il est le Messie, le Christ, l’Oint de Dieu, Celui qui a reçu l’Esprit. Les anges le servaient. Il sort vainqueur des tentations. Nous avons droit aux premiers mots de Jésus dans cet Évangile (v. 15). Il accomplit les promesses messianiques. La 2° phrase sonne comme en écho à l’appel de conversion entendu mercredi dernier lors de l’imposition des cendres…
Voici quelques questions pour l’Evangile de ce dimanche :

Lire la suite

J-3 avant le Mercredi des Cendres

A partir du Mercredi des cendres, Le Samaritain va élargir ses propositions avec des questions sur l’Evangile du dimanche pour faire le lien avec sa vie de baptisé et de disciple-missionnaire. Et des deux questions spécifiques en lien avec son travail, sa vie de couple et de famille, et pour les adolescents.

Dimanche soir, c’est homélie !

Alors que l’évangile selon saint Marc qui est offert plus spécialement à notre méditation cette année ne cesse de multiplier les « aussitôt » rapides, il est peut-être bon d’écouter les commentaires des grands orants que sont les Carmes. Voici donc l’homélie que faisait un frère de cet ordre sur le même évangile en 2006. Dans tous les cas, n’oubliez pas « aussitôt », afin que votre lecture soit nourrissante, de retrouver les lectures de ce 5ème dimanche du Temps ordinaire (année B) par ici

« Allons ailleurs » 

Lire la suite

Dimanche soir, c’est homélie !

Pour commencer cette nouvelle série de l’homélie du dimanche soir, soyons catholiques corporate et citons l’homélie proposée par le p. Jacques Fournier sur le site de la  Conférence des évêques de France  !  Pour retrouver les textes du 4ème dimanche du temps ordinaire année B, c’est par ici, sur le site de l’AELF.

Légende : ton curé en train de préparer son homélie (Bon, en fait, non, d’accord, c’est saint Jérôme peint par le Caravage)

Qui est Jésus ? Plus qu’un scribe, plus qu’un prophète ! 

 

« Jésus vient d’appeler les premiers disciples et ensemble ils pénètrent à Capharnaüm. Ils vont l’entendre enseigner, pour la première fois, à la synagogue, le lieu de réunion de la communauté à l’écoute de la Parole transmise par la Loi et les Prophètes.

Lire la suite

Repos dominical ?

« Pendant son audience générale du mercredi, le Pape François a rappelé aux croyants : ‘La célébration dominicale de l’eucharistie est au centre de la vie de l’Église’, le moment d’aller rencontrer le Seigneur.

L’abstention dominicale de travail n’existait pas dans les premiers siècles et qu’il s’agit d’un apport spécifique du christianisme. Par tradition biblique, le repos des Hébreux est le samedi, alors que chez les Romains, ‘il n’était pas prévu un jour hebdomadaire d’abstention de travailler’.

Lire sur linfo.re

La Royauté qui s’apprend au chevet des plus pauvres

Pour la fête du Christ Roi, le pape a proposé une méditation lors de l’Angelus sur le service des plus petits.

« À la fin de notre vie, nous serons jugés sur l’amour, c’est-à-dire sur notre engagement concret d’aimer et de servir Jésus dans nos frères les plus petits et les plus dans le besoin. » 

En lire davantage sur le site de Radio Vatican

Repos dominical ?

Zones

On aimerait que l’échec économique ne soit pas la raison de fond du maintien du repos dominical… mais ce bilan « mitigé » serait-il dû aussi au bon sens de Français préférant maintenir un jour de repos commun, savourant ainsi ensemble un rythme différent de la semaine, et ne tombant pas dans le piège consumériste ?

Reste que seules les grandes chaines peuvent se permettre de faire travailler leurs salariés le dimanche, que cela leur permettra d’étouffer un peu plus le petit commerce de proximité, avec comme bilan plus de caisses automatiques, moins de contacts humains, et globalement moins d’emplois. Et que ces chaines n’hésiteront pas à imposer à leurs enseignes réfractaires des pénalités pour accélérer le mouvement.

Un an après, le bilan mitigé des ouvertures du dimanche