Je danserai pour Toi

capture« La forme, qui associe un humour de café-théâtre avec un jeu en permanence chorégraphié, fait rire en permanence et sans le moindre irrespect. Comment résister à des saillies telles que « je tombe nez à nez avec les yeux d’un Indien assis en tailleur et en slip qui a l’air de s’en foutre de ses bourrelets, et je suis comme transpercée par la douceur de son regard » ou « je traverse Paris à vélo tous les jours pour me rendre à la messe… à trois kilomètres de chez moi et ça grimpe. Du coup, jackpot, j’hérite d’un cul de Brésilienne ».
Par ailleurs, le fond est bien là. En vrac autant qu’en passant, on a droit au fait que le corps et l’âme ne font qu’un, à la puissance de la prière, au fait que dans l’Évangile tout n’est que souffle, rythme et déplacement, à saint Séraphim de Sarov… »

Voir plus sur Holybuzz…

Une jeune fille de 90 ans

C’est le nom d’un magnifique documentaire de Valeria Bruni Tedeschi et Yann Coridian. Au service de gériatrie de l’hôpital Charles Foix d’Ivry, Thierry Thieû Niang, chorégraphe de renom, anime un atelier de danse avec des patients malades d’Alzheimer. Par la danse, des vies se racontent, des souvenirs s’égrènent plein de regrets, d’amertumes, d’éclats de joie, de solitudes. Blanche Moreau, 92 ans, tombe alors amoureuse du chorégraphe. Ce simple fait étant en soi une chose folle, Blanche n’a plus rien de délirant et ressuscite littéralement : sa maladie est devenue tout simplement la maladie de l’amour. Le documentaire devrait prochainement être diffusé sur Arte.

Le chorégraphe Thierry Thieû Niang et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi étaient les invités de l’émission L’heure bleue sur France Inter ce soir pour parler de film. Thierry Thieû Niang y présentait d’ailleurs son spectacle « au coeur » mettant en scène toujours des enfants du Grand Avignon, là encore autour de la danse. Pour réécouter cette émission si pleine de belles choses, c’est sur France Inter.