Que leurs noms en haut de l’affiche soient accueillis en Son coeur !

Deux décès de personnalités sont venus marquer l’actualité de ce lundi 1er octobre 2018, les deux étant reliés par un commun goût de l’orient :

  • Celui d’Antoine Sfeir, grand politologue, spécialiste de l’Orient et du monde arabe et fondateur des Cahiers de l’Orient.

On peut relire à cette occasion cet article de 2016 très éclairant qu’il avait publié dans la revue Etudes : « Quelles perspectives pour le Proche-Orient ? »

  • Celui du chanteur Charles Aznavour, qu’on ne présente plus… Comme une envie de le réentendre chanter ce soir l’Ave Maria, comme il l’avait notamment fait dans la capitale arménienne en 2006 :

Que le Seigneur les accueille en Sa patrie !

Arménie, par monts et monastères

« En Arménie, il est partout. Spectaculaire toile de fond à Erevan, sujet des peintures vendues sur les marchés aux puces, marque de cigarettes, de bières… Pourtant le mont Ararat, colosse enneigé de 5137 mètres où se serait échouée l’Arche de Noé, n’est plus situé en Arménie depuis 1921 (après sa cession à la Turquie par l’URSS). Mais qu’importe, l’attachement indéfectible des arméniens à ce symbole biblique illustre bien l’enracinement du christianisme en Arménie, premier Etat officiellement chrétien du monde, en 301 ap. J.-C. Ainsi, des milliers de monastères, d’églises et de croix sculptées dans la pierre sont essaimés dans les montagnes de ce petit pays du sud du Caucase ».

Lire plus dans Libération