Contrôle des naissances, avortements sélectifs et déséquilibre des sexes…

En Asie, le contrôle des naissances et les avortements sélectifs ont des conséquences catastrophiques. Et ce n’est pas une organisation pro-life qui le dit… c’est Arte ! On estime qu’il manque environ 200 millions de femmes pour assurer l’équilibre entre les sexes. En Chine, un garçon sur cinq qui naît aujourd’hui ne pourra pas se marier. Pour enrayer ce phénomène, la loi indienne a bien interdit de déterminer le sexe des bébés avant leur naissance, mais un marché parallèle de l’échographie s’est développé…

Une enquête à voir en replay.

Inventer une nouvelle culture de vie. #IVG #Avortement #Irlande

Est-il possible de tirer des leçons raisonnables à la suite du référendum qui vient d’approuver en Irlande, à une majorité des deux tiers, la fin de l’interdiction de l’avortement ? Face à un tel raz-de-marée, les défenseurs de la vie risquent de sombrer dans le découragement. Et cela d’autant plus que les mécanismes qui ont entraîné un vote aussi massif semblent, à vue humaine, irrépressibles.

Les défenseurs de la vie sont donc face à un formidable défi. Il n’ont aucune chance de gagner sur le terrain législatif, dès lors qu’ils ont perdu l’opinion. Or, toute évolution ne peut s’opérer que par la sensibilisation de l’opinion, qui, aujourd’hui, ne ressent que certains dommages, d’ailleurs non contestables, de l’interdiction de l’avortement. Inventer une nouvelle culture de la vie, tel est le seul objectif raisonnable. Mais il faudra du temps pour rendre évidente à la conscience la réalité de la vie naissante. Une vie naissante qui, quoi qu’on en dise, se trouve cruellement interrompue par l’acte abortif.

Gérard Leclerc, sur Radio Notre-Dame

Conserver à la vie sa valeur suprême

Un évêque cite Simone Veil, et avec un V, pas un W ! Il s’agit de Mgr David Macaire, et certes la phrase sonne bien : Conserver à la vie sa valeur suprême.

« ‘Nous n’avions pas le choix’. C’est par cette phrase terrible qu’un jeune couple voulut m’expliquer pourquoi il avait choisi d’interrompre une grossesse… Si les mots ont un sens, que veut dire cette phrase ? Mme Veil ne disait-elle pas en 1974 que ‘cela restera toujours un drame’ !? Ne pas avoir le choix c’est être contraint !? Mais alors qui a contraint ce couple ? N’était-il pas libre ? … en Martinique 170 ans après l’esclavage !? »

 

Avortement : comparaison de lois au Sénat

« Le Sénat présentait hier un document de travail informatif, qui précise d’emblée qu’‘il ne contient aucune prise de position susceptible d’engager le Sénat’, sur les législations comparées de 8 pays concernant l’IVG. Les pays : l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, la Suède et la Suisse, choisis parce qu’ils avaient fait soit des choix législatifs comparables à ceux de la France ; le Texas aux États-Unis parce qu’ils la limitent fortement ; l’Irlande et la Pologne parce qu’ils ont mis en place des lois restrictives ».

Lire plus sur Gènéthique 

« Ce que la politique sépare, notre foi les unit »

« Si votre priorité, c’est l’engagement social, assurez-vous de défendre aussi l’enfant à naître. Et si votre priorité, c’est la famille, votre crédibilité dépendra de votre capacité à prendre en compte les pauvres et les migrants » (John Carr, ancien directeur du bureau Justice et Paix de la conférence épiscopale américaine).Lire la suite

Né avant la fin du délai légal d’avortement…

Ce délai a (avait ?) été défini, en fonction du ‘seuil de viabilité’, à 24 semaines. Tout enfant non viable étant réputé non enfant ! Et Austin naquit à 22 semaines.

« Helen pense que cet enfant est ‘un double miracle’. Il y a quelques années, elle a en effet été diagnostiquée comme ayant des ovaires polykystiques la rendant incapable d’avoir des enfants. ‘On m’a dit il y a plusieurs années que j’aurais probablement une ménopause précoce et les enfants n’étaient pas prévus dans l’agenda, donc Austin a été un petit miracle dès le début' ».

Lire plus sur genethique.org

Comment un État, qui se doit de protéger le plus faible, …

« Je ne voudrais pas, aujourd’hui, remettre en débat la question de la dépénalisation de l’avortement. Je ne voudrais pas non plus considérer à partir de ce chiffre les femmes, les couples ou les familles qui, dans la douleur de conditions toujours particulières, pas toujours bien éclairés, font le choix de l’avortement. Je préfère simplement interroger ce dont ce chiffre témoigne, et ce qu’il dit de notre société.

Comment une société peut-elle en effet permettre que plus de 95 % de personnes chez qui une trisomie 21 a été détectée ne voient finalement jamais le jour ? Comment peut-elle admettre que dans 95 % des cas l’accueil d’une telle personne ne serait pas possible ? Comment, au regard de ce chiffre important, un État qui se doit de protéger le plus faible ne se remet-il pas radicalement en question pour aider et soutenir de toutes ses forces les femmes ou les familles qui feraient le choix de l’accueil ? Pourquoi ne fait-il pas tout pour leur faire comprendre qu’un tel accueil est possible ? Comment une société humaniste peut-elle se contenter d’un tel constat ? »

Marianne Halleux sur lesoir.be

Les restrictions à la liberté de conscience seraient nécessaires dans une société démocratique ?

Ellinor Grimmark, sage-femme en Suède : ‘Ils m’ont dit que je n’étais pas autorisée à dire publiquement que j’étais contre l’avortement’.

« Elle a donc porté plainte soutenant que sa liberté de conscience avait été violée, mais aussi sa liberté de parole, de religion et de conviction. Condamnée récemment par la Cour d’appel qui a estimée que ‘les restrictions à la liberté de conscience sont nécessaires dans une société démocratique’, elle a décidé de porter son cas devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme ».

Lire plus sur genethique.org

IVG : l’Eglise monte au créneau pour la liberté

rcf-sur-twitter-vincent-neymon-on-est-en-train-de-retirer-le-mot-volontaire-a-ivg-delitdentraveivg-https-t-co-wwlabd9ebn-https-t-co-wj4c2l28au-30-11-2016-a-10-39-30Après Mgr Pontier, Mgr Vingt-Trois et Mgr Ribadeau-Dumas, Vincent Neymon, directeur de la communication de la Conférence des Evêques de France monte au créneau sur RCF :

Ce qui justifie cette lettre, c’est la gravité de la menace face à laquelle nous nous trouvons avec cette proposition de loi, qui fait suite à deux autres mesures prises ces derniers temps : le retrait de la notion de détresse pour les femmes qui désirent avorter, et la suppression du délai de réflexion. Avec ce délit d’entrave numérique, on veut aujourd’hui empêcher les personnes qui voudraient proposer un espace de dialogue à ces femmes en visant directement les sites Internet.

Et il n’est pas inutile de rappeler à tous que, au-delà des seuls sites qui sont visés aujourd’hui par le gouvernement, c’est toute l’information autour de l’avortement qui va être impactée par la création de ce délit, qui planera comme une menace permanente à la disposition d’associations qui ne manqueront pas de mener une guérilla judiciaire. Quelle que soit l’issue d’un procès, personne n’a envie de se retrouver poursuivi devant un tribunal correctionnel. A la censure s’ajoutera l’auto-censure. Mécanique classique en matière d’opinion.

Éteins la lumière

« Éteins la lumière
Montre-moi ton coté sombre
Regarde les ombres
Qui errent
Cherche un peu de lumière
Tout s´éclaire »

Il n’est pas d’hommes ou de femmes politiques intégralement catholiques, de politiques qui puissent revendiquer l’application intégrale de la doctrine sociale de l’Eglise. Cela mérite d’être rappelé pour ceux qui s’en prévalent, y compris ces jours-ci, mais il semble paradoxalement utile de s’en souvenir aussi pour ceux qui s’en écartent pourtant explicitement.

 

Éthique de conviction et éthique de responsabilité (1)

capture

René Poujol s’étonne qu’on puisse se scandaliser du fait que François Fillon se déclare personnellement opposé à l’avortement. Il s’appuie pour cela sur la célèbre distinction weberienne : « Il n’y aurait pas de place pour le moindre écart entre la loi de la Cité et la conscience propre du citoyen. À plus forte raison pour un responsable politique de premier rang. Ce qui consiste à réfuter la distinction classique du sociologue allemand Max Weber entre éthique de conviction et éthique de responsabilité. Or cette distinction est non seulement légitime mais nécessaire à la bonne santé morale de toute personne comme de toute communauté humaine ».

Voir plus dans Cath’lib…

L’avortement comme marqueur identitaire

L'avortement aux Etats-Unis« Aux Etats-Unis, l’avortement constitue depuis sa légalisation en 1973, avec le cas « Roe v. Wade », un élément identitaire des bases électorales républicaine et démocrate », indique France Culture, en proposant une carte des différentes législations sur l’avortement aux Etats-Unis. Cette carte met bien en évidence comment la question de l’avortement sert de ligne de fracture entre Républicains et Démocrates.

En France, il n’en est plus de même dans la mesure où, si l’on excepte quelques politiciens isolés, plus aucun parti politique, en lice pour l’élection aujourd’hui, ne s’oppose au droit à l’avortement. Il reste que s’opposer à l’avortement en France aujourd’hui a pour conséquence directe de se voir classer à l’extrême-droite, voire plus encore à droite de l’extrême-droite. Par opposition, à l’extrême-gauche on programme par exemple d’inscrire le droit à l’avortement dans une nouvelle constitution républicaine, et d’en faire un droit fondamental.

Le fait que l’avortement soit un tel marqueur d’identité politique devrait interroger les catholiques qui considèrent que « la vie humaine doit être respectée et protégée de manière absolue depuis le moment de la conception. » (C.E.C. 2270). Comment faire pour que la défense de la vie soit une « bonne nouvelle » ?

Lire la suite

Droit et prévention de l’avortement en Europe

capture« Le tour d’horizon de ce livre est à la fois complet et précis. Il fourmille de chiffres, de références et d’analyses qui permettent un panorama et un argumentaire pour tous ceux qui cherchent à comprendre les rouages et les implications d’une machinerie dont les femmes sont aussi les victimes. Un travail inédit, qui défait bon nombre d’idées reçues, pour un ouvrage courageux qui ouvre, par des prises de positions concrètes et constructives, à l’espérance ».

Voir plus…