Si l’État est prêt à faire des martyrs, il y aura plein de candidats

Secret de confession versus Obligation de dénoncer : l’Australie a choisi son camp. Ses prêtres aussi !

On June 7, the Legislative Assembly of the Australian Capital Territory (ACT) passed legislation, backed by every political party in the chamber, extending mandatory reporting of child abuse to churches and church activities, including the Catholic confessional, starting March 31 of next year. South Australia will begin enforcing a similar law in October.

Portofessionnal ?

« Le zèle de ta maison me dévore » (ps. 69) !!! 

Vu sur Facebook

(Source : http://www.joeyskaggs.com/html/port.html)

Se préparer le cœur à Noël

Photo Diocèse de Dijon

Pour beaucoup de fidèles, l’approche des grandes fêtes est une belle occasion de vivre le sacrement du pardon. Ainsi, les paroisses organisent des célébrations pénitentielles, élargissent leurs horaires de permanence, ou prévoient des « journées du pardon ».

Un prêtre du diocèse de Dijon évoque le « « retour » des fidèles, depuis une bonne dizaine d’années, vers le sacrement de réconciliation », et le travail des consciences qu’il observe, dans ce sacrement aujourd’hui mieux compris, et mieux vécu.

C’est à lire ici.

24h pour le Seigneur

« Le pape François a invité toutes les communautés catholiques du monde à vivre ‘avec foi’ les ’24h pour le Seigneur’ organisées les 23 et 24 mars 2017.

Lors de l’audience générale du 22 mars, place Saint-Pierre, le pape a en effet évoqué cette initiative promue par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation sur le thème ‘Je veux la miséricorde’ (Mt 9,13).

L’événement prévu dans de nombreux diocèses entend faire ‘redécouvrir le sacrement de la réconciliation’, a rappelé le pape : ‘Je souhaite que cette année aussi ce moment privilégié de grâce sur le chemin du carême soit vécu dans beaucoup d’églises pour expérimenter la rencontre joyeuse avec la miséricorde du Père, qui accueille tout le monde et qui pardonne' ».

Lire plus sur zenit.org

« Confessions uniquement le lundi et le mercredi »

Confesser est une véritable une priorité pastorale. S’il vous plaît, qu’on ne voit pas ces panneaux « Confessions uniquement le lundi et le mercredi, de telle heure à telle heure ». Les gens doivent pouvoir se confesser quand ils le veulent.

Quand vous êtes dans votre confessionnal à prier, quand vous êtes tenez ouvert votre confessionnal, c’est le Cœur de Dieu qui est ouvert.

Pape François

 

Il est urgent de se confesser

Capture FC« La confession transformera une plainte un peu vaine en recherche lucide de notre vraie responsabilité, pour nous aider à en sortir. Parce que nous ne voulons pas être plus longtemps complices du mal qui s’insinue partout  : le mal, nous le voyons s’étaler partout, dans la violence déchaînée, dans la pornographie envahissante, dans les couples qui se déchirent, dans les enfants mal aimés, etc., mais nous savons qu’il a aussi son siège dans nos cœurs, dans notre lâcheté, notre égoïsme, nos calculs sordides. Commençons par balayer devant notre porte… »

Lire le père Gitton dans France Catholique

Avant Noël, se réconcilier

ConfessionsLa préparation de Noël, préparatifs matériels mis à part, est une période propice à la prière, au ressourcement… et aussi à la réconciliation ! Beaucoup de diocèses proposent des « journées du pardon », « soirées miséricorde » ou cérémonies pénitentielles « spécial Noël ». Le blog des jeunes cathos a dressé une liste (non exhaustive).

N’hésitez pas à faire la démarche de ce sacrement, source de paix profonde.

« Va au fond de ton péché »

Pape François Ste MarthePour nous aider à nous préparer à Noël, le pape François a parlé dans une homélie de l’importance de se confesser « à fond », sans tricher. Quand Jésus nous a pardonné, il « a fait une transformation. (…) Il a tout changé de l’intérieur ! Il a changé par une re-création : Dieu avait créé le monde ; l’homme est tombé dans le péché ; Jésus vient re-créer le monde (…) il recrée l’homme de pécheur à juste (…). » Le pape François a encouragé à « aller au fond de nos péchés et les donner au Seigneur, pour qu’Il les efface » : confesser « mes péchés, avec nom et prénom : j’ai fait cela, cela, cela et j’en ai honte dans mon cœur ! Et j’ouvre mon cœur : ‘Seigneur… Recrée-moi !’ ». C’est à lire sur Zenit.

 

 

« Un président ne doit pas autant se confesser »

Claude Bartolone explique à La Provence

Un président doit entretenir le feu sacré de la République. Un président ne doit pas autant se confesser. Le devoir de silence fait partie de sa fonction. Il doit être à tout moment le garant de nos institutions.

Le Pape François n’est pas d’accord :

N’ayez pas peur de la confession ! Quand on fait la queue pour se confesser, on sent tout cela, et la honte aussi, mais après, quand la confession est terminée, on sort libre, grand, beau, pardonné, blanc, heureux. C’est cela qui est beau dans la confession ! Je voudrais vous demander – mais ne le dites pas à voix haute, que chacun réponde dans son cœur – quand est-ce que tu t’es confessé, quand est-ce que tu t’es confessée pour la dernière fois ? Que chacun réfléchisse… Il y a deux jours, deux semaines, deux ans, vingt ans, quarante ans ? Que chacun fasse le compte, mais que chacun se dise : quand est-ce que je me suis confessé pour la dernière fois ? Et s’il y a longtemps, ne perds pas une journée de plus, vas-y, et le prêtre sera bon. C’est Jésus qui est là, et Jésus est meilleur que les prêtres, Jésus te reçoit, te reçoit avec beaucoup d’amour. Sois courageux et va te confesser !

Moi, je vous dis : chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous serre dans ses bras, Dieu fait la fête !