Désespérer ? Non et en plus pas pour de mauvaises raisons [carte postale]

Image-1Il est bien des raisons – hélas – d’être triste ou de maugréer sur tout ce qui ne va pas. Pourtant, tout ne va pas si mal et notre obstination à nous concentrer sur de faux objets de désespérance pompe peut-être l’énergie que nous pourrions proposer à des perspectives d’avenir ou, simplement, à voir parfois ce qui va bien. C’est l’objet de la tribune en juillet de Nicolas Kirkitadze, qui revient sur quelques fausses raisons de désespérance et quelques raisons de croire en l’avenir en France.

Seuls 29% des Français sont optimistes selon un sondage Ipsos paru en septembre, ce qui fait de la France le deuxième pays le plus pessimiste après le Japon. Mais c’est déjà un grand pas en avant puisque ces dernières années le taux d’optimisme oscillait entre 15 et 20%, alors que la moyenne mondiale est de 41%. Pourtant, quand on demande aux Français s’ils sont heureux, surprise ! 85% répondent « oui » (même si parmi eux 45% disent « oui mais moins qu’avant »). Le Français est donc globalement heureux dans sa vie mais persiste mordicus à penser que « tout va mal ». […]
Il faut [à la France] retrousser les manches, renoncer à son passéisme et lever la tête pour regarder devant soi avec confiance… et peut-être regarder d’autres pays pour avoir la preuve que nous n’allons pas aussi mal que nous aimons à le fantasmer dans une jouissance morbide bien franchouillarde.

Lire la suite

Des scouts et des réfugiés en marche ensemble [carte postale]

thumbnail_image1Ils sont 60 : réfugiés, bénévoles au sein du Service jésuite des réfugiés France, Scouts et Guides de France à avoir partagé une semaine de vacances dans le Vercors. Au programme : découverte de soi… et de l’autre.

« C’est la première fois que nous organisons des vacances sous ce format-là et je dois dire que ça a été une superbe aventure », confie Marie-Ombeline Amiot, une des co-organisatrices de l’événement. Hébergé dans une maison du diocèse de Grenoble, le groupe a repris les « principes scouts » pour organiser son séjour. « Nous nous sommes répartis en équipes afin de nous partager les tâches et les animations comme la veillée », explique Marie-Ombeline Amiot.

 Une belle histoire qui aide à prendre du recul sur certaines polémiques du moment à retrouver ICI

[L’équipe du Samaritain – et nous le souhaitons le plus possible d’entre vous – a pu prendre des vacances et parfois quitter ses terres habituelles. Loin de nos claviers, nous avons néanmoins découvert de belles histoires dont nous nous sommes dit que nous pourrions les partager avec vous sous forme de « cartes postales », séquence que nous vous proposons pour les prochaines semaines. Trouver de l’espérance, de la confiance et de l’énergie quand la rentrée nous fait retrouver la complexité et parfois la dureté du monde… Vous avez des cartes postales à nous suggérer ? Ecrivez au plus vite pour que nous les partagions dans ces pages !]