Un oecuménisme bien en chaire

Non, il n’y a pas de faute d’orthographe dans le titre de ce billet : il s’agit bien de la création d’une chaire de théologie oecuménique au Centre Sèvres : « Cette chaire propose des enseignements qui permettent de mieux connaître les Églises chrétiennes dans leur diversité, les avancées du dialogue œcuménique, les perspectives nouvelles qui se dessinent pour l’avenir. Sa visée essentielle est de faire réfléchir sur la portée théologique des questions ainsi rencontrées et, par là, de contribuer pour sa part à la communion des Églises ».

Anne-Cathy GRABER, c.c.n. et Michel FÉDOU, s.j., titulaires de cette chaire la présentent dans cette courte vidéo :

Les neurosciences sont-elles la clef ?

Un colloque a eu lieu au Centre Sèvres autour de cette importante question : « la liberté humaine au défi des neurosciences : perspectives philosophiques et théologiques »

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez l’écouter désormais sur le site !

Choeur parlé : Passion(s)

Vendredi 4 mai à 19h30 au Centre Sèvres

« Il s’agit d’un travail profond sur l’être, la présence, l’écoute, l’espace pour faire corps ensemble. Le Centre Sèvres est un lieu idéal pour être à cet endroit-là de la rencontre avec l’autre, avec les autres. Trois passages de l’Evangile de Jean seront portés, chantés et dansés dans une dynamique de création collective. La restitution publique fera entendre la puissance des récits portée par le choeur. »

Quel monde commun voulons-nous pour demain ?

Avec les Etats généraux de bioéthique, de quel modèle de société voulons-nous ?

C’est la question que se pose le p. Bruno Saintôt (s.j.), responsable du département de bioéthique au Centre Sèvres dans un billet explicitant deux de ces modèles.

« Les questionnements sur chacun des dossiers bioéthiques pourraient nous obliger à travailler, devant les urgences du temps, à un nouvel humanisme. Encore faut-il ne pas les traiter uniquement comme des points techniques, mais nous aider à en mesurer les enjeux collectifs : quel monde commun voulons-nous pour demain ? C’est bien de cela dont il est question. »

L’université et les pauvres

« La Journée Mondiale des Pauvres (le 19 novembre), proposée par le pape François, a-t-elle quelque chose à dire aux universités ? Entre ceux qui vivent dans la plus grande précarité, au jour le jour, dans les angoisses et la honte, et le monde universitaire aux langages et problématiques très élaborées, soucieux de prendre de la distance vis-à-vis de l’immédiateté, peut-on imaginer plus grand antagonisme ? Ne s’agit-il pas de deux planètes qui s’ignorent à peu près totalement ? L’une brillante de tous les feux de l’intelligence et l’autre qui ressemblerait plutôt à un trou noir… »

Billet d’Étienne Grieu sur centresevres.com

Les grands moments de l’histoire de l’Église

Capture« L’Église ne peut se comprendre elle-même et avancer vers son avenir sans faire mémoire de son passé. Le parcours montrera comment elle est née et quelles ont été les grandes étapes de son histoire : les communautés des premiers siècles, la chrétienté médiévale, le temps des Réformes, l’histoire des missions, l’Église des XIXe- XXe siècles avec le tournant de Vatican II, les évolutions jusqu’à nos jours ».

Formation sur 8 mercredis, du 25 janvier au 22 mars, au Centre Sèvres

Voir plus…

Essayons de contempler nos vies différemment

capture« Ce temps de l’Avent qui commence vient dire à nos vies qu’il faut consentir à l’attente, à la distance pour que quelque chose de juste et de vraiment nouveau survienne dans nos existences. En somme, il nous faut des avents dans le rythme des jours pour que le plus important puisse émerger. Il ne s’agit pas de se dérober au réel qui nous attend avec ses vraies urgences, et ne supporte pas les fuites même habillées de vernis spirituel. Il s’agit de vivre le réel pour que celui-ci soit le lieu d’une arrivée, d’une venue ; pour que dans la juste distance que l’on met avec toutes choses, nous puissions laisser de l’espace à Celui qui fait toutes choses nouvelles (Apocalypse, 21,5) ».

À lire au Centre Sèvres…

Bernanos, Thérèse de Lisieux, Dostoïevski, Jean Sulivan…

capture2« Souvent commencée comme une entreprise d’ascèse, de maîtrise de soi, l’expérience spirituelle ne peut s’accomplir que dans une forme de lâcher prise. En témoignent la littérature spirituelle et la littérature tout court. Parmi les écrivains convoqués, Bernanos, Thérèse de Lisieux, Dostoïevski, Jean Sulivan. Exposés, lectures de textes et projections.
Avec le père Dominique Salin, s.j. »

Session à Chartres, les samedi et dimanche 3-4 décembre…