O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria

Billet chartrain de Zabou :

Ce soir, alors que je rentrais de vacances, c’est entre chien et loup que j’ai aperçu au loin les majestueux clochers dominant la Beauce. Et, en cette veille de l’Assomption, est monté naturellement de mon cœur, cette fois avec assurance, comme un passage de témoin réussi, un Salve Regina, cette lente et belle mélodie qui semble courir le long des siècles, au fil des générations qui la disent bienheureuse et des oui à son exemple.

Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme !

« Marie est passée de la vie à la Vie avec son corps. Elle est la seule, avec le Christ. Elle jette ainsi un véritable pont entre d’un côté le monde enténébré qui tombe en ruine et de l’autre le monde spirituel, le Ciel. Cette échelle se jette vers la patrie définitive parce qu’elle est bien assise dans les fanges d’un monde encore dominé par les combats. Marie est la mère de ces dernières heures où le monde bascule des ténèbres à la lumière. Sa vie n’a été nullement protégée des épreuves, des morts et des renoncements. Elle est celle qui reste fidèle lorsqu’il n’y a plus rien, plus d’espoir, plus de lumière ».

Lire plus sur En passant…