C’est aussi la saint Dominique !

Alors, en ce 8 août, nous fêtons une belle fête à tous les fils et filles de saint Dominique. Pour cette occasion, les Dominicains de Bordeaux proposent une belle visite de leur église à 360° sur Facebook… Pas mal, non ? A donner envie de louer, de bénir et de prêcher !

Pour aller plus loin, un extrait des actes de sa canonisation : « En toute circonstance, par des paroles et sa conduite, (Dominique) se montrait un homme évangélique. Pendant la journée, avec ses frères ou ses compagnons, personne n’était plus simple et plus joyeux. Pendant la nuit, personne n’était plus adonné à toutes sortes de veilles et de prières. Il ne parlait guère qu’avec Dieu, dans l’oraison, ou de Dieu, et il exhortait ses frères à en faire autant. »

Un deuxième évêque auxiliaire à Bordeaux

Le pape François a nommé Mgr Jean-Marie LE VERT, jusqu’à présent évêque émérite de Quimper, évêque titulaire de Briançonnet et auxiliaire de l’archevêque de Bordeaux.

Mgr LE VERT n’est pas un inconnu chez nous puisqu’il réside depuis trois ans sur le diocèse de Bordeaux, même si les différentes missions qui lui ont été confiées l’ont souvent amené à se rendre en dehors de la Gironde. Il suivait depuis deux ans la formation des jeunes prêtres du diocèse. Il apportera son concours à la mise en œuvre de notre synode diocésain.

+ Jean-Pierre cardinal Ricard 

« Une église moderne et chaleureuse ! »

C’est la première église bordelaise du XXIe siècle, la première construite depuis 40 ans en Gironde :  l’église Notre-Dame-du-Lac a officiellement ouvert dimanche matin, quartier Ginko, entre les Aubiers et Bordeaux-Lac, avec la cérémonie de consécration présidée par le cardinal, Mgr Jean-Pierre Ricard

Reportage de France Bleu

Protestant ou catholique ? Bordeaux ou Bourgogne ?

« Être bordeaux ou bourgogne, oui, c’est un clivage majeur de la France, mais aussi de l’Europe et du monde. Les amateurs qui disent préférer le bourgogne sont radicalement différents de ceux qui disent aimer le bordeaux. Plus qu’un choix culturel, c’est une guerre – pacifique – de religion. Il y a, d’ailleurs, un aspect religieux au sens propre derrière cette séparation entre la Bourgogne catholique et Bordeaux la protestante ».

Tout savoir sur les éléments du choix dans Les Échos