Oui à la crèche, sans Jésus

creche-noelIl était une fois un pays extraordinaire dont les habitants se faisaient la guerre à cause de la paix. Dans ce pays extraordinaire, les juges semblaient penser que la paix serait admise, pour autant qu’elle reste décorative.

Le rapporteur public devant le Conseil d’Etat a rendu ses conclusions dans l’affaire des crèches. Il ne s’agit donc pas de l’arrêt du Conseil d’Etat mais de conclusions – généralement suivies. La position, notable, est celle-ci : la laïcité ne s’oppose pas, par principe, à la présence d’une crèche dans une mairie, bâtiment public par excellence. Le rapporteur a expliqué : « Nous ne croyons pas que le contexte de crispation sur la laïcité vous impose d’instruire par principe le procès de la crèche ».

Mais il y a des conditions et, selon l’AJDA, il conviendrait que la crèche, « objet mixte, à la fois religieux et décoratif (…) s’inscrive dans le temps festif de Noël en tant que fête sécularisée ». Lire la suite

Castel Gandolfo ouvert au public !

Deux ans après avoir ouvert aux touristes ses magnifiques jardins, le pape François a décidé d’ouvrir au grand public les appartements privés de la grande résidence d’été des papes à Castel Gandolfo, renonçant ainsi définitivement à aller s’y reposer comme faisaient ses prédécesseurs. À compter du 21 octobre prochain, les visiteurs pourront découvrir ces lieux aux tentures damassés de pourpre et d’or, à la décoration fidèle au Palais apostolique du Vatican. Un havre de paix que le pape Benoît XVI chérissait particulièrement. Le pape émérite s’y était d’ailleurs retiré après sa renonciation, le 28 février 2013, le temps que les cardinaux élisent son successeur et que les travaux de son logement définitif, au monastère Mater Ecclesiae, dans les jardins du Vatican, soient terminés.

La suite sur Aleteia

web-pope-residence-castel-gandolfo-italy-c2a9cppciric

Le suicide médicalement assisté prisé des assureurs américains

stephaniepackerLa Californie a récemment voté une loi autorisant le suicide médicalement assisté. Conséquence immédiate, rapporte le Washington Times : une mère de famille atteinte d’un cancer en phase terminale a appris que son assureur refusait de prendre en charge la chimiothérapie recommandée par ses médecins pour adoucir ses derniers mois, mais acceptait de rembourser les 1,20 dollars que coûte la pilule pour se suicider. Stephanie Packer, la jeune mère de famille, témoigne aussi de l’évolution de la mentalité des membres de son groupe de malades en phase terminale depuis le vote de la loi. Avant, ils s’encourageaient mutuellement pendant leurs réunion. Maintenant, la dépression totale domine et ils expriment le souhait d’en finir. Cette histoire n’étonnera que ceux qui voient dans le suicide assisté une bataille uniquement philanthropique et mue par l’amour du prochain. Ceux qui alertent sur la liquidation annoncée des soins palliatifs et de l’accompagnement des malades en fin de vie verront en elle la confirmation de leur crainte. Les malades peuvent mourir dans la dignité, mais dans la dignité définie par les acteurs économiques de la protection sociale.

La Tombola du Pape

La Tombola du Pape(RV) La 4ème édition de la tombola de bienfaisance au profit des œuvres de charité du Saint-Père aura lieu le 2 février 2017. Sur volonté du Pape, l’argent récolté bénéficiera comme l’an dernier aux sans-abris, mais également aux populations touchées par le séisme qui a fait plus 300 morts dans le centre de l’Italie, le 24 août dernier.

La suite sur Radio Vatican.

Messe pour les 4 jeunes victimes à Angers

lumièreA Angers, il y a quelques jours, un balcon s’est effondré, provoquant le décès de 4 jeunes. A la demande des étudiants catholiques, une messe a été célébrée ce mercredi à la mémoire des victimes. Le vicaire général a prononcé l’homélie.

« La vie, nos vies humaines, sont un mystère. Nous sommes des êtres vivants, pleins de promesse, de potentialités, de vitalité mais nous sommes aussi des êtres fragiles, exposés à toute sorte de risques, des êtres mortels. Personne n’est à l’abri d’une maladie grave, d’un accident. »

« Et pour nous qui restons là, sur cette terre, Jésus, dans l’Évangile, nous dit : « Vous aussi, tenez-vous prêts ! » Vous ne savez pas quand votre heure viendra . »

« Dimanche dernier, le pape François a canonisé Sainte Élisabeth de La Trinité, une jeune femme décédée à 26 ans de maladie. Parmi ses paroles, j’aime beaucoup cette phrase : « Malgré tout ce qui se passe, crois toujours en l’amour ! » »

A lire sur Ouest-France

Parrain du bout de la rue

parrains-mille-association-propose-daccompagner-enfant-jeune_0_730_547On connaît plus souvent le parrainage international. Une démarche complémentaire se développe : le parrainage de proximité. Une façon d’apporter sa pierre, à laquelle La Croix consacre un article aujourd’hui.

« Les parents qui s’adressent à France Parrainages souhaitent apporter à leur enfant une ouverture, un enrichissement, un élargissement des possibles par un parrain ou une marraine », explique Vincent Le Scornet, responsable du parrainage de proximité au sein de cette association. « Souvent il s’agit de mamans seules qui ne bénéficient pas d’un réseau de soutien. Le parrainage leur permet de souffler et de s’investir dans un autre champ. »

Et des parrains et marraines, l’article en présente de toutes sortes : couple retraité, couple engagé, jeune célibataire sportif. Une idée d’action personnelle concrète.

Cathos de gauche : même pas morts ?

resurrection-de-lazare-par-rembrandtRéagissant à un article de Gaël Brustier, René Poujol s’insurge, dans une tribune publiée ce jeudi sur Causeur et Aleteia, contre l’idée que les cathos de gauche seraient morts et enterrés, balayés par la tempête de la Manif pour Tous. Pour lui, le recul du vote catholique à gauche est d’abord un problème d’offre politique : orphelins politiquement, les catholiques de gauche seraient les grands déçus de François Hollande qui n’aurait su ni conduire un authentique débat sur le mariage pour tous, ni mener une politique économique au niveau des attentes. Enfin, les catholiques de gauche continuent pour lui à souffrir d’un défaut de visibilité, continuant à opter pour une forme de discrétion en décalage avec le catholicisme décomplexé de la jeune génération.

Mais parle-t-on encore de « cathos de gauche », au sens historique du terme ? Ou parle-t-on plus justement de « cathos à gauche », moins nombreux, offrant volontiers leur soutien à la gauche mais sans développer pour autant des attentes en matière de réforme liturgique en résonance avec leur engagement politique ? Quels sont les éléments qui, au-delà du « mai 68 conservateur », structurent le positionnement politique des catholiques ? Ne sont-ils pas toujours plus nombreux à chercher un autre marqueur que la gauche ou la droite ? C’est peut-être en cela que la catégorie de « cathos de gauche » est remise en question.

Pensée du jour

Le monde est aussi un livre qui nous parle de Dieu. Et ce livre est le seul dont disposait l’humanité païenne.

Jean Daniélou

Le respect, ça paye !

respect
(c) Getty Images

Etonnante approche outre-Atlantique que de vouloir tout mesurer, même ce qui est à l’oeuvre dans nos relations au travail et ailleurs !… Un papier de la très sérieuse Harvard Business Review rend compte d’une étude sur le lien entre respect au travail et motivation des salariés.

Si la leçon de vos parents sur la politesse – parce que « c’est bien » – ne vous avait pas suffi, voici une occasion de redécouvrir notamment la vacuité de l’excuse « désolé, je n’ai pas le temps d’être aimable » (sic !) et le fait que ce n’est pas parce que l’on a pu être mal traité (maltraité ?) par la génération d’avant qu’il faut poursuivre la chronique du mépris – une occasion de résurrection en quelque sorte, exigeante par hypothèse mais qui peut porter du fruit.

Au-delà – tout le monde n’est pas « manager », « dirigeant », … – l’occasion de se dire que l’exemplarité de nos comportements a une empreinte positive sur le monde !

Tiens, je ne sais pas vous, mais cela me rappelle une récente publication des Evêques de France sur le monde politique et un rappel à une forme d’exemplarité … Comment ça, personne ne vous en a parlé sur ce site ? Quel scandale ! Le lien juste après pour que vous puissiez vous rattraper : ici.

Les périphéries, la prostitution, une maison

Maison-Magdalena_0_730_486
(A. Richard)

Mise à disposition par le diocèse de Meaux, la Maison Magdalena accueille, depuis peu, trois personnes qui se sont longtemps prostituées au Bois de Boulogne, c’est ce que nous narrait La Croix tout récemment.

Parmi elles, une Colombienne transsexuelle, qui a rendu les clefs de son appartement parisien pour y vivre, confie : « J’ai peur de la suite. Parce que, en tant que transsexuelle, il n’y a que la prostitution qui s’offre d’ordinaire à nous mais il faut faire confiance. C’est la première fois de ma vie que je rencontre un prêtre qui veut bien m’aider. Et puis Dieu est là.. »

Dans nos oreilles résonnent les paroles du Pape François quand il nous invite à « aller aux périphéries » et qui nous parle de l’Eglise comme d’un « hôpital de campagne » …

Ce prêtre qui va aux périphéries, il les a connues dans des périodes sombres de sa propre histoire ; aujourd’hui, ce sont même Les Inrockuptibles qui lui tirent le portrait ! Le Père Jean-Philippe Chauveau a créé en 1998 l’association Magdalena au cœur de la paroisse Sainte-Cécile à Boulogne-Billancourt, dans le Diocèse des Hauts-de-Seine. Cette association qui compte aujourd’hui 200 bénévoles comme les autres initiatives prises dans ce cadre (pèlerinage des prostituées à Lourdes, « maraudes » auprès des SDF, autre maison mais dans l’Indre cette fois dédiée à la réinsertion de toxicomanes, …) semblent tout à fait exemplaires.

A découvrir et partager si on le souhaite. Pour le reste, chacun choisira « ses périphéries » mais en attendant on peut donner à cette association, reconnue par le Diocèse, et c’est par là : http://www.magdalena92.com/?-Appel-a-dons-

En Suisse, Justice et Paix dit oui à lʼinitiative « Sortir du nucléaire »

centrale_nucleaire_de_cruas-meysseLa Commission nationale Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses recommande dʼapprouver lʼinitiative « Sortir du nucléaire » soumise au peuple le 27 novembre prochain. Elle estime que la mise hors service des centrales nucléaires suisses au maximum 45 ans après leur installation est faisable et souhaitable dʼun point de vue pratique comme éthique.

Voir plus sur Cath.ch

Je danserai pour Toi

capture« La forme, qui associe un humour de café-théâtre avec un jeu en permanence chorégraphié, fait rire en permanence et sans le moindre irrespect. Comment résister à des saillies telles que « je tombe nez à nez avec les yeux d’un Indien assis en tailleur et en slip qui a l’air de s’en foutre de ses bourrelets, et je suis comme transpercée par la douceur de son regard » ou « je traverse Paris à vélo tous les jours pour me rendre à la messe… à trois kilomètres de chez moi et ça grimpe. Du coup, jackpot, j’hérite d’un cul de Brésilienne ».
Par ailleurs, le fond est bien là. En vrac autant qu’en passant, on a droit au fait que le corps et l’âme ne font qu’un, à la puissance de la prière, au fait que dans l’Évangile tout n’est que souffle, rythme et déplacement, à saint Séraphim de Sarov… »

Voir plus sur Holybuzz…

Des ponts et pas des murs !

Members of the Palestinian national security forces loyal to Hamas deploy along the border fence with Egypt in Rafah in the southern Gaza
(Reuters)
« Nous avons besoin de ponts et pas de murs » nous lançait le Pape François en 2014, à l’occasion du 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin.

Appel d’autant plus utile que, le Washington Post cité par Courrier International le montre avec infographie a l’appui, les cloisons se multiplient depuis 2000, leur édification étant le produit de « politiques populistes » de plus en plus répandues, selon le journal.

Un immigré hondurien au Mexique témoigne : « Peu importe le nombre de barrières qu’ils construisent, ils ne nous arrêteront pas ». Ce témoignage comme tant d’autres rappellent, à l’instar de ce que disait Paul Montgolfier, alors Directeur du Service jésuite des réfugiés en France, que « Les murs n’arrêteront pas les migrants. Ils leur feront juste risquer un peu plus leur vie pour venir. »

A minima, des éléments à avoir en tête dans son discernement citoyen voire des raisons pour s’engager si on le souhaite …

 

Vivre bien dans un mauvais temps

capture

Thomas More (et son ami l’évêque saint John Fisher) sont morts pour ce qu’on peut appeler l’indissolubilité du mariage, même du mariage d’un roi, et pour la liberté de l’Eglise. Mais que voulait-il dire – s’il l’a dit – en disant que ‘nous pouvons nous débrouiller pour vivre bien dans de mauvais temps’ ?

Lire la suite

La paix viendra des femmes !

Moyen-Orient: le pape souhaite que les femmes aient plus de placeDu 19 au 23 octobre, a lieu la deuxième Conférence internationale des femmes du Moyen-Orient et de la Méditerranée, à Bari (Italie) sur le thème « Femmes artisans de paix pour une culture de la rencontre et du dialogue ». Cet événement est organisé par l’Union mondiale des organisations féminines catholiques (Umofc) et par le Forum international de l’Action catholique (Fiac). A cette occasion, le Pape François a envoyé un message aux participants, saluant « toutes les femmes présentes, particulièrement celles venant du Moyen-Orient et des pays marqués par des conflits sociaux, par la pauvreté et par les discriminations » et souhaitant que s’intensifie « la présence des femmes et leur action » au Moyen-Orient particulièrement dans les régions marquées par des conflits.

Comme une réponse anticipée au souhait du Pape, on apprend avec joie par le magazine de Terre Sainte que des milliers de femmes ont manifesté hier à Jérusalem pour demander la paix :
Lire la suite

Hugo et Lucie, le cours de la vie continue !

Après une première série, « Lucas et Léa, le cours de la vie », destinée aux parents et à leurs enfants de 7 à 11 ans, les AFC ont travaillé à l’élaboration d’une deuxième web-série à destination des 12-15 ans. L’objectif de cette web-série est d’inciter au dialogue parents-adolescents, faire réfléchir les ados et aider les parents à mieux comprendre leurs enfants durant cette période délicate. Voir le site de la série.

Pour la Syrie, bien-aimée et martyrisée

Communiqué du conseil des Églises catholiques en Syrie
A lire sur terrasanta.net :

L’Église veut aider ses enfants, en particulier les jeunes, à résister à l’immigration devenue désormais un tsunami, emportant nos enfants à travers les mers et les océans et les dispersant aux quatre coins du monde. Quelles que soient les circonstances, nous devons chercher à aider nos enfants à demeurer dans la résilience malgré la crise et la souffrance. Nous restons et demeurons fermes, et nous encourageons nos enfants à rester où Dieu leur a donné vocation d’être: en Syrie, le berceau du christianisme, comme gardiens de la foi de leurs ancêtres. Nous demandons également à ceux qui ont été forcés à émigrer de garder la flamme de la sainte foi.

Prions en communion avec les évêques de Syrie, pour leurs martyrs, les victimes de la violence et du terrorisme, et tous ceux qui ont été enlevés ou ont disparu. Que la flamme de la foi demeure allumée plus que jamais dans leur cœur, et que le Seigneur leur donne force, courage et consolation.

« Les hommes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française. »

Mgr LebrunMgr Dominique Lebrun est interviewé dans Paris-Normandie

Fin juillet, après l’assassinat du père Hamel, vous déclariez « Je crois que nous sommes au bout du modèle de la laïcité qui était exaspéré ces dernières années ». Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France dresse un constat tout aussi sévère dans le livre « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ». Comment l’État doit-il reconsidérer le modèle de la laïcité ?

 

Mgr Dominique Lebrun. « Le modèle actuel, c’est gérer la pluralité, ce qui est bien. Il y a une pluralité de croyants et de non croyants dans notre société. Il faut leur permettre d’exister. Mais ce n’est plus suffisant. Dans une famille, les parents ne se contentent pas de gérer la pluralité de leurs enfants, ils se préoccupent de leur avenir. Les hommes et les femmes politiques doivent chercher quel est le projet de la société française.

Lire la suite

Critiques, polémiques, injures…

capture

« Critiques, polémiques, injures… Les catholiques gagneront à ne pas utiliser leur engagement politique comme prétexte à de nouvelles divisions. ‘Le parti le plus sage, entre chrétiens, est de ne pas se haïr pour des questions controversables’ (Bienheureux Ozanam). L’unité attendue n’est pas d’ordre politique : elle est liée à la nature de l’Eglise. L’urgence se fait sentir de lieux et d’initiatives plus profondes, où les chrétiens puissent se retrouver autour de celui qui fait d’eux une même famille : Jésus-Christ. […]

Le crédit de la bienveillance, qui s’oppose à la culture du mépris et au dénigrement des personnes, gagnera à rester la règle des échanges politiques entre chrétiens. Il s’applique à l’accueil des textes épiscopaux, par exemple, de même qu’au jugement sur les positions ou stratégies que nous estimons, en conscience, ne pas pouvoir soutenir ».

Voir plus…

La joie de vivre ma vie

capture« Ce témoignage lumineux est à prendre pour ce qu’il est : la parole simple, honnête et sensible d’un jeune homme reconnaissant et heureux. ‘Moi, je dis aux parents, occupez-vous de vos enfants, faites-leur confiance’. Il évoque sa gratitude envers les autres pour ce qu’il a reçu, mais sa gratitude également envers Dieu et lui-même pour ce qu’il peut donner ».

Voir plus…

Redonner sens à la charité

brql8ex2gwzqnyksmyxl

C’était le message du Pape hier lors de l’audience générale. Rappelant que le « droit à l’alimentation » est un droit fondamental inscrit dans la pensée sociale (Caritas in veritate), le Pape a rappelé l’importance d’une charité concrète, au -delà des seules « campagnes de don », en se laissant interpeller par les personnes en situation de précarité.

« Quand, marchant dans la rue, nous rencontrons une personne dans le besoin ou qu’un pauvre frappe à notre porte. Quelle est alors ma réaction ? Est-ce que je détourne le regard ou bien est-ce que je m’intéresse à son état et prend le temps de lui parler ? », a interrogé le pape.

Source : La Croix

Photo : pélerinage Fratello, Rome, 2014

Dédicace à Allen Carr

capture

« Son combat contre le tabac a franchi une étape décisive lorsqu’il a pu montrer que fumer ne présentait absolument aucun intérêt et que nous n’en avions pas, à proprement parler, besoin. Son idée maîtresse est que la dépendance fondamentale à la nicotine est psychologique. Qu’une prise de conscience suffit donc à s’en libérer. Que passer du statut de fumeur à celui de non-fumeur est un bonheur immense.

J’entends montrer dans ce livre non pas que l’athéisme serait inutile (quoique ce serait assez facile), ni même que Dieu est utile (ce qui serait indélicat) mais que l’incrédulité qui semble dominer le monde est d’abord liée à l’endormissement de la pensée. Qu’une prise de conscience suffit donc à s’en libérer. Que passer du statut de non-croyant à celui de croyant est un bonheur sans égal ».

Voir plus…

Du Wifi dans la sacristie

Construite à partir de 1135, achevée en 1534… et connectée depuis 2016. À Sens, les fidèles et visiteurs de la première cathédrale gothique de la chrétienté, dédiée au protomartyr Saint Étienne, peuvent désormais profiter d’un accès internet gratuit grâce au réseau Wifi récemment installé.

Mgr Giraud, archevêque de Sens-Auxerre et évangélisateur en ligne grâce à ses « twittomélies », y voit notamment un moyen d’enrichir les visites de la cathédrale grâce à un guide numérique. On peut penser à d’autres applications de ce service, qui pourra dépanner des personnes en situation d’exclusion numérique (tout en les attirant dans l’église 😇) ou encore, entre deux pénitents, d’envoyer quelques tweets depuis le confessionnal !

« Pensez-vous que je sois venu mettre la paix sur la terre ? »

« … Non, je vous le dis, mais bien plutôt la division. » nous dit Jésus aujourd’hui (Lc 12,51).

Tss tss tss… Peut-être que l’on risquera moins de s’enfuir en courant à l’annonce de cette « division » si on entend que Jésus cite aujourd’hui le prophète Michée dans sa lamentation… une lamentation qui débouche sur un magnifique cri d’espérance :

Car le fils insulte le père, la fille se lève contre la mère, la belle-fille contre la belle-mère, chacun a pour ennemis ceux de sa maison. Mais moi, je guette le Seigneur ; je suis dans l’attente du salut de Dieu. Mon Dieu m’entend. Ne te réjouis pas, mon ennemie. Si je tombe, je me relève ; si j’habite dans les ténèbres, le Seigneur est ma lumière. (Mi 7,6-8)

Pour les lectures du jour, c’est par là…

Frère Roger de Taizé : un politique pour aujourd’hui ?

« L’équilibre recherché à Taizé entre les confessions peut être un modèle pour mettre fin aux tensions et créer la coexistence pacifique dans toute l’Europe, non seulement au plan religieux mais aussi politique. » Taizé, un modèle politique ? Telle n’était sûrement pas la vision de frère Roger qui préférait le langage de l’Évangile, où les chrétiens sont invités à vivre comme des ferments pour travailler la pâte.

Ce texte est extrait d’un article de la lettre de Justice et paix du mois d’octobre 2016.  L’auteur, Sabine Laplane, nous présente en une page la vision politique de Frère Roger. Ou plutôt, son engagement politique sans vision autre que celle de l’évangile… Frère Roger, le fondateur de Taizé, est celui qui tout au long de sa vie a encouragé les jeunes à chercher « la paix du cœur » et à imaginer des moyens alternatifs pour « rendre la terre habitable par tous » ! Le prix Charlemagne, qui récompensant des personnalités du monde politique ou diplomatique engagées pour l’unification européenne, lui a été attribué en 1984. Depuis, les papes Jean-Paul II en 2004 et François en 2016 ont été distingué eux-aussi par le jury de ce prix, décerné à Aix-la-Chapelle.

justice-paix-fr-roger

Primaire EELV : l’écologie au milieu du gué ?

12530-100247184

Drôle de primaire que celle d’Europe Écologie les Verts. Hier au soir, 17000 votants à peine permettaient à Yannick Jadot et Michèle Rivasi de passer au second tour de la primaire écologiste, devant Cécile Duflot. Au-delà de l’élimination surprise de l’ancienne ministre du logement, annoncée favorite, cette élection questionne encore sur la place de l’écologie en politique. Alors même que Cécile Duflot appelait à une « République écologique » et à « faire naître une nouvelle famille politique » pour « la justice sociale et l’écologie », au delà d’EELV, Yannick Jadot choisit quant à lui d’assumer le rôle d’outsider de son parti pour 2017, en refusant de croire au sacre d’un président écologiste. La crise de parti d’EELV paraît faite pour durer.

L’écologie est-elle arrivé à un tournant en politique ? Jamais elle n’aura été autant présente dans les esprit que ces dernières années, en étant aussi peu incarnée politiquement. L’encyclique Laudato Si comme le film Demain lui ont donné en 2015-206, sur fond de COP21, une résonance toute particulière. Pourtant, elle peine encore à s’articuler à un projet de société, dans un univers politique marqué par les questions économiques et identitaires. Les chrétiens auraient-ils un rôle à jouer dans l’émergence de cette nouvelle écologie politique ? Dans leur récent texte sur la situation politique de la France, les évêques évoquent l’écologie parmi les nouveaux enjeux offrant « une chance pour nous dire quelle société nous voulons ».

Source photo.

Le « revenu universel », c’est bien ?

cover-r4x3w1000-580794c115b43-guichet
(AFP)

Aucune idée mais le concept semble intéressant ! D’abord, parce que son origine au plus loin semble venir de Thomas More dans « L’Utopie » mais aussi parce qu’il intéresse des « marxistes aux ultra-libéraux », comme le dit cet article de Challenges, et encore un certain nombre d’amis comme au Secours catholique.

On peut en retenir qu’il offre une protection contre le décrochage social, dans les cas de gros coups durs de la vie, simplifie la multiplicité de demandes d’aides lorsque l’on en a besoin, et par sa présence inconditionnelle dans le cursus financier et fiscal de tous témoigne concrètement de la solidarité de tous avec chacun. Un moyen de redécouvrir que l’impôt sert concrètement …

Son caractère inconditionnel peut questionner mais son objectif ne semble pas d’encourager un assistanat aveugle : comme toute redistribution d’Etat, il serait assorti de droits et aussi de devoirs.

Concrètement, sa mise en oeuvre nécessiterait sûrement de bien nombreux évaluations et ajustements … mais les expérimentations régionales qui semblent se profiler seront à suivre avec intérêt.

Jeunes chrétiens « assoiffés d’espérance et de vérité »

58073708cd701ccd4d7cf55dOutre Quiévrain, voilà douze jeunes chrétiens qui, citant pêle-mêle Benoît XVI, F-X Bellamy, Mère Teresa, Saint-Thomas d’Aquin dans un grand quotidien national, nous parlent de Dieu, de sens, d’espérance et de projet commun en citant leur besoin et envie de plus de lien et de transmission …

Une lecture qui impose le respect et la reconnaissance et qui nourrit l’espérance !

Ca va que c’est en Belgique, on ne peut imaginer que de jeunes chrétiens en France pensent la même chose … Ou alors on ne les entend pas ou pas assez ?

Ces jeunes voisins sont entre autres responsables d’un programme baptisé « LEAD » comme « Leaders d’espérance et ambition pour demain » -> à retrouver à cette adresse

« Tu ne tueras point », le nouveau film de Mel Gibson

Ce film raconte l’histoire vraie de Desmond Doss, recruté comme infirmier dans l’US Army pendant la seconde guerre mondiale, refusant obstinément de porter une arme en tant qu’objecteur de conscience, et qui, armé de sa seule foi est devenu un des plus grands héros (il a reçu la Medal of Honor, la plus haute distinction militaire des Etats-Unis) en sauvant des dizaines de vies sous le feu de l’ennemi pendant la bataille d’Okinawa.

Il est co-distribué en France par SAJE-distribution (« Cristeros », « Pape François », « Le 13ème jour », etc.). La sortie en salle est prévue le 9 novembre.

Le travail peut-il être gratuit ?

5014753_6_c040_mille-benevoles-sont-reunis-au-pavillon_927a3770480a166674e648fdfed998bb
(F. Fife / AFP)

Oui et cela s’appelle du bénévolat ! Dans un article du Monde, intéressant quand il dénonce certaines hypocrisies de la nouvelle économie, l’auteur fait un paralèlle qui a fait réagir :

 

Autrefois, on l’appelait amour conjugal, celui de l’épouse qui assurait la comptabilité de son mari, commerçant ou médecin. Mais depuis qu’il est sorti de la sphère intime, on l’a maquillé sous toutes sortes de noms fleuris : bénévolat, engagement citoyen, partenariat, télé-réalité, activité, expérience client, communauté, jeu, concours, hackathon, contribution, etc.

Les Petits frères des pauvres, notamment dans une tribune toujours dans le Monde, balaient cette comparaison d’un revers de main, en rappelant que le bénévolat ne peut être considéré comme un danger pour l’emploi salarié, et insistent sur le fait que la monétarisation de la lutte contre la solidarité serait un danger pour la solidarité elle-même.

A défaut d’argent, tout travail doit être reconnu, certes, mais ne tombons pas dans un travers libéral ignoble qui consisterait à penser que le bénévolat ou l’action caritative sont une « distorsion du marché », une tentative de dumping social. Il est avant tout un formidable lieu de croissance et d’entraide et une contribution indispensable à la solidarité.

La Cordée, école de l’ultime chance

capture

« J’ai l’impression d’être dans une école d’élite ! a dit Yannis à sa maman Samera Ala. Entre le petit garçon et l’école, ce n’était pourtant pas gagné. Alors qu’il redoublait son CP, en novembre dernier, il ne savait toujours pas lire et écrire, se souvient Samera. Il fait un essai à La Cordée et rattrape son retard en deux mois. Maintenant, il va à l’école avec le sourire et il s’est mis à chanter, ce qu’il ne faisait jamais, assure la Roubaisienne. C’est assez pour faire oublier que le cours privé est hors contrat (lire ci-dessous). Au départ, mon mari était inquiet, reconnaît-elle. Mais plus maintenant »

Voir plus…

Une affaire Anatrella

77006_tony-anatrellaLa Vie publie une enquête sur « le système Anatrella ». Elle vient approfondir et confirmer ce qui était déjà tristement évoqué et dénoncé notamment par des prêtres – dont le Père Philippe Lefevre, dominicain – sur des pratiques sexuelles réalisées sur plusieurs patients. Comme le dit Mgr Petit Delmas, de l’Officialité, « un témoignage, c’est parole contre parole. S’il y a plusieurs témoins, c’est autre chose, c’est un faisceau ».

La Vie donne concomitamment la parole à Mgr de Moulins Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, qui explique la position passée et actuelle du diocèse, le fonctionnement de la commission diocésaine – « Sur cette affaire Anatrella, il nous a paru nécessaire de constituer une commission d’audition, de façon à avoir une écoute croisée. Nous sommes donc cinq : deux laïcs dont une femme médecin, un canoniste, un évêque émérite et moi-même ». Lire la suite

Dans quel état est notre école ?

paris-ecole-primaire-640x468-580x424Quelques bonnes nouvelles dans la Tribune des Semaines Sociales après que diverses évaluations internationales, dont celles menées par le programme PISA de l’OCDE, ont envoyé des signaux d’alerte forts sur la capacité de notre école à transmettre des savoirs : le niveau notamment en français s’améliore, même si les enquêtes montrent comment l’efficacité des apprentissages reste trop lié aux origines sociales des élèves.

Outre cette fonction première de transmission de savoirs, notre école est questionnée de multiples manières et devrait – on peut l’espérer – faire l’objet de débats constructifs en marge des prochaines échéances électorales … Un vrai chantier, cité par nos Evêques en diverses occasions, notamment dans leur dernière production, mais dont on n’entend pas beaucoup parler pour le moment …

Si vous voulez y réfléchir et en débattre, rdv les 19 et 20 novembre pour la session des Semaines Sociales de France à Paris sur « Ensemble, l’éducation » ! Informations et inscriptions à l’adresse : www.ssf-lasession.org