Nous sommes témoins…

Dans La Croix, tribune de Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois, ancien évêque auxiliaire de Lyon, Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, ancien vicaire général de Lyon, Pierre Durieux, ancien directeur de cabinet du cardinal Barbarin.

 

Je vous salue Marie

C’est le mois de Marie, le cardinal Barbarin revient avec enthousiasme sur l’Ave :

Le mot le plus beau de tous a été traduit Pleine de grâce, Comblée de grâce… il n’y a pas une ombre, il n’y a pas en elle la moindre trace de ténèbre. La plus belle traduction que je connaisse est Chef d’œuvre de la grâce

Le défi de Mgr Barbarin pour le Carême

Mgr Barbarin relève lui-même un défi : faire une série de vidéos sur l’Ancien Testament. Il en propose un autre : lire un livre de l’Ancien Testament pendant le Carême. A vrai dire, le Carême n’est pas forcément avant tout un temps de privation, mais peut-être surtout un temps de rapprochement avec Dieu. So…

Remise du prix de poésie du diocèse de Lyon ce 8 décembre !

Comme chaque année, et avec un cœur toujours renouvelé, les Lyonnais fêtent l’Immaculée Conception. Le programme est disponible sur le site du diocèse, avec l’habituelle procession à 18h30, et la messe des jeunes à 20h. A noter pour cette année, la remise de prix pour le concours de poésie organisé par le diocèse en hommage à la Notre Dame de Fourvière, sur le parvis de la Basilique, à 19h30. Lire la suite

Pensée du jour

Nous, les chrétiens, sommes un surgeon, un greffon, et par la dimension universelle du salut offert en Jésus-Christ, nous avons reçu ce que la liturgie latine appelle l’israelitica dignitas, c’est-à-dire cette dignité d’appartenir maintenant à « la race choisie, la nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu » (1 Pierre 2).

Philippe, cardinal Barbarin

Lyon, François et Benoît

« Le célibat sacerdotal et Amoris laetitia ont été à l’ordre du jour de l’échange entre le pape François et les prêtres de Lyon, rapporte Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon : ‘Le Saint-Père est arrivé avec une feuille blanche et un crayon. Dans une attitude d’écoute comme un Père qui accueille ses enfants, cette rencontre avec le pape François était d’une grande gratuité' ».

Entretien avec Mgr Gobilliard sur zenit.org

Nouveau classement sans suite pour le cardinal Barbarin

Le diocèse de Lyon a pris officiellement connaissance du classement sans suite rendu le 11 décembre 2016 par le procureur de la République de Lyon au bénéfice du cardinal Philippe Barbarin, « l’enquête n’ayant démontré aucune infraction pénale à l’encontre de l’intéressé  ».

Cette enquête avait été ouverte après la plainte déposée le 14 février 2016, à l’encontre du cardinal par une personne présentée dans la presse comme un « haut responsable du Ministère de l’Intérieur » pour non dénonciation d’agressions sexuelles et pour non-assistance à personne en danger en marge des faits reprochés à l’abbé Jérôme Billioud en 1990 et 1993.

Le parquet de Lyon a estimé qu’il n’y avait pas d’infraction parce que le plaignant avait 17 et 20 ans au moment des faits, et parce que le cardinal Barbarin qui l’a rencontré seulement en 2009, a conseillé à cet homme, devenu majeur, de déposer plainte, ce que l’intéressé a fait. Lire la suite

Taper sur les cathos, c’est amusant et sans danger

« Le cardinal Barbarin, prélat pénible, avait fait l’objet l’année dernière d’un joli lynchage, mais qui surprise, ne fut que médiatique. Parce que la Justice refusa de se laisser instrumentaliser et intimider. Et appliqua le droit. Oui oui, ça arrive. Donc ferme classement sans suite des plaintes fantaisistes, après une enquête préliminaire fouillée. Malgré les interventions intempestives de membres du gouvernement socialiste, en particulier Manuel Valls, et une campagne de presse acharnée. L’objectif n’était pas de poursuivre et de faire condamner les prêtres ayant commis des abus sexuels. Mais bien de faire un carton sur une autorité ecclésiastique ».

Régis de Castelnau sur vududroit.com

« Noël est un message de paix et nous vivons la violence »

LP / Olivier Lejeune
LP / Olivier Lejeune

Extraits de l’intervew de Mgr Barbarin dans Le Parisien

Comment être heureux en ce jour de Noël alors que nous vivons tous avec l’angoisse de l’attentat ?

Mgr Barbarin. Noël est un message de paix et nous vivons la violence. Il y a plus de 2000 ans, une jeune femme s’avance vers Bethléem avec son bébé dans le ventre : elle a plus de 100 kilomètres à parcourir à dos d’âne, tout cela parce que l’occupant romain a décrété qu’il fallait faire un recensement de la population. Partir ainsi à l’autre bout du pays, c’était déjà aussi une situation de violence ! Marie va alors mettre au monde «le prince de la paix», comme l’appelle le prophète Isaïe, qui a donné le plus beau titre de Jésus. Cela tombe bien, la paix, c’est vraiment ça dont on a tous le plus besoin aujourd’hui.

Quel message adressez-vous aux fidèles mais aussi aux non-croyants ?

Même si vous ne croyez pas en Dieu, fortifiez votre espérance car elle risque encore d’être mise à mal. Quand une personne ne sait plus où elle va, elle erre comme une âme en peine. L’espérance chrétienne, c’est ce qui nous tient. Ce n’est pas l’idée selon laquelle ça ira mieux demain mais c’est la certitude que, quoi qu’il arrive, Dieu ne vous abandonnera pas, et que vous restez dans sa main. Je souhaite bien sûr la joie de Noël à toutes les familles, c’est une fête qui s’est étendue au-delà des chrétiens et j’en suis très heureux.

[…]

Une crèche de Noël a-t-elle sa place dans une mairie ?

Le conseil d’Etat s’est prononcé, il a répondu que oui si elle s’inscrit dans un environnement culturel et festif. Se bagarrer pour une crèche dans un lieu public est une petitesse française. Moi, mon problème est ailleurs : je préfèrerais qu’on s’insurge un peu plus pour toutes ces «crèches vivantes» d’aujourd’hui, que je vois dans mes paroisses de banlieue, à Bron ou à Villeurbanne, avec des gens qui dorment sous une bâche à côté de l’autoroute !

Les parlementaires ont adopté début décembre un texte visant à pénaliser les sites internet diffusant des informations «biaisées» sur l’avortement. Qu’en pensez-vous ?

C’est le début de la police de la pensée. On a quand même le droit de ne pas être d’accord. Il ne faut pas restreindre les libertés. S’il y a vraiment des erreurs et des mensonges véhiculés par ces sites, qu’on les montre ! Mais que ces plateformes disent : faites attention, car il y a souvent de graves conséquences psychologiques à un avortement, où est le problème ? Ces grandes souffrances, je les ai entendues cinquante fois ! On a le droit d’exprimer une vérité fréquemment constatée.

 

Une nouvelle crosse pour Mgr Barbarin

m-gr-barbarin-a-recu-sa-crosse-des-mains-de-son-confectionneur-marko-markic-photo-nicolas-forquet-1480029891
Mgr Barbarin et Marko Markic – photo Nicolas Forquet – Le Progrès

Le Progrès présente la nouvelle crosse de Mgr Barbarin

Elle s’était cassée en 2011. Le cardinal était alors en visite à la paroisse de Meyzieu, lorsque sa crosse en bois de palissandre, offerte lors d’un voyage à Madagascar, avait glissé malencontreusement sur le sol avant de se briser. Le père Don Édouard de Vregille, curé de la paroisse, avait alors pris l’engagement d’en offrir une nouvelle à Philippe Barbarin. Cinq ans plus tard, la promesse est tenue. La nouvelle crosse de l’archevêque de Lyon a été confectionnée par une entreprise de Meyzieu. Le prélat est venu récupérer le précieux objet, ce jeudi matin, avant de bénir les lieux et les salariés.

 

Mgr Barbarin : « il n’est pas possible de laisser une seule personne mourir à nos portes »

saintfrancoisdassise  Le cardinal Barbarin a publié ce mardi un communiqué dans lequel il estime impossible « de laisser mourir une seule personne à nos portes », dans un communiqué sonnant comme une réponse à certaines déclarations politiques sur les migrants. « Il ne s’agit pas d’un débat politique, mais d’une urgence humanitaire vitale: nécessité fait loi. Aux responsables politiques, il revient de faire un juste usage des frontières et de veiller au respect de la dignité humaine », a-t-il ajouté.

 

Saint-François d’Assise, 4 octobre 2016

Voyant autour de lui les dérives de l’argent, François d’Assise a décidé d’épouser « Dame pauvreté ». II a trouvé dans cette radicalité une joie nouvelle, une lumière qui rayonne encore huit siècles plus tard, comme l’a montré le récent rassemblement d’Assise, le 20 septembre, autour du pape François et de la communauté Sant’Egidio.

Beaucoup de nos contemporains n’ont pas choisi cette pauvreté, je pense aux millions de chômeurs qui vivent une des grandes souffrances de notre pays, à tous ceux qui connaissent une très grande précarité, un logement indigne… Ils sont véritablement devenus prisonniers de la misère. Comment ne pas penser, en particulier, aux migrants du Moyen-Orient, du Sud et de l’Est, qui arrivent dans nos pays occidentaux ?

Lire la suite